La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Théâtre Grévin s'ouvre à nouveau à la musique classique

Si Paris n'attire plus autant de touristes en cette période délicate, son offre en matière de beaux lieux dédiés au concert classique ne cesse cependant de s'enrichir. Outre les grandes salles réputées telle la Philharmonie, le public plébiscite aussi de belles scènes plus confidentielles, pensées pour des formats de concerts plus intimistes. Rencontre avec Philippe Maillard, artisan du retour du classique au Théâtre Grévin.



Blandine Staskiewicz, Les Ambassadeurs, Alexis Kossenko © DR.
Blandine Staskiewicz, Les Ambassadeurs, Alexis Kossenko © DR.
Dans le domaine du spectacle vivant, en particulier dans le monde de la musique classique, certains acteurs se signalent par une activité inlassable au service des artistes et du public - sans être forcément connu de ce dernier. Philippe Maillard est un de ceux-là. Cet homme discret et affable occupe une place non négligeable dans le paysage classique français depuis plus de vingt ans.

Il est non seulement un découvreur (et agent parfois) de stars tels Philippe Jaroussky ou Andreas Scholl, d'artistes déjà reconnus (les chanteuses Emöke Barath, Blandine Staskiewicz, Hasnaa Bennani ou Camille Poul, les instrumentistes Jean Rondeau, Alexandre Paley et Sonia Wieder-Atherton, entre autres), mais aussi producteur de concerts et créateur du label de disques La Mùsica - en pleine déconfiture des majors du disque.

Son moteur dans un secteur qui ne va pas de soi et qui nécessite un engagement sans faille ? La passion. Pourtant, rien ne prédisposait ce diplômé en études financières à devenir ce fin connaisseur de la vie musicale française, très lucide quant à tous les problèmes qui se posent dans son secteur : les nouveaux comportements du public, sa désaffectation du disque, les réussites ou échecs des carrières d'artistes ou des concerts. Philippe Maillard entame sa vingt-sixième saison et avoue pourtant ne pas savoir à l'avance si les concerts qu'il propose marcheront ou pas, car "rien ne se passe jamais comme prévu", nous rappelle-t-il.

Philippe Maillard © DR.
Philippe Maillard © DR.
Christine Ducq - Comment êtes-vous devenu producteur de concerts ?

Philippe Maillard - Je voulais agir et vivre de ma passion pour la musique. J'ai dirigé un journal dans le domaine de la presse financière jusqu'en 2000 et je m'occupais parallèlement d'une association produisant des concerts au Théâtre Grévin. Un jour, j'ai décidé de faire de la production à part entière pour en faire mon métier. Je pouvais ainsi mettre mon expertise dans le domaine de la finance au service d'une cause qui m'enthousiasmait. Bien-sûr, je n'étais pas sûr que je pourrais exister comme acteur privé dans ce milieu quand je me suis lancé.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés alors ?

Philippe Maillard - Je voulais (et c'est toujours ma mission) programmer des concerts alternatifs dans des lieux atypiques. Des concerts qui ne viendraient pas concurrencer une offre déjà existante, mais qui enrichiraient le paysage de la musique classique - et qui trouveraient son public bien entendu. Il s'agissait par exemple de mettre en avant le répertoire sacré (disons de Bach au XXIe siècle) dans des lieux adéquats, comme les églises Saint-Roch ou l'Oratoire du Louvre.

Rideau de Jules Chéret et sculpture de Bourdelle dans le Théâtre Grévin © Grévin.
Rideau de Jules Chéret et sculpture de Bourdelle dans le Théâtre Grévin © Grévin.
Aujourd'hui, ma réflexion est identique : beaucoup de concerts à Paris sont programmés dans de (très) grandes salles. Et on ne trouve que très peu de salles petites ou intermédiaires. Or certains formats de concerts nécessitent l'intimité de ces dernières : le répertoire baroque n'a pas sa place ailleurs. Je pense à un récital de clavecin ou de luth.

Le public est-il au rendez-vous ?

Philippe Maillard - Oui, car le public aime assister à un concert programmé dans un lieu patrimonial - et c'est le cœur de ma proposition. Il est intéressé par les répertoires plus rares que je soutiens, les musiques médiévale et renaissante par exemple. Et je lui offre les meilleurs artistes, connus ou pas.

C'est une affaire d'équilibre. Pour une œuvre rare, le nom de Philippe Herreweghe rassure le public. Si cet immense monsieur, artisan du renouveau baroque avec quelques autres dans les années 70/80, défend une œuvre peu connue ("Israëls Brünnlein" de J. H. Schein à l’Église Saint-Roch en novembre 2016, NDLR) alors le public suit. Pour des soirées dédiées à des œuvres populaires, il est également prêt à prendre le risque de découvrir de nouveaux artistes.

Pourquoi recréer des concerts au Théâtre Grévin aujourd'hui après vingt ans d'interruption ? Vous proposez déjà des concerts dans les salles Cortot, Gaveau et dans trois églises.

Philippe Maillard - Cet endroit est magnifique. C'est un tout petit théâtre, une vraie bonbonnière où ont chanté pour leur première fois Philippe Jaroussky et Andreas Scholl ! Patricia Petibon y a chanté aussi à ses débuts. Cette scène a été un véritable laboratoire de découverte d'artistes de moins de trente ans, dont certains sont aujourd'hui au sommet. Il est rare de pouvoir programmer cinq ou six musiciens sur scène pour des récitals lyriques dans une salle de deux-cents places. Et je désire vivement poursuivre dans cette voie, le succès des concerts que j'organise le permet - même si rien n'est jamais gagné.

Les Éléments et Joël Suhubiette à l'Oratoire du Louvre © DR.
Les Éléments et Joël Suhubiette à l'Oratoire du Louvre © DR.
Comment envisagez-vous votre rôle auprès des artistes que vous soutenez ?

Philippe Maillard - Je suis depuis plus de vingt ans leurs débuts, leur évolution et même leurs adieux pour certains. C'est une expérience unique. J'aime discuter avec eux, les aider à faire les bons choix et à assumer ce rôle très important qu'ils tiennent auprès du public : offrir au disque ou au concert des émotions très fortes en se faisant les passeurs des œuvres. C'est pour cela que les gens viennent encore au concert. Ils y éprouvent un moment de grâce, une parenthèse enchantée dans leur vie souvent pleine de soucis.

Sélection de concerts programmés en novembre 2016 :

Haendel, le 7 novembre 2016 à 20 h 30.
Stéphanie Varnerin, soprano.
Les Folies Françoises.
Patrick Cohën-Akenine, violon et direction.
Théâtre Grévin, 10 bd Montmartre Paris (9e).

The King's Singers à Gaveau © DR.
The King's Singers à Gaveau © DR.
Arvo Pärt, le 9 novembre 2016 à 20 h 30.
Cappella Amsterdam.
Daniel Reuss, direction.
Oratoire du Louvre, 145 rue Saint-Honoré Paris (1er).

Beethoven, Moussorgski, le 18 novembre 2016 à 20 h 30.
Ilya Rashkoskiy, piano.
Salle Gaveau, 45 rue de La Boétie Paris (8e).

Mozart, le 21 novembre 2016 à 20 h 30.
Marianne Crebassa, mezzo-soprano.
Les Ambassadeurs.
Alexis Kossenko, flûte et direction.
Salle Gaveau, Paris (8e).

Philippe Herreweghe et Le Collegium Vocale © DR.
Philippe Herreweghe et Le Collegium Vocale © DR.
J. H. Schein, le 29 novembre 2016 à 20 h 30.
Solistes du Collegium Vocale Gent.
Philippe Herreweghe, direction.
Eglise Saint-Roch, 296 rue Saint-Honoré Paris (1er).

Christine Ducq
Mardi 25 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021