La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Trente-Trente "Dolgberg" et "Florhof", deux variations inspirées…

Explorateur de genres hybrides, c'est ici à deux manifestes artistiques d'inspiration différente que le Festival des Rencontres de la forme courte nous convie. Si les supports ne sont pas les mêmes - une pratique transversale de la chorégraphie pour l'un, une installation plastique pour l'autre -, les deux artistes partagent la même propension à se connecter à leur expérience intérieure pour exprimer en électrons libres ce qui fait œuvre en eux.



"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" de Yaïr Barelli est traversé par les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach dont les petites notes s'égrènent au rythme des improvisations tous azimuts de l'artiste insaisissable. Semblant s'échapper du piano imposant trônant en coin de scène, la partition originelle - qui s'ingénie à développer en boucle les mêmes motifs à peine décalés aboutissant au même point - sert de matrice aux propres évolutions de l'artiste israélien installé à Paris.

Prenant la mesure de ces arias envoûtantes, "pré-texte" et texte de son projet vocal et dansé, le chorégraphe danseur chanteur les "interprète" en transgressant allègrement les frontières entre musique classique vénérable, musique pop déjantée et mimes appuyés au gré de ses fantaisies débordantes de ressources en tous genres. Ainsi, après s'être saisi du pied du micro comme aurait pu le faire Iggy Pop ou encore le chanteur mythique du groupe Queen, Freddie Mercury (avec lequel il cultive une ressemblance physique, cf. la moustache et le marcel), il éructe à pleins poumons avant de "faire corps" avec les notes de Bach… à sa manière "dé-concertante".

"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" © Charlène Yves.
Crispant chacune de ses fesses tour à tour, il bat la mesure au rythme de la musique sacrée. Mais loin de s'arrêter là, il persiste dans la veine de son œuvre corporelle à haute puissance expressionniste en sollicitant ses biceps dont les contractions et décontractions n'ont rien à envier aux pulsations d'un métronome. Le meilleur restant cependant à venir… Des tressautements alternés de ses pectoraux rythmiques, à faire pâlir d'effroi l'entre-soi du public des concerts classiques, morceau de bravoure à inscrire dans les anthologies musicales et de salles de sport.

Yaïr Barelli excelle dans son "interprétation" à la fois millimétrée et profondément libre de la partition de Bach. Il peut tout autant chanter et danser sur les pointes que s'emparer d'un extincteur et s'affubler d'une perruque à longs cheveux noirs d'une star de hard rock… Il devient grave lorsqu'il évoque l'histoire de ses grands-parents, Juifs polonais, ayant été contraints de changer de nom pour échapper à l'holocauste. Il rappelle alors que quelque chose de nous est pris dans les rets du signifiant dont on hérite : le patronyme de ses aïeux continue de "résonner" en lui, il est le même - Goldberg - que celui des Variations.

Lui et ses ancêtres, attaches patronymiques archaïques et détachements interprétatifs présents, ainsi il y va des partitions de Bach résonnant à distance sur un clavecin à deux claviers. On part là encore du point des origines pour revenir, après un long cheminement aventureux, au même point : la boucle est bouclée… À nous maintenant d'en interpréter notre propre partition sur le clavier personnel de nos envies, rien n'étant jamais achevé… comme l'avait voulu en son temps le divin cantor en écrivant ses Variations Goldberg.

"Florhof" © Benjamin Begey.
"Florhof" © Benjamin Begey.
"Florhof (Jardin des fleurs)" de Billgraben/Benjamin Begey. Lorsque des milliers (environ 15 000) de volants de badminton, patiemment glanés auprès des clubs de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine, deviennent matière d'une œuvre artistique, une question affleure : quelles secrètes correspondances électives l'artiste entretient-il avec l'objet élu alliant l'extrême légèreté de ses plumes blanches à la toute relative pesanteur de son extrémité vermillon, propulsant ainsi dans les airs l'assemblage improbable à une vitesse phénoménale ?

La réponse viendra plus tard pour peu, une fois imprégné de l'esprit des lois atemporelles du Feng Shui (littéralement vent et eau) flottant dans les lieux, que l'on se laisse aller à ressentir combien l'espace et le temps réunis dans la même harmonie poétique entretiennent des correspondances avec nos destinées humaines. Art taoïste et art contemporain se recouvrent alors pour "faire sens".

En découvrant l'installation et ses monumentales "sculptures", le voyageur délesté de ses bagages encombrants ("Le Passant de Prague" de Guillaume Apollinaire) est saisi par le dialogue s'instaurant entre l'envoûtante solennité minérale de la Chapelle de la DRAC lui servant d'écrin et l'immaculée conception des œuvres exposées.

"Florhof" © Benjamin Begey.
"Florhof" © Benjamin Begey.
Comme si le lieu attendait depuis longtemps cette visite pour révéler une existence qui patientait là, lovée au creux de ces pierres majestueuses. D'un côté le poids aérien d'une architecture chargée d'Histoire, de l'autre l'insoutenable légèreté de figures animales, végétales ou minérales racontant des histoires, celles de leur créateur en osmose avec son environnement.

En lien avec l'énergie cosmogonique, les serpents, dragons, oiseaux de plumes légères, créés par l'artiste plasticien se mettent "à dialoguer" avec les griffons et autres créatures légendaires ou religieuses ornant voûtes et vitraux de la chapelle. Les volants, constitutifs de ces assemblages construits obsessionnellement dans une démarche méditative au long cours, sont à prendre comme autant de cellules vivantes porteuses de l'ADN des créations-créatures. Ou encore comme des notes voltigeant allègrement, dont l'assemblage forme des partitions et dont l'ostinato constitue le fil rouge les reliant entre elles dans un continuum répétitif.

Ce qui est troublant, c'est qu'il y a là, dans cette œuvre artistique ouverte à toutes les "représentations" (y compris celles de nos propres origines) et interprétations, une richesse abyssale à explorer… pour peu que - pour un temps - le passant s'adonne à un lâcher prise salutaire. Alors, se déconnectant de ses applications numérisées, de ses écrans occultant l'extraordinaire vivacité de ses racines, il (re)découvre - en cheminant à son rythme au travers de "Florhof" - les liens avec le vivant dont il est issu.

Le spectacle "Dolgberg" a été vu dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (du 8 juin au 3 juillet 2021) à l'Atelier des Marches du Bouscat-Bordeaux, lors de la soirée du lundi 21 juin à 20 h.
L'exposition "Florhof" a été vue dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (8 juin / 3 juillet) à la Chapelle de la DRAC, 54, rue Magendie à Bordeaux.

"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg"
Performance - création 2019.
De Yaïr Barelli.

Conception et interprétation : Yaïr Barelli.
Lumière : Yannick Fouassier.
Son : Nicolas Barrot.
Durée : 40 minutes.

Dates prévues de tournée :
24 et 25 septembre 2021 : Théâtre des Abbesses, Paris.

"Florhof (Jardin des fleurs)"
Installation - exposition.
De Billgraben/Benjamin Begey.


Exposition visible du jeudi 17 juin au vendredi 2 juillet 2021, du lundi au vendredi de 14 h à 17 h (entrée libre) à la Chapelle de la DRAC, 54, rue Magendie à Bordeaux.

Yves Kafka
Mardi 29 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022