La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un bourgeois d'anthologie... au cœur de la compréhension du baroque et déjà dans la modernité

"Le Bourgeois Gentilhomme", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

Monsieur Jourdain vêtu de somptueux habits s’essaye au port de gentilhomme, à la vie de cour. Dans la version de Denis Podalydès, le bourgeois gentilhomme s’exerce au sein de son propre atelier. Celui-ci est parfaitement en ordre avec tous ses lés de tissus, ses rouleaux, sa table de coupe, ses squelettes de fauteuils à l’étage en attente de finition. Dans cette maison, on a le goût du tissu et du travail bien fait. Cet espace, avec ses moyens, va progressivement devenir le lieu de représentation de spectacle vivant. De théâtre danse. De comédie ballet.



© Pascal Victor - ArtComArt.
© Pascal Victor - ArtComArt.
Monsieur Jourdain expérimente un programme d’éducation dont les règles de base sont simples. Apprendre l’escrime, la musique, la danse, la syntaxe, le bien parler… la comédie. Acquisition de la vélocité. Éprouvé, ce programme hérité des précieuses a mis à vif les nerfs de plus d’un noble. Ils ont tous ri aux dépens de l’un des leurs. Se moquer, ils savent. C’est le tour du bourgeois.

Madame Jourdain admoneste son mari pour ses ridicules prétentions et lui rappelle combien il finance trop, beaucoup trop les marquis impécunieux. Monsieur bat Madame.

Le spectateur est bien aux premières loges pour assister aux scènes d’un ménage qui finit en farce de coalition contre le père de famille. En apothéose.

Replacées dans le contexte, elles prennent la forme d’un hommage appuyé au grand père de Molière, tapissier qui aimait le théâtre, était de ces bourgeois de Paris qui ont aidé et financé le grand père de Louis XIV, Henri IV. Cet Henri IV justement pour laquelle monsieur Jourdain éprouve une réelle tendresse, déboussolé qu’il est, devant l’évolution des mœurs de la cour. Molière soutient implicitement la cause d’une noblesse du travail et peut être un paradis perdu .

© Pascal Victor - ArtComArt.
© Pascal Victor - ArtComArt.
Dans la logique du jeu théâtral, cette pièce révèle ainsi la proximité de Louis XIV et de son maître farceur. Quand il faut adopter un mode de polissage de la noblesse à la vie de cour, leur complicité dans le rire est totale. Et la nature du rire désigne qui fait vraiment tapisserie, qui est du côté de la gouvernance. Rira bien, parmi les spectateurs, qui rira le dernier. Le roi a son farceur et son farceur est le plus souple des courtisans qui sait danser et éviter les coups de bâton.

L’unité de lieu telle qu’elle est proposée par Denis Podalydès est une véritable intuition créatrice. Et la manière dans la mise en scène, à l’instar d’une mise en abyme, donne sens à toutes les instances du texte vers lesquelles convergent en toute cohérence tous ses éléments esthétiques.

L’objet théâtral de Denis Podalydès est précieux. Il fixe l’œuvre de Molière dans l’univers baroque (que des pionniers comme Jordi Savall, Francine Lancelot, Benjamin Lazar ont contribué à faire redécouvrir) Elle tient compte du public et se caractérise dans sa modernité par la vivacité et la fluidité des enchaînements entre la danse, le jeu, la musique. Jamais plaqués, glissant l’un sur l’autre sans heurts de la comédie à la danse par l’entremise de la musique et de la farce. Celle-ci porté par Pascal Rénéric est toujours pleine d’adresse, de grâces et de roueries. Dans les adresses au public, comme autant de clins d’œil, elle nourrit le rire et la poésie comme le font les clowns et donne du relief à tous les signes donnés.

Croquis pour le costume de Monsieur Jourdain © Christian Lacroix.
Croquis pour le costume de Monsieur Jourdain © Christian Lacroix.
Ceux-ci sont riches dans tous les sens du terme.

Christian Lacroix avec ses costumes somptueux développe une réflexion sur l’art du tissu et de l’illusion qu’il procure. De la broderie surchargée au simple plissé, le vêtement de scène fonde le caractère de celui qui le porte, facilite et amplifie le jeu. Où quand l’extrême richesse d’une basque développe une vanité des vanités et l’oripeau le vivant et sa couleur du bonheur. La scène du sacre du Mamamouchi, par son inventivité et sa cohérence, sa vraisemblance interne, est à cet égard réellement étonnante.

Les personnages, portés par des comédiens avec leurs personnalités fortes et pourtant comme imprégnés du tempérament du metteur en scène, vivent une forme d’abstraction rêveuse que les musiciens impliqués dans l’action tirent soit vers la brillance, la pompe et la gaité de Lully, soit les tonalités plus sombres, plus archaïques du caractère que procurent les discrètes insertions de Delalande, Couperin ou Telemann.

La danse, elle, débridée, emprunte à toutes les traditions y compris contemporaines ou circassiennes et réconcilie tous les genres. De la bastonnade au mime, au menuet et autres contorsions, le final est éblouissant.

© Pascal Victor - ArtComArt.
© Pascal Victor - ArtComArt.
Cette présentation dégage une forme de force et de quiétude intérieure. Assurément, au sein de cette manufacture, on peut s’essayer en gentilhomme, battre sa femme et subir la farce de ses proches en toute vraisemblance. C’est pourquoi dans cette mise en scène l’on peut rire sans gêne, sans moquerie, sans outrance.

Ce "bourgeois gentilhomme", dans sa dimension complète de comédie ballet, est au cœur de la compréhension du baroque et pleinement ouvert sur le monde contemporain. Homogène et contrasté, il est une joie pour le spectateur. Et les enfants, leurs parents sont éblouis par la simplicité, la beauté, la densité de la représentation et rient bonnement. Un bourgeois d’anthologie à conserver dans les mémoires des familles.

"Le Bourgeois Gentilhomme"

Denis Podalydès © Pascal Victor - ArtComArt.
Denis Podalydès © Pascal Victor - ArtComArt.
Comédie-ballet de Molière.
Musique : Lully.
Mise en scène : Denis Podalydès, Sociétaire de la Comédie Française.
Direction musicale : Christophe Coin.
Scénographie : Éric Ruf, Sociétaire de la Comédie Française.
Costumes : Christian Lacroix.
Chorégraphie : Kaori Ito.
Lumières : Stéphanie Daniel.
Maquillages et coiffures : Véronique Soulier-Nguyen.
Collaboration artistique : Emmanuel Bourdieu.
Avec : Isabelle Candelier (Madame Jourdain), Manon Combes (Nicole), Bénédicte Guilbert (Dorimène), Julien Campani (le Maître de musique et Dorante), Manuel le Lièvre (le Maître d'armes et le Grand Mufti), Francis Leplay (le Maître de philosophie), Hermann Marchand (Un laquais), Leslie Menu (Lucile et le Garçon tailleur), Nicolas Orlando (Un laquais), Pascal Rénéric (Monsieur Jourdain), Alexandre Steiger (le Maître tailleur et Covielle), Thibault Vinçon (le Maître de danse et Cléonte), Kaori Ito, Artemis Stavridi, Jennifer Macavinta (danseuses en alternance), Romain Champion, Cécile Granger, Marc Labonnette, Francisco Mañalich (chanteur).
Avec 7 solistes de l'Ensemble Baroque de Limoges : Clavecin : François Guerrier, Olivier Fortin, Yvan Garcia ; Flute : Maria Tecla, Andreotti ; Hautbois : Lola Soulier ; Violons et alto : Nicolas Mazzoleni, Louis Creach.
Durée : 2 h 50 (avec entracte).

Croquis pour le costume de la Turquerie © Christian Lacroix.
Croquis pour le costume de la Turquerie © Christian Lacroix.
Spectacle du 19 juin au 21 juillet 2012.
Du mardi au samedi à 21 h, matinée le samedi à 15 h 30.
Relâche le samedi le 14 juillet.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

Les dates de la tournée 2012-2013 :
● 26 au 29 septembre 2012 : Les Théâtres de la Ville de Luxembourg. Réservation : 05 24 70 89 51.
● 13 octobre 2012 : Le Carré, Sainte-Maxime. Réservations : 04 94 56 77 77.
● 16 et 17 octobre 2012 : Théâtre Olympia, Arcachon. Réservations : 05 57 52 97 75.
● 20 et 21 octobre 2012 : Le Prisme, Elancourt. Réservation : 01 30 51 46 06.
● 23 au 25 octobre 2012 : Maison de la Culture, Amiens. Informations : 03 22 97 79 79.
● 9 au 16 novembre 2012 : Théâtre de la Place, Liège (Belgique). Réservation : 00324 342 00 00.
● 19 au 21 novembre 2012 : Opéra Royal de Versailles. Réservation : 01 30 83 78 98.
● 24 et 25 octobre 2012 : Opéra de Vichy. Réservation : 04 70 30 50 30.
● 1er et 2 décembre 2012 : Opéra de Massy. Réservation : 01 60 13 13 13.
● 6 au 8 décembre 2012 : CNCDC de Châteauvallon, Ollioules. Réservation : 04 94 22 02 02.
● 11 au 15 décembre 2012 : Théâtre de Caen. Réservation : 02 31 30 48 00.
● 19 et 20 décembre 2012 : Opéra de Limoges. Réservation : 05 55 45 95 95.
● 5 au 11 janvier 2013 : La Criée, Marseille. Réservation : 04 91 54 70 54.
● 15 au 18 janvier 2013 : Théâtre Royal de Namur (Belgique). Réservation : 081 226 026.

Jean Grapin
Mardi 3 Juillet 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021