La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•In 2022• "Le Moine Noir" Autant en emporte le Mistral… Serebrennikov fait Honneur à la Cour

Une ouverture appelée à faire figure d'événement. L'un de ceux qui ont vocation à rester inscrits en lettres de feu dans l'épaisseur des murs mythiques de la Cité des Papes. D'abord la personnalité hors normes de son initiateur, Kirill Serebrennikov, dissident russe qui, après avoir subi les privations de liberté de l'ère poutinienne (caractérisée par une psychose impériale), vit exilé à Berlin. Puis la force de la nouvelle fantastique d'Anton Tchekhov, entièrement revisitée et restructurée par l'imaginaire flamboyant du metteur en scène et auteur libertaire. Enfin, cet invité de dernière heure, le Mistral, dont le souffle impérieux a imposé sa fantaisie.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Sur l'immense plateau, trois cabanes aux murs tendus de plastique transparent abriteront les Estivants (et leur fringale de musique et de danse) et les autres personnages de cette épopée fantastique. Il y a là le vieux jardinier Péssôtski, ami chez lequel l'écrivain - à bout de souffle - vient trouver refuge, sa fille Tania qu'il aura le grand malheur (malheur amplement partagé) d'épouser… et ces fabuleux moines sortis de l'imaginaire halluciné de cet intellectuel en panne d'inspiration. Sans oublier le violent Mistral qui aura les honneurs d'une annonce liminaire à l'adresse du public : "… changement de scénographie, en raison de la météo".

Sous "l'œil de la nuit", ainsi Eschyle désignait-il la lune, et de son frère, le radieux Hélios empourprant de ses feux incandescents (fumerolles et projecteurs rouges) les horizons d'attente des personnages alignés en bord de plateau pour scruter le point de fuite, le cycle des jours et des nuits va précipiter les personnages vers leur destin tragique. Si l'on ajoute à cette cosmogonie lumineuse, l'omniprésence d'Éole, maître "régisseur" des vents, on a là tous les ingrédients d'une tragédie à valeur universelle… sans omettre d'y ajouter les perturbations assurées par le travail "invisible" de la folie en milieu humain.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Structurée en quatre séquences adoptant pour chacune la focale particulière d'un personnage (le vieux jardinier, Péssôtski ; sa fille, Tania ; le génie, Kovrine ; le Moine Noir), l'action va se dérouler en boucles récursives. Chacune donnant à entendre une version du même altéré par les problématiques inhérentes à chacun, créant finalement un effet kaléidoscopique renversant les données brutes. "À chacun sa vérité" aurait dit Pirandello…

Ainsi le vieux jardinier, un brin raciste ("L'ennemi ce n'est pas le gel, c'est l'étranger"), qui rejette ces foutus estivants l'assommant de leurs musiques et danses. Obsédé à en devenir aveugle par la survie de son jardin, il n'aura de cesse de tout assujettir - sa vie, mais aussi celle de sa fille qu'il a mariée, par intérêt personnel, à l'écrivain - à la sauvegarde de ses plantes et arbustes poussant "en meute", d'où la résistance grégaire (moutonnière) qu'il leur envie, un modèle de vie selon lui. Névrose obsessionnelle avérée, fermeture à l'autre, signes d'une folie ordinaire partagée au point que l'on pourrait la qualifier stricto sensu de… "normale".

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Ainsi Tania (et sa réplique, la vieille Tania, disséquant aux temps passés ses relations amoureuses tumultueuses), coincée dans une vie qui n'est pas la sienne. Insatisfaite aussi bien de la campagne, où son existence se situait à hauteur de vue des plantes cultivées, que de la ville où elle se retrouvera privée des levers et couchers de soleil. Objet du désir botanique du père et des désirs sexuels de l'intellectuel, elle se vit comme une outre vide emplie du ressentiment amer d'avoir été colonisée par les oukases des deux hommes. Lorsqu'en écho du serviteur Firs (cf. "La Cerisaie"), le vieux jardinier s'exclamera "La vie, elle a passé, on a comme pas vécu...", sa fille aurait pu s'appliquer la même antienne… à part qu'elle, sa lucidité rageuse la projettera à terre de désespoir. Frustration existentielle, hystérie provoquée par un milieu reniant son statut de sujet autonome, elle verse dans une souffrance partagée encore par beaucoup de ses semblables, une souffrance donc… "normale".

Et puis, la figure tutélaire de ce maelström humain, le génie Kovrine. Son état deviendra de plus en plus étrange, du moins aux yeux des étranges étrangers que sont ses proches. Pourtant, il ne semble jamais aussi heureux que dans ses hallucinations étayées par une ancienne légende (celle des Moines Noirs), le retour au réel le décevant si profondément qu'il le conduit à vouloir s'en échapper en courant "en tous sens". Mais disparaître n'est pas aisé, point de sortie de secours à son enfermement en lui-même. Maîtrisé par les gens "normaux", enserré dans un pull aux manches démesurément longues nouées sur sa poitrine (tableau fascinant de lui en camisole, coincé dans son fauteuil), il aura droit au jet d'eau froide de l'HP (lui, nu, arrosé par l'infirmier ; son visage distordu projeté en dimensions XXL).

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Suivront les perfusions, les siestes, les bains tièdes, les sages recommandations assénées qui lui feront vomir des insanités au visage de celui et de celle qui prétendent le soigner… en éteignant la flamme qui l'anime. Qu'auraient été en effet les génies de la littérature s'ils avaient été "soignés" ? Les traitements "auront raison" - pour un temps seulement - de ses visions hallucinées… Jusqu'à l'apparition d'une grande colonne de fumée surgissant des cintres, accompagnée réellement d'une bourrasque de Mistral venant renforcer l'illusion théâtrale d'une colonie de moines noirs débarqués du ciel. De gigantesques cercles concentriques mouvants projetés sur les murailles et une musique idoine nous transportant, telles des soucoupes, au cœur des visions "a-normales" de Kovrine.

Les superbes tableaux chorégraphiés des moines glissant, virevoltant comme des derviches tourneurs, occupant désormais tout l'espace (tant du plateau que de son cerveau), participeront de la beauté noire d'une scénographie lumineuse. Les questions de la liberté et de la normalité, posées en actes par leur présence, nous atteindront de plein fouet pour "réfléchir" nos assujettissements à la norme, au "normal", aux visions communes partagées en commun. En effet, comment n'être pas ébranlé par la remarque de celui que l'on désigne comme fou : " Je sers la vérité… Mais qui a besoin de vérité ? Les gens n'ont besoin que de confort, même la liberté, ils s'en moquent, elle qui pour moi est la valeur suprême".

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Alliant les vidéos prises sur le vif, projetant en (très) gros plan le visage des personnages (dont celui torturé ou hébété du protagoniste) sur les murailles monumentales, les musiques envoûtantes et les chants somptueux à résonance mystique, les chorégraphies ensorceleuses du ballet des moines, le jeu fabuleux des lumières sculptant l'espace-temps, "Le Moine Noir" agit comme un réservoir de sensations à haute valeur suggestive. Kirill Serebrennikov confiait que, lorsqu'il avait enfant découvert cette nouvelle de Tchekhov, un intense trouble l'avait submergé. Par effet de correspondance, on pourrait lui emprunter ses mots pour dire l'effet produit sur nous par sa fascinante création, "ouvroir de liberté potentielle".

Vu le jeudi 7 juillet 2022 dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes pour l'ouverture de la 76e édition du Festival d'Avignon.

"Le Moine noir, The Чёрный Mönch"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Kirill Serebrennikov.
Hambourg - Moscou - Avignon/création 2022.

Spectacle en allemand, anglais et russe, surtitré en français et en anglais.
D'après Anton Tchekhov.
Texte : Kirill Serebrennikov.
Mise en scène : Kirill Serebrennikov.
Assistante à la mise en scène : Anna Shalashova.
Collaboration à la mise en scène et chorégraphie : Ivan Estegneev, Evgeny Kulagin.
Avec : Filipp Avdeev, Odin Biron, Bernd Grawert, Mirco Kreibich, Viktoria Miroschnichenko, Gabriela Maria Schmeide, Gurgen Tsaturyan.
Et les chanteurs : Genadijus Bergorulko (baryton), Pavel Gogadze (ténor), Friedo Henken (baryton), Sergey Pisarev (ténor), Azamat Tsaliti (baryton), Alexander Tremmel (ténor), Vitalijs Stankevich (baryton).
Et les danseurs : Tillmann Becker, Arseniy Gordeev, Andrey Ostapenko, Laran, Ilia Manylov, Andreï Petrushenkov, Ivan Sachkov, Daniel Vliek.
Scénographie : Kirill Serebrennikov assisté d'Olga Pavliuk.
Musique : Jēkabs Nīmanis.
Direction musicale : Uschi Krosch.
Arrangements musicaux : Andrei Poliakov.
Dramaturgie : Joachim Lux.
Lumière : Sergey Kuchar.
Vidéo : Alan Mandelshtam.
Costumes : Tatiana Dolmatovskaya.

"Le Moine noir", d'après Tchekhov, de Kirill Serebrennikov, traduit par Daniel Loayza et Macha Zonina, suivi de la nouvelle originale traduite par Gabriel Arout, sont publiés aux éditions Actes Sud-Papiers.

Spectacle diffusé en direct sur ARTE le 9 juillet vers 22 h 40 puis disponible en replay jusqu'au 8 juillet 2023 sur arte.tv.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
•Avignon In 2022•
Du 7 au 15 juillet 2022.
À 22 h, relâche le 11 juillet.
Cour d'Honneur du Palais des Papes, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.


Du 16 au 19 mars 2023 : Théâtre de la Ville, Paris.

Yves Kafka
Samedi 9 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler à Vienne… Purgatoire collectif et laboratoire des âmes

"Le vaste pays", dans le titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, se réfère aux âmes humaines. Barbara Frey saisit cette métaphore à la plénitude dans sa nouvelle mise en scène à l'Akademietheater de Vienne. Une disposition parfaite pour une distribution de premier rang où figure, entre autres, Michael Maertens (Friedrich Hofreiter), Katharina Lorenz (Génia), Itay Tiran (le docteur Mauer), Bibiana Beglau (Aigner) et l'acteur vétéran Branko Samarovsksi (le banquier Natter).

© Matthias Horn.
"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler, parut en 1911, a été rapidement apprécié à Paris. Tombé sous le charme de la pièce, le feuilletoniste Henry Bidou a consacré un article pour louer "le talent incisif et net de l'auteur" et encourager une adaptation française. Un projet d'adaptation suivit en 1912, avec le titre traduit "Le Pays mystérieux", qui ne connut malheureusement aucune suite. Qualifiée de tragi-comédie, la pièce présente un portrait d'une société viennoise de la première moitié du XXe siècle qui se trouve dans l'entre-deux entre l'héritage du tournant de siècle et des nouveaux codes socio-culturels émergeant de la modernité.

Le drame se déroule autour du couple Hofreiter, l'industriel Friedrich et sa femme Génia, dont le mariage s'est depuis longtemps refroidi et est marqué par des infidélités mutuelles. Friedrich est récemment sorti d'une liaison avec Adèle, la femme de son banquier Natter et on suspecte Génia d'être la cause du suicide soudain du célèbre pianiste russe Korsakov, fou amoureux d'elle. Après une confrontation, Friedrich décide à l'improviste de rejoindre son ami, le docteur Mauer, dans son voyage.

Vinda Miguna
30/11/2022