La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Liszt, Schumann et Schönberg par Le Trio Karénine

Le dernier opus du Trio Karénine nous fait découvrir trois transcriptions rares de la "Vallée d'Obermann", des "Six Pièces en forme de canon" et de "La Nuit transfigurée" pour le violon, le violoncelle et le piano. Force est de constater que le pari est réussi et le voyage proposé passionnant dans l'aire romantique germanique de la seconde partie du XIXe siècle.



© Lyodoh Kaneko.
© Lyodoh Kaneko.
Le pari des Karénine dans cet enregistrement, c'est de nous proposer des transcriptions d'œuvres iconiques (Liszt, Schönberg) ou pas, réalisées par le compositeur ou un de ses disciples - et non le répertoire habituel du trio. Un exercice peut-être particulièrement difficile pour "La Nuit transfigurée" composée pour un sextuor. Crainte légitime : n'y aurait-il pas déperdition d'ampleur, de lyrisme, de force avec la réduction à trois instruments. À l'écoute de cet enregistrement, toute crainte s'envole. Ces transcriptions apparaissent pour ce qu'elles sont : des œuvres à part entière et ce, grâce aux compositeurs mais aussi au grand métier des musiciens.

Le programme s'ouvre sur la transcription de la sixième pièce du premier recueil (consacré à la "Suisse") du cycle des "Années de pèlerinage" de Franz Liszt. Cette "Vallée d'Obermann" dans le cycle originel, décrivant les états d'âme du héros de l'autobiographie romancée de Senancour, est composée en 1835 alors que Liszt est en Suisse avec Marie d'Agoult. Trente ans plus tard, Liszt la retranscrit pour le trio en la renommant (c'est désormais "Tristia") et en opérant quelques modifications. Il écrit une nouvelle introduction "Lento" et développe de nouvelles lignes mélodiques solo.

© Lyodoh Kaneko.
© Lyodoh Kaneko.
Paloma Kouider (piano), Fanny Robilliard (violon) et Louis Rodde (violoncelle) nous happent dès l'abord (et pendant les quinze minutes) d'un dialogue d'une grande éloquence. Ils cisèlent un discours profondément élégiaque faisant honneur au langage lisztien, propre "à exprimer tout ce qui en nous, franchit les horizons accoutumés" - tel que l'exprime lui-même le compositeur, attaché toute sa vie à une exigeante quête de l'Absolu. Cette union fiévreuse et inquiète de l'âme et du monde, qu'interprètent parfaitement nos artistes, se retrouvera dans la superbe nuit schönbergienne.

Plus rares, ces "Six Pièces canoniques" opus 56 de Robert Schumann composées à l'origine pour le piano-pédalier à Leipzig en 1845. Le compositeur, déjà instable et en proie aux angoisses, se réfugie dans l'œuvre du Maître. Retrempant son âme dans la fréquentation du génie du contrepoint, il livre ces "Six Pièces en forme de canon". C'est tantôt un pur hommage (écoutez la brève première partie ou l'"Adagio" de la sixième), et tantôt un accord de la manière du Kantor à son chant intérieur - comme le souligne souvent la partition, par exemple cette deuxième pièce "Mit innigen Ausdruck" toute irriguée de l'âme schumanienne. C'est le compositeur et organiste allemand Theodor Kirchner qui en livre une belle transcription qu'exalte le beau tempérament de notre Trio. On savoure pleinement la grande expressivité des chants et contrechants des trois voix, chacune ne se donnant jamais le beau rôle au détriment des autres.

Plus téméraire sur le papier, le CD offre comme pièce de choix "La Nuit transfigurée" dans l'audacieuse transcription d'Eduard Steuermann (un des créateurs du "Pierrot lunaire"). En lieu et place des deux violons, deux altos et deux violoncelles du sextuor originel, la formation violon, violoncelle, piano ne risque-t-elle pas d'affaiblir ce vrai poème quasi symphonique ? Il n'en est rien. Le Trio Karénine parvient brillamment à servir ce langage musical conçu par Schönberg pour dire l'inexprimable en outrepassant le verbe (en l'occurrence le poème de R. Dehmel). La complexité luxuriante du principe de la variation développante (théorisé par Carl Dahlhaus) ne perd rien ici. Les voix des trois instruments tissent avec une belle intensité une superbe texture aux denses réseaux motiviques, aux coloris subtiles dans les cinq parties de ce dialogue entre l'Homme et la Femme. La beauté bouleversante déployée par leur chant nous offre une conversation de toute beauté. Chapeau les Karénine !

Cette "Nuit transfigurée" sera donnée dans un concert au programme éclectique par le Trio Karénine le 15 mars en direct depuis la Salle Cortot et accessible sur le site Recit Hall.

Concert le 15 mars à 19 h sur >> recithall.com
Durée : 1 h 15, 10 euros.

● Trio Karénine "La Nuit transfigurée".
Paloma Kouider, Fanny Robilliard, Louis Rodde.
Label : Mirare.
Distribution : Pias France.
Sortie : 19 février 2021.

>> triokarenine.com

Christine Ducq
Mardi 9 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022