La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Côtoyer les estats et empires de la lune et du soleil du vrai Cyrano de Bergerac... sans le savoir vraiment

Reprise "Cyrano de Bergerac", Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris

L'action vue par Dominique Pitoiset, qui met en scène Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, se déroule dans la salle commune d’un établissement de neurologie et raconte l’histoire d’un gars qui aime la vie. Le protagoniste est un peu caboche, cabossé à force d’aller à la castagne, à la fête à la cocarde. Entier...



© Brigitte Enguérand.
© Brigitte Enguérand.
Fou de poèmes, de beauté et de sincérité, il est prompt à combattre, de près ou de loin, tout ce qui enlaidit. Les petitesses, les médiocrités, les mensonges, l’ignorance. Invincible, porté par sa furia si francese. Qui voudrait être beau et ne sait pas qu’il l’est. Qui se croit laid et ne sait pas qu’il ne l’est pas.

Philippe Torreton qui tient le rôle-titre est, de prime abord, assis, dos au public, inanimé dans un fauteuil. Il a la tête couverte d’un bandage de mauvais augure. Ses copains, un peu fêlés eux aussi, ses proches lui font comme sa dernière fête. Pour le sortir de son mutisme post traumatique, ils lui jouent la pièce de son héros préféré Cyrano avec les moyens du bord que l’on bouscule. Les éviers de laboratoire, les tabourets et les tables en pied chromés, les plateaux repas que l’on gloutonne, le juke-box qui permet de choisir la chanson que l’on entonne en chœur, le lit que l’on pousse pour faire de la place, le micro-ordinateur pour communiquer*. On s’y croirait. C’est une bande de copains comme on en a tous rencontré : le rire aux visages, les larmes au cœur.

La méthode est efficace. Le gars se transmute, vaille que vaille, en Cyrano de Bergerac et la pièce d'Edmond Rostand défile, scène après scène, dans une vivacité pleine de joies franches et d’émotions pleines de tact. Comme un enfant qui joue avec un bâton qui sait bien qu'il est de bois tout autant qu’il est épée, Dominique Pitoiset conduit sa fable d’une manière éblouissante de simplicité. Les scènes, les mots de la pièce s'insèrent sans heurts au dispositif qui fonctionne de bout en bout dans la vraisemblance. Celle qui appartient à des patients perturbés que l'imagination de leurs personnages vient percuter.

© Brigitte Enguérand.
© Brigitte Enguérand.
Cohérent avec la lettre du texte et la distribution des caractères de la pièce d'Edmond Rostand, le jeu sait créer le cercle d’amour qui entoure Cyrano, de Roxane aux cadets, de l’auteur à l’acteur… et au spectateur.

La mise en scène met au présent de la représentation théâtrale tous les registres de la réalité et de l’imaginaire que le texte suscite. Démonstration est faite que ce n’est pas dans le costume ni le décor, ni les images que réside la fidélité à l’auteur mais dans la justesse des mots, des rythmes, des modulations qui recouvrent l’intention reliant le texte et le jeu. Et quand Christian (Patrice Costa) dit son amour à Roxane (Maud Wyler), dont les mots lui sont soufflés par Cyrano, le transport amoureux transmis en webcam apparaît en gros plan de cinéma, l’artifice technique est oublié. C’est bien, dans toutes les nuances de l’émotion, d’abandon à l’amour dont il s’agit.

À la fin de la pièce, le protagoniste entièrement pénétré du personnage peut enfin, dans une ultime scène, endosser le pourpoint à basques, le large chapeau de feutre, les bottes à chaudron. Enfin beau dans son habit Louis XIII, il combat à la fois la mort qui vient et toujours et encore l'ignorance et le fanatisme.

Philippe Toretton raconte l’histoire d’un gars qui fut tout et ne fut rien, et dans cet art de l’éphémère qu’est le théâtre, dans sa puissance d’acteur, il monte à l’avant-scène, tient l’épée avec la force d’un sabreur, fléchit, se reprend, soldat de bronze face aux éléments provoquant les sots, mettant au défi les mille prétendants à le vaincre en duel, il est Hercule (Savinien) (de Cyrano) (de Bergerac).

© Brigitte Enguérand.
© Brigitte Enguérand.
Ce théâtre du réel recouvert des habits du rêve développe l’aisance d’un Savoir mentir vrai. Le propre des comédiens et des amants et des mourants.

Et le spectateur s’aperçoit que sa présence a éclairé les différents états et empires de la scène et du jeu théâtral et que, dans un monde de métamorphoses, il a côtoyé les estats et empires de la lune et du soleil du vrai Cyrano de Bergerac sans le savoir vraiment...

Les enfants sont en joie, les parents aussi. C’est là que réside la beauté et la justesse de la mise en scène de Dominique Pitoiset.

*Le personnage de Cyrano de Bergerac est inspiré par un authentique auteur du XVIIe siècle et, dans ses "voyages extraordinaires", Cyrano(le vrai) décrit dans la lune un appareil acoustique d’enregistrement et de diffusion du savoir qui n’attendra que le XXe siècle et le XXIe pour être élaboré. La scène de la déclaration d’amour de Christian à Roxane par ordinateur interposée n’est donc pas une gratuité moderniste de la mise en scène.

Le spectateur peut découvrir les œuvres complètes de Cyrano de Bergerac chez Honoré Champion et lire "les entretiens pointus", recueil de mots d’esprit et de calembours, ses pièces dont "Le pédant joué", cité dans la pièce d’Edmond Rostand qu’a repris Molière pour "Les fourberies de Scapin", ainsi que ses lettres "Pour les sorciers, contre les sorciers" remarquables dans leur efficacité contre l’ignorance et le fanatisme.

"Cyrano de Bergerac"

Texte : Edmond Rostand.
Mise en scène : Dominique Pitoiset.
Assistants à la mise en scène : Marie Favre, Stephen Taylor.
Dramaturgie : Daniel Loayza.
Avec : Jean-Michel Balthazar, Adrien Cauchetier, Antoine Cholet, Nicolas Chupin, Patrice Costa, Gilles Fisseau, Jean-François Lapalus, Daniel Martin, Bruno Ouzeau, Philippe Torreton, Martine Vandeville, Maud Wyler.
Distribution Porte Saint-Martin : Philippe Torreton, Hervé Briaux, Adrien Cauchetier, Antoine Cholet, Tristan Robin, Patrice Costa, Gilles Fisseau, Yveline Hamon, Jean-François Lapalus, Bruno Ouzeau, Julie-Anne Roth, Luc Tremblais, Martine Vandeville.
Scénographie et costumes : Kattrin Michel.
Lumière : Christophe Pitoiset.
Travail vocal : Anne Fischer.
Durée : 2 h 40.

Du 7 mai au 28 juin 2014.
Du Mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Odéon Théâtre de l'Europe, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Reprise du 2 février 2016 au 17 avril 2016.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi 20 h 30, dimanche 17 h. Relâche un mardi sur deux.
Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris 10e, 01 42 08 00 32.
>> portestmartin.com

Jean Grapin
Mercredi 21 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024