La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La lune, si possible" Quand la fiction fait effraction dans le réel… Collision gagnante !

C'est fou ce que le théâtre peut réserver de (très bonnes) surprises… Une forme des plus modestes, un tableau conférence (où rien ne sera écrit), un acteur lunaire irradiant sa fantaisie ludique de manière imparable (Jérôme Thibault), une autrice rayonnante détournant poétiquement le réel pour mieux le donner à voir (Myriam Boudenia), de simples chaises pliantes disposées en U (celles de la Salle des Fêtes du Grand Parc de Bordeaux)… et le "miracle" se révèle sous nos yeux éblouis… Grandeur et richesse du "théâtre pauvre".



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Le metteur en scène polonais Grotowski définissait ainsi sa théorie d'un théâtre pauvre : "Un théâtre qui valorise le corps de l'acteur et sa relation avec le spectateur ; un théâtre qui délaisse les costumes, les décors et la musique". On ne pourrait mieux dire ici tant l'incarnation de Jérôme Thibault, lumineuse de simplicité et troublante d'efficacité dans le rôle d'un agent gouvernemental recruté et préformé à la hâte - vu l'urgence climatique - constitue le noyau, le "corps du ré-acteur" nucléaire de la performance théâtrale. Quant à son combustible, le "carburant enrichi" de Myriam Boudenia, il se savoure comme le Mistral gagnant de notre enfance.

Chargé de convaincre des assemblées de citoyens sur la nécessité de décrocher (sic) la lune pour contrecarrer les effets délétères des relations complexes entre le satellite naturel de la terre et sa maison mère, il va s'y essayer avec une bonne foi de premier… "communiquant". C'est qu'on lui donnerait d'emblée le bon dieu sans confession à ce jeune homme décidé, arborant un sourire débonnaire mettant en valeur des rangées de dents impeccablement blanches, bien habillé dans son costume cravate (attention cependant aux baskets aux pieds… même si, il est vrai, elles sont la tenue prisée des cadres dynamiques du "casual Friday", jour où l'entreprise permet dans sa grande libéralité quelques fantaisies).

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Entrée en matière des plus éloquentes, on ne peut plus "naturelle" si l'on considère la sincérité époustouflante dont fait preuve ce chargé de mission, frais émoulu, rendant compte à son public des arcanes de sa formation… Avec une naïveté jouissive, nous prenant comme confidents, il déroule un sourire béat accroché aux lèvres les ressorts du stage de formation l'ayant amené ici, devant nous… Avoir d'abord ressenti l'insigne honneur de représenter la voix du gouvernement… Avoir eu ensuite la faveur d'enregistrer un discours perfusé sous contrôle de superviseurs parfaitement dévoués… Avoir enfin éprouvé qu'on lui avait "lâché la main" lorsque l'on était assuré que la leçon avait bien été apprise… "Génial, non ?", jubile-t-il, lui qui jusque-là nourrissait quelques doutes sur son estime de soi.

Précisant le contrat de complicité passé avec le public - choisi avec soin, une inscription préalable ouverte à tous (!) était requise - il confie, ému : "Vous êtes mon dernier groupe. Plus besoin de vous faire signer un accord strict de confidentialité. Demain tout va changer. Demain vous serez aux premières loges du grand changement. Ils ont tenu à ce que ce soit moi la bonne personne pour vous annoncer ce rendez-vous avec l'Histoire". Et, après avoir récapitulé à haute voix les consignes formatives - "Ne jamais oublier que l'on est des êtres humains. Parler d'être humain à être humain, c'est quelque chose !", autant de paroles soulignant en creux le vide abyssal à venir - il se lance…

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
"Bonjour !"… suivi de quelques indications à usage pratique (les issues de la salle sont contrôlées par des sentinelles n'ayant pas consigne de… mais…) et d'une information choc… Les chiffres sont irréfutables. Les incitations à réduire drastiquement l'empreinte carbone, l'encouragement volontaire au développement des énergies renouvelables, le véganisme généralisé et autre recyclage systématique des déchets, n'ont abouti sinon à rien, du moins à presque rien. Le logos c'est fini. Il y a urgence à agir. D'où l'accréditation qu'il porte fièrement accrochée à son cou : "Monsieur H. Agent de l'ACI, Agence de Concrétisation de l'Impossible", autrement dit missionné pour aider à penser l'impensable, pour diffuser "la" solution radicale et durable (on est écolo ou on ne l'est pas) seule susceptible de sauver notre planète…

Et qu'elle est-elle, saperlipopette, cette solution miraculeuse pouvant redonner à la vie sur la Planète bleue quelque espoir de se survivre ? Là, l'agent s'enflamme comme une allumette craquée… Après un exposé puisant dans la loi de la relativité générale (à ce point du discours savant, une partie importante du public se prend à tirer la langue…), la thèse relativiste de la gravitation, exposée cependant sans gravité aucune, les conclusions s'imposent : pour contrôler l'insolation de la terre, cette nuit, à minuit, on… non ? Si ! Pour de vrai ! Ainsi, elle implosera et ses déchets seront répartis équitablement dans tous les pays. Ainsi le cycle de la Terre sur elle-même sera réduit de plusieurs heures, et nous serons sauvés !!!

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Mais l'enthousiasme quasi orgasmique ressenti à cette annonce, laisse insidieusement place à des doutes venant s'insérer dans le discours sans failles digne de ce communicant formé en express par un cabinet du type McKinsey & Company. L'assurance benoîte de l'Agent H se fissure pour laisser voir… un homme desserrant sa cravate, se débarrassant de ses vêtements ajustés et, au bord de l'apoplexie, en T-shirt déchiré, se remémorer ses rendez-vous avec la lune… et ses rêves d'enfance bercés par l'astre éclairant ses nuits.

"Le Soleil a rendez-vous avec la Lune" chantait naguère Charles Trenet, un chanteur populaire qui nous parlait d'un temps que les moins de vingt ans (et plus âgés encore) n'ont sans nul doute jamais entendu parler… Peut-être que les enfants qui naîtront demain (ou après-demain, restons résolument optimistes…) n'entendront, eux, plus parler de… la Lune ? À moins que des formes puissamment artistiques et tout autant modestes que "La lune, si possible…" viennent faire effraction dans le réel afin, qu'ensemble, nous puissions encore longtemps et poétiquement "décrocher la lune" en ayant la tête dans les étoiles…

Bout d'une des bandelettes de papier proposées par "Les Araignées philosophes" © Pierre Planchenault.
Bout d'une des bandelettes de papier proposées par "Les Araignées philosophes" © Pierre Planchenault.
Et pour prolonger les spirales de la "voix lactée", pour continuer à questionner ludiquement le monde comme il dérive, "Les Araignées philosophes" proposent des bandelettes de papier où se découvrent des expressions jouant à l'envi avec le mot lune… Tour à tour, nous, témoins lunaires, nous emparons de leurs sens aussi mobiles que les quartiers de l'astre de la nuit, laissant libre cours à nos imaginaires débridés afin d'inventer - en toute liberté - les contours terriens d'un monde aimable.

Vu le mercredi 20 avril 2022 dans la Salle des fêtes du Grand Parc de Bordeaux, dans le cadre du Festival Têtes d'Orange du Glob Théâtre, Scène conventionnée d'intérêt national (a été également joué le samedi 16 avril).

"La lune, si possible"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Texte : Myriam Boudenia.
Mise en scène : Myriam Boudenia.
Avec : Jérôme Thibault.
Médiation : Les araignées philosophes, Aurélie Armellini, Miren Lassus Olasagasti.
Par la Compagnie La Volière.
Durée : 1 h + 30 minutes.

Autres dates
Le spectacle se jouera en juillet - août 2022, lors de l'Été Métropolitain de Bordeaux Métropole.

Yves Kafka
Mardi 3 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023