La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Mantovani Voices"... splendeur vocale

Le dernier CD du chœur Accentus, créé et dirigé par Laurence Equilbey, sort le premier juin chez Naïve. Leur troisième enregistrement dédié au répertoire vocal contemporain est consacré à quatre splendides pièces du jeune compositeur Bruno Mantovani.



Après "Dusapin Requiem(s)" et "Manoury Inharmonies", ce nouveau CD "Mantovani Voices" sort aujourd'hui offrant quatre pièces splendides commandées au jeune compositeur né en 1974. Bruno Mantovani, également chef d'orchestre et directeur du Conservatoire national de Paris - dont l'impressionnante Symphonie n°1 "L'idée fixe" vient d'être créée dans l'Auditorium de Radio France, il y a quelques jours -, poursuit donc un compagnonnage commencé depuis longtemps avec Accentus et la chef Laurence Equilbey. Ces œuvres, créées par le chœur entre 2007 et 2012 et dédiées pour deux d'entre elles à leur chef, méritaient amplement d'être gravées pour mémoire. Sa "Cantate n°4" nécessitant en outre l'intervention de deux solistes solides et inspirés, la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton et l'accordéoniste Pascal Contet* - compagnon de route de Bruno Mantovani lui aussi.

La Revue du Spectacle a donc voulu rencontrer le compositeur lors d'une séance d'enregistrement du disque en février dernier à l'Opéra de Rouen Normandie. Le soir même, un concert était donné aux heureux spectateurs rouennais qui firent un accueil enthousiaste aux "Vier geistliche Gedichte" et à la "Cantate n°4", deux des quatre œuvres du CD Mantovani au programme. Le chœur fit bien-sûr merveille dans ces pièces dont l'écriture brillante sert aussi bien les instruments que les voix pour composer un dense tissu sonore. Travaillant sur la spatialisation, le dynamisme et la variation comme sur l'intensité, la musique de Bruno Mantovani a un fort pouvoir émotionnel - bien saisi sur le disque ici. Voici donc une rencontre qui nous éclaire sur le travail du compositeur.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Je viens d'assister aux répétitions de deux de vos pièces : "Vier geistliche Gedichte" sur quatre poèmes religieux d'Eichendorff et la "Cantate n°4" sur un texte de Paul Tymich "Komm, Jesu, komm". Comment choisissez-vous les textes ?

Bruno Mantovani - À chaque fois que j'ai écrit pour Accentus - et même pour d'autres configurations vocales -, j'aime beaucoup prendre des cycles de poèmes et en faire une recomposition personnelle. Je recrée moi-même un cycle. Je prends N poèmes d'un même auteur que j'aime et j'essaie de les mettre en relation. J'ai fait cela sur Rilke par exemple, pour un petit ensemble vocal, il y a très longtemps, pour ma première cantate, une œuvre qui dure plus de quarante minutes. C'est aussi mon propre cycle que ces "Cinq Poèmes de Janos Pilinszky" qu'interprète aussi Accentus.

Vous avez écrit votre "Cantate n°4" pour un chœur et deux solistes…

Bruno Mantovani - Cette cantate est une pièce un peu protéiforme. C'est une œuvre chorale, un concerto pour violoncelle et pour accordéon, c'est aussi un duo d'instrumentistes et des solos vocaux. Il s'agit vraiment une œuvre très hétéroclite. Ce qui est amusant c'est que le chœur peut avoir une couleur d'orgue comme l'accordéon en est un également. Le violoncelle étant un instrument qui se fond aussi très bien. À l'intérieur de cet effectif très compact, je voulais essayer de créer quelque chose de très éclaté, de très diversifié. Les configurations instrumentales et vocales changent tout le temps.

Entendant les grandes pages lyriques de ces œuvres, j'ai parfois pensé au compositeur John Adams.

Bruno Mantovani - Je déteste sa musique ! (Il rit). Non, sa musique est très répétitive sur une harmonie tonale. Ce qui n'est pas le cas de ma musique.

Qui sont vos maîtres, si vous en avez ?

Bruno Mantovani - C'est difficile d'en citer un plutôt qu'un autre. J'appartiens plutôt à une génération synthétique qu'à une génération d'écoles. Il est des personnages forts pour moi, Pierre Boulez évidemment mais également Peter Eötvos, un mentor pour moi. Dans les grands ancêtres citons Berio, Ligeti. Pour la génération juste avant la mienne, les compositeurs marquants sont Philippe Manoury et Tristan Murail par exemple.

Vous faites aussi œuvre d'historien avec cette "Cantate n°4"...

Bruno Mantovani - C'est amusant que vous disiez cela parce que c'est une attitude que revendiquent très peu de musiciens. Moi si. Donc, cela me touche que vous l'ayez remarqué. J'ai un lourd passé musicologique [Bruno Mantovani a soutenu étudiant une thèse en musicologie. NDLR]. Or la musicologie est pour moi une vision de l'Histoire. Ce n'est pas juste savoir des dates et une chronologie. C'est aussi porter un regard sur elle. En ce qui me concerne, une des façons de pratiquer la musicologie, c'est l'écriture. C'est-à-dire proposer une nouvelle interprétation historique d'où la référence à Jean-Sébastien Bach dans la cantate avec violoncelle et accordéon.

Dans les répétitions, on voit à quel point votre partition présente une architecture quasi diabolique à mettre en place pour le chœur Accentus et les solistes !

Bruno Mantovani - Architecture, je ne sais pas. Mais c'est vrai que cette œuvre [la "Cantate n°4" NDLR] nécessite une vraie virtuosité. C'est amusant que vous parliez de "la mettre en place" car il y a en effet la virtuosité des solistes et des chanteurs, et aussi celle de la verticalité - le fait de jouer ensemble.

Vous choisissez beaucoup de poètes allemands pour vos œuvres. Est-ce un tropisme romantique ?

Bruno Mantovani - Oui, on peut dire cela. En particulier pour Eichendorff. En outre, Laurence (Equilbey) ne passe jamais une commande au hasard. Elle me précise toujours dans quel type de programme va s'insérer mon œuvre. Ce sont des indications précieuses. Mais j'ai aussi choisi Paul Tymich, un des poètes de Bach, et c'est donc un hommage à sa musique.

Est-ce qu'écrire pour un chœur est différent que composer pour un ensemble instrumental ?

Bruno Mantovani - Complètement. Nous avons d'ailleurs un gros problème de formation en tant que compositeur quand nous écrivons pour un chœur. On nous apprend à écrire pour les instruments, le quatuor à cordes, l'orchestre mais, dans nos études, on nous apprend très rarement à le faire pour un ensemble vocal. Un ensemble instrumental peut être poussé jusqu'à ses limites de virtuosité. Alors que, pour un chanteur, son instrument, c'est sa voix. S'il n'a pas de repères harmoniques autour de lui, il ne peut pas chanter. Il faut savoir écrire dans un contexte harmonique clair.

Votre musique vocale fait communier l'auditeur dans une vraie transcendance. La transcendance est-elle dans la musique ou vient-elle d'ailleurs selon vous ?

Bruno Mantovani - Non. Pour moi, elle est dans la musique. Il y a un hommage à Bach et quatre poèmes religieux sur une musique composée par un athée militant ! (Il rit). C'est très amusant de se poser la question de l'œuvre littéraire et religieuse quand soi-même on n'est strictement affilié à aucune religion.

Vous composez en pensant à des poètes comme dans votre opéra "Akhmatova" mais aussi à des peintres. Êtes-vous intéressé par tous les langages artistiques ?

Bruno Mantovani - Oui, exactement. Tout ce qui est source d'émotion peut être transcrit dans la musique. Y compris la gastronomie ! J'ai beaucoup travaillé avec de grands cuisiniers. J'ai fait un menu complet avec des pièces telles que "Tarte au chocolat" et "Friantine aux langoustines" ! Tout cela me plaît beaucoup !

Note : *Pascal Contet a créé son propre label PLEINJEU. Son nouveau CD "Utopian Wind Solo" sortira fin août.

● "Mantovani Voices".
Accentus.

Laurence Equilbey, direction.
Pieter-Jelle de Boer, direction.
Sonia Wieder-Atherton, violoncelle.
Pascal Contet, accordéon.
Label : Naïve.
Sortie : 1er juin 2015.
Durée : 54 minutes.

Bruno Mantovani (1974), compositeur.
"Cinq Poèmes de Janos Pilinszky".
"Vier geistliche Gedichte".
"Monde évanoui (Fragments pour Babylone)".
Cantate n°4 "Komm, Jesu, komm".

Christine Ducq
Lundi 1 Juin 2015


1.Posté par dominique MINJOT le 02/06/2015 11:56
Toute honte bue j'avoue ma méconnaissance totale de l'œuvre de Bruno MANTOVANI ........mais après la lecture de cet excellent article je n'ai plus qu'un désir pressant : couir acheter cet enregistrement
j'apprécie le magnifique travail de Laurence EQUIBEY et ACCENTUS et j'ai hâte de les découvrir dans ces oeuvres contemporaines
un grand merci à Christine DUCQ de nous entrainer loin des sentiers battus sur des chemins de découverte inhabituels

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022