La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coulisses & Cie

Château Rouge, scène conventionnée d'Annemasse, devient un véritable paquebot culturel transfrontalier

Les travaux ont duré trois ans pour transformer cet ancien centre culturel édifié dans les années quatre-vingt en complexe multiculturel moderne. De l'ancienne structure, il reste les trois salles, petites et moyennes, qui avaient été aménagées il y a quelques années. Un vaste couloir débouchant sur le foyer d'entrée relie maintenant ces salles à la nouvelle grande salle qui a complètement été refaite. Mais surtout et avant toute chose repensée pour pouvoir être un outil capable de proposer aussi bien concerts, ballets que spectacles de théâtre de toutes dimensions.



Château Rouge © Gilles Bertrand.
Château Rouge © Gilles Bertrand.
La nouvelle grande salle annonce une capacité de 1 000 personnes assises, de 1 500 debout en configuration concert. Un effort visible pour une acoustique de qualité a été déployé. Des plaques de bois inclinées en forme de vague forment ainsi le plafond capable d'éviter toute réverbération. La salle est tendue de noir tandis que l'armature des confortables sièges est couleur de bois tendre. Le cadre de scène, (une scène un peu surélevée pour permettre une meilleure visibilité pour les gros concerts) ouvre sur une largeur de 17 mètres et une hauteur de 17 mètres. Le plateau vu de la salle semble pouvoir accueillir les plus grandes productions (plus de 30 mètres de largeur pour une profondeur de près de 15 mètres).

Il faut dire que l'élaboration et la construction du bâtiment ont été suivies par ceux-là même qui vont avoir l'usage du lieu : l'équipe du théâtre. Pendant ces trois années, la programmation a continué dans les petites salles et dans une salle éphémère, mais, bien en amont, l'équipe et en particulier le directeur de Château Rouge ont pu intervenir sur les choix architecturaux. Une libéralité qui n'est pas toujours de fait dans les rénovations et reconstructions de salles. La mairie d'Annemasse, l'un des principaux financeurs du projet, a eu l'intelligence de permettre cette collaboration qui a sans aucun doute contribué à édifier un outil culturel performant.

Une vue du plateau © Emmanuelle Nemoz.
Une vue du plateau © Emmanuelle Nemoz.
Parmi ces qualités : un plateau d'une belle dimension surmontée par un grill aussi haut que le cadre de scène - 17 mètres -, ce qui peut permettre de faire disparaître dans les cintres un décor entier ; ce grill est totalement automatisé comme les gradins destinés au public ; un accès déchargement de plain-pied se trouve en fond de scène, des accroches au-delà du grill, directement sur la charpente, permettent également la programmation de spectacles nécessitant ce type de solides fixations comme des spectacles de cirque.

La programmation annuelle est riche, variée, pluridisciplinaire (plus de cent représentations sur l'année). Les quatre salles de ce complexe permettent un vaste accueil musical ainsi qu'une large proposition jeune publique qui peuvent se dérouler aussi dans le Petit Théâtre, la salle de concerts et le Club Café, suivant la taille de l'événement.

Mais on peut se demander comment une ville comme Annemasse - qui ne compte que 35 000 habitants - va pouvoir être en mesure de remplir toutes ces salles ? D'autant que "nous sommes dans une ville qui figure parmi les plus inégalitaires de France", nous dit Frédéric Tovany, directeur de Château Rouge. "De plus, 40 % de la population changent tous les cinq ans. Difficile ainsi de fidéliser un public sur le long terme, mais pas impossible", ajoute-t-il avant de continuer : "Château Rouge s'inscrit plutôt dans le territoire du Grand Genève qui compte plus d'un million d'habitants. Depuis l'arrivée du tram, Annemasse est à dix minutes de Genève".

L'accueil © Emmanuelle Nemoz.
L'accueil © Emmanuelle Nemoz.
Une véritable collaboration, faite d'échanges de publics, de projets communs a été construite avec les autres salles de la région - Château Rouge possédant l'un des plus grands plateaux de la région. Ainsi, la prochaine création de Julien Gosselin, "Le Passé" d'après Leonid Andreev… ou le Lac des Cygnes d'Angelin Prejlocaj, qui ne peuvent pas être créés à la Comédie de Genève à cause de leurs dimensions, se joueront au Château Rouge.

Public français et spectateurs suisses se partageront donc ce nouvel espace pour toutes sortes de spectacles, une manière pour la mairie d'Annemasse d'apporter une vraie contribution à la culture et d'enrichir son image de ville frontalière par une activité artistique intense (fait rare : la mairie d'Annemasse consacre plus de 12 % de son budget à la culture).

Château Rouge- Scène Conventionnée d'intérêt national Art et Création au titre des nouvelles écritures du corps et de la parole.
Subventionnée par la Mairie, la Région et l'État français.
Pour cette saison 2021-2022 plus de 90 spectacles différents sont programmés à Château Rouge.Pour cette saison 2021-2022 plus de 90 spectacles différents sont programmés à Château Rouge.

© Emmanuelle Nemoz.
© Emmanuelle Nemoz.
Après deux ans de travaux et un budget de 12,5 millions d'euros, le centre culturel de Château Rouge offre désormais une salle de spectacle d'une capacité d'accueil de 1 500 places debout et 1 000 assises, une scène agrandie de 30 % ainsi que des loges et des équipements acoustiques et thermiques rénovés.

Situé au cœur de la ville d'Annemasse, Château Rouge est un centre culturel pluridisciplinaire et fait partie des équipements structurants dans le réseau régional, voire national des théâtres. L'établissement est géré par une structure associative, dans le cadre d'une délégation de service public.

Les missions portent sur la diffusion de toutes les disciplines du spectacle vivant, avec une spécificité sur les musiques actuelles, la danse, le jeune public, les actions avec les acteurs de la vie culturelle locale, la coopération transfrontalière, le soutien à la création contemporaine.

Château Rouge, Scène conventionnée,
1 route de Bonneville, Annemasse (74).
Tél. : 04 50 43 24 24.
accueil@chateau-rouge.net
>> chateau-rouge.net

Bruno Fougniès
Jeudi 13 Janvier 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022