La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Le théâtre est d'utilité publique

Le théâtre est d'utilité publique. Le député Victor Hugo l'explique si bien dans son intervention lors de la discussion du budget rectificatif le 10 novembre 1848 dans la question relative aux encouragements aux lettres et aux arts*. Tout homme politique, tout dirigeant ne peut que lire et relire le compte rendu des débats. Il n'est point nécessaire de le modifier. Le plaidoyer est plus que jamais d'actualité.



© DR.
© DR.
Depuis André Malraux, Jacques Duhamel et Jack Lang, le ministère de la culture a trouvé sa place au sein de l'État et de la société française. Un service public national du théâtre maille l'ensemble du territoire national. L'économie du tourisme et de l'audiovisuel repose sur les compétences de techniciens et d'artistes au savoir-faire pointu et qui n'ont jamais été si nombreux ainsi que peuvent le constater les spectateurs français et étrangers.

Il est étonnant que cette activité qui est source d'enrichissement collectif soit perçue comme étant celle d'assistés, d'oisifs.

La ville d'Avignon, elle-même en grande difficulté financière et sociale et qui se cherche une activité économique, bénéficie pourtant du plus formidable événement du spectacle vivant qui soit. Et pourtant l'incompréhension entre la population et l'événement est totale.

Il est triste 166 ans après le magnifique discours de Victor Hugo, qu'en dépit de la continuité et la permanence du besoin social satisfait par le théâtre et dans une mesure plus large par la société du spectacle, que l'activité de création-production des techniciens et acteurs de spectacle vivant (le théâtre) soit encore précaire (à l'instar il est vrai des autres producteurs de matières premières ou de matière grise ?). Et ce du seul fait que cette activité soit par définition intermittente.

© DR.
© DR.
Ne peut-on résoudre le hiatus et de cette contradiction faire richesse ? Il suffirait pourtant de penser différemment, de regarder différemment. De changer de lunettes, de changer par exemple le plan comptable et de penser investissement là où ne sont vus, à court terme, que des coûts ? La Revue du Spectacle qui soutient toute la diversité du spectacle contemporain en rêve.

Disons-le tout net, Avignon Off n'est pas un festival. C'est un salon professionnel. Dût le spectateur en frémir.

Avec une concentration de plus de 1 300 spectacles cette année, Avignon Off est le plus important lieu de présentation de l'état de l'art du théâtre, dans toute l'étendue et la diversité de ses élans de création, en France et probablement dans le monde. Avignon Off est le lieu privilégié de rencontres et d'échanges pour un public du temps présent qui a toute liberté de choix. C'est une manifestation culturelle majeure. Elle est en appui du festival d'Avignon initié par l'État.

Alors que ce dernier, sur capitaux publics, explore les voies de la création et de la recherche d'un théâtre de la Nation du temps présent et propose des spectacles qui forment l'ossature des programmations des institutions nationales, Avignon OFF est un plateau de spectacles présentés, à leur initiative, par des compagnies.

© Gil Chauveau.
© Gil Chauveau.
Et dans la société du spectacle dominée par les compagnies de productions majeures que sont les sociétés de productions audiovisuelles, les agences de publicité ou les créateurs d'images 3D et de jeux "virtuelles", les compagnies de spectacle vivant, de théâtre - qu'elles fonctionnent sur crédits publics, privés ou sur fonds propres - apportent, pour leur création artistique détachée de toute démarche marketing, leur capital et en assument le risque au sens économique. C'est ainsi une manifestation commerciale de toute première importance reposant essentiellement sur l'offre et la demande. C'est au sens strict un marché régulé par une association, Avignon OFF, sans volonté de direction (artistique).

Y sont présentés à la critique et au public les spectacles qui, s'ils font battage, bouche à oreilles et buzz, seront achetés par des institutions publiques ou des organismes privés de diffusion artistique. Ils constitueront les programmations des territoires au plus proches de la population. Pour ceux qui sont le plus dans l'air du temps, l'espérance de vie peut être de plusieurs années. Les compagnies sont des capital-risqueurs et s'agissant d'activité de l'art des "capital-risque-cœurs".

Au plan culturel, c'est-à-dire dans l'univers des signes qui fondent toute compréhension mutuelle au sein d'une société donnée, le spectateur immergé dans Avignon OFF mesure combien ces compagnies analogues à des jeunes pousses ont la capacité, pour ce qui concerne leur environnement, à régénérer les types et les caractères, de renouveler les récits et des désirs qui font sens. À l'antipode des marqueteurs et marchandiseurs qui ne s'adressent qu'au consommateur par la puissance de la fascination de leur médiation, en exploitant et usant les archétypes. Elles appartiennent, elles, à un cycle simple de développement production.

Le théâtre apparait à rebours comme le lieu nécessaire d'élaboration des signes et des codes qui unifient toute société dans son désir de vivre et non de consommer. C'est un centre de recherche et développement, un point de levier d'investissement collectif de l'animation de la cité. Ce que démontre, entre autres, en permanence l'association "Le clown médecin" qui est présente cette année à Avignon Off. Et que dire de tous ces artistes qui entrainent (coaching) les personnes appelées à se présenter face à un public ou un auditoire ? Le théâtre est à l'évidence un service d'utilité publique.

Et Avignon Off dans la multiplicité de son offre est une manifestation culturelle aux dimensions artistique et économique fortement mêlées. Conjuguant la tradition théâtrale et la modernité la plus pointue, elle est au spectacle vivant ce que le salon du livre est à Francfort ou à Paris.

Il est important de comprendre que les compagnies sont novatrices. Elles appartiennent à un cycle de novation création. Le théâtre est matrice des activités de l'industrie du spectacle.

* Rappelé par Olivier Py sur France Inter.
Les discours de Victor Hugo sont publiés aux Éditions 10 18.
(À suivre)

Jean Grapin
Jeudi 17 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com

Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021