La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival "L'échappée belle" Une pléiade de formes artistiques (ré)créatives, bols d'oxygène au cœur d'un parc de verdure

Pour son trentième anniversaire, "L'échappée belle", initiée par la Scène nationale du Carré-Colonnes, (ré)invitait plus de vingt compagnies réunissant toutes les facettes des arts vivants. Du hip-hop à l'acrobatie, en passant par le théâtre, sans parler d'autres ovnis (objets volontairement non identifiés), c'est à un cartel de découvertes tous azimuts que le public intergénérationnel déambulant dans le parc arboré de Fontgravey était convié.



"Barbe Bleue" © Pierre Planchenault.
"Barbe Bleue" © Pierre Planchenault.
S'adressant aux plus jeunes (dès 4 ans) et aux moins jeunes réunis là dans le même esprit de partage - et ce n'est pas là un détail anodin quand on sait l'importance des découvertes précoces dans les addictions futures - le festival invite chacun à composer le menu de son choix. Parmi les vingt-deux propositions, cinq ont "occupé" notre temps de présence… ce qui est bien peu, et évidemment frustrant, au regard des autres spectacles à l'affiche.

"Barbe Bleue assez bien raconté(e)" de la Compagnie Caus'Toujours, la bien nommée… Un conteur, Tristan Faucher, sachant fort bien compter sur son sens de l'humour digressif, embarque à sa suite petits et grands dans un "dé-lire" époustouflant du Conte de Perrault. Sont ainsi évoqués d'une voix d'ogre les terrrrrribles secrets - mis au placard de l'Histoire - pour les entrelarder de remarques interprétatives à entendre comme des mises en abyme cocasses de l'univers du conteur. S'autorisant toute licence, en fin limier du théâtre de tréteaux dont il maîtrise tous les codes, il inclut le public dans une narration débridée allant jusqu'à l'émailler de références contemporaines (Marc Dutroux, Émile Louis ou autre Michel Fourniret, ne seraient, à l'aune du légendaire Barbe Bleue, que d'"innocents enfants de chœur"), références trashs volontairement "inaudibles" pour des oreilles enfantines…

Ayant recours à différents objets utilisés comme partenaires - tuyau pour le fouet de l'affreux barbu ou la longue-vue de "sœur Anne ne vois-tu rien venir", ou encore crécelle pour faire entendre les atroces grincements émis par l'ouverture et la fermeture (bis repetita) de la porte fatidique - il joue de tous les ressorts de la bouffonnerie pour séduire un public déjà conquis. De digression en digression, variant à merveille sa voix (voix rauque de l'ogre bleu et chevrotante du loup du chaperon rouge), superposant sciemment les contes, on chemine fatalement vers une chute… mortelle. Chacun y trouvant merveilleusement "son conte".

"Essai Néoromantique" © Thomas Kalinarczykё.
"Essai Néoromantique" © Thomas Kalinarczykё.
"Essai Néoromantique" de la Compagnie 100 issues ouvrant délibérément la voie à des prouesses circassiennes… ayant, pour le moins que l'on puisse ressentir, "le vent en poupe". Armé d'un souffleur de feuilles brandi avec maestria, l'un des trois circassiens "sculpte" littéralement le corps de son alter ego, qui, sous l'effet apparent de l'air propulsé, se contorsionne au rythme du clavier d'un troisième comparse. Autour du mât chinois, les figures chorégraphiées s'enchainent, donnant lieu à des écritures aériennes.

Mais l'humour, chevillé au corps, n'est pas pour autant exempt de cette poésie en mouvement. Ainsi d'une ribambelle de rouleaux hygiéniques se dévidant au gré des notes musicales égrenées, pour venir royalement s'inviter au milieu du ballet. Et comme les histoires d'amour (en général) ne finissent pas toujours mal, dans un final pailleté de confettis de papier toilette, un slow unissant les comparses faisant corps avec leur mât - objet de leur désir - offre un dénouement des plus (néo)romantiques à cette histoire sans parole, mais non sans souffle.

"Deux secondes" © Pierre Planchenault.
"Deux secondes" © Pierre Planchenault.
"Deux secondes !" de la Compagnie du Petit Monsieur n'économisant pas sa peine - et notre plaisir - pour montrer, et démontrer aux vrais sceptiques que nous ne manquons pas d'être pour en avoir fait l'amère expérience, les vertus d'une invention technique ayant révolutionné l'art du camping : la toile montée et repliée (?) en deux petites secondes… Serré à l'étroit dans son costume de cadre aérodynamique, il va se livrer avec grand sérieux à une lutte à l'issue très improbable… du moins si l'on en croit les facéties délurées de l'objet bondissant et rebondissant à l'envi, pour tout dire rebelle à tout domptage humain.

La servitude volontaire n'est visiblement pas à son programme, elle qui n'éprouve aucune tentation de s'y soumettre, rendant caduques les efforts herculéens déployés par le Petit Monsieur n'ayant aucune prise sur cette volonté tentaculaire… Ainsi, cette lutte burlesque opposant une toile de tente (et même plusieurs quand lui vient la fantaisie de faire des petits) et un homo sapiens en costume ne pourra se résoudre sans l'intervention d'une jeune spectatrice zélée. Présentant "déplié" le mode d'emploi de ladite tente, elle sert d'assistante à l'Auguste qui, après moult efforts clownesques et la multiplication de l'objet de sa détresse, arrivera enfin… à ses fins. L'artiste s'étant plié en quatre, la tente en fera de même.

"Il y a quelque chose de pourri…" © Pierre Planchenault.
"Il y a quelque chose de pourri…" © Pierre Planchenault.
"Il y a quelque chose de pourri, variation hamlétique" de la Compagnie Elvis Alatac part à l'attaque (c'est inscrit dans son ADN) de "la pièce des pièces", la plus jouée et commentée du Grand Shakespeare… Et quelles sont donc, saperlipopette, ses armes pour affronter un tel défi ? Un castelet branlant et ses rideaux de velours d'un rouge passablement passé, sur le rebord duquel attendent d'entrer en scène une fourchette trident, une théière ventrue, un litron de rouge, une pelote de laine, une roulette à pizza, une fleur en plastique, et autres objets du même acabit promus pour l'occasion au grade de personnages de tragédie.

Sans oublier, pour compléter ce "Palais des miracles" - on est à la Cour du Roi ! - un(e) comparse faire-valoir assurant côté cour les bruitages musicaux et autres fioritures à base de fausse hémoglobine, aussi impassible que le personnage-titre débordera de commentaires "en tous sens". Le décor étant planté, après un prologue où Hamlet en personne - Prince de Danemark ! - accueille tout sourire le bon peuple en lui proposant un vestiaire (Y aurait-il une machination là-dessous ? N'est-il pas déjà en train de fomenter sa vengeance ?), la machinerie s'emballe…

Multipliant les assauts burlesques, Hamlet se débat comme un beau diable, endossant tous les personnages via les objets susnommés, se heurtant bruyamment la tête à la dure réalité d'un surmoi impitoyable (voir les grondements du toit en tôle le surplombant), passant au fil de l'épée le litron (euh… le chambellan) avec forte effusion de plasma, pour parcourir à grands renforts de fantaisies clownesques les cinq actes d'une vengeance à jamais épique… Ainsi la folie (feinte) du personnage shakespearien trouve-t-elle là son réel objet théâtral. De même, en introduisant par le truchement d'un castelet, le théâtre dans le théâtre jusqu'à l'issue grand-guignolesque (vraiment) mortelle, la Compagnie Elvis Alatac joue-t-elle à merveille du spectaculaire… pour faire spectacle vivant de "LA" tragédie élisabéthaine.

"GIC" © Pierre Planchenault.
"GIC" © Pierre Planchenault.
"GIC - Groupe d'intervention Chorégraphique" de la Cie Rêvolution, livrant un millésime 2022 qui fera, sans nul doute, date… En effet, avancer qu'il s'agirait-là d'une performance touchant à l'essence même du hip-hop ferait (presque) figure d'euphémisme tant, à bien des égards, on semble transporté sur les hauts sommets de cette danse contemporaine issue des quartiers.

Imaginez… Un skatepark sur les flancs duquel les spectateurs ont pris place quand surgissent de la foule cinq danseurs tous aussi déterminés les uns que les autres à en découdre avec l'asphalte. Leur énergie transcende le commun pour en exalter la force inaltérable portée à son incandescence. Et, ce qui touche d'emblée, c'est que chacun affirme son jeu libertaire au sein d'un collectif soudé comme les doigts de la main. Arriver à faire autant corps collectif, en valorisant l'autonomie de chacune de ses composantes, est résoudre… la quadrature du cercle. Une épiphanie aux effets sidérants.

En quatre tableaux résonnant en nous comme des manifestes poétiques et/ou rageurs, inscrits les uns et les autres dans la réalité des émotions subordonnées à aucun diktat autre que la vérité du ressenti, les interprètes livrent d'époustouflants paysages humains dessinés en chorégraphies de feu.

L'échappée Belle, ambiance © Yves Kafka.
L'échappée Belle, ambiance © Yves Kafka.
Comment ne pas être séduit par la beauté fascinante de ces corps incroyablement toniques exaltant le besoin d'une infinie tendresse à partager ? Comment ne pas ressentir au fond de soi la rage de leur regard déterminé face à la violence exercée par le monde contemporain ? Comment n'être pas éclaboussé par autant de figures dont les prouesses techniques hors normes "prennent sens" en se mettant au service, corps et âme fondus dans la même entité, des émotions subliminales qu'elles charrient ?

Clin d'œil malicieux au "GIGN - Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale", spécialisé lui aussi dans la gestion des missions dangereuses, le "GIC - Groupe d'intervention Chorégraphique" s'engage avec fougue et ardeur, à corps perdu, dans une lutte délibérément raisonnée. En inscrivant ainsi dans l'espace urbain d'une piste de skate-board "graffée" ces chorégraphies solaires, Anthony Egéa et ses danseurs rayonnent d'une énergie propre à réenchanter un monde - notre monde - qui crève sous les assauts incessants des violences ordinaires. Non en le contournant ce monde délétère, mais en l'affrontant de plain-pied, pour, en toute urgence, entrer résolument dans le "vif du sujet".


Le Festival "L'échappée belle" (30e anniversaire cette année) a eu lieu du 2 au 5 juin 2022, au Parc de Fongravey à Blanquefort (33), une initiative de la Scène nationale Carré-Colonnes.

Yves Kafka
Mardi 14 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022