La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

La fête à Boby : un hommage jazzy-jasé.. Mais c'est Bibi aurait dit Boby !

Si les chansons de Boby Lapointe ont donné (et donne encore) lieu à de nombreux hommages scéniques (dont l'excellent et mémorable spectacle "Aubade à Lydie" de Christine Costa dans les années quatre-vingts*), la chose est beaucoup plus rare dans le domaine discographique. "La Fête à Boby", CD que l'on doit à Jean-Marie Machado et André Minvielle, en est d'autant plus précieux... qu'il est remarquablement bien réussi.



Détail de l'affiche du spectacle © Cecil Mathieu.
Détail de l'affiche du spectacle © Cecil Mathieu.
Celui qui fut l'ami de Brassens ne connut pas sa célébrité malgré une œuvre de plus d'une cinquantaine de chansons, originale, iconoclaste et unique. Mais il laissa dans les mémoires de plusieurs générations des mélodies joyeuses portant des textes tissés de mots magiques aux rimes ludiques qui ont la particularité de procurer toujours autant de plaisir, tant à la lecture qu'à l'écoute (qualité rare, voire exceptionnelle). Et cela valait bien une Fête... à Boby Lapointe.

La première particularité de cette album hommage est que, sur les treize titres proposés, quatre sont des créations originales - textes d'André Minvielle et musiques de Jean-Marie Machado : "Boby en si Bibi", "Le vivant", "La fête à Boby"(orchestral) et "Papalà". L'occasion pour le pianiste et compositeur Jean-Marie Machado de dépasser le réarrangement des succès de Boby pour s'approprier son univers, créant des compositions musicales originales en symbiose avec l'écriture du chanteur slameur occitan (gascon) André Minvielle, et mettant en avant les talents des musiciens solistes de jazz de la formation Danzas (créée en 2008 par Machado), compagnons de cette aventure hors du commun.

© Cecil Mathieu.
© Cecil Mathieu.
La deuxième particularité réside dans le travail effectué par Jean-Marie Machado sur les neuf chansons choisis de Boby Lapointe. Évitant l’abstraction jazzistique qu'aurait pu engendrer l'écriture de Boby, souvent mathématique, à la linguistique parfois asynchrone, jouant de jeux de mots inversés en contrepèteries "rimiques" et rythmiques, il a su créer des arrangements dynamiques, souvent audacieux, mais toujours vivifiants, swinguants et festifs. Il a été aidé en cela bien sûr par André Minvielle (choix judicieux qui s'avère évident à l'écoute du CD) qui, en apportant son scat, son phrasé si particulier et reconnaissable, donne une énergie, une tonicité, une démesure quasi joviale à la prose "accentuée", "onomatopéique" de Boby Lapointe. Ajoutée à tout cela la parfaite cohésion orchestrale de Danzas qui habite littéralement les compositions de Machado. Ah ! Les envolées joviales des cuivres - ambiance aérienne de fanfare jazzy - sur "Ta Katie t'a quitté", le subtil jeu de piano de Jean-Marie Machado et la douceur de la flûte de Jocelyn Mienniel sur "Insomnie", le vibraphone étincelant, pétillant de Jean-Marc Quillet sur "L'hélicon" ou sur "Poisson Fa", ou enfin l'accordéon à la chaloupe parfaitement argentine de Didier Ithursarry sur "Lumière tango".

André Minvielle et Jean-Marie Machado © Cecil Mathieu.
André Minvielle et Jean-Marie Machado © Cecil Mathieu.
Et quelle belle idée de commencer le CD par une chanson au swing nougaresque, "Boby en si Bibi", portée par la voix ensoleillée à l'accent enraciné au Sud d'André Minvielle, pour nous donner une courte mais humoristique biographie du héros, héraut, Hérault de Pézenas. Passant de l'enfance amusée d'apprenti musicien - entre solfège et archet - à la participation forcée au STO et les aventures de Robert Foulcan aux multiples petits métiers "gagne-pain" ; et finissant sur la méthode bibi-binaire (application du système hexadécimal inventée en 1968 par Boby), ensemble agrémenté de refrains scattés sur la prononciation de la numération Bibi : "Ho Ha He Hi/Bo Ba Be Bi/Boby or not to Bibi/Ko Ka Ke Ki/Do Da De Di/Boby or not to Bibi".

"La Fête à Boby" est un CD (mais également un spectacle) qui procure le bonheur de l'enfance, de ce bonheur qui nous donne conscience du vivant... Une cure de jouvence qui nous rappelle que les mots peuvent être magiques, enchanteurs et farceurs... Et que, dans dans les années soixante soixante-dix, ceux-ci avait leur "Merlin". Aujourd’hui, nous savons qu'il est toujours vivant, il se nomme Boby. Un magicien ne meurt jamais... Surtout quand ceux qui perpétuent ses sorts de mots à ressorts se nomment Jean-Marie Machado et André Minvielle. Et ça valait bien une fête... Une fête à qui ? Mais à Bibi aurait dit Boby !

La fête à Boby : un hommage jazzy-jasé.. Mais c'est Bibi aurait dit Boby !
*Christine Costa, "Aubade à Lydie" (création en 1977), hommage à Boby Lapointe, mise en scène collective avec Daniel Sanzey, Fabrice Costa, S. Belloc, D. Berdou., J. Sireau (à l'affiche du Café d’Edgar à Paris et 10 ans de tournée).

• Jean-Marie Machado & Danzas invitent André Minvielle "La Fête à Boby".
Sortie en octobre 2012.
Label : Bee Jazz. Distribution : Abeille Musique.

Danzas : Jean-Charles Richard (saxophones), Gueorgui Kornazov (trombone), Joce Mienniel (flûte), François Thuillier (tuba), Didier Ithursarry (accordéon), François Merville (batterie et percussions), Jean-Marc Quillet (vibraphone, percussions et voix sur piste 13).

• "La Fête à Boby" version scène.
17 octobre 2012 : Café de la Danse, Paris (Spécial sortie d'album).
11 novembre 2012 : Théâtre de Chelles (77).
17 novembre 2012 : Théâtre de la Vallée d'Yerres, Brunoy (91).
8 janvier 2013 : Le Moulin du Roc, Niort (79).
19 février 2013 : Centre des bords de Marne, Le Perreux (94).
9 et 10 avril 2013 : Scène Nationale, Sète (34).

Gil Chauveau
Mardi 16 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022