La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•In 2022• "Le Moine Noir" Autant en emporte le Mistral… Serebrennikov fait Honneur à la Cour

Une ouverture appelée à faire figure d'événement. L'un de ceux qui ont vocation à rester inscrits en lettres de feu dans l'épaisseur des murs mythiques de la Cité des Papes. D'abord la personnalité hors normes de son initiateur, Kirill Serebrennikov, dissident russe qui, après avoir subi les privations de liberté de l'ère poutinienne (caractérisée par une psychose impériale), vit exilé à Berlin. Puis la force de la nouvelle fantastique d'Anton Tchekhov, entièrement revisitée et restructurée par l'imaginaire flamboyant du metteur en scène et auteur libertaire. Enfin, cet invité de dernière heure, le Mistral, dont le souffle impérieux a imposé sa fantaisie.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Sur l'immense plateau, trois cabanes aux murs tendus de plastique transparent abriteront les Estivants (et leur fringale de musique et de danse) et les autres personnages de cette épopée fantastique. Il y a là le vieux jardinier Péssôtski, ami chez lequel l'écrivain - à bout de souffle - vient trouver refuge, sa fille Tania qu'il aura le grand malheur (malheur amplement partagé) d'épouser… et ces fabuleux moines sortis de l'imaginaire halluciné de cet intellectuel en panne d'inspiration. Sans oublier le violent Mistral qui aura les honneurs d'une annonce liminaire à l'adresse du public : "… changement de scénographie, en raison de la météo".

Sous "l'œil de la nuit", ainsi Eschyle désignait-il la lune, et de son frère, le radieux Hélios empourprant de ses feux incandescents (fumerolles et projecteurs rouges) les horizons d'attente des personnages alignés en bord de plateau pour scruter le point de fuite, le cycle des jours et des nuits va précipiter les personnages vers leur destin tragique. Si l'on ajoute à cette cosmogonie lumineuse, l'omniprésence d'Éole, maître "régisseur" des vents, on a là tous les ingrédients d'une tragédie à valeur universelle… sans omettre d'y ajouter les perturbations assurées par le travail "invisible" de la folie en milieu humain.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Structurée en quatre séquences adoptant pour chacune la focale particulière d'un personnage (le vieux jardinier, Péssôtski ; sa fille, Tania ; le génie, Kovrine ; le Moine Noir), l'action va se dérouler en boucles récursives. Chacune donnant à entendre une version du même altéré par les problématiques inhérentes à chacun, créant finalement un effet kaléidoscopique renversant les données brutes. "À chacun sa vérité" aurait dit Pirandello…

Ainsi le vieux jardinier, un brin raciste ("L'ennemi ce n'est pas le gel, c'est l'étranger"), qui rejette ces foutus estivants l'assommant de leurs musiques et danses. Obsédé à en devenir aveugle par la survie de son jardin, il n'aura de cesse de tout assujettir - sa vie, mais aussi celle de sa fille qu'il a mariée, par intérêt personnel, à l'écrivain - à la sauvegarde de ses plantes et arbustes poussant "en meute", d'où la résistance grégaire (moutonnière) qu'il leur envie, un modèle de vie selon lui. Névrose obsessionnelle avérée, fermeture à l'autre, signes d'une folie ordinaire partagée au point que l'on pourrait la qualifier stricto sensu de… "normale".

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Ainsi Tania (et sa réplique, la vieille Tania, disséquant aux temps passés ses relations amoureuses tumultueuses), coincée dans une vie qui n'est pas la sienne. Insatisfaite aussi bien de la campagne, où son existence se situait à hauteur de vue des plantes cultivées, que de la ville où elle se retrouvera privée des levers et couchers de soleil. Objet du désir botanique du père et des désirs sexuels de l'intellectuel, elle se vit comme une outre vide emplie du ressentiment amer d'avoir été colonisée par les oukases des deux hommes. Lorsqu'en écho du serviteur Firs (cf. "La Cerisaie"), le vieux jardinier s'exclamera "La vie, elle a passé, on a comme pas vécu...", sa fille aurait pu s'appliquer la même antienne… à part qu'elle, sa lucidité rageuse la projettera à terre de désespoir. Frustration existentielle, hystérie provoquée par un milieu reniant son statut de sujet autonome, elle verse dans une souffrance partagée encore par beaucoup de ses semblables, une souffrance donc… "normale".

Et puis, la figure tutélaire de ce maelström humain, le génie Kovrine. Son état deviendra de plus en plus étrange, du moins aux yeux des étranges étrangers que sont ses proches. Pourtant, il ne semble jamais aussi heureux que dans ses hallucinations étayées par une ancienne légende (celle des Moines Noirs), le retour au réel le décevant si profondément qu'il le conduit à vouloir s'en échapper en courant "en tous sens". Mais disparaître n'est pas aisé, point de sortie de secours à son enfermement en lui-même. Maîtrisé par les gens "normaux", enserré dans un pull aux manches démesurément longues nouées sur sa poitrine (tableau fascinant de lui en camisole, coincé dans son fauteuil), il aura droit au jet d'eau froide de l'HP (lui, nu, arrosé par l'infirmier ; son visage distordu projeté en dimensions XXL).

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Suivront les perfusions, les siestes, les bains tièdes, les sages recommandations assénées qui lui feront vomir des insanités au visage de celui et de celle qui prétendent le soigner… en éteignant la flamme qui l'anime. Qu'auraient été en effet les génies de la littérature s'ils avaient été "soignés" ? Les traitements "auront raison" - pour un temps seulement - de ses visions hallucinées… Jusqu'à l'apparition d'une grande colonne de fumée surgissant des cintres, accompagnée réellement d'une bourrasque de Mistral venant renforcer l'illusion théâtrale d'une colonie de moines noirs débarqués du ciel. De gigantesques cercles concentriques mouvants projetés sur les murailles et une musique idoine nous transportant, telles des soucoupes, au cœur des visions "a-normales" de Kovrine.

Les superbes tableaux chorégraphiés des moines glissant, virevoltant comme des derviches tourneurs, occupant désormais tout l'espace (tant du plateau que de son cerveau), participeront de la beauté noire d'une scénographie lumineuse. Les questions de la liberté et de la normalité, posées en actes par leur présence, nous atteindront de plein fouet pour "réfléchir" nos assujettissements à la norme, au "normal", aux visions communes partagées en commun. En effet, comment n'être pas ébranlé par la remarque de celui que l'on désigne comme fou : " Je sers la vérité… Mais qui a besoin de vérité ? Les gens n'ont besoin que de confort, même la liberté, ils s'en moquent, elle qui pour moi est la valeur suprême".

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Alliant les vidéos prises sur le vif, projetant en (très) gros plan le visage des personnages (dont celui torturé ou hébété du protagoniste) sur les murailles monumentales, les musiques envoûtantes et les chants somptueux à résonance mystique, les chorégraphies ensorceleuses du ballet des moines, le jeu fabuleux des lumières sculptant l'espace-temps, "Le Moine Noir" agit comme un réservoir de sensations à haute valeur suggestive. Kirill Serebrennikov confiait que, lorsqu'il avait enfant découvert cette nouvelle de Tchekhov, un intense trouble l'avait submergé. Par effet de correspondance, on pourrait lui emprunter ses mots pour dire l'effet produit sur nous par sa fascinante création, "ouvroir de liberté potentielle".

Vu le jeudi 7 juillet 2022 dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes pour l'ouverture de la 76e édition du Festival d'Avignon.

"Le Moine noir, The Чёрный Mönch"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Kirill Serebrennikov.
Hambourg - Moscou - Avignon/création 2022.

Spectacle en allemand, anglais et russe, surtitré en français et en anglais.
D'après Anton Tchekhov.
Texte : Kirill Serebrennikov.
Mise en scène : Kirill Serebrennikov.
Assistante à la mise en scène : Anna Shalashova.
Collaboration à la mise en scène et chorégraphie : Ivan Estegneev, Evgeny Kulagin.
Avec : Filipp Avdeev, Odin Biron, Bernd Grawert, Mirco Kreibich, Viktoria Miroschnichenko, Gabriela Maria Schmeide, Gurgen Tsaturyan.
Et les chanteurs : Genadijus Bergorulko (baryton), Pavel Gogadze (ténor), Friedo Henken (baryton), Sergey Pisarev (ténor), Azamat Tsaliti (baryton), Alexander Tremmel (ténor), Vitalijs Stankevich (baryton).
Et les danseurs : Tillmann Becker, Arseniy Gordeev, Andrey Ostapenko, Laran, Ilia Manylov, Andreï Petrushenkov, Ivan Sachkov, Daniel Vliek.
Scénographie : Kirill Serebrennikov assisté d'Olga Pavliuk.
Musique : Jēkabs Nīmanis.
Direction musicale : Uschi Krosch.
Arrangements musicaux : Andrei Poliakov.
Dramaturgie : Joachim Lux.
Lumière : Sergey Kuchar.
Vidéo : Alan Mandelshtam.
Costumes : Tatiana Dolmatovskaya.

"Le Moine noir", d'après Tchekhov, de Kirill Serebrennikov, traduit par Daniel Loayza et Macha Zonina, suivi de la nouvelle originale traduite par Gabriel Arout, sont publiés aux éditions Actes Sud-Papiers.

Spectacle diffusé en direct sur ARTE le 9 juillet vers 22 h 40 puis disponible en replay jusqu'au 8 juillet 2023 sur arte.tv.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
•Avignon In 2022•
Du 7 au 15 juillet 2022.
À 22 h, relâche le 11 juillet.
Cour d'Honneur du Palais des Papes, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.


Du 16 au 19 mars 2023 : Théâtre de la Ville, Paris.

Yves Kafka
Samedi 9 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022