La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Nous sommes repus mais pas repentis… et on en redemande encore !

"Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)", Théâtre de l'Odéon, Paris

Nous sommes chez Wittgenstein, qui a marqué le monde de la philosophie avec son œuvre majeure "Tractatus logico-philosophicus", autour d'un déjeuner avec ses deux sœurs dans une mise en scène originale de Séverine Chavrier, où le jeu des acteurs, remarquable de vivacité, montre un intérieur où la raison a été laissée à la porte.



© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Sur scène, c'est un amoncellement de vaisselles brisées, disposées autour d'étagères habillées de quelques livres et de disques vinyles éparpillés au sol. Entre Ludwig Wittgenstein (Laurent Papot), portant difficilement une échelle sur le dos. Ce peut être un résumé de la pièce où les personnages sont debout mais prêt à tomber à tout instant. Wittgenstein est entourée de ses deux sœurs, Dene (Séverine Chavrier) et Ritter (Marie Bos) après son retour de l'asile.

L'atmosphère, nourrie de voix, de bruits, de vidéos, de musique, de photos, est appréhendée comme un personnage. Elle rend aussi compte, avec ses débarras et une vaisselle brisée en mille morceaux, d'une époque, pas tout à fait encore sortie de ses chamboulements de la Seconde Guerre mondiale, marquée par un passé nazi encore trop présent et que Thomas Bernhard (1931-1989), très critique à l'égard de son pays, l'Autriche, dénonçait. Kurt Waldheim* ne l'aurait pas démenti.

La scénographie, très chargée, est appuyée par un film vidéo et une caméra qui, pour le premier, montre les personnages dans différents endroits et, pour la deuxième, donne un aperçu de ce qui se passe sur scène sous différents angles.

Ludwig Wittgenstein a écrit, dans son célèbre "Tractatus logico-philosophicus" (1921), une réflexion sur le langage, ses limitations et la logique, avec ses contradictions inhérentes à ces propos. En préambule de l'ouvrage, et pour mettre en exergue l'indicibilité du langage, il reprend une phrase de l'écrivain autrichien Kürnberger (1821-1879) qui disait que "… tout ce que l'on sait, que l'on n'a pas seulement entendu comme un bruissement ou un grondement, se laisse dire en trois mots". Et du grondement et des bruissements, la pièce en regorge.

© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Ça crie, ça hurle, ça parle avec des cassures de rythmes et de tempo dans les voix. C'est intime, familier, rude et tendre à la fois. On mange sereinement puis on finit avec des profiteroles en plein visage, le tout ponctué par des engueulades ou des discussions intéressantes, anodines ou absurdes. La mise en table est aussi un cérémonial. C'est tout cet univers déjanté d'une famille autour de la figure du philosophe qui est mise en scène par Séverine Chavrier dans des situations créées par des personnages aux comportements passablement déjantés, foncièrement décalés, névrosés au bas mot. Leurs rapports alternent violence et tendresse sous des propos mâtinés d'une réelle franchise et d'une brusquerie dite sous les meilleurs auspices. Bref, quand la violence n'est pas dans le geste, elle est dans le mot.

Le jeu des acteurs est particulièrement réussi avec pour Laurent Papot, une incarnation remarquable de Wittgenstein qui le fait exister dans ses folies et ses déraisons. Son jeu consiste à traduire tous les excès et attitudes du philosophe par le biais de gesticulations soutenues par l'intensité du regard, par un corps presque en déséquilibre permanent et par l'oscillation d'une voix entre différentes tonalités.

La présence vocale est tout aussi prégnante chez Séverine Chavrier et surtout chez Marie Bos dont le timbre est particulièrement expressif. Leur jeu est beaucoup plus posé, presque calme, serein malgré le comportement de leur frère, le corps étant dans des attitudes plus "assises", comme acceptant un destin psychique familial autour du suicide de ses trois autres frères et la folie de Ludwig.Elles sont la raison d'une déraison, la trajectoire d'un chemin sinusoïdal qui pourrait nous mener vers la folie mais qui emprunte, grâce à elles, un détour vers un horizon où la musique devient le fil rouge du spectacle. Comme elle l'était pour Wittgenstein.

Et apparaît, dans quelques scènes, un brin d'humour autant dans les répliques que dans les gestuelles faisant de la pièce, une mosaïque de sentiments d'intensité à géométrie variable où une douce folie butine, sans être repue, avec l'absurde et le comique.

En trois mots… c'est superbe !

* Kurt Waldheim était secrétaire général des Nations Unies de 1972 à 1981 et président fédéral de la République d'Autriche de 1986 à 1992. Son passé nazi a été révélé le 3 mars 1986 par le journaliste Hubertus Czernin.

"Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)"

Texte : Thomas Bernhard.
Conception : Séverine Chavrier.
Scénographie : Benjamin Hautin.
Dramaturgie : Benjamin Chavrier.
Avec : Marie Bos (Ilse Ritter), Séverine Chavrier (Kirsten Dene), Laurent Papot (Gert Voss).
Lumière : Patrick Riou.
Son : Frédéric Morier.
Vidéo : Jérôme Vernez.
Et la participation en alternance des élèves du CRR - Conservatoire à Rayonnement Régional : Alma Bettencourt (piano), Maya Devane (violoncelle), Pierre Cornu-Deyme (flûte traversière), Juliette Benveniste (piano), Piermattia Severin (violon), Maïwen Levy (violoncelle), Isadora Hossenlop (piano), Zoé Moreau (violoncelle), Yan Maratka (clarinette).
Durée : 2 h 35, avec un entracte.

Du 13 au 29 mai 2016.
Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h
Théâtre de l'Odéon, Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Mardi 24 Mai 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024