Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Théâtre Grévin s'ouvre à nouveau à la musique classique

Si Paris n'attire plus autant de touristes en cette période délicate, son offre en matière de beaux lieux dédiés au concert classique ne cesse cependant de s'enrichir. Outre les grandes salles réputées telle la Philharmonie, le public plébiscite aussi de belles scènes plus confidentielles, pensées pour des formats de concerts plus intimistes. Rencontre avec Philippe Maillard, artisan du retour du classique au Théâtre Grévin.



Blandine Staskiewicz, Les Ambassadeurs, Alexis Kossenko © DR.
Blandine Staskiewicz, Les Ambassadeurs, Alexis Kossenko © DR.
Dans le domaine du spectacle vivant, en particulier dans le monde de la musique classique, certains acteurs se signalent par une activité inlassable au service des artistes et du public - sans être forcément connu de ce dernier. Philippe Maillard est un de ceux-là. Cet homme discret et affable occupe une place non négligeable dans le paysage classique français depuis plus de vingt ans.

Il est non seulement un découvreur (et agent parfois) de stars tels Philippe Jaroussky ou Andreas Scholl, d'artistes déjà reconnus (les chanteuses Emöke Barath, Blandine Staskiewicz, Hasnaa Bennani ou Camille Poul, les instrumentistes Jean Rondeau, Alexandre Paley et Sonia Wieder-Atherton, entre autres), mais aussi producteur de concerts et créateur du label de disques La Mùsica - en pleine déconfiture des majors du disque.

Son moteur dans un secteur qui ne va pas de soi et qui nécessite un engagement sans faille ? La passion. Pourtant, rien ne prédisposait ce diplômé en études financières à devenir ce fin connaisseur de la vie musicale française, très lucide quant à tous les problèmes qui se posent dans son secteur : les nouveaux comportements du public, sa désaffectation du disque, les réussites ou échecs des carrières d'artistes ou des concerts. Philippe Maillard entame sa vingt-sixième saison et avoue pourtant ne pas savoir à l'avance si les concerts qu'il propose marcheront ou pas, car "rien ne se passe jamais comme prévu", nous rappelle-t-il.

Philippe Maillard © DR.
Philippe Maillard © DR.
Christine Ducq - Comment êtes-vous devenu producteur de concerts ?

Philippe Maillard - Je voulais agir et vivre de ma passion pour la musique. J'ai dirigé un journal dans le domaine de la presse financière jusqu'en 2000 et je m'occupais parallèlement d'une association produisant des concerts au Théâtre Grévin. Un jour, j'ai décidé de faire de la production à part entière pour en faire mon métier. Je pouvais ainsi mettre mon expertise dans le domaine de la finance au service d'une cause qui m'enthousiasmait. Bien-sûr, je n'étais pas sûr que je pourrais exister comme acteur privé dans ce milieu quand je me suis lancé.

Quels objectifs vous êtes-vous fixés alors ?

Philippe Maillard - Je voulais (et c'est toujours ma mission) programmer des concerts alternatifs dans des lieux atypiques. Des concerts qui ne viendraient pas concurrencer une offre déjà existante, mais qui enrichiraient le paysage de la musique classique - et qui trouveraient son public bien entendu. Il s'agissait par exemple de mettre en avant le répertoire sacré (disons de Bach au XXIe siècle) dans des lieux adéquats, comme les églises Saint-Roch ou l'Oratoire du Louvre.

Rideau de Jules Chéret et sculpture de Bourdelle dans le Théâtre Grévin © Grévin.
Rideau de Jules Chéret et sculpture de Bourdelle dans le Théâtre Grévin © Grévin.
Aujourd'hui, ma réflexion est identique : beaucoup de concerts à Paris sont programmés dans de (très) grandes salles. Et on ne trouve que très peu de salles petites ou intermédiaires. Or certains formats de concerts nécessitent l'intimité de ces dernières : le répertoire baroque n'a pas sa place ailleurs. Je pense à un récital de clavecin ou de luth.

Le public est-il au rendez-vous ?

Philippe Maillard - Oui, car le public aime assister à un concert programmé dans un lieu patrimonial - et c'est le cœur de ma proposition. Il est intéressé par les répertoires plus rares que je soutiens, les musiques médiévale et renaissante par exemple. Et je lui offre les meilleurs artistes, connus ou pas.

C'est une affaire d'équilibre. Pour une œuvre rare, le nom de Philippe Herreweghe rassure le public. Si cet immense monsieur, artisan du renouveau baroque avec quelques autres dans les années 70/80, défend une œuvre peu connue ("Israëls Brünnlein" de J. H. Schein à l’Église Saint-Roch en novembre 2016, NDLR) alors le public suit. Pour des soirées dédiées à des œuvres populaires, il est également prêt à prendre le risque de découvrir de nouveaux artistes.

Pourquoi recréer des concerts au Théâtre Grévin aujourd'hui après vingt ans d'interruption ? Vous proposez déjà des concerts dans les salles Cortot, Gaveau et dans trois églises.

Philippe Maillard - Cet endroit est magnifique. C'est un tout petit théâtre, une vraie bonbonnière où ont chanté pour leur première fois Philippe Jaroussky et Andreas Scholl ! Patricia Petibon y a chanté aussi à ses débuts. Cette scène a été un véritable laboratoire de découverte d'artistes de moins de trente ans, dont certains sont aujourd'hui au sommet. Il est rare de pouvoir programmer cinq ou six musiciens sur scène pour des récitals lyriques dans une salle de deux-cents places. Et je désire vivement poursuivre dans cette voie, le succès des concerts que j'organise le permet - même si rien n'est jamais gagné.

Les Éléments et Joël Suhubiette à l'Oratoire du Louvre © DR.
Les Éléments et Joël Suhubiette à l'Oratoire du Louvre © DR.
Comment envisagez-vous votre rôle auprès des artistes que vous soutenez ?

Philippe Maillard - Je suis depuis plus de vingt ans leurs débuts, leur évolution et même leurs adieux pour certains. C'est une expérience unique. J'aime discuter avec eux, les aider à faire les bons choix et à assumer ce rôle très important qu'ils tiennent auprès du public : offrir au disque ou au concert des émotions très fortes en se faisant les passeurs des œuvres. C'est pour cela que les gens viennent encore au concert. Ils y éprouvent un moment de grâce, une parenthèse enchantée dans leur vie souvent pleine de soucis.

Sélection de concerts programmés en novembre 2016 :

Haendel, le 7 novembre 2016 à 20 h 30.
Stéphanie Varnerin, soprano.
Les Folies Françoises.
Patrick Cohën-Akenine, violon et direction.
Théâtre Grévin, 10 bd Montmartre Paris (9e).

The King's Singers à Gaveau © DR.
The King's Singers à Gaveau © DR.
Arvo Pärt, le 9 novembre 2016 à 20 h 30.
Cappella Amsterdam.
Daniel Reuss, direction.
Oratoire du Louvre, 145 rue Saint-Honoré Paris (1er).

Beethoven, Moussorgski, le 18 novembre 2016 à 20 h 30.
Ilya Rashkoskiy, piano.
Salle Gaveau, 45 rue de La Boétie Paris (8e).

Mozart, le 21 novembre 2016 à 20 h 30.
Marianne Crebassa, mezzo-soprano.
Les Ambassadeurs.
Alexis Kossenko, flûte et direction.
Salle Gaveau, Paris (8e).

Philippe Herreweghe et Le Collegium Vocale © DR.
Philippe Herreweghe et Le Collegium Vocale © DR.
J. H. Schein, le 29 novembre 2016 à 20 h 30.
Solistes du Collegium Vocale Gent.
Philippe Herreweghe, direction.
Eglise Saint-Roch, 296 rue Saint-Honoré Paris (1er).

Christine Ducq
Mardi 25 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020