La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Raphaël Pichon et l’Ensemble Pygmalion au Jubilé de la Saison Musicale de Royaumont

En ce dernier week-end de la Saison Musicale de Royaumont, fêtant ses cinquante ans d’existence, trois rendez-vous ont marqué un public très nombreux. Ce dernier a acclamé l’un des plus jeunes et talentueux chefs du moment, Raphaël Pichon et son Ensemble Pygmalion dans un programme construit autour de la famille Bach. Pas encore trentenaire et déjà érudit, charmant, il a bien voulu nous éclairer sur ce concert et sur ses projets.



Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
À noter que les festivaliers, dont certains sont fidèles depuis 1981, ont également été enchantés par le contre-ténor Philippe Jarroussky (en formation en ces lieux en 1999 avec Gérard Lesne) accompagné pour son récital "Verlaine" du pianiste Jérôme Ducros et du Quatuor Ébène ; et ont chaleureusement applaudi l’impérial et facétieux William Christie et ses Arts Florissants, habitués du lieu.

Christine Ducq pour la Revue du Spectacle - Vous venez d’être acclamé avec votre ensemble par le public, à juste titre, pour ce très beau concert. Quelles sont vos relations avec Royaumont ?

Raphaël Pichon - Nous entretenons une très vieille relation qui dure depuis de nombreuses années. Je suis d’abord venu ici comme chanteur puis avec différents groupes pour défendre différents répertoires : de la musique du Moyen-Age, de la musique baroque et de la musique contemporaine. Je suis même venu comme claveciniste-accompagnateur animer des stages. Aujourd’hui, avec mon Ensemble Pygmalion (créé en 2006, ndlr), nous sommes en résidence à Royaumont pour trois ans (depuis 2011) et nous entamons notre troisième année ici avec des formations et des concerts. Voilà, une activité assez régulière dans ces murs.

Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
En ce qui concerne le programme choisi ce soir à Royaumont, est-il proche de votre tout dernier CD consacré à Bach justement ?

Raphaël Pichon - Le concert et le CD sont tous deux consacrés à Bach mais les programmes en sont très éloignés. Ce sont exactement deux faces très différentes de Johann Sebastian Bach. L’enregistrement que nous venons de faire, "Bach, Kothener Trauermusik" (sorti le 7 octobre chez Harmonia Mundi), est une reconstitution d’une musique funèbre pour un prince que Bach a beaucoup aimé et qui a été très important dans sa vie tant musicale qu’affective : le Prince Leopold d’Anhalt-Köthen, lequel est totalement oublié. Et pour lequel Bach a écrit une musique funèbre qui est en grande partie la "Passion selon Saint-Matthieu".

Tandis que ce soir c’était un programme beaucoup plus festif, beaucoup plus flamboyant, beaucoup plus éclatant. Puisque ces musiques ont été écrites pour la Fête de la Saint-Michel qui a lieu le 29 septembre, une fête très importante pour les Luthériens. Ces partitions illustrent la victoire du Bien sur le Mal personnifiée dans cette histoire biblique par le combat vainqueur de l’Archange Michel contre le Dragon. Cette fête du 29 septembre était l’occasion pour tous les compositeurs de cette époque dont Johann Sebastian Bach d’écrire des musiques qui dépeignent vraiment au plus près ce fameux combat avec tout un arsenal de cuivres, de trompettes et de timbales. Un programme très étincelant donc !

Abbaye de Royaumont © Imagin'Air J.-C. Roy.
Abbaye de Royaumont © Imagin'Air J.-C. Roy.
Pour la suite de la saison, qu’est-il de prévu pour l’Ensemble Pygmalion ?

Raphaël Pichon - Encore du Johann Sebastian Bach. Encore et toujours avec d’autres programmes de cantates ! En 2016, nous allons fêter justement l’anniversaire de la Réforme entreprise par Luther. C’est pour nous l’occasion encore d’un programme assez éclatant puisqu’il tournera autour des cantates écrites pour le Jour de la Réforme qu’on fête chaque année.

Il y a de surcroît notre premier opéra mis en scène par Michel Fau à l’Opéra de Bordeaux et à celui de Versailles avec "Dardanus" de Jean-Philippe Rameau. Sont attendus aussi nos premiers pas dans Mozart avec une grande Messe en ut mineur. Il ne faut pas oublier notre incursion dans la musique romantique avec des concerts consacrés à Brahms et à Mendelssohn. Une saison très riche donc mais j’allais oublier un autre événement très important pour nous : de nombreuses reprises à l’étranger et à Paris d’une production que nous avons créée au Festival d’Aix-en-Provence cet été. Une tentative de mise à la scène d’extraits des Cantates de Bach dans un spectacle qui s’intitule "Trauernacht" ("Nuit de Deuil") mis en scène par une très grande dame du théâtre anglais, Katie Mitchell.

Concert entendu le samedi 11 octobre 2014.
En multidiffusion sur la chaîne en ligne Culturebox.

"Famille Bach. Musiques pour la Saint Michel".
Johann Christoph Bach (1642-1703).
"Es erhub sich ein Streit".
Johann Sebastian Bach (1685-1750).
"Es erhub sich ein Streit" cantate BWV 19.
Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788).
"Heilig" Wq 217.
Johann Sebastian Bach.
"Herr Gott, dich loben alle wir" BWV 130.
"Man singet mit Freuden vom Sieg" BWV 149.
"Nun ist das Heil und die Kraft" BWV 50.

Ensemble Pygmalion.
Raphaël Pichon, direction.
Ana Quintans, soprano.
Damien Guillon, alto.
Nick Pritchard, ténor.
Christian Immler, basse.

Propos recueillis par Christine Ducq
Lundi 13 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021