La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Grand ReporTERRE #4 - Deadline" Voyage climatique entre France et Allemagne : une enquête coup de poing

Grand ReporTERRE est une série de créations inventée la saison dernière par la codirection du Théâtre du Point du Jour. Deux fois par saison, le Théâtre invite journalistes et artistes à mettre en pièce l'actualité (mettre en pièce l'actualité ! Un beau programme !). La prochaine édition aura lieu du 20 au 23 janvier 2022, avec comme sous-titre : "Faut-il séparer l'homme de l'artiste ?", et sera conçu et mise en scène par Étienne Gaudillère et Giulia Foïs. Pour l'édition #4 qui vient de se dérouler, ce sont les bouleversements climatiques qui sont portés sur scène, avec notamment un focus sur la production d'énergie. Voici donc le "Grand ReporTERRES #4 - Deadline".



© Tom Dachs.
© Tom Dachs.
Sujet hautement d'actualité, brûlant, de plus en plus chaque jour, plus incendiaire, que sont les bouleversements climatiques. C'est le cœur même de ce spectacle à la forme aussi explosive que le sujet dont il traite. Il est annoncé dès le départ comme une performance. Rhétorique, théâtrale, musicale, mais il est surtout une force de conviction en marche qui ne se satisfait pas d'un simple état des lieux comme le font les Glasgow's or Cop's vain et quelques Party.

Trois axes, trois villes, trois situations jalonnent "Deadline". La France, centré sur la région lyonnaise, et son militantisme pour le tout nucléaire, l'Allemagne, avec des enquêtes à Stuttgart et Leipzig portant sur la production électrique à base de charbon et sur le pouvoir de l'industrie automobile sur les décisions politiques et citoyennes. Car le centre du propos des concepteurs du spectacle est l'énergie. Cette énergie sur laquelle s'est bâtie toute l'économie occidentale depuis trois siècles. Celle-là même dont la consommation provoque aujourd'hui une terreur annoncée sur toutes les parties du globe terrestre.

L'énergie, c'est le cœur de la guerre entre les volontés citoyennes et les pouvoirs politiques assujettis aux dogmes du capitalisme. La machine économique refuse de freiner, elle demande, comme un molosse affamé, son quota de matières fossiles à brûler. Elle n'a pas le temps. Elle n'a jamais eu conscience des conséquences de ses actes. Pendant ce temps, on sait les dégâts déjà en cours.

© Tom Dachs.
© Tom Dachs.
À Leipzig, l'enquête s'attache sur l'une des dernières mines à ciel ouvert, gigantesque cratère lunaire qui ronge peu à peu les villages alentour et sème dans l'air cette poussière carbone qui se dépose partout. À Stuttgart, c'est la mainmise de l'industrie automobile qui, sur les décisions locales, empêche de faire évoluer la ville vers moins de consommation d'essence, plus d'espaces piétonniers, verts. À Lyon, c'est la vétusté de la centrale nucléaire la plus proche, à 30 kilomètres, qui est questionnée… et qu'importent les Tchernobyl, les Fukushima, tout le monde apparemment n'apprennent pas de ses erreurs.

Habilement tricotés ensemble, la partie journalistique lue en direct par la journaliste invitée dans ce projet, Julia Lauter, et les parties jouées, les interviews projetées sur un grand tulle et les chansons donnent un rythme tonique à cette performance qui se joue sur trois niveaux. En fond de scène, une veilleuse éclaire, tel un espoir lointain, la jeune journaliste en train de lire son texte. Devant elle, les instruments, guitare, basse, batterie, clavier, jouent derrière le grand tulle. En avant-scène, un espace vide, entre nocturne et jour, où les interprètes interviennent. Ces trois, quatre espaces rendent compte exactement de la complexité du sujet.

© Tom Dachs.
© Tom Dachs.
Il y a le visible, il y a les conséquences, il y a le passé, il y a les intérêts, les nécessités : ces strates forment un volume qui donne à la performance une chair, une épaisseur, et permet d'entendre l'importance de cette guerre sourde, inégale. Et pourtant, le propos reste bien un spectacle, avec un humour qui efface par moments la gravité, un humour qui parfois la transcende. Un désir profond d'exprimer l'inquiétude, de revendiquer l'action et d'assumer sans panique l'urgence que mérite le problème des changements climatiques.

Performance multilingue, internationale, puisqu'elle se déroule dans les deux langues, allemand et français. Le spectacle a d'abord été créé à Leipzig puis à Stuttgart avant d'être représentée à Lyon au Théâtre du Point du Jour. Sa conception et sa réalisation ont été partagée entre le collectif Citizen Kane (habitué de la prise à bras le corps de sujets brûlants), Éric Massé (codirecteur du Théâtre du Point du Jour), Heidi Becker-Babel, Loïc Risser (les interprètes bilingues) et la journaliste Julia Lauter, habituée des enquêtes de fond internationales, dont les articles sont régulièrement publiées dans Süddeutsche Zeitung Magazin, Reportagen, Das Magazin (Suisse), Taz - Die Tageszeitung, DUMMY, Amnesty Journal, Greenpeace Magazin, The Passenger (Italie/Grande-Bretagne)…

La vertu rare de ce spectacle tient au fait que les propos tenus, tout en étant documentaires, ne stagnent pas au simple niveau de la dénonciation et ne prennent pas les spectateurs à témoin, mais les convient à la réflexion sans imposer de dogme. L'humour, la dérision et la fantaisie corrosive sont parsemés dans chacune des scènes. Il y a pourtant un vrai parti pris : celui de la conscience citoyenne face à l'inconscience économique !

Vu en novembre 2021 au Théâtre du Point du Jour à Lyon.

Grand ReporTERRE

© Tom Dachs.
© Tom Dachs.
Grand ReporTERRE #4 "Deadline"
A été présenté du 21 au 23 novembre 2021.

Conception : Citizen.KANE.Kollektiv, Éric Massé, Heidi Becker-Babel, Loïc Risser et Julia Lauter.
Journaliste : Julia Lauter*.
Jeu et mise en pièce de l'actualité : Heidi Becker-Babel, Jonas Bolle, Jürgen Kärcher, Simon Kubat, Andrea Leonetti, Christian Müller, Loïc Risser, Max Sprenger.
Vidéos et images : Maëlys Meyer.
Régie son et vidéo : Quentin Chambeaud.
Spectacle bilingue français-allemand.
Production Théâtre du Point du Jour, Compagnie des Lumas, Citizen.KANE.Kollektiv.
Durée : 1 h 30.

* Journaliste indépendante, spécialiste des questions scientifiques, environnementales et des mouvements sociaux, Julia Lauter publie régulièrement dans le magazine Greenpeace.

Grand ReporTERRE #5 "Faut-il séparer l'homme de l'artiste ?"
Conception : Étienne Gaudillère et Giulia Foïs.
Mise en scène : Étienne Gaudillère.
Journaliste : Giulia Foïs.
Production Théâtre du Point du Jour • Compagnie des Lumas.
Durée estimée : 1 h 30.

Du 20 AU 23 janvier 2022.
Jeudi et vendredi à 20 h, dimanche à 15 h 30.
Théâtre du Point du Jour, Lyon 5e, 04 78 25 27 59.
>> pointdujourtheatre.fr

Bruno Fougniès
Lundi 29 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022