La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Festival Trente-Trente "Dolgberg" et "Florhof", deux variations inspirées…

Explorateur de genres hybrides, c'est ici à deux manifestes artistiques d'inspiration différente que le Festival des Rencontres de la forme courte nous convie. Si les supports ne sont pas les mêmes - une pratique transversale de la chorégraphie pour l'un, une installation plastique pour l'autre -, les deux artistes partagent la même propension à se connecter à leur expérience intérieure pour exprimer en électrons libres ce qui fait œuvre en eux.



"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" de Yaïr Barelli est traversé par les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach dont les petites notes s'égrènent au rythme des improvisations tous azimuts de l'artiste insaisissable. Semblant s'échapper du piano imposant trônant en coin de scène, la partition originelle - qui s'ingénie à développer en boucle les mêmes motifs à peine décalés aboutissant au même point - sert de matrice aux propres évolutions de l'artiste israélien installé à Paris.

Prenant la mesure de ces arias envoûtantes, "pré-texte" et texte de son projet vocal et dansé, le chorégraphe danseur chanteur les "interprète" en transgressant allègrement les frontières entre musique classique vénérable, musique pop déjantée et mimes appuyés au gré de ses fantaisies débordantes de ressources en tous genres. Ainsi, après s'être saisi du pied du micro comme aurait pu le faire Iggy Pop ou encore le chanteur mythique du groupe Queen, Freddie Mercury (avec lequel il cultive une ressemblance physique, cf. la moustache et le marcel), il éructe à pleins poumons avant de "faire corps" avec les notes de Bach… à sa manière "dé-concertante".

"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" © Charlène Yves.
Crispant chacune de ses fesses tour à tour, il bat la mesure au rythme de la musique sacrée. Mais loin de s'arrêter là, il persiste dans la veine de son œuvre corporelle à haute puissance expressionniste en sollicitant ses biceps dont les contractions et décontractions n'ont rien à envier aux pulsations d'un métronome. Le meilleur restant cependant à venir… Des tressautements alternés de ses pectoraux rythmiques, à faire pâlir d'effroi l'entre-soi du public des concerts classiques, morceau de bravoure à inscrire dans les anthologies musicales et de salles de sport.

Yaïr Barelli excelle dans son "interprétation" à la fois millimétrée et profondément libre de la partition de Bach. Il peut tout autant chanter et danser sur les pointes que s'emparer d'un extincteur et s'affubler d'une perruque à longs cheveux noirs d'une star de hard rock… Il devient grave lorsqu'il évoque l'histoire de ses grands-parents, Juifs polonais, ayant été contraints de changer de nom pour échapper à l'holocauste. Il rappelle alors que quelque chose de nous est pris dans les rets du signifiant dont on hérite : le patronyme de ses aïeux continue de "résonner" en lui, il est le même - Goldberg - que celui des Variations.

Lui et ses ancêtres, attaches patronymiques archaïques et détachements interprétatifs présents, ainsi il y va des partitions de Bach résonnant à distance sur un clavecin à deux claviers. On part là encore du point des origines pour revenir, après un long cheminement aventureux, au même point : la boucle est bouclée… À nous maintenant d'en interpréter notre propre partition sur le clavier personnel de nos envies, rien n'étant jamais achevé… comme l'avait voulu en son temps le divin cantor en écrivant ses Variations Goldberg.

"Florhof" © Benjamin Begey.
"Florhof" © Benjamin Begey.
"Florhof (Jardin des fleurs)" de Billgraben/Benjamin Begey. Lorsque des milliers (environ 15 000) de volants de badminton, patiemment glanés auprès des clubs de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine, deviennent matière d'une œuvre artistique, une question affleure : quelles secrètes correspondances électives l'artiste entretient-il avec l'objet élu alliant l'extrême légèreté de ses plumes blanches à la toute relative pesanteur de son extrémité vermillon, propulsant ainsi dans les airs l'assemblage improbable à une vitesse phénoménale ?

La réponse viendra plus tard pour peu, une fois imprégné de l'esprit des lois atemporelles du Feng Shui (littéralement vent et eau) flottant dans les lieux, que l'on se laisse aller à ressentir combien l'espace et le temps réunis dans la même harmonie poétique entretiennent des correspondances avec nos destinées humaines. Art taoïste et art contemporain se recouvrent alors pour "faire sens".

En découvrant l'installation et ses monumentales "sculptures", le voyageur délesté de ses bagages encombrants ("Le Passant de Prague" de Guillaume Apollinaire) est saisi par le dialogue s'instaurant entre l'envoûtante solennité minérale de la Chapelle de la DRAC lui servant d'écrin et l'immaculée conception des œuvres exposées.

"Florhof" © Benjamin Begey.
"Florhof" © Benjamin Begey.
Comme si le lieu attendait depuis longtemps cette visite pour révéler une existence qui patientait là, lovée au creux de ces pierres majestueuses. D'un côté le poids aérien d'une architecture chargée d'Histoire, de l'autre l'insoutenable légèreté de figures animales, végétales ou minérales racontant des histoires, celles de leur créateur en osmose avec son environnement.

En lien avec l'énergie cosmogonique, les serpents, dragons, oiseaux de plumes légères, créés par l'artiste plasticien se mettent "à dialoguer" avec les griffons et autres créatures légendaires ou religieuses ornant voûtes et vitraux de la chapelle. Les volants, constitutifs de ces assemblages construits obsessionnellement dans une démarche méditative au long cours, sont à prendre comme autant de cellules vivantes porteuses de l'ADN des créations-créatures. Ou encore comme des notes voltigeant allègrement, dont l'assemblage forme des partitions et dont l'ostinato constitue le fil rouge les reliant entre elles dans un continuum répétitif.

Ce qui est troublant, c'est qu'il y a là, dans cette œuvre artistique ouverte à toutes les "représentations" (y compris celles de nos propres origines) et interprétations, une richesse abyssale à explorer… pour peu que - pour un temps - le passant s'adonne à un lâcher prise salutaire. Alors, se déconnectant de ses applications numérisées, de ses écrans occultant l'extraordinaire vivacité de ses racines, il (re)découvre - en cheminant à son rythme au travers de "Florhof" - les liens avec le vivant dont il est issu.

Le spectacle "Dolgberg" a été vu dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (du 8 juin au 3 juillet 2021) à l'Atelier des Marches du Bouscat-Bordeaux, lors de la soirée du lundi 21 juin à 20 h.
L'exposition "Florhof" a été vue dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole (8 juin / 3 juillet) à la Chapelle de la DRAC, 54, rue Magendie à Bordeaux.

"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg" © Charlène Yves.
"Dolgberg"
Performance - création 2019.
De Yaïr Barelli.

Conception et interprétation : Yaïr Barelli.
Lumière : Yannick Fouassier.
Son : Nicolas Barrot.
Durée : 40 minutes.

Dates prévues de tournée :
24 et 25 septembre 2021 : Théâtre des Abbesses, Paris.

"Florhof (Jardin des fleurs)"
Installation - exposition.
De Billgraben/Benjamin Begey.


Exposition visible du jeudi 17 juin au vendredi 2 juillet 2021, du lundi au vendredi de 14 h à 17 h (entrée libre) à la Chapelle de la DRAC, 54, rue Magendie à Bordeaux.

Yves Kafka
Mardi 29 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021