La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Venezuela… Une fresque dansée différente et rayonnante !

Dans une création fleuve d'Ohad Naharin, la diversité est l'étendard qui porte l'œuvre. Au travers de musiques et de chansons très variées, de chorégraphies tout aussi foisonnantes, le chorégraphe marque son empreinte et son ouverture au monde en revendiquant la pluralité des pensées par le biais du monde des arts.



© Ascaf.
© Ascaf.
La Batsheva Dance Company existe depuis 1964 et a été créée par Martha Graham (1894-1991) et la baronne Batsheva de Rotschild (1914-1999). Nahad Oharin a commencé sa carrière en 1974 dans cette compagnie et en a pris la direction en 1990. Depuis, il a imposé son style en inventant des techniques appelées "Gaga" qui sont aujourd'hui à la base de ses créations.

"Venezuela" est une grande fresque déroulée dans un vis-à-vis artistique disposé comme deux faces d'une même pièce, avec des chorégraphies d'une première partie reprises dans la seconde mais avec une touche musicale et scénographique les différenciant. L'un se répond à l'autre autour d'une course entre danseurs, comme le tournoiement du monde avec ses effluves et ses élans. Le spectacle est séquencé en tableaux avec un kaléidoscope de gestuelles aussi variées et intenses que calmes et nerveuses. Nous sommes à différents niveaux gestiques autant dans le rythme que dans la disposition des artistes et de leur nombre.

© Ascaf.
© Ascaf.
Nous retrouvons ainsi par deux fois, dans ces deux séquences, les interprètes qui courent, de façon esthétique et très physique, tout le long des planches. Sur une musique et un tempo beaucoup plus calme, ils s'approchent les uns des autres. Puis les danseuses s'assoient chacune à cheval sur leurs partenaires et ceux-ci, tels des fauves la tête baissée, remontent lentement vers l'avant-scène, les genoux et la paume des mains en appui au sol. C'est à l'opposé des tableaux précédents où il n'y avait pas de contact corporel, de même que d'un point de vue rythmique aussi avec un temps qui semble s'écouler seconde après seconde quand précédemment, la vitesse d'exécution était très rapide.

Les chorégraphies sont de différentes géométries artistiques tels ces duos très physiques composés de pas de deux avec des tours d'une interprète en appui de son partenaire déclinant une latinité du geste très caractéristique. Plus tard, par deux fois, une danseuse fait un saut directement sur le torse de son acolyte qui tombe sur les planches, suivi par quelques autres qui font de même, mais en solo. Les corps s'abattent comme des troncs, délivrant leur force dans leur chute. Plus loin, ceux-ci s'arc-boutent, se courbent en demi-cercle accompagnant une gestuelle toujours très physique avec parfois des contorsions et des tremblements. Les bras et les jambes sont pris de soubresauts. Les artistes s'étirent tels des arcs avec leurs flèches, les troncs étant en proie à des tensions intérieures ou extérieures.

© Ascaf.
© Ascaf.
Les musiques sont tout aussi variées, accompagnées parfois de chants religieux au début pour évoluer vers des rythmes beaucoup plus vifs. Les mouvements sont de temps en temps vastes et amples, avec des déplacements à grandes enjambées, ou plus petits en s'arrêtant et se figeant, pour repartir ensuite. Ceux-là sont, par à-coups, un peu robotiques, avec un pied droit qui avance de deux pas pour être ensuite rejoint par le pied gauche pour reculer d'un pas, et ce, sur toute la longueur de la scène. Certains artistes, en file indienne, portent des drapeaux de différents pays, dont un Palestinien et un autre, Ukrainien. Les multiples drapeaux tombent au sol pour être ramassés par d'autres.

Dans la première partie, ceux-là sont remplacés par des serviettes beiges. Tous se replient ensuite rapidement pour aller vers l'un d'entre eux, resté seul allongé en avant-scène, afin d'être recouvert des drapeaux retournés, l'emblème des pays s'effaçant. L'image de ce corps étendu au sol rappelle une victime qui pourrait être n'importe quelle victime de n'importe quel pays. Sans distinction. Allusion à l'actualité où, suivant le pays considéré, la communauté internationale agit (Ukraine), ignore (Palestine) ou combat l'aide apportée (migrants venus de Libye ou de Syrie).

© Ascaf.
© Ascaf.
Par deux fois, les chorégraphies se finissent en chanson, celle-ci est interprétée par un premier danseur, puis reprise par un(e) autre, puis tous en chœur. La seconde fois, le chant est du rap. Ainsi, celui-ci s'arrime à la danse et crée une césure dans le groupe, le chanteur s'en extirpant au début pour être rejoint par tous. Comme l'intégration d'un élément étranger qui est ensuite accepté à l'unisson. C'est aussi dans cette différence, de la voix et du corps, que se jouent cette césure et cette jonction. Faire d'une différence, une force, une fusion, sans que celle-là soit éteinte ou réduite, mais bien portée par tous.

La création d'Ohad Naharin est très riche dans ses aspects tant musicaux, vocaux que gestiques avec des rythmes qui s'enchaînent tout en étant parfois antinomiques. Il mélange dans un cocktail artistique des arts et des tempos aussi différents afin de les réunir ensemble en montrant leur diversité sans y retirer quoi que ce soit.

"Venezuela"

© Ascaf.
© Ascaf.
Chorégraphie : Ohad Naharin.
Avec : Chen Agron, Yarden Bareket, Billy Barry, Yael Ben Ezer, Matan Cohen, Ben Green, Chiaki Horita, Sean Howe, Chun Woong Kim, Londiwe Khoza, Shir Levy, Adrienne Lipson,Ohad Mazor, Eri Nakamura, Gianni Notarnicola, Igor Ptashenchuk, Yoni (Yonatan) Simon, Hani Sirkis, Amalia Smith.
Lumières : Avi Yona Bueno (Bambi).
Création et édition bande-son : Maxim Waratt.
Conseil musical : Nadav Barnea.
Costumes : Eri Nakamura.
Assistant d'Ohad Naharin et Eri Nakamura : Ariel Cohen.
Répétitrice : Natalia Petrova assistée d'Omri Mishael.
Par la Batsheva Dance Company.
Durée : 1 h 20.

Du 11 au 27 mai 2022.
Mardi, mercredi et vendredi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, dimanche à 15 h 30.
Chaillot - Théâtre national de la Danse, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr/fr

© Ascaf.
© Ascaf.

© Ascaf.
© Ascaf.

Safidin Alouache
Vendredi 20 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022