La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Henri Demarquette : L'aventurier de l'archet

Vous ne pourrez pas clamer que vous n’étiez pas prévenus, vous devez impérativement retenir le nom d’un grand interprète français : Henri Demarquette. Et - si ce n’est déjà fait - aller à la rencontre de ce jeune virtuose, digne fleuron de la (fameuse) école française de violoncelle. Mais pas que…



© Elian Bachin.
© Elian Bachin.
Né en 1970 et lauréat à seize ans du premier prix du CNSM de Paris (où il est entré sur dérogation à treize ans), le violoncelliste Henri Demarquette, dans une déjà longue carrière, n’a cessé d’intéresser, d’étonner, de passionner : les plus grands interprètes, telle la pianiste récemment disparue Brigitte Engerer, dont il a été un complice au long cours - pour défendre la musique française. Ou encore Lord Yehudi Menuhin qui l’a emmené en tournée en 1992, pour jouer Anton Dvoràk, après l’avoir vu à la télévision.

Les grands orchestres français et internationaux l’invitent régulièrement sur les scènes du monde entier. Et non content d’avoir été formé par le gratin du violoncelle français - Philippe Muller, Maurice Gendron et aux USA, Janos Starker - Henri Demarquette impose tranquillement un parcours atypique, un répertoire qui impressionne. De Bach à Dusapin, de Barber à Saint-Saëns, de Cras à Honegger, entre autres.

La musique contemporaine y tient une large place et le nec plus ultra des compositeurs lui dédient des concertos, tel le superbe "Durch Adams fall" ("Par le chute d’Adam" gravé sur CD) en 1999 - le violoncelliste n’a que 29 ans - d'Olivier Greif. Un concerto lyrique et envoûtant, redoutable à exécuter. Ce dont se rit ce "Prince de l’archet" qui ne met pas en avant plus que cela sa maestria, en interview. Modestie des vraiment grands et sens de l’humour en prime.*

© Anton Solomoukha.
© Anton Solomoukha.
C’est que l’aventurier en lui le dispute au musicien, et n’est rebuté par aucun chemin, fût-il insolite. Des grandes rencontres artistiques du temps de son apprentissage, l’homme se souvient avec gratitude (J’adore Pablo Casals"*) mais ce "terreau"* sur lequel il s’est construit n’empêche pas cet "anti" fils de famille de revendiquer sa totale liberté, loin des lourdeurs des héritages.

Il défend la création contemporaine - une "évidence"*, "le sens de la vie"* d’un musicien - mais il lui faut aussi explorer d’autres territoires, en compagnie de ses vieux complices (Henri Demarquette est un homme d’amitiés fidèles), comme l’accordéoniste Richard Galliano, le pianiste M. Dalberto - pour le répertoire allemand. Et même avec un quintette argentin à Buenos Aires pour jouer des tangos ! Il envisage désormais de jouer Walton, E. Bloch et même de se produire seul avec un chœur, en grand amateur de musique de la Renaissance.

L’homme, qu’on sent intègre, sensible et exigeant - il a choisi un violoncelle de 1697 du facteur italien Goffredo Cappa, c’est tout dire - manie l’archet avec une passion pudique, une technique élégante, une disponibilité totale, ayant retenu la leçon du jeu "rubato" de Pablo Casals. Son jeu a la clarté du discours de l’école française, son absence d’emphase. Mais Henri Demarquette sait communiquer aussi une authentique flamme.

© Jean-Philippe Raibaud.
© Jean-Philippe Raibaud.
Dans la Chapelle Haute du Palais épiscopal, lors des Flâneries musicales de Reims, le 12 juillet dernier, le violoncelliste a su emmener très loin son auditoire avec les "Suites" de Bach, qu’il connaît bien pour les avoir enregistrées dès 2002. La difficulté de jouer souvent une même œuvre - et aussi ardue que celle-là - devient pour lui un nouveau défi à relever à chaque fois, puisqu’il s’agit d’en renouveler, d’en approfondir, d’en expliquer la beauté. Pour le violoncelliste, le cheminement intérieur d’une œuvre qui mûrit en soi est une richesse à partager.

Ce 12 juillet à Reims, il a interprété ces "Suites pour violoncelle seul", écrites à Cöthen entre 1717 et 1723, tenant à expliquer au public la profonde unité et le sens de ce cycle de six pièces, célèbres et pourtant mal connues. Danses et chorals, vrai cycle cosmologique traversant les éléments. Une expérience sensible dans un endroit magique.

Henri Demarquette nous a fait ressouvenir que le violoncelle est l’instrument-substitut le plus proche de la voix humaine. Et le sien a donné raison à Claude Debussy qui trouvait que la musique du vieux Bach se fait "force élémentaire à laquelle rien ne résiste". Ou comme l’a écrit Pascal Quignard** que la musique, c’est l’expérience vécue de la voix perdue de l’enfance.

© Anton Solomoukha.
© Anton Solomoukha.
Fan de Bernard Lavilliers, de Miles Davis et de Björk, ce musicien original, qu’intéresse la voix dans tous ses états, n’est qu’au début d’une riche carrière et nous serons ravis de le suivre. À connaître absolument, vous dis-je !

* Interview disponible sur le site de Qobuz, février 2012.
** "Tous les matins du monde" de Pascal Quignard, chez Poche Gallimard, 1991.

Pour toutes informations et la discographie, voir son site >> henridemarquette.com

Prochains concerts :
● Jeudi 9 août 2012 - Semaines Musicales de Quimper :
Francis Duroy, violon ; Henri Demarquette, violoncelle.
21 h - Chapelle N.D. de Kerdevot – Ergué-Gabéric (Finistère).
"Sonate pour violon et violoncelle", Maurice Ravel ;
"Duo pour violon et violoncelle", Zoltán Kodály.
● Samedi 11 août 2012 - Les Musicales de Cormeilles :
Richard Galliano, accordéon ; Henri Demarquette, violoncelle.
21 h - Théâtre de Cormeilles, Cormeilles (Eure).

Christine Ducq
Mardi 31 Juillet 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019