La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

La fête à Boby : un hommage jazzy-jasé.. Mais c'est Bibi aurait dit Boby !

Si les chansons de Boby Lapointe ont donné (et donne encore) lieu à de nombreux hommages scéniques (dont l'excellent et mémorable spectacle "Aubade à Lydie" de Christine Costa dans les années quatre-vingts*), la chose est beaucoup plus rare dans le domaine discographique. "La Fête à Boby", CD que l'on doit à Jean-Marie Machado et André Minvielle, en est d'autant plus précieux... qu'il est remarquablement bien réussi.



Détail de l'affiche du spectacle © Cecil Mathieu.
Détail de l'affiche du spectacle © Cecil Mathieu.
Celui qui fut l'ami de Brassens ne connut pas sa célébrité malgré une œuvre de plus d'une cinquantaine de chansons, originale, iconoclaste et unique. Mais il laissa dans les mémoires de plusieurs générations des mélodies joyeuses portant des textes tissés de mots magiques aux rimes ludiques qui ont la particularité de procurer toujours autant de plaisir, tant à la lecture qu'à l'écoute (qualité rare, voire exceptionnelle). Et cela valait bien une Fête... à Boby Lapointe.

La première particularité de cette album hommage est que, sur les treize titres proposés, quatre sont des créations originales - textes d'André Minvielle et musiques de Jean-Marie Machado : "Boby en si Bibi", "Le vivant", "La fête à Boby"(orchestral) et "Papalà". L'occasion pour le pianiste et compositeur Jean-Marie Machado de dépasser le réarrangement des succès de Boby pour s'approprier son univers, créant des compositions musicales originales en symbiose avec l'écriture du chanteur slameur occitan (gascon) André Minvielle, et mettant en avant les talents des musiciens solistes de jazz de la formation Danzas (créée en 2008 par Machado), compagnons de cette aventure hors du commun.

© Cecil Mathieu.
© Cecil Mathieu.
La deuxième particularité réside dans le travail effectué par Jean-Marie Machado sur les neuf chansons choisis de Boby Lapointe. Évitant l’abstraction jazzistique qu'aurait pu engendrer l'écriture de Boby, souvent mathématique, à la linguistique parfois asynchrone, jouant de jeux de mots inversés en contrepèteries "rimiques" et rythmiques, il a su créer des arrangements dynamiques, souvent audacieux, mais toujours vivifiants, swinguants et festifs. Il a été aidé en cela bien sûr par André Minvielle (choix judicieux qui s'avère évident à l'écoute du CD) qui, en apportant son scat, son phrasé si particulier et reconnaissable, donne une énergie, une tonicité, une démesure quasi joviale à la prose "accentuée", "onomatopéique" de Boby Lapointe. Ajoutée à tout cela la parfaite cohésion orchestrale de Danzas qui habite littéralement les compositions de Machado. Ah ! Les envolées joviales des cuivres - ambiance aérienne de fanfare jazzy - sur "Ta Katie t'a quitté", le subtil jeu de piano de Jean-Marie Machado et la douceur de la flûte de Jocelyn Mienniel sur "Insomnie", le vibraphone étincelant, pétillant de Jean-Marc Quillet sur "L'hélicon" ou sur "Poisson Fa", ou enfin l'accordéon à la chaloupe parfaitement argentine de Didier Ithursarry sur "Lumière tango".

André Minvielle et Jean-Marie Machado © Cecil Mathieu.
André Minvielle et Jean-Marie Machado © Cecil Mathieu.
Et quelle belle idée de commencer le CD par une chanson au swing nougaresque, "Boby en si Bibi", portée par la voix ensoleillée à l'accent enraciné au Sud d'André Minvielle, pour nous donner une courte mais humoristique biographie du héros, héraut, Hérault de Pézenas. Passant de l'enfance amusée d'apprenti musicien - entre solfège et archet - à la participation forcée au STO et les aventures de Robert Foulcan aux multiples petits métiers "gagne-pain" ; et finissant sur la méthode bibi-binaire (application du système hexadécimal inventée en 1968 par Boby), ensemble agrémenté de refrains scattés sur la prononciation de la numération Bibi : "Ho Ha He Hi/Bo Ba Be Bi/Boby or not to Bibi/Ko Ka Ke Ki/Do Da De Di/Boby or not to Bibi".

"La Fête à Boby" est un CD (mais également un spectacle) qui procure le bonheur de l'enfance, de ce bonheur qui nous donne conscience du vivant... Une cure de jouvence qui nous rappelle que les mots peuvent être magiques, enchanteurs et farceurs... Et que, dans dans les années soixante soixante-dix, ceux-ci avait leur "Merlin". Aujourd’hui, nous savons qu'il est toujours vivant, il se nomme Boby. Un magicien ne meurt jamais... Surtout quand ceux qui perpétuent ses sorts de mots à ressorts se nomment Jean-Marie Machado et André Minvielle. Et ça valait bien une fête... Une fête à qui ? Mais à Bibi aurait dit Boby !

La fête à Boby : un hommage jazzy-jasé.. Mais c'est Bibi aurait dit Boby !
*Christine Costa, "Aubade à Lydie" (création en 1977), hommage à Boby Lapointe, mise en scène collective avec Daniel Sanzey, Fabrice Costa, S. Belloc, D. Berdou., J. Sireau (à l'affiche du Café d’Edgar à Paris et 10 ans de tournée).

• Jean-Marie Machado & Danzas invitent André Minvielle "La Fête à Boby".
Sortie en octobre 2012.
Label : Bee Jazz. Distribution : Abeille Musique.

Danzas : Jean-Charles Richard (saxophones), Gueorgui Kornazov (trombone), Joce Mienniel (flûte), François Thuillier (tuba), Didier Ithursarry (accordéon), François Merville (batterie et percussions), Jean-Marc Quillet (vibraphone, percussions et voix sur piste 13).

• "La Fête à Boby" version scène.
17 octobre 2012 : Café de la Danse, Paris (Spécial sortie d'album).
11 novembre 2012 : Théâtre de Chelles (77).
17 novembre 2012 : Théâtre de la Vallée d'Yerres, Brunoy (91).
8 janvier 2013 : Le Moulin du Roc, Niort (79).
19 février 2013 : Centre des bords de Marne, Le Perreux (94).
9 et 10 avril 2013 : Scène Nationale, Sète (34).

Gil Chauveau
Mardi 16 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021