La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Marelle/Que les corps modulent !" Morceaux en forme de marelle pour douze enfants et vingt-quatre mains

À la fois corps de ballet et orchestre, une douzaine d'enfants créent une nouvelle forme de spectacle en mouvement, s'appuyant sur un dispositif dans lequel chaque geste, chaque déplacement deviennent des prétextes à la production sonore, comme une marelle musicale. Guidée par le compositeur et metteur en scène Benjamin Dupé et le chorégraphe Étienne Fanteguzzi, ceux-ci nous offrent une expérience inédite de "chimie" acoustique et corporelle où la spontanéité et l'inventivité construisent un espace de création musicale et chorégraphique expérimental, à la fois drôle et poétique, mais surtout parfaitement maîtrisé.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Ici a lieu une pièce de concert dansée dont les interprètes sont des enfants. Tout est musique, tout est mouvement… tout devient vibratoire, percussif, musical, bruits, bruitages. Un univers sonore variable et mobile se crée où chacun devient musicien et instrumentiste, émetteur et preneur de sons, acteur et danseur sur des chorégraphies construites sur des partitions, élaborées ou pas, de notes imaginaires ou parfaitement concrètes, en direct, remarquablement maîtrisées… alors que, d'un premier abord, tout cela pourrait paraître improvisé…

La liste des possibles sonores est immense et le nombre d'instruments différents est quasi infini. L'espace carré - où la magie opère - prend la forme d'un atelier de lutherie en construction habité par des corps en discrète effervescence - tout est tellement sous contrôle que ça en est impressionnant - et joueurs, à l'écoute d'eux-mêmes et de l'environnement. Concentrés, filles et garçons sont les acteurs de cette pièce de concert qui navigue entre musiques de création, danse, art plastique, théâtre d'objets, cirque sonore et installation vivante. Tous, ayant la capacité à moduler, à s'adapter aux éléments présents, déploient avec une précision et une énergie dominée de nouveaux langages instrumentaux, technologiques, gestuelles et poétiques.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Pour concevoir ces langues inédites et novatrices, en manière d'inventaire à la Prévert, sont utilisés, interprétés ou joués, au fur et mesure ou en même temps - liste non exhaustive -, des boules de sacs en plastiques frottées, des balles rebondissantes, des coquilles subissant l'écrasement, des feuilles foulées, des chaises traînées, des percussions corporelles, des chaussons de papier (frout frout), des pantalons au tissu sonnant (pfuit pfuit), des bracelets tintant grâce à des grelots, un costume en vinyle pour reptation sur le tapis de danse (scrouitch scrouitch)…

… des échanges façon tennis avec une échelle comme filet et des raquettes "tambourins", un ballet de verres aux effets de percussions fines, des bruisseurs végétaux (tirés au sol, agités, frappés ou égrenés), des appeaux, trompes, klaxons, flûtes, sifflets et autres ocarinas, des monocordes sur charnières (entre berimbao et contrebassine), des matelas gonflés d'air alimentant un système de tuyauterie pour un nouveau type de cornemuse… plus divers dispositifs électroniques permettant d'utiliser des micros pour générer du larsen (micro sur perche à main manipulé par un danseur et des haut-parleurs présentés par d’autres) ou pour jouer du thérémine, etc.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Le spectacle est remarquable, mais ce qui l'est aussi, c'est ce que cela dit de la réussite du travail en amont avec les enfants qu'a initié Benjamin Dupé. Que ce soit les filles ou les garçons, on les sent complètement investis, restant concentré durant les cinquante minutes de représentation. Benjamin réussit la performance d'amener et de garder avec lui douze enfants de 7 à 11 ans tout au long d'une série de quinze ateliers de trois heures, basés sur un engagement à la présence pour participer à la finalisation sur scène, devant le public (à Strasbourg, trois séances sur deux jours).

Son talent n'est pas que celui d'un créateur, compositeur et metteur en scène, mais aussi celui d'un pédagogue formateur intelligent sachant conduire les autres sur des territoires certes inconnus, mais également ludiques et porteurs de nouveaux imaginaires pour l'enfance… et merveilleux, surprenant et innovant pour le public !

Vu à Pôle Sud - CDCN Strasbourg le 24 septembre 2022, dans le cadre du festival Musica.

"Marelle/Que les corps modulent !"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Création septembre 2022.
Pièce de concert dansée, pour douze à quinze enfants.
Une expérience sociale, sonore et corporelle in situ.
Concept et musique : Benjamin Dupé.
À Strasbourg, avec douze enfants des quartiers Meinau et Neudorf formés au projet en ateliers : Malou Bini, Philippe-Louis Dieux, Imane El Khabchi, Nino Flammen, Laïla Guizani, Ciara His, Evans His, Inès Jaeger, Grace-Éloïse Lema, Naïm Lemaire, Danyl Yousfi et Nadine Yousfi.
Espace, dispositifs instrumentaux et costumes sonores : Olivier Thomas, Benjamin Dupé.
Mouvement/chorégraphie : Étienne Fanteguzzi (région Grand Est), Balkis Moutashar (région Sud - PACA), Marine Colard (région Bourgogne-Franche-Comté), Marion Lévy (région Normandie), Thierry Thieû Niang (région Île-de-France)…
Lumière : Christophe Forey.
Son : Julien Frénois.
Par la Cie Comme je l'entends, les productions.
Durée : 50 minutes.
À partir de 8 ans.

Du 29 novembre au 3 décembre 2022.
Mardi à 19 h, jeudi à 14 h 30, vendredi à 14 h 30 et 19 h, samedi à 19 h.
KLAP - Maison pour la danse, 5 avenue Rostand, Marseille 3e, 04 96 11 11 20.
>> Kelemenis&Cie >> KLAP >> kelemenis.fr

Tournée
15, 16, 18 et 19 mars 2023 : Opéra de Dijon, Dijon (21).
14 et 15 juin 2023 : Théâtre de Caen, Caen (14).

Gil Chauveau
Mardi 22 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022