La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Conte des Contes" Entrez, mesdames, messieurs, entrez ici pour en prendre plein les mirettes, plein les oreilles et plein le cœur !

Le maître de cérémonie a le visage fardé de blanc, veste blanche, cheveux gominés. Il est svelte comme un chat. Il arpente la scène dans son rond de lumière et ouvre, avec malice et un sens aigu de l'ironie sans fard (elle), les portes d'un univers à la fois baroque, lumineux, obscur, réel et féérique. C'est dans la terre fertile de contes populaires italiens qu'Omar Porras et le Teatro Malandro ont puisé les germes de cette poussée de rires et d'émotions qu'est "Le Conte des Contes".



© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
À l'origine de ce projet longuement mûri, rêvé, caressé par le metteur en scène, était le texte de Giambattista Basile, "Lo Cunto de li cunti" (publié entre 1634 et 1636), écrit en dialecte napolitain. Un récit également connu sous le nom de "Pentamerone" puisqu'il s'articule autour de dix conteuses racontant chacune cinq contes durant cinq jours (un pendant merveilleux au "Decameron" de Boccace). À partir de ce gros recueil, Omar Porras invente une construction dramatique centrée sur une famille et une forme scénique qui se présente comme un cabaret. Un de ces cabarets mythiques dans lesquels surgissent à parts égales monstruosité, beauté, érotisme et burlesque.

Et musiques, danses, paillettes, plumes et corps sont là mais le spectacle est très éloigné d'une vitrine froide rutilante de brillants et de strass. Car ces contes, inspirés de fables recueillies à Naples, en Toscane, en Sicile et à Venise dans les tavernes et les rues de l'Italie du XVIIe siècle, ont tous la saveur cruelle et sanglante de la verve populaire. Prenant cette truculence à bras le corps, Omar Porras et sa troupe de comédiens, chanteurs, musiciens inscrivent ces différentes histoires dans la chair de personnages façonnés avec soin.

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
Osant la caricature extrême parfois, jouant des physiques et des déplacements dans une rigueur mathématique, arborant des maquillages et des costumes éclatants, entre réalisme et excentricité, les sept interprètes, comme des semeurs de féérie, courent tout au long du spectacle à travers différents contes dont certains résonnent à nos oreilles comme des refrains.

Le "Pentamerone" recèle en effet une grande partie des contes qui, plus tard, inspireront Perrault, les frères Grimm, Alan Poe, Irving et bien d'autres. Mais ici, pas de douceurs, de sucreries, de tiédeur. La force de la farce populaire pulse sans cesse sous l'apparence scintillante du cabaret.

Il faut parler ici de la partition musicale de Christophe Fossemalle. Créée de bout en bout, tableau après tableau, alternant toutes sortes de styles, de musiques, de chansons, celle-ci est partie intégrante du spectacle, ainsi que la bande-son qui ouvre des espaces oniriques surprenants. Quant à la mise en scène d'Omar Porras (associée à sa direction d'acteurs), elle provoque un rythme effréné qui joue des emballements et de temps de reflux avec art, si bien que le spectacle semble ne durer qu'un instant.

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
L'adaptation est fine, suffisamment réactualisée pour donner un visage contemporain à ces contes et aux thèmes qui les traversent. L'émotion, elle, parfois portée par un passage de texte, parfois par un air, un accompagnement au piano, parfois par un geste, une chorégraphie, fait basculer les cœurs, tandis que l'ironie qui diffuse son impertinence du début à la fin, provoque l'hilarité.

On aurait envie de parler de cocktail réussi, mais l'image est faible en comparaison du feu d'artifice que les sept interprètes de ce "Conte des Contes" émettent de toutes leurs voix, de tous leurs gestes, de toutes leurs incroyables énergies et de leur magnifique précision.

"Le Conte des Contes"

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
D'après "Lo Cunto de li cunti" de Giambattista Basile.
Adaptation et traduction : Marco Sabbatini et Omar Porras.
Conception et mise en scène : Omar Porras (Teatro Malandro).
Assistante à la mise en scène : Capucine Maillard.
Avec : Simon Bonvin, Jonathan Diggelmann, Philippe Gouin, Mirabelle Gremaud, Jeanne Pasquier, Cyril Romoli, Audrey Saad.
Chorégraphie : Erik Othelius Pehau-Sorensen.
Scénographie : Amélie Kiritzé-Topor.
Composition, arrangements et direction musicale : Christophe Fossemalle.
Costumes : Bruno Fatalot, assisté de Domitile Guinchard.
Couture et habillage : Karine Dubois et Julie Raonison.
Stagiaire couture : Margaux Bapst.
Accessoires et effets spéciaux : Laurent Boulanger, assisté de Lucia Sulliger.
Tapissier : Yvan Schlatter.
Stagiaire accessoires : Viviane Mentha.
Maquillages et perruques : Véronique Soulier-Nguyen, assistée de Léa Arraez.
Régie générale : Gabriel Sklenar.

© LaureN Pasche.
© LaureN Pasche.
Création sonore : Emmanuel Nappey.
Co-création lumière : Benoit Fenayon et Marc-Étienne Despland.
Régie son : Benjamin Tixhon et Roméo Bonvin.
Régie lumière : Marc-Étienne Despland et Laurent Magnin.
Construction du décor : Christophe Reichel, Alexandre Genoud, Chingo Bensong et Noé Stehlé.
Peinture : Béatrice Lipp et Martine Cherix.
Apprentis techniciens de scène : Léo Bachmann et Arno Fossati.
Production et production déléguée : TKM Théâtre Kléber-Méleau, Renens.
Coproduction : Théâtre de Carouge.
Avec le soutien de : Pour-cent culturel Migros, Fondation Champoud.
La chanson "Angel" a été composée par Philippe Gouin (Fabiana Medina/Philippe Gouin).
Durée : 1 h 30.
À partir de 12 ans.

A été représenté les 15 et 16 décembre 2021 dans la Grande Salle de Château Rouge - Scène conventionnée, Annemasse (74).

Du 1er au 20 mars 2022.
Mardi, mercredi et samedi à 19 h, jeudi et vendredi à 20 h, dimanche à 17 h 30.
TKM Théâtre Kléber-Méleau, Chemin de l'Usine à Gaz, Renens-Malley, Suisse.

>> Théâtre Malandro

Bruno Fougniès
Vendredi 24 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022