La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Royaume" Un corps à soi… Femmes libres, vous écrirez votre nom en lettres de feu

"Une chambre à soi" (1929, Virginia Woolf), un corps à soi… Pour dénoncer les violences faites aux femmes, pratiques légitimées à bas bruit par des siècles de domination patriarcale, soixante-dix années plus tard, les Nations Unies ont institué une journée particulière afin que ces crimes ne puissent, encore et toujours, être banalisés par un masculin dominant. Heureux hasard du calendrier, c'est ce jour même du 25 novembre 2022 qu'a lieu, à La Manufacture CDCN, la première de la nouvelle création d'Hamid Ben Mahi. Une forme éclatante d'énergie rendant - en actes chorégraphiés - un vibrant hommage à la sororité.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Elles sont six sur le plateau. Six femmes d'âge et de culture différents. Elles ont des origines italiennes, kabyles, réunionnaises, françaises, peu importe. Ce qui les réunit, c'est une histoire commune, une histoire partagée avec beaucoup d'autres anonymes. Elles ont eu dans leurs parcours à croiser des hommes ne témoignant aucun respect pour leur personne, parfois jusqu'à faire effraction dans leur chair. Par l'entremise de leur voix libérée et de leur corps délié de toutes injonctions, elles vont dessiner les contours d'une solidarité féminine propre à affronter ces prédateurs. Non sur le ton de la victime ou de manière agressive (ce qui pourrait en la circonstance se justifier), mais avec une détermination bouleversante qui s'origine dans le sentiment d'appartenance à un collectif soudé.

D'emblée, leur entrée en scène rend compte de leur résolution à faire face au monde obscur. Le regard fier, elles avancent en ligne, se saisissent des casques posés au sol pour en revêtir leur visage lumineux. En voix off, le discours de Simone Weil présentant la loi pour le droit des femmes à avorter - allocution prononcée en 1974 devant une "Assemblée presque exclusivement composée d'hommes… L'acte de procréation se doit d'être un acte de liberté. Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement" - fait étrangement écho aux débats actuels agitant l'Assemblée et le Sénat, concernant dorénavant l'inscription de ce même droit dans la Constitution, avec leurs immuables oppositions d'arrière-garde.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Comme si l'Histoire à cinquante ans de distance n'arrêtait pas de bégayer concernant les droits des femmes à disposer de leur corps. Comme si "Le deuxième sexe" de Simone de Beauvoir, existentialiste féministe, n'avait pas ouvert encore plus tôt la "voix" au changement radical de paradigme dans les rapports homme-femme. Comme si "Du côté des petites filles" d'Elena Gianini Belotti, pédagogue féministe - citée judicieusement - n'avait pas, dans les années soixante-dix, attiré l'attention sur les conditionnements en termes de supériorité du sexe dit fort, et ce, dès le plus jeune âge, faisant que le corps de chacun(e) est inscrit d'emblée dans ce qui plus tard apparaîtra comme un destin.

Comme en soutien à leurs aînées, à l'unisson les unes des autres, en harmonie totale, elles se lancent irrésistiblement dans des danses énergisantes qu'aucun conservatisme ne pourrait endiguer. Dans une belle scénographie colorée du rouge de la terre fertile dont elles recouvrent "en chœur" le plateau, elles inscrivent les empreintes de leurs pas martelés. Ainsi les désirs de liberté de leurs silhouettes en mouvement soutiennent la force qu'il leur faut - l'action et non la stupeur - pour dévoiler au micro les blessures enfouies. Les mouvements rythmés de leurs chevelures bondissant en l'air suggèrent à eux seuls leur liberté fièrement affichée, "crânement" revendiquée.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
De ces témoignages à vif ressort une constance, celle d'un corps féminin considéré comme objet par des hommes se l'appropriant au gré de leurs fantaisies. Lieu du pouvoir patriarcal, le corps assujetti des femmes a affaire aux plaisanteries graveleuses, aux harcèlements de rue, aux sifflements réservés aux chiens, aux frôlements appuyés dans les transports bondés, aux exhibitionnistes satisfaits d'eux-mêmes, aux dominateurs de tous poils, aux violeurs se recrutant jusque dans l'entourage si ce n'est chez les ascendants directs ou encore la fratrie…

Ainsi en est-il des vécus délivrés par Céline, Elsa, Sandrine, Sara, Viola et Yvonnette, chacune d'une voix tout aussi calme que déterminée se saisissant du porte-voix, non pour impudiquement se raconter, mais pour dire avec une maîtrise impressionnante les maltraitances qui ont été infligées à leur corps de femmes par des représentants de toutes classes sociales ayant pour point commun leur masculinité (in)humaine.

Histoires de vie bouleversantes que leur vocation de danseuses a le pouvoir de reconnecter avec elles-mêmes, femmes rayonnantes habitées par le désir "chevillé au corps" de chorégraphier leur existence grâce à la force du collectif féminin, lieu inépuisable de ressourcement. Ainsi des enchaînements de figures débridées (faisant contrepoint au contenu sombre évoqué), entremêlant le contemporain et le hip-hop, communiquant le liant susceptible de recréer le lien avec soi (corps mis à mal, corps déserté, corps à reconquérir) et avec les autres, celles de la sororité vécue en direct ouvrant sur l'existence recouvrée.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Exister en tant que sujet libre, disposant de son corps comme il lui sied sans avoir à en référer à une quelconque instance masculine, sans craindre que l'on attente à son intégrité tant physique que morale, tel est en effet le message profondément humain de celles qui ont su faire entendre - sur un plateau de danse - qu'elles ne veulent plus être "courageuses" en sortant le soir, mais simplement "libres", à l'égal des hommes, ni plus, ni moins.

Et que ce soit un (et non une) chorégraphe, à la sensibilité humaine et artistique redoublée, qui leur ait offert cette occasion - reprocher à Hamid Ben Mahi sa très belle intuition masculine relèverait du degré zéro de la réflexion - souligne, en dehors de tous a priori, la force troublante de ces femmes puissantes démasquant en toute sororité les conduites délétères d'un patriarcat "homni-présent".

Vu pour sa création le 25 novembre 2022 à La Manufacture CDCN, boulevard Albert 1er à Bordeaux (autre représentation, le samedi 26 novembre).

"Royaume"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création chorégraphique hip-hop pour six interprètes féminines.
Chorégraphie et mise en scène : Hamid Ben Mahi.
Avec : Céline Lefèvre, Elsa Morineaux, Sandrine Monar, Sara Ben Herri, Viola Chiarini et Yvonnette Vela Lopez.
Scénographie : Camille Duchemin.
Regard extérieur : Hassan Razak.
Création musicale et arrangements : Manuel Wandji.
Environnement sonore : Sébastien Lamy.
Mise en lumière : Antoine Auger.
Par la Compagnie Hors-Série.
Durée : 1 h.

>> horsserie.org

Tournée
23 mars 2023 : L'Agora, Boulazac (24).
25 mars 2023 : Théâtre Le Parnasse, Mimizan (40).
31 mars 2023 : Espace Brémontier, Arès (33).

Yves Kafka
Jeudi 1 Décembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022