La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Le théâtre est d'utilité publique

Le théâtre est d'utilité publique. Le député Victor Hugo l'explique si bien dans son intervention lors de la discussion du budget rectificatif le 10 novembre 1848 dans la question relative aux encouragements aux lettres et aux arts*. Tout homme politique, tout dirigeant ne peut que lire et relire le compte rendu des débats. Il n'est point nécessaire de le modifier. Le plaidoyer est plus que jamais d'actualité.



© DR.
© DR.
Depuis André Malraux, Jacques Duhamel et Jack Lang, le ministère de la culture a trouvé sa place au sein de l'État et de la société française. Un service public national du théâtre maille l'ensemble du territoire national. L'économie du tourisme et de l'audiovisuel repose sur les compétences de techniciens et d'artistes au savoir-faire pointu et qui n'ont jamais été si nombreux ainsi que peuvent le constater les spectateurs français et étrangers.

Il est étonnant que cette activité qui est source d'enrichissement collectif soit perçue comme étant celle d'assistés, d'oisifs.

La ville d'Avignon, elle-même en grande difficulté financière et sociale et qui se cherche une activité économique, bénéficie pourtant du plus formidable événement du spectacle vivant qui soit. Et pourtant l'incompréhension entre la population et l'événement est totale.

Il est triste 166 ans après le magnifique discours de Victor Hugo, qu'en dépit de la continuité et la permanence du besoin social satisfait par le théâtre et dans une mesure plus large par la société du spectacle, que l'activité de création-production des techniciens et acteurs de spectacle vivant (le théâtre) soit encore précaire (à l'instar il est vrai des autres producteurs de matières premières ou de matière grise ?). Et ce du seul fait que cette activité soit par définition intermittente.

© DR.
© DR.
Ne peut-on résoudre le hiatus et de cette contradiction faire richesse ? Il suffirait pourtant de penser différemment, de regarder différemment. De changer de lunettes, de changer par exemple le plan comptable et de penser investissement là où ne sont vus, à court terme, que des coûts ? La Revue du Spectacle qui soutient toute la diversité du spectacle contemporain en rêve.

Disons-le tout net, Avignon Off n'est pas un festival. C'est un salon professionnel. Dût le spectateur en frémir.

Avec une concentration de plus de 1 300 spectacles cette année, Avignon Off est le plus important lieu de présentation de l'état de l'art du théâtre, dans toute l'étendue et la diversité de ses élans de création, en France et probablement dans le monde. Avignon Off est le lieu privilégié de rencontres et d'échanges pour un public du temps présent qui a toute liberté de choix. C'est une manifestation culturelle majeure. Elle est en appui du festival d'Avignon initié par l'État.

Alors que ce dernier, sur capitaux publics, explore les voies de la création et de la recherche d'un théâtre de la Nation du temps présent et propose des spectacles qui forment l'ossature des programmations des institutions nationales, Avignon OFF est un plateau de spectacles présentés, à leur initiative, par des compagnies.

© Gil Chauveau.
© Gil Chauveau.
Et dans la société du spectacle dominée par les compagnies de productions majeures que sont les sociétés de productions audiovisuelles, les agences de publicité ou les créateurs d'images 3D et de jeux "virtuelles", les compagnies de spectacle vivant, de théâtre - qu'elles fonctionnent sur crédits publics, privés ou sur fonds propres - apportent, pour leur création artistique détachée de toute démarche marketing, leur capital et en assument le risque au sens économique. C'est ainsi une manifestation commerciale de toute première importance reposant essentiellement sur l'offre et la demande. C'est au sens strict un marché régulé par une association, Avignon OFF, sans volonté de direction (artistique).

Y sont présentés à la critique et au public les spectacles qui, s'ils font battage, bouche à oreilles et buzz, seront achetés par des institutions publiques ou des organismes privés de diffusion artistique. Ils constitueront les programmations des territoires au plus proches de la population. Pour ceux qui sont le plus dans l'air du temps, l'espérance de vie peut être de plusieurs années. Les compagnies sont des capital-risqueurs et s'agissant d'activité de l'art des "capital-risque-cœurs".

Au plan culturel, c'est-à-dire dans l'univers des signes qui fondent toute compréhension mutuelle au sein d'une société donnée, le spectateur immergé dans Avignon OFF mesure combien ces compagnies analogues à des jeunes pousses ont la capacité, pour ce qui concerne leur environnement, à régénérer les types et les caractères, de renouveler les récits et des désirs qui font sens. À l'antipode des marqueteurs et marchandiseurs qui ne s'adressent qu'au consommateur par la puissance de la fascination de leur médiation, en exploitant et usant les archétypes. Elles appartiennent, elles, à un cycle simple de développement production.

Le théâtre apparait à rebours comme le lieu nécessaire d'élaboration des signes et des codes qui unifient toute société dans son désir de vivre et non de consommer. C'est un centre de recherche et développement, un point de levier d'investissement collectif de l'animation de la cité. Ce que démontre, entre autres, en permanence l'association "Le clown médecin" qui est présente cette année à Avignon Off. Et que dire de tous ces artistes qui entrainent (coaching) les personnes appelées à se présenter face à un public ou un auditoire ? Le théâtre est à l'évidence un service d'utilité publique.

Et Avignon Off dans la multiplicité de son offre est une manifestation culturelle aux dimensions artistique et économique fortement mêlées. Conjuguant la tradition théâtrale et la modernité la plus pointue, elle est au spectacle vivant ce que le salon du livre est à Francfort ou à Paris.

Il est important de comprendre que les compagnies sont novatrices. Elles appartiennent à un cycle de novation création. Le théâtre est matrice des activités de l'industrie du spectacle.

* Rappelé par Olivier Py sur France Inter.
Les discours de Victor Hugo sont publiés aux Éditions 10 18.
(À suivre)

Jean Grapin
Jeudi 17 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019