La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Misanthrope" ou une revisite contemporaine époustouflante de justesse

Alceste est atrabilaire jusqu'au bout des ongles. Il hait la nature humaine en tous points, surtout celle de la Cour et de la société mondaine, et épingle plus que tout les mœurs de son temps. Sa misanthropie fait finalement de lui le plus droit des hommes et le plus loyal, mais il lui manque une vertu : l'indulgence pour la conduite de ses semblables. Cela le pousse dans un rigorisme et une franchise extrêmes. S'il reçoit un compliment, il n'y verra que mensonge et hypocrisie, imposture, intérêt, trahison ou fourberie.



© Bernard Gilhodes pour la Cie Thomas Le Douarec.
© Bernard Gilhodes pour la Cie Thomas Le Douarec.
Paradoxalement, il est follement amoureux de Célimène, une femme, toute récemment veuve qui est l'égérie de cet univers qu'il hait tant : celui de la Cour où tout n'est que frivolité, apparences, faux-semblants, trahisons. Mais pas question pour lui de se plier aux compromis de cette société mondaine.

Parviendra-t-il à la faire quitter ce monde d'apparat, à lui pardonner en espérant qu'elle le suive dans sa retraite et ce qu'il appelle "son désert" ?

On se souvient que la soirée fut belle ce mercredi 22 juin à l'occasion de la première représentation de la pièce aux Écuries de Versailles dans le cadre de la 26ᵉ édition du "Mois Molière" en 2022, un mois de théâtre et de musique en plein cœur de la ville. Un fort joli lieu qui nous avait donné un avant-goût d'Avignon. Une représentation en plein air, sous le soleil, devant une salle comble et enthousiaste qui nous avait déjà totalement comblée.

De cette pièce, où Molière peint avec brio le cœur et l'âme humaine, Thomas Le Douarec a su en préserver la substantifique moelle et ne garder que l'essentiel des intentions de l'auteur : tendre coûte que coûte vers la vérité humaine et chercher un sens profond à l'existence, alors qu'à la Cour, tout pousse aux grimaces et au port du masque ! Encore lui… Déjà !

© Bernard Gilhodes pour la Cie Thomas Le Douarec.
© Bernard Gilhodes pour la Cie Thomas Le Douarec.
Nous n'avons pas pu rater la nouvelle programmation de la pièce au Théâtre de l'Épée de Bois à la Cartoucherie de Vincennes et c'est à nouveau avec un énorme plaisir que nous l'avons redécouverte.

Pas de soleil en ce samedi frisquet, mais de la neige sur les pelouses de la Cartoucherie de Vincennes et, surtout, un autre espace tout aussi majestueux : celui de la salle en pierre de l'Épée de Bois.

Dans cette adaptation par la Compagnie Thomas Le Dourec, la majesté des alexandrins est respectée et interprétée avec brio par l'ensemble des comédiens et comédiennes de la distribution. Une mention toute particulière, tout de même, pour la puissance et l'interprétation magistrale de Jean-Charles Chagachbanian dans le rôle d'Alceste. La passion de Thomas Le Douarec pour cette pièce a été secondée très largement par la force de conviction de son ami comédien qui voue depuis longtemps son amour pour ce personnage de Molière. À n'en point douter, la magie de leur complicité et de leur amitié œuvre toujours efficacement, et ce, pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Le résultat est époustouflant de maîtrise, notamment dans la juste répartition du comique et du tragique. Cela dit, pas de parti pris ostentatoire. Dans la mise en scène de Thomas Le Douarec, rien d'inutile ne dépasse et le parti pris du basculement contemporain de l'histoire sonne extrêmement juste : les téléphones portables jonglent harmonieusement entre les mains des comédiens, leurs images projetées sur le vaste mur en pierre de fond de scène sont justement bienvenues, sans compter la musique d'introduction électro de Thylacine qui irradie le tout…

Tout est taillé au cordeau, tant dans le jeu des huit comédiens et comédiennes que dans la scénographie sobre, mais suffisamment efficace pour rappeler que même 400 ans après son écriture, "la pièce est toujours à l'image du monde d'aujourd'hui : une pièce qui illumine ma vie de comédien et de metteur en scène. L'histoire de cet homme qui recherche sa vérité dans un monde perverti et hypocrite. Pour Molière, le constat est amer : la bonté et l'amour ne sauveront jamais le monde et la vérité encore moins…", Thomas Le Douarec.

© Bernard Gilhodes pour la Cie Thomas Le Douarec.
© Bernard Gilhodes pour la Cie Thomas Le Douarec.
Vu sous cet angle particulier, on peut se demander qui est finalement le plus misanthrope ! Molière lui-même ? Alceste ? Ou finalement un peu chacun et chacun d'entre nous qui, tout compte fait, sommes un peu toujours des Don Quichotte, nous battant contre des moulins à vent en œuvrant le mieux possible dans nos petites vies afin de trouver notre juste place dans la société ? Ou cherchant à la fuir sans y parvenir tout à fait… Le débat autour de cette pièce restera longtemps ouvert tant que des metteurs en scène, à l'image de Thomas Le Douarec, oseront s'y coller. Pour le plus grand bien de tous !

Les choix scénographiques de ce metteur en scène prolixe (qui a déjà à son actif plus d'une cinquantaine de productions) n'occultent en rien le texte du célèbre dramaturge. Bien au contraire. Encore une fois, ils subliment avec justesse le texte en alexandrins qui est porté haut et fort par les comédiens et les comédiennes, sans excès ni volonté ostentatoire d'être dit juste pour être dit !

Les décors nous plongent d'emblée dans une réalité contemporaine affichée : deux fauteuils en PVC transparents, une guitare électrique, une rangée de néons fluorescents pointés vers le ciel, des seaux à champagne remplis de bouteilles. Ceux-ci embrassent une action scénique ponctuée de deux morceaux de musique à la guitare électrique juste à leur place, d'entrées et de sorties rigoureuses et flamboyantes des comédiens et comédiennes, tous très beaux et très belles à plusieurs égards…

Jean-Charles Chagachbanian et Jeanne Pajon, interprétant respectivement les rôles d'Alceste et de Célimène, gardent tout au long de la représentation une ampleur virevoltante et fine dans leurs interprétations. Philippe Maymat dans le rôle de Philinte (qui scelle avec bonheur, à l'occasion de cette pièce, ses retrouvailles avec Thomas Le Douarec) parvient par son jeu et à son charisme à tempérer les excès d'Alceste.

Cette nouvelle mise en scène de Thomas est un délice. "Je souhaite que le spectateur soit ébranlé par ce qu'il a vu : une vision sans compromis de notre époque contemporaine", Thomas Le Douarec.

Nous l'avons été à nouveau, quant à nous, conquise, en ce samedi janvier où, fidèle à lui-même face à l'enthousiasme du public conquis, Thomas Le Douarec a pris la parole lors des applaudissements et a salué chaque comédien et chaque comédienne de façon un peu nostalgique… Pourquoi cette tradition au théâtre a-t-elle disparu ?
Chapeau bas, Thomas ! Et merci ! Merci !

"Le Misanthrope"

"Le Misanthrope"
Texte : Molière.
Adaptation, mise en scène : Thomas Le Douarec.
Assistantes à la mise en scène : Caroline Devismes et Virginie Dewees.
Avec : Jean-Charles Ghagachbanian, Philippe Maymat ou Emmanuel Rehbinder, Thomas Le Douarec, Jeanne Pajon, Justine Vultaggio, Rémi Johnsen, Valérian Béhar-Bonnet et Caroline Devismes.
Lumières : Stéphane Balny.
Costumes : Marlotte.
Musique : Valérian Béhar-Bonnet.
Décors : David Lionne et Jérôme Lebertre.
Par la Compagnie Thomas Le Douarec.
Durée : 1 h 55.

Du 11 janvier au 4 février 2024.
Du jeudi au samedi à 21 h, samedi et dimanche à 16 h 30.
Théâtre de l'Epée de Bois, Salle en pierre, Cartoucherie de Vincennes, Paris 12e,
01 48 08 39 74.
>> epeedebois.com

Brigitte Corrigou
Mercredi 24 Janvier 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023