La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Nous sommes repus mais pas repentis… et on en redemande encore !

"Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)", Théâtre de l'Odéon, Paris

Nous sommes chez Wittgenstein, qui a marqué le monde de la philosophie avec son œuvre majeure "Tractatus logico-philosophicus", autour d'un déjeuner avec ses deux sœurs dans une mise en scène originale de Séverine Chavrier, où le jeu des acteurs, remarquable de vivacité, montre un intérieur où la raison a été laissée à la porte.



© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Sur scène, c'est un amoncellement de vaisselles brisées, disposées autour d'étagères habillées de quelques livres et de disques vinyles éparpillés au sol. Entre Ludwig Wittgenstein (Laurent Papot), portant difficilement une échelle sur le dos. Ce peut être un résumé de la pièce où les personnages sont debout mais prêt à tomber à tout instant. Wittgenstein est entourée de ses deux sœurs, Dene (Séverine Chavrier) et Ritter (Marie Bos) après son retour de l'asile.

L'atmosphère, nourrie de voix, de bruits, de vidéos, de musique, de photos, est appréhendée comme un personnage. Elle rend aussi compte, avec ses débarras et une vaisselle brisée en mille morceaux, d'une époque, pas tout à fait encore sortie de ses chamboulements de la Seconde Guerre mondiale, marquée par un passé nazi encore trop présent et que Thomas Bernhard (1931-1989), très critique à l'égard de son pays, l'Autriche, dénonçait. Kurt Waldheim* ne l'aurait pas démenti.

La scénographie, très chargée, est appuyée par un film vidéo et une caméra qui, pour le premier, montre les personnages dans différents endroits et, pour la deuxième, donne un aperçu de ce qui se passe sur scène sous différents angles.

Ludwig Wittgenstein a écrit, dans son célèbre "Tractatus logico-philosophicus" (1921), une réflexion sur le langage, ses limitations et la logique, avec ses contradictions inhérentes à ces propos. En préambule de l'ouvrage, et pour mettre en exergue l'indicibilité du langage, il reprend une phrase de l'écrivain autrichien Kürnberger (1821-1879) qui disait que "… tout ce que l'on sait, que l'on n'a pas seulement entendu comme un bruissement ou un grondement, se laisse dire en trois mots". Et du grondement et des bruissements, la pièce en regorge.

© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Ça crie, ça hurle, ça parle avec des cassures de rythmes et de tempo dans les voix. C'est intime, familier, rude et tendre à la fois. On mange sereinement puis on finit avec des profiteroles en plein visage, le tout ponctué par des engueulades ou des discussions intéressantes, anodines ou absurdes. La mise en table est aussi un cérémonial. C'est tout cet univers déjanté d'une famille autour de la figure du philosophe qui est mise en scène par Séverine Chavrier dans des situations créées par des personnages aux comportements passablement déjantés, foncièrement décalés, névrosés au bas mot. Leurs rapports alternent violence et tendresse sous des propos mâtinés d'une réelle franchise et d'une brusquerie dite sous les meilleurs auspices. Bref, quand la violence n'est pas dans le geste, elle est dans le mot.

Le jeu des acteurs est particulièrement réussi avec pour Laurent Papot, une incarnation remarquable de Wittgenstein qui le fait exister dans ses folies et ses déraisons. Son jeu consiste à traduire tous les excès et attitudes du philosophe par le biais de gesticulations soutenues par l'intensité du regard, par un corps presque en déséquilibre permanent et par l'oscillation d'une voix entre différentes tonalités.

La présence vocale est tout aussi prégnante chez Séverine Chavrier et surtout chez Marie Bos dont le timbre est particulièrement expressif. Leur jeu est beaucoup plus posé, presque calme, serein malgré le comportement de leur frère, le corps étant dans des attitudes plus "assises", comme acceptant un destin psychique familial autour du suicide de ses trois autres frères et la folie de Ludwig.Elles sont la raison d'une déraison, la trajectoire d'un chemin sinusoïdal qui pourrait nous mener vers la folie mais qui emprunte, grâce à elles, un détour vers un horizon où la musique devient le fil rouge du spectacle. Comme elle l'était pour Wittgenstein.

Et apparaît, dans quelques scènes, un brin d'humour autant dans les répliques que dans les gestuelles faisant de la pièce, une mosaïque de sentiments d'intensité à géométrie variable où une douce folie butine, sans être repue, avec l'absurde et le comique.

En trois mots… c'est superbe !

* Kurt Waldheim était secrétaire général des Nations Unies de 1972 à 1981 et président fédéral de la République d'Autriche de 1986 à 1992. Son passé nazi a été révélé le 3 mars 1986 par le journaliste Hubertus Czernin.

"Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)"

Texte : Thomas Bernhard.
Conception : Séverine Chavrier.
Scénographie : Benjamin Hautin.
Dramaturgie : Benjamin Chavrier.
Avec : Marie Bos (Ilse Ritter), Séverine Chavrier (Kirsten Dene), Laurent Papot (Gert Voss).
Lumière : Patrick Riou.
Son : Frédéric Morier.
Vidéo : Jérôme Vernez.
Et la participation en alternance des élèves du CRR - Conservatoire à Rayonnement Régional : Alma Bettencourt (piano), Maya Devane (violoncelle), Pierre Cornu-Deyme (flûte traversière), Juliette Benveniste (piano), Piermattia Severin (violon), Maïwen Levy (violoncelle), Isadora Hossenlop (piano), Zoé Moreau (violoncelle), Yan Maratka (clarinette).
Durée : 2 h 35, avec un entracte.

Du 13 au 29 mai 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h
Théâtre de l'Odéon, Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Mardi 24 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021