La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Raphaël Pichon et l’Ensemble Pygmalion au Jubilé de la Saison Musicale de Royaumont

En ce dernier week-end de la Saison Musicale de Royaumont, fêtant ses cinquante ans d’existence, trois rendez-vous ont marqué un public très nombreux. Ce dernier a acclamé l’un des plus jeunes et talentueux chefs du moment, Raphaël Pichon et son Ensemble Pygmalion dans un programme construit autour de la famille Bach. Pas encore trentenaire et déjà érudit, charmant, il a bien voulu nous éclairer sur ce concert et sur ses projets.



Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
À noter que les festivaliers, dont certains sont fidèles depuis 1981, ont également été enchantés par le contre-ténor Philippe Jarroussky (en formation en ces lieux en 1999 avec Gérard Lesne) accompagné pour son récital "Verlaine" du pianiste Jérôme Ducros et du Quatuor Ébène ; et ont chaleureusement applaudi l’impérial et facétieux William Christie et ses Arts Florissants, habitués du lieu.

Christine Ducq pour la Revue du Spectacle - Vous venez d’être acclamé avec votre ensemble par le public, à juste titre, pour ce très beau concert. Quelles sont vos relations avec Royaumont ?

Raphaël Pichon - Nous entretenons une très vieille relation qui dure depuis de nombreuses années. Je suis d’abord venu ici comme chanteur puis avec différents groupes pour défendre différents répertoires : de la musique du Moyen-Age, de la musique baroque et de la musique contemporaine. Je suis même venu comme claveciniste-accompagnateur animer des stages. Aujourd’hui, avec mon Ensemble Pygmalion (créé en 2006, ndlr), nous sommes en résidence à Royaumont pour trois ans (depuis 2011) et nous entamons notre troisième année ici avec des formations et des concerts. Voilà, une activité assez régulière dans ces murs.

Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
Ensemble Pygmalion © Fondation Royaumont/Agathe Poupeney.
En ce qui concerne le programme choisi ce soir à Royaumont, est-il proche de votre tout dernier CD consacré à Bach justement ?

Raphaël Pichon - Le concert et le CD sont tous deux consacrés à Bach mais les programmes en sont très éloignés. Ce sont exactement deux faces très différentes de Johann Sebastian Bach. L’enregistrement que nous venons de faire, "Bach, Kothener Trauermusik" (sorti le 7 octobre chez Harmonia Mundi), est une reconstitution d’une musique funèbre pour un prince que Bach a beaucoup aimé et qui a été très important dans sa vie tant musicale qu’affective : le Prince Leopold d’Anhalt-Köthen, lequel est totalement oublié. Et pour lequel Bach a écrit une musique funèbre qui est en grande partie la "Passion selon Saint-Matthieu".

Tandis que ce soir c’était un programme beaucoup plus festif, beaucoup plus flamboyant, beaucoup plus éclatant. Puisque ces musiques ont été écrites pour la Fête de la Saint-Michel qui a lieu le 29 septembre, une fête très importante pour les Luthériens. Ces partitions illustrent la victoire du Bien sur le Mal personnifiée dans cette histoire biblique par le combat vainqueur de l’Archange Michel contre le Dragon. Cette fête du 29 septembre était l’occasion pour tous les compositeurs de cette époque dont Johann Sebastian Bach d’écrire des musiques qui dépeignent vraiment au plus près ce fameux combat avec tout un arsenal de cuivres, de trompettes et de timbales. Un programme très étincelant donc !

Abbaye de Royaumont © Imagin'Air J.-C. Roy.
Abbaye de Royaumont © Imagin'Air J.-C. Roy.
Pour la suite de la saison, qu’est-il de prévu pour l’Ensemble Pygmalion ?

Raphaël Pichon - Encore du Johann Sebastian Bach. Encore et toujours avec d’autres programmes de cantates ! En 2016, nous allons fêter justement l’anniversaire de la Réforme entreprise par Luther. C’est pour nous l’occasion encore d’un programme assez éclatant puisqu’il tournera autour des cantates écrites pour le Jour de la Réforme qu’on fête chaque année.

Il y a de surcroît notre premier opéra mis en scène par Michel Fau à l’Opéra de Bordeaux et à celui de Versailles avec "Dardanus" de Jean-Philippe Rameau. Sont attendus aussi nos premiers pas dans Mozart avec une grande Messe en ut mineur. Il ne faut pas oublier notre incursion dans la musique romantique avec des concerts consacrés à Brahms et à Mendelssohn. Une saison très riche donc mais j’allais oublier un autre événement très important pour nous : de nombreuses reprises à l’étranger et à Paris d’une production que nous avons créée au Festival d’Aix-en-Provence cet été. Une tentative de mise à la scène d’extraits des Cantates de Bach dans un spectacle qui s’intitule "Trauernacht" ("Nuit de Deuil") mis en scène par une très grande dame du théâtre anglais, Katie Mitchell.

Concert entendu le samedi 11 octobre 2014.
En multidiffusion sur la chaîne en ligne Culturebox.

"Famille Bach. Musiques pour la Saint Michel".
Johann Christoph Bach (1642-1703).
"Es erhub sich ein Streit".
Johann Sebastian Bach (1685-1750).
"Es erhub sich ein Streit" cantate BWV 19.
Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788).
"Heilig" Wq 217.
Johann Sebastian Bach.
"Herr Gott, dich loben alle wir" BWV 130.
"Man singet mit Freuden vom Sieg" BWV 149.
"Nun ist das Heil und die Kraft" BWV 50.

Ensemble Pygmalion.
Raphaël Pichon, direction.
Ana Quintans, soprano.
Damien Guillon, alto.
Nick Pritchard, ténor.
Christian Immler, basse.

Propos recueillis par Christine Ducq
Lundi 13 Octobre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023