La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Nous sommes repus mais pas repentis… et on en redemande encore !

"Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)", Théâtre de l'Odéon, Paris

Nous sommes chez Wittgenstein, qui a marqué le monde de la philosophie avec son œuvre majeure "Tractatus logico-philosophicus", autour d'un déjeuner avec ses deux sœurs dans une mise en scène originale de Séverine Chavrier, où le jeu des acteurs, remarquable de vivacité, montre un intérieur où la raison a été laissée à la porte.



© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Sur scène, c'est un amoncellement de vaisselles brisées, disposées autour d'étagères habillées de quelques livres et de disques vinyles éparpillés au sol. Entre Ludwig Wittgenstein (Laurent Papot), portant difficilement une échelle sur le dos. Ce peut être un résumé de la pièce où les personnages sont debout mais prêt à tomber à tout instant. Wittgenstein est entourée de ses deux sœurs, Dene (Séverine Chavrier) et Ritter (Marie Bos) après son retour de l'asile.

L'atmosphère, nourrie de voix, de bruits, de vidéos, de musique, de photos, est appréhendée comme un personnage. Elle rend aussi compte, avec ses débarras et une vaisselle brisée en mille morceaux, d'une époque, pas tout à fait encore sortie de ses chamboulements de la Seconde Guerre mondiale, marquée par un passé nazi encore trop présent et que Thomas Bernhard (1931-1989), très critique à l'égard de son pays, l'Autriche, dénonçait. Kurt Waldheim* ne l'aurait pas démenti.

La scénographie, très chargée, est appuyée par un film vidéo et une caméra qui, pour le premier, montre les personnages dans différents endroits et, pour la deuxième, donne un aperçu de ce qui se passe sur scène sous différents angles.

Ludwig Wittgenstein a écrit, dans son célèbre "Tractatus logico-philosophicus" (1921), une réflexion sur le langage, ses limitations et la logique, avec ses contradictions inhérentes à ces propos. En préambule de l'ouvrage, et pour mettre en exergue l'indicibilité du langage, il reprend une phrase de l'écrivain autrichien Kürnberger (1821-1879) qui disait que "… tout ce que l'on sait, que l'on n'a pas seulement entendu comme un bruissement ou un grondement, se laisse dire en trois mots". Et du grondement et des bruissements, la pièce en regorge.

© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Ça crie, ça hurle, ça parle avec des cassures de rythmes et de tempo dans les voix. C'est intime, familier, rude et tendre à la fois. On mange sereinement puis on finit avec des profiteroles en plein visage, le tout ponctué par des engueulades ou des discussions intéressantes, anodines ou absurdes. La mise en table est aussi un cérémonial. C'est tout cet univers déjanté d'une famille autour de la figure du philosophe qui est mise en scène par Séverine Chavrier dans des situations créées par des personnages aux comportements passablement déjantés, foncièrement décalés, névrosés au bas mot. Leurs rapports alternent violence et tendresse sous des propos mâtinés d'une réelle franchise et d'une brusquerie dite sous les meilleurs auspices. Bref, quand la violence n'est pas dans le geste, elle est dans le mot.

Le jeu des acteurs est particulièrement réussi avec pour Laurent Papot, une incarnation remarquable de Wittgenstein qui le fait exister dans ses folies et ses déraisons. Son jeu consiste à traduire tous les excès et attitudes du philosophe par le biais de gesticulations soutenues par l'intensité du regard, par un corps presque en déséquilibre permanent et par l'oscillation d'une voix entre différentes tonalités.

La présence vocale est tout aussi prégnante chez Séverine Chavrier et surtout chez Marie Bos dont le timbre est particulièrement expressif. Leur jeu est beaucoup plus posé, presque calme, serein malgré le comportement de leur frère, le corps étant dans des attitudes plus "assises", comme acceptant un destin psychique familial autour du suicide de ses trois autres frères et la folie de Ludwig.Elles sont la raison d'une déraison, la trajectoire d'un chemin sinusoïdal qui pourrait nous mener vers la folie mais qui emprunte, grâce à elles, un détour vers un horizon où la musique devient le fil rouge du spectacle. Comme elle l'était pour Wittgenstein.

Et apparaît, dans quelques scènes, un brin d'humour autant dans les répliques que dans les gestuelles faisant de la pièce, une mosaïque de sentiments d'intensité à géométrie variable où une douce folie butine, sans être repue, avec l'absurde et le comique.

En trois mots… c'est superbe !

* Kurt Waldheim était secrétaire général des Nations Unies de 1972 à 1981 et président fédéral de la République d'Autriche de 1986 à 1992. Son passé nazi a été révélé le 3 mars 1986 par le journaliste Hubertus Czernin.

"Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)"

Texte : Thomas Bernhard.
Conception : Séverine Chavrier.
Scénographie : Benjamin Hautin.
Dramaturgie : Benjamin Chavrier.
Avec : Marie Bos (Ilse Ritter), Séverine Chavrier (Kirsten Dene), Laurent Papot (Gert Voss).
Lumière : Patrick Riou.
Son : Frédéric Morier.
Vidéo : Jérôme Vernez.
Et la participation en alternance des élèves du CRR - Conservatoire à Rayonnement Régional : Alma Bettencourt (piano), Maya Devane (violoncelle), Pierre Cornu-Deyme (flûte traversière), Juliette Benveniste (piano), Piermattia Severin (violon), Maïwen Levy (violoncelle), Isadora Hossenlop (piano), Zoé Moreau (violoncelle), Yan Maratka (clarinette).
Durée : 2 h 35, avec un entracte.

Du 13 au 29 mai 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h
Théâtre de l'Odéon, Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Mardi 24 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022