La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Papillon et la Lumière" De célestes battements d'ailes, des lumières aveuglantes et le savoir intranquille

Dans l'écrin noir de la petite salle du Cerisier, théâtre niché au cœur du quartier populaire de Bacalan, un plateau à hauteur de spectateurs accueille deux réverbères émergeant de la nuit noire. Un gigantesque soubassophone, dont l'impressionnant pavillon domine de deux bonnes têtes le musicien le portant à l'épaule, complète "le décor". Des notes s'échappant du cuivre à la tessiture grave retentissent pendant que l'actrice - interprétant tour à tour un jeune papillon fringant et son aîné apparemment bougon - virevolte sur elle-même, attirée inexorablement par les lumières trouant l'obscurité de leurs éclats artificiels.



© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Adapter à la scène le conte philosophique de Patrick Chamoiseau, écrivain martiniquais à l'imaginaire fertile, n'est pas simple affaire… Nadine Perez, amoureuse de la littérature créole et sud-américaine (voir ses précédentes adaptations des œuvres de Luis Sepúlveda) s'y attelle avec énergie, stimulée par l'exigence du texte présentant une sorte de défi… Comment rendre "conte" d'une pensée philosophique, sans l'édulcorer, tout en ménageant une dramaturgie propre à la représentation théâtrale ? Sa mise en jeu, sobre et efficace, est en soi une réponse.

Être "bêtement" subjugués par le paraître du bling-bling clinquant à souhait ne semble pas l'apanage de certains représentants de l'espèce humaine, hommes et femmes confondus en la circonstance dans la même attirance pour les paillettes étincelantes. Les papillons de nuit, eux aussi, s'y brûlent souvent les ailes… Pas étonnant alors que l'on trouve, au pied des réverbères, des monceaux d'ailes carbonisées pour avoir voulu de trop près tutoyer les lumières de la nuit.

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Mais alors pourquoi ce jeune papillon fringant, aux ailes d'une beauté juvénile, est-il si fasciné par ce spectacle féérique bien qu'annonciateur de mort ? Est-ce par inconscience ou bien parce que le récit qui s'attache à ces malheureux destins glorifie l'audacieux sacrifice ? Risquer sa vie pour connaître l'éblouissante lumière, n'est-ce pas plus héroïque que subir une existence obscure que l'on quittera, vieilli et rabougri, sans avoir vécu ? Être où ne pas être… telle pourrait être la question… Interrogation suffisamment déstabilisante pour qu'un "je-ne-sais-quoi" ou un "presque rien" salutaire ne mette en veille l'élan du novice, le dissuadant de se laisser piéger comme ses congénères par le miroir aux alouettes des promesses étincelantes.

Aussi le jeune papillon tout frétillant a-t-il des questions existentielles à poser lorsqu'il rencontre, par le plus pur des hasards (mais le hasard existe-t-il dans la rencontre ?), un vieux papillon aux ailes d'une splendeur époustouflante. Comment, grand dieu des papillons, cela est-il possible, surtout que le vieux bougre ne semble en rien appartenir à l'espèce des résignés de tous poils… Quel est donc ce secret qui les a préservés en vie, lui et ses magnifiques ailes ?

Un voyage initiatique à travers la ville endormie commence alors. Ménageant des pauses aux alentours de tout ce qui produit lumières (néons publicitaires, enseignes géantes avec Mac Donald's écrit en lettres de feu, feux tricolores, etc.), il permettra au jeune élève - "é-conduit" par son vieux maître qui jamais, ô grand jamais, n'apporte de réponses, mais tout au contraire questionne sans relâche dès qu'une once de début de solution semble avoir été trouvée par le papillon candide - d'y "voir un peu plus clair" parmi ces éclairages aveuglants.

Ainsi, loin des effets pervers de la maïeutique socratique visant à faire accoucher - certes avec grand art - d'un savoir prédéterminé détenu par les vieux sages, le vénérable papillon fuit tout prêt-à-porter de la connaissance. Pour lui, le savoir ne peut résulter que de découvertes personnelles, il est à inventer par chacun, au sens d'"inventer un trésor", découvrir quelque chose d'inconnu. Il n'est pas un, mais multiple ; aussi complexe que la complexité du vivant.

Alors, lorsqu'ils prendront l'un et l'autre - le jeune et le vieux réunis sans hiérarchie de savoirs dans le même élan vital - un envol pouvant à plus d'un titre être qualifié de solaire, nos yeux décillés par ce voyage initiatique s'ouvriront sur des espaces autrement lumineux… Le conte philosophique, incarné sur les planches par la narratrice prêtant corps et voix aux deux papillons, aura fait - théâtralement - mouche.

"Le Papillon et la lumière"

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
D'après le roman de Patrick Chamoiseau.
Adaptation : Nadine Perez.
Jeu : Nadine Perez.
Mise en scène : Jean-Marie Broucaret.
Création musicale et jeu : Benjamin Hautin (soubassophone).
Création lumière : Jean-François Hautin.
Durée : 1 h.
À partir de 10 ans.
Par Burloco Théâtre.

Présenté aux professionnels le jeudi 25 février 2021 à 14 h et vendredi 26 février 2021 à 10 h 30 au Théâtre Le Cerisier à Bordeaux (33).

Tournée (en fonction des dates de réouverture des salles de spectacle)
2e trimestre 2021 : Médiathèque de Mérignac (33), en présence de Patrick Chamoiseau.
4 et 5 juin 2021 : Médiathèque de Bazas (33) pendant "Les Nuits Atypiques du Sud Gironde".
25 septembre 2021 : Vendays-Montalivet (33).
Saison 2021-2022 : aux "Découvertes" à Biarritz (64) et au Théâtre Le Cerisier à Bordeaux (33).

Yves Kafka
Mercredi 10 Mars 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022