La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un bourgeois d'anthologie... au cœur de la compréhension du baroque et déjà dans la modernité

"Le Bourgeois Gentilhomme", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

Monsieur Jourdain vêtu de somptueux habits s’essaye au port de gentilhomme, à la vie de cour. Dans la version de Denis Podalydès, le bourgeois gentilhomme s’exerce au sein de son propre atelier. Celui-ci est parfaitement en ordre avec tous ses lés de tissus, ses rouleaux, sa table de coupe, ses squelettes de fauteuils à l’étage en attente de finition. Dans cette maison, on a le goût du tissu et du travail bien fait. Cet espace, avec ses moyens, va progressivement devenir le lieu de représentation de spectacle vivant. De théâtre danse. De comédie ballet.



© Pascal Victor - ArtComArt.
© Pascal Victor - ArtComArt.
Monsieur Jourdain expérimente un programme d’éducation dont les règles de base sont simples. Apprendre l’escrime, la musique, la danse, la syntaxe, le bien parler… la comédie. Acquisition de la vélocité. Éprouvé, ce programme hérité des précieuses a mis à vif les nerfs de plus d’un noble. Ils ont tous ri aux dépens de l’un des leurs. Se moquer, ils savent. C’est le tour du bourgeois.

Madame Jourdain admoneste son mari pour ses ridicules prétentions et lui rappelle combien il finance trop, beaucoup trop les marquis impécunieux. Monsieur bat Madame.

Le spectateur est bien aux premières loges pour assister aux scènes d’un ménage qui finit en farce de coalition contre le père de famille. En apothéose.

Replacées dans le contexte, elles prennent la forme d’un hommage appuyé au grand père de Molière, tapissier qui aimait le théâtre, était de ces bourgeois de Paris qui ont aidé et financé le grand père de Louis XIV, Henri IV. Cet Henri IV justement pour laquelle monsieur Jourdain éprouve une réelle tendresse, déboussolé qu’il est, devant l’évolution des mœurs de la cour. Molière soutient implicitement la cause d’une noblesse du travail et peut être un paradis perdu .

© Pascal Victor - ArtComArt.
© Pascal Victor - ArtComArt.
Dans la logique du jeu théâtral, cette pièce révèle ainsi la proximité de Louis XIV et de son maître farceur. Quand il faut adopter un mode de polissage de la noblesse à la vie de cour, leur complicité dans le rire est totale. Et la nature du rire désigne qui fait vraiment tapisserie, qui est du côté de la gouvernance. Rira bien, parmi les spectateurs, qui rira le dernier. Le roi a son farceur et son farceur est le plus souple des courtisans qui sait danser et éviter les coups de bâton.

L’unité de lieu telle qu’elle est proposée par Denis Podalydès est une véritable intuition créatrice. Et la manière dans la mise en scène, à l’instar d’une mise en abyme, donne sens à toutes les instances du texte vers lesquelles convergent en toute cohérence tous ses éléments esthétiques.

L’objet théâtral de Denis Podalydès est précieux. Il fixe l’œuvre de Molière dans l’univers baroque (que des pionniers comme Jordi Savall, Francine Lancelot, Benjamin Lazar ont contribué à faire redécouvrir) Elle tient compte du public et se caractérise dans sa modernité par la vivacité et la fluidité des enchaînements entre la danse, le jeu, la musique. Jamais plaqués, glissant l’un sur l’autre sans heurts de la comédie à la danse par l’entremise de la musique et de la farce. Celle-ci porté par Pascal Rénéric est toujours pleine d’adresse, de grâces et de roueries. Dans les adresses au public, comme autant de clins d’œil, elle nourrit le rire et la poésie comme le font les clowns et donne du relief à tous les signes donnés.

Croquis pour le costume de Monsieur Jourdain © Christian Lacroix.
Croquis pour le costume de Monsieur Jourdain © Christian Lacroix.
Ceux-ci sont riches dans tous les sens du terme.

Christian Lacroix avec ses costumes somptueux développe une réflexion sur l’art du tissu et de l’illusion qu’il procure. De la broderie surchargée au simple plissé, le vêtement de scène fonde le caractère de celui qui le porte, facilite et amplifie le jeu. Où quand l’extrême richesse d’une basque développe une vanité des vanités et l’oripeau le vivant et sa couleur du bonheur. La scène du sacre du Mamamouchi, par son inventivité et sa cohérence, sa vraisemblance interne, est à cet égard réellement étonnante.

Les personnages, portés par des comédiens avec leurs personnalités fortes et pourtant comme imprégnés du tempérament du metteur en scène, vivent une forme d’abstraction rêveuse que les musiciens impliqués dans l’action tirent soit vers la brillance, la pompe et la gaité de Lully, soit les tonalités plus sombres, plus archaïques du caractère que procurent les discrètes insertions de Delalande, Couperin ou Telemann.

La danse, elle, débridée, emprunte à toutes les traditions y compris contemporaines ou circassiennes et réconcilie tous les genres. De la bastonnade au mime, au menuet et autres contorsions, le final est éblouissant.

© Pascal Victor - ArtComArt.
© Pascal Victor - ArtComArt.
Cette présentation dégage une forme de force et de quiétude intérieure. Assurément, au sein de cette manufacture, on peut s’essayer en gentilhomme, battre sa femme et subir la farce de ses proches en toute vraisemblance. C’est pourquoi dans cette mise en scène l’on peut rire sans gêne, sans moquerie, sans outrance.

Ce "bourgeois gentilhomme", dans sa dimension complète de comédie ballet, est au cœur de la compréhension du baroque et pleinement ouvert sur le monde contemporain. Homogène et contrasté, il est une joie pour le spectateur. Et les enfants, leurs parents sont éblouis par la simplicité, la beauté, la densité de la représentation et rient bonnement. Un bourgeois d’anthologie à conserver dans les mémoires des familles.

"Le Bourgeois Gentilhomme"

Denis Podalydès © Pascal Victor - ArtComArt.
Denis Podalydès © Pascal Victor - ArtComArt.
Comédie-ballet de Molière.
Musique : Lully.
Mise en scène : Denis Podalydès, Sociétaire de la Comédie Française.
Direction musicale : Christophe Coin.
Scénographie : Éric Ruf, Sociétaire de la Comédie Française.
Costumes : Christian Lacroix.
Chorégraphie : Kaori Ito.
Lumières : Stéphanie Daniel.
Maquillages et coiffures : Véronique Soulier-Nguyen.
Collaboration artistique : Emmanuel Bourdieu.
Avec : Isabelle Candelier (Madame Jourdain), Manon Combes (Nicole), Bénédicte Guilbert (Dorimène), Julien Campani (le Maître de musique et Dorante), Manuel le Lièvre (le Maître d'armes et le Grand Mufti), Francis Leplay (le Maître de philosophie), Hermann Marchand (Un laquais), Leslie Menu (Lucile et le Garçon tailleur), Nicolas Orlando (Un laquais), Pascal Rénéric (Monsieur Jourdain), Alexandre Steiger (le Maître tailleur et Covielle), Thibault Vinçon (le Maître de danse et Cléonte), Kaori Ito, Artemis Stavridi, Jennifer Macavinta (danseuses en alternance), Romain Champion, Cécile Granger, Marc Labonnette, Francisco Mañalich (chanteur).
Avec 7 solistes de l'Ensemble Baroque de Limoges : Clavecin : François Guerrier, Olivier Fortin, Yvan Garcia ; Flute : Maria Tecla, Andreotti ; Hautbois : Lola Soulier ; Violons et alto : Nicolas Mazzoleni, Louis Creach.
Durée : 2 h 50 (avec entracte).

Croquis pour le costume de la Turquerie © Christian Lacroix.
Croquis pour le costume de la Turquerie © Christian Lacroix.
Spectacle du 19 juin au 21 juillet 2012.
Du mardi au samedi à 21 h, matinée le samedi à 15 h 30.
Relâche le samedi le 14 juillet.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

Les dates de la tournée 2012-2013 :
● 26 au 29 septembre 2012 : Les Théâtres de la Ville de Luxembourg. Réservation : 05 24 70 89 51.
● 13 octobre 2012 : Le Carré, Sainte-Maxime. Réservations : 04 94 56 77 77.
● 16 et 17 octobre 2012 : Théâtre Olympia, Arcachon. Réservations : 05 57 52 97 75.
● 20 et 21 octobre 2012 : Le Prisme, Elancourt. Réservation : 01 30 51 46 06.
● 23 au 25 octobre 2012 : Maison de la Culture, Amiens. Informations : 03 22 97 79 79.
● 9 au 16 novembre 2012 : Théâtre de la Place, Liège (Belgique). Réservation : 00324 342 00 00.
● 19 au 21 novembre 2012 : Opéra Royal de Versailles. Réservation : 01 30 83 78 98.
● 24 et 25 octobre 2012 : Opéra de Vichy. Réservation : 04 70 30 50 30.
● 1er et 2 décembre 2012 : Opéra de Massy. Réservation : 01 60 13 13 13.
● 6 au 8 décembre 2012 : CNCDC de Châteauvallon, Ollioules. Réservation : 04 94 22 02 02.
● 11 au 15 décembre 2012 : Théâtre de Caen. Réservation : 02 31 30 48 00.
● 19 et 20 décembre 2012 : Opéra de Limoges. Réservation : 05 55 45 95 95.
● 5 au 11 janvier 2013 : La Criée, Marseille. Réservation : 04 91 54 70 54.
● 15 au 18 janvier 2013 : Théâtre Royal de Namur (Belgique). Réservation : 081 226 026.

Jean Grapin
Mardi 3 Juillet 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020