La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

La fête à Boby : un hommage jazzy-jasé.. Mais c'est Bibi aurait dit Boby !

Si les chansons de Boby Lapointe ont donné (et donne encore) lieu à de nombreux hommages scéniques (dont l'excellent et mémorable spectacle "Aubade à Lydie" de Christine Costa dans les années quatre-vingts*), la chose est beaucoup plus rare dans le domaine discographique. "La Fête à Boby", CD que l'on doit à Jean-Marie Machado et André Minvielle, en est d'autant plus précieux... qu'il est remarquablement bien réussi.



Détail de l'affiche du spectacle © Cecil Mathieu.
Détail de l'affiche du spectacle © Cecil Mathieu.
Celui qui fut l'ami de Brassens ne connut pas sa célébrité malgré une œuvre de plus d'une cinquantaine de chansons, originale, iconoclaste et unique. Mais il laissa dans les mémoires de plusieurs générations des mélodies joyeuses portant des textes tissés de mots magiques aux rimes ludiques qui ont la particularité de procurer toujours autant de plaisir, tant à la lecture qu'à l'écoute (qualité rare, voire exceptionnelle). Et cela valait bien une Fête... à Boby Lapointe.

La première particularité de cette album hommage est que, sur les treize titres proposés, quatre sont des créations originales - textes d'André Minvielle et musiques de Jean-Marie Machado : "Boby en si Bibi", "Le vivant", "La fête à Boby"(orchestral) et "Papalà". L'occasion pour le pianiste et compositeur Jean-Marie Machado de dépasser le réarrangement des succès de Boby pour s'approprier son univers, créant des compositions musicales originales en symbiose avec l'écriture du chanteur slameur occitan (gascon) André Minvielle, et mettant en avant les talents des musiciens solistes de jazz de la formation Danzas (créée en 2008 par Machado), compagnons de cette aventure hors du commun.

© Cecil Mathieu.
© Cecil Mathieu.
La deuxième particularité réside dans le travail effectué par Jean-Marie Machado sur les neuf chansons choisis de Boby Lapointe. Évitant l’abstraction jazzistique qu'aurait pu engendrer l'écriture de Boby, souvent mathématique, à la linguistique parfois asynchrone, jouant de jeux de mots inversés en contrepèteries "rimiques" et rythmiques, il a su créer des arrangements dynamiques, souvent audacieux, mais toujours vivifiants, swinguants et festifs. Il a été aidé en cela bien sûr par André Minvielle (choix judicieux qui s'avère évident à l'écoute du CD) qui, en apportant son scat, son phrasé si particulier et reconnaissable, donne une énergie, une tonicité, une démesure quasi joviale à la prose "accentuée", "onomatopéique" de Boby Lapointe. Ajoutée à tout cela la parfaite cohésion orchestrale de Danzas qui habite littéralement les compositions de Machado. Ah ! Les envolées joviales des cuivres - ambiance aérienne de fanfare jazzy - sur "Ta Katie t'a quitté", le subtil jeu de piano de Jean-Marie Machado et la douceur de la flûte de Jocelyn Mienniel sur "Insomnie", le vibraphone étincelant, pétillant de Jean-Marc Quillet sur "L'hélicon" ou sur "Poisson Fa", ou enfin l'accordéon à la chaloupe parfaitement argentine de Didier Ithursarry sur "Lumière tango".

André Minvielle et Jean-Marie Machado © Cecil Mathieu.
André Minvielle et Jean-Marie Machado © Cecil Mathieu.
Et quelle belle idée de commencer le CD par une chanson au swing nougaresque, "Boby en si Bibi", portée par la voix ensoleillée à l'accent enraciné au Sud d'André Minvielle, pour nous donner une courte mais humoristique biographie du héros, héraut, Hérault de Pézenas. Passant de l'enfance amusée d'apprenti musicien - entre solfège et archet - à la participation forcée au STO et les aventures de Robert Foulcan aux multiples petits métiers "gagne-pain" ; et finissant sur la méthode bibi-binaire (application du système hexadécimal inventée en 1968 par Boby), ensemble agrémenté de refrains scattés sur la prononciation de la numération Bibi : "Ho Ha He Hi/Bo Ba Be Bi/Boby or not to Bibi/Ko Ka Ke Ki/Do Da De Di/Boby or not to Bibi".

"La Fête à Boby" est un CD (mais également un spectacle) qui procure le bonheur de l'enfance, de ce bonheur qui nous donne conscience du vivant... Une cure de jouvence qui nous rappelle que les mots peuvent être magiques, enchanteurs et farceurs... Et que, dans dans les années soixante soixante-dix, ceux-ci avait leur "Merlin". Aujourd’hui, nous savons qu'il est toujours vivant, il se nomme Boby. Un magicien ne meurt jamais... Surtout quand ceux qui perpétuent ses sorts de mots à ressorts se nomment Jean-Marie Machado et André Minvielle. Et ça valait bien une fête... Une fête à qui ? Mais à Bibi aurait dit Boby !

La fête à Boby : un hommage jazzy-jasé.. Mais c'est Bibi aurait dit Boby !
*Christine Costa, "Aubade à Lydie" (création en 1977), hommage à Boby Lapointe, mise en scène collective avec Daniel Sanzey, Fabrice Costa, S. Belloc, D. Berdou., J. Sireau (à l'affiche du Café d’Edgar à Paris et 10 ans de tournée).

• Jean-Marie Machado & Danzas invitent André Minvielle "La Fête à Boby".
Sortie en octobre 2012.
Label : Bee Jazz. Distribution : Abeille Musique.

Danzas : Jean-Charles Richard (saxophones), Gueorgui Kornazov (trombone), Joce Mienniel (flûte), François Thuillier (tuba), Didier Ithursarry (accordéon), François Merville (batterie et percussions), Jean-Marc Quillet (vibraphone, percussions et voix sur piste 13).

• "La Fête à Boby" version scène.
17 octobre 2012 : Café de la Danse, Paris (Spécial sortie d'album).
11 novembre 2012 : Théâtre de Chelles (77).
17 novembre 2012 : Théâtre de la Vallée d'Yerres, Brunoy (91).
8 janvier 2013 : Le Moulin du Roc, Niort (79).
19 février 2013 : Centre des bords de Marne, Le Perreux (94).
9 et 10 avril 2013 : Scène Nationale, Sète (34).

Gil Chauveau
Mardi 16 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020