La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Papillon et la Lumière" De célestes battements d'ailes, des lumières aveuglantes et le savoir intranquille

Dans l'écrin noir de la petite salle du Cerisier, théâtre niché au cœur du quartier populaire de Bacalan, un plateau à hauteur de spectateurs accueille deux réverbères émergeant de la nuit noire. Un gigantesque soubassophone, dont l'impressionnant pavillon domine de deux bonnes têtes le musicien le portant à l'épaule, complète "le décor". Des notes s'échappant du cuivre à la tessiture grave retentissent pendant que l'actrice - interprétant tour à tour un jeune papillon fringant et son aîné apparemment bougon - virevolte sur elle-même, attirée inexorablement par les lumières trouant l'obscurité de leurs éclats artificiels.



© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Adapter à la scène le conte philosophique de Patrick Chamoiseau, écrivain martiniquais à l'imaginaire fertile, n'est pas simple affaire… Nadine Perez, amoureuse de la littérature créole et sud-américaine (voir ses précédentes adaptations des œuvres de Luis Sepúlveda) s'y attelle avec énergie, stimulée par l'exigence du texte présentant une sorte de défi… Comment rendre "conte" d'une pensée philosophique, sans l'édulcorer, tout en ménageant une dramaturgie propre à la représentation théâtrale ? Sa mise en jeu, sobre et efficace, est en soi une réponse.

Être "bêtement" subjugués par le paraître du bling-bling clinquant à souhait ne semble pas l'apanage de certains représentants de l'espèce humaine, hommes et femmes confondus en la circonstance dans la même attirance pour les paillettes étincelantes. Les papillons de nuit, eux aussi, s'y brûlent souvent les ailes… Pas étonnant alors que l'on trouve, au pied des réverbères, des monceaux d'ailes carbonisées pour avoir voulu de trop près tutoyer les lumières de la nuit.

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Mais alors pourquoi ce jeune papillon fringant, aux ailes d'une beauté juvénile, est-il si fasciné par ce spectacle féérique bien qu'annonciateur de mort ? Est-ce par inconscience ou bien parce que le récit qui s'attache à ces malheureux destins glorifie l'audacieux sacrifice ? Risquer sa vie pour connaître l'éblouissante lumière, n'est-ce pas plus héroïque que subir une existence obscure que l'on quittera, vieilli et rabougri, sans avoir vécu ? Être où ne pas être… telle pourrait être la question… Interrogation suffisamment déstabilisante pour qu'un "je-ne-sais-quoi" ou un "presque rien" salutaire ne mette en veille l'élan du novice, le dissuadant de se laisser piéger comme ses congénères par le miroir aux alouettes des promesses étincelantes.

Aussi le jeune papillon tout frétillant a-t-il des questions existentielles à poser lorsqu'il rencontre, par le plus pur des hasards (mais le hasard existe-t-il dans la rencontre ?), un vieux papillon aux ailes d'une splendeur époustouflante. Comment, grand dieu des papillons, cela est-il possible, surtout que le vieux bougre ne semble en rien appartenir à l'espèce des résignés de tous poils… Quel est donc ce secret qui les a préservés en vie, lui et ses magnifiques ailes ?

Un voyage initiatique à travers la ville endormie commence alors. Ménageant des pauses aux alentours de tout ce qui produit lumières (néons publicitaires, enseignes géantes avec Mac Donald's écrit en lettres de feu, feux tricolores, etc.), il permettra au jeune élève - "é-conduit" par son vieux maître qui jamais, ô grand jamais, n'apporte de réponses, mais tout au contraire questionne sans relâche dès qu'une once de début de solution semble avoir été trouvée par le papillon candide - d'y "voir un peu plus clair" parmi ces éclairages aveuglants.

Ainsi, loin des effets pervers de la maïeutique socratique visant à faire accoucher - certes avec grand art - d'un savoir prédéterminé détenu par les vieux sages, le vénérable papillon fuit tout prêt-à-porter de la connaissance. Pour lui, le savoir ne peut résulter que de découvertes personnelles, il est à inventer par chacun, au sens d'"inventer un trésor", découvrir quelque chose d'inconnu. Il n'est pas un, mais multiple ; aussi complexe que la complexité du vivant.

Alors, lorsqu'ils prendront l'un et l'autre - le jeune et le vieux réunis sans hiérarchie de savoirs dans le même élan vital - un envol pouvant à plus d'un titre être qualifié de solaire, nos yeux décillés par ce voyage initiatique s'ouvriront sur des espaces autrement lumineux… Le conte philosophique, incarné sur les planches par la narratrice prêtant corps et voix aux deux papillons, aura fait - théâtralement - mouche.

"Le Papillon et la lumière"

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
D'après le roman de Patrick Chamoiseau.
Adaptation : Nadine Perez.
Jeu : Nadine Perez.
Mise en scène : Jean-Marie Broucaret.
Création musicale et jeu : Benjamin Hautin (soubassophone).
Création lumière : Jean-François Hautin.
Durée : 1 h.
À partir de 10 ans.
Par Burloco Théâtre.

Présenté aux professionnels le jeudi 25 février 2021 à 14 h et vendredi 26 février 2021 à 10 h 30 au Théâtre Le Cerisier à Bordeaux (33).

Tournée (en fonction des dates de réouverture des salles de spectacle)
2e trimestre 2021 : Médiathèque de Mérignac (33), en présence de Patrick Chamoiseau.
4 et 5 juin 2021 : Médiathèque de Bazas (33) pendant "Les Nuits Atypiques du Sud Gironde".
25 septembre 2021 : Vendays-Montalivet (33).
Saison 2021-2022 : aux "Découvertes" à Biarritz (64) et au Théâtre Le Cerisier à Bordeaux (33).

Yves Kafka
Mercredi 10 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022