La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Conte des Contes" Entrez, mesdames, messieurs, entrez ici pour en prendre plein les mirettes, plein les oreilles et plein le cœur !

Le maître de cérémonie a le visage fardé de blanc, veste blanche, cheveux gominés. Il est svelte comme un chat. Il arpente la scène dans son rond de lumière et ouvre, avec malice et un sens aigu de l'ironie sans fard (elle), les portes d'un univers à la fois baroque, lumineux, obscur, réel et féérique. C'est dans la terre fertile de contes populaires italiens qu'Omar Porras et le Teatro Malandro ont puisé les germes de cette poussée de rires et d'émotions qu'est "Le Conte des Contes".



© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
À l'origine de ce projet longuement mûri, rêvé, caressé par le metteur en scène, était le texte de Giambattista Basile, "Lo Cunto de li cunti" (publié entre 1634 et 1636), écrit en dialecte napolitain. Un récit également connu sous le nom de "Pentamerone" puisqu'il s'articule autour de dix conteuses racontant chacune cinq contes durant cinq jours (un pendant merveilleux au "Decameron" de Boccace). À partir de ce gros recueil, Omar Porras invente une construction dramatique centrée sur une famille et une forme scénique qui se présente comme un cabaret. Un de ces cabarets mythiques dans lesquels surgissent à parts égales monstruosité, beauté, érotisme et burlesque.

Et musiques, danses, paillettes, plumes et corps sont là mais le spectacle est très éloigné d'une vitrine froide rutilante de brillants et de strass. Car ces contes, inspirés de fables recueillies à Naples, en Toscane, en Sicile et à Venise dans les tavernes et les rues de l'Italie du XVIIe siècle, ont tous la saveur cruelle et sanglante de la verve populaire. Prenant cette truculence à bras le corps, Omar Porras et sa troupe de comédiens, chanteurs, musiciens inscrivent ces différentes histoires dans la chair de personnages façonnés avec soin.

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
Osant la caricature extrême parfois, jouant des physiques et des déplacements dans une rigueur mathématique, arborant des maquillages et des costumes éclatants, entre réalisme et excentricité, les sept interprètes, comme des semeurs de féérie, courent tout au long du spectacle à travers différents contes dont certains résonnent à nos oreilles comme des refrains.

Le "Pentamerone" recèle en effet une grande partie des contes qui, plus tard, inspireront Perrault, les frères Grimm, Alan Poe, Irving et bien d'autres. Mais ici, pas de douceurs, de sucreries, de tiédeur. La force de la farce populaire pulse sans cesse sous l'apparence scintillante du cabaret.

Il faut parler ici de la partition musicale de Christophe Fossemalle. Créée de bout en bout, tableau après tableau, alternant toutes sortes de styles, de musiques, de chansons, celle-ci est partie intégrante du spectacle, ainsi que la bande-son qui ouvre des espaces oniriques surprenants. Quant à la mise en scène d'Omar Porras (associée à sa direction d'acteurs), elle provoque un rythme effréné qui joue des emballements et de temps de reflux avec art, si bien que le spectacle semble ne durer qu'un instant.

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
L'adaptation est fine, suffisamment réactualisée pour donner un visage contemporain à ces contes et aux thèmes qui les traversent. L'émotion, elle, parfois portée par un passage de texte, parfois par un air, un accompagnement au piano, parfois par un geste, une chorégraphie, fait basculer les cœurs, tandis que l'ironie qui diffuse son impertinence du début à la fin, provoque l'hilarité.

On aurait envie de parler de cocktail réussi, mais l'image est faible en comparaison du feu d'artifice que les sept interprètes de ce "Conte des Contes" émettent de toutes leurs voix, de tous leurs gestes, de toutes leurs incroyables énergies et de leur magnifique précision.

"Le Conte des Contes"

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
D'après "Lo Cunto de li cunti" de Giambattista Basile.
Adaptation et traduction : Marco Sabbatini et Omar Porras.
Conception et mise en scène : Omar Porras (Teatro Malandro).
Assistante à la mise en scène : Capucine Maillard.
Avec : Simon Bonvin, Jonathan Diggelmann, Philippe Gouin, Mirabelle Gremaud, Jeanne Pasquier, Cyril Romoli, Audrey Saad.
Chorégraphie : Erik Othelius Pehau-Sorensen.
Scénographie : Amélie Kiritzé-Topor.
Composition, arrangements et direction musicale : Christophe Fossemalle.
Costumes : Bruno Fatalot, assisté de Domitile Guinchard.
Couture et habillage : Karine Dubois et Julie Raonison.
Stagiaire couture : Margaux Bapst.
Accessoires et effets spéciaux : Laurent Boulanger, assisté de Lucia Sulliger.
Tapissier : Yvan Schlatter.
Stagiaire accessoires : Viviane Mentha.
Maquillages et perruques : Véronique Soulier-Nguyen, assistée de Léa Arraez.
Régie générale : Gabriel Sklenar.

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
Création sonore : Emmanuel Nappey.
Co-création lumière : Benoit Fenayon et Marc-Étienne Despland.
Régie son : Benjamin Tixhon et Roméo Bonvin.
Régie lumière : Marc-Étienne Despland et Laurent Magnin.
Construction du décor : Christophe Reichel, Alexandre Genoud, Chingo Bensong et Noé Stehlé.
Peinture : Béatrice Lipp et Martine Cherix.
Apprentis techniciens de scène : Léo Bachmann et Arno Fossati.
Production et production déléguée : TKM Théâtre Kléber-Méleau, Renens.
Coproduction : Théâtre de Carouge.
Avec le soutien de : Pour-cent culturel Migros, Fondation Champoud.
La chanson "Angel" a été composée par Philippe Gouin (Fabiana Medina/Philippe Gouin).
Durée : 1 h 30.
À partir de 12 ans.

A été représenté les 15 et 16 décembre 2021 dans la Grande Salle de Château Rouge - Scène conventionnée, Annemasse (74).

Du 1er au 20 mars 2022.
Mardi, mercredi et samedi à 19 h, jeudi et vendredi à 20 h, dimanche à 17 h 30.
TKM Théâtre Kléber-Méleau, Chemin de l'Usine à Gaz, Renens-Malley, Suisse.

>> Théâtre Malandro

Bruno Fougniès
Vendredi 24 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022