La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.



© Les Joues Rouges.
© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

© Pierre Delaup.
© Pierre Delaup.
La scénographie a un cachet particulier avec son pianocktail côté cour, le fameux instrument inventé dans ce roman par Vian qui permet, comme son nom l'indique, de faire des cocktails tout en jouant du piano. Certains ont essayé de le créer réellement. On peut ainsi boire son morceau préféré avec, selon la note et sa durée, une dose plus ou moins longue de boisson.

La scénographie est découpée en trois parties. C'est au milieu du plateau que se déroulent toutes les situations. Côté jardin, le bureau de l'auteur (Quentin Bossis) avec sa petite lampe et sa machine à écrire dont on entend le crépitement des caractères avec ses barres du même nom sur le papier. Ce bruitage donne une atmosphère de composition littéraire. Le romancier crée son œuvre au milieu de ses personnages et des situations qui s'y déroulent.

Cela reprend une idée de Raymond Queneau (1903-1976), ami de Vian et son jumeau artistique de talent dans "Vol d'Icare" (1968) où les caractères s'évadent du roman. Là, à l'inverse, ils s'en immiscent, car créés au fil de l'eau, le plateau étant la projection des idées de l'écrivain dont on imagine que c'est Boris Vian… même si physiquement, il ne lui ressemble pas.

L'inspiration de l'auteur à sa table crée à rebours la fable sur scène qui bouscule l'œuvre écrite. La durée s'écoule à l'inverse des faits avec un tableau joué qui est ensuite écrit comme si ce qui se déroulait était l'instant avant toute élaboration verbale, inscrit dans un inconscient projeté sur scène où les mots entrouvrent le conscient qui permet la création sur papier. Ainsi les pensées sont doublées par l'action qui se retrouve fixée dans un temps indépassable, d'une œuvre écrite, dans une temporalité qui est celle du théâtre.

Ainsi, les personnages sont réels puisque sur les planches et imaginaires, car composés dans la tête de leur créateur, à l'intersection de ces deux mondes où seul l'imagination tisse avec délice ses différents fils de narration. C'est une création janusienne où on reconnaît autant la patte de Boris Vian que celle de Claudie Russo-Pelosi qui y a mêlé, dans cette œuvre romanesque, un style cabaret avec des chansons et de la musique. Nous sommes ainsi à un carrefour entre les dits, les paroles et les notes.

L'oralité est dépassée par le langage corporel qui se moule dans celui de l'écrit. Ce sont sur ces trois axes que s'inscrit une durée qui se déroule de façon accélérée, souvent légère et parfois abrupte. Temps de création d'un auteur et d'amours toujours furtives des personnages, happé par un désir élastique pour Schick ou par la mort pour Chloé.

© Pierre Delaup.
© Pierre Delaup.
Aussi le tempo est toujours vif avec des ruptures musicales donnant des moments de repos, comme si les minutes étaient à l'arrêt au travers des œuvres immortelles de Duke Ellington (1899-1974). L'instant se marie à l'éternel, le mouvant à une fixité. Les personnages trépignent d'impatience et d'insouciance ou trépassent alors que l'art, musical ici, les enlace et se glisse au travers des méandres existentiels. C'est ce rapport toujours à la mort et à la vie qui frappe tous les caractères au travers d'instants de vie et de mort, physique ou symbolique, rythmés par l'amour.

Les tableaux s'enchaînent accompagnés de chansons et de poèmes avec une musique très omniprésente. Celle-ci est jouée, en alternance pour cette représentation comme pour la quasi-totalité des comédiens, par Loue Échalier au pianocktail qui est pour l'occasion un vrai piano, le mécanisme à sa construction n'étant pas l'objet d'une scénographie. Ces accroches, ces ajouts viennent directement de l'œuvre de Vian et apportent des ruptures de jeu très intéressantes qui bousculent le fil de l'histoire.

© Pierre Delaup.
© Pierre Delaup.
On remonte ainsi le temps sur des compositions qui ont été créées après "L'Écume des jours". Le présent des planches s'offre un futur déjà passé. On voit aussi Jean-Sol Patre (Stéphane Piller) dans une imitation, façon Gainsbourg, dans sa fameuse conférence(*) où il expose sa philosophie à un public de profanes dont le titre a été quelque peu détourné, de façon humoristique, en "L'existentialisme est un rhumatisme".

Les ruptures de jeux sont multiples, allant de l'émotion la plus sensible, incarnée essentiellement par Colin, à celle détachée et un brin méprisante de Jean-Sol Patre. C'est un cocktail d'émotions allant d'une joie très expressive à une détresse face à la vie. Au sortir d'une Seconde Guerre mondiale dont les horreurs et le génocide étaient connus, ces couples de jeunes oscillent entre le désir de vivre l'instant présent avec une durée volontairement abrégée pour Nicolas et Chick ou non consentie pour Colin et Chloé, touchée par une mort aussi soudaine que mystérieuse. Sur cet équilibre où l'insouciance pose son baluchon, la responsabilité semble prendre une pause. Vivre serait une conséquence d'actes sans conséquence. Comme en écho à l'état d'esprit des zazous.

Se greffent des chansons comme "J'suis snob" (1954) ou "Fais-moi mal Johnny" (1956). Du rap fait irruption, de façon surprenante, avec le médecin de Chloé (Adrien Grassard), assis au préalable dans le public. Il devient animateur en bousculant le public avec humour. Il chante du rap accompagné par le tempo buccal de Stéphane Piller au micro. Ainsi, le grand écart est effectué entre rap, jazz et style Saint-Germain-des-Prés. Cette irruption est audacieuse car elle donne une touche comique à la représentation même si elle est en dehors des clous d'un type de musique que Vian n'a pas pu connaître.

Des bouquets de fleurs couvrent Chloé comme une couverture sur son lit de mort. Le tableau est très beau. "Chloé" dont on entend aussi les premières notes d'une composition du même nom de Duke Ellington. Puis lumière sur elle, debout, avec un éclairage aux zébrures noires dessinant un nénuphar sur son cœur alors qu'elle récite "J'voudrais pas crever" (1952). Puis photo avec un polaroid comme au début de la pièce de tous les personnages avec cette fois-ci le romancier et la pianiste avant le tomber de rideau, comme pour fixer l'instant d'une vie pour ne pas s'oublier à la mort. "Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre", phrase qui est dans l'avant-propos de "L'Écume des jours" et qui finit le spectacle.

C'est envolé, beau, vivant, une création où la poésie côtoie la musique et la fantaisie dans une mise en scène plus que réussie de Claudie Russo-Pelosi qui respecte l'esprit de l'auteur, celle d'être original jusqu'à l'absurde en mettant les doigts dans chaque prise artistique pour donner une pièce enjouée et lumineuse !

(*) "L'existentialisme est un humanisme", conférence donnée à Paris le 29 octobre 1945 et publiée en 1946.

"L'Écume des jours"

© Pierre Delaup.
© Pierre Delaup.
Texte : Boris Vian et Claudie Russo-Pelosi.
Mise en scène : Claudie Russo-Pelosi.
Direction d'acteurs : Christos Paspalas.
Avec : Aurélien Raynal ou Quentin Bossis, Loue Échalier ou Marie Jouhaud, Ethan Oliel ou Baptiste Hérout, Lou Tilly ou Léa Philippe, Charles Garcia, Claudie Russo-Pelosi ou Sara Belviso, Stéphane Piller, Émilie Le Néouanic ou Aurore Streich et Adrien Grassard.
Musique et chansons : Boris Vian.
Production : Les Joues Rouges.
Durée : 1 h 20.

Du 15 juin au 16 octobre 2022.
Du mercredi au samedi à 19 h, dimanche à 16 h.
Théâtre Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34
>> lucernaire.fr

Safidin Alouache
Jeudi 4 Août 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023