La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Côtoyer les estats et empires de la lune et du soleil du vrai Cyrano de Bergerac... sans le savoir vraiment

Reprise "Cyrano de Bergerac", Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris

L'action vue par Dominique Pitoiset, qui met en scène Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, se déroule dans la salle commune d’un établissement de neurologie et raconte l’histoire d’un gars qui aime la vie. Le protagoniste est un peu caboche, cabossé à force d’aller à la castagne, à la fête à la cocarde. Entier...



© Brigitte Enguérand.
© Brigitte Enguérand.
Fou de poèmes, de beauté et de sincérité, il est prompt à combattre, de près ou de loin, tout ce qui enlaidit. Les petitesses, les médiocrités, les mensonges, l’ignorance. Invincible, porté par sa furia si francese. Qui voudrait être beau et ne sait pas qu’il l’est. Qui se croit laid et ne sait pas qu’il ne l’est pas.

Philippe Torreton qui tient le rôle-titre est, de prime abord, assis, dos au public, inanimé dans un fauteuil. Il a la tête couverte d’un bandage de mauvais augure. Ses copains, un peu fêlés eux aussi, ses proches lui font comme sa dernière fête. Pour le sortir de son mutisme post traumatique, ils lui jouent la pièce de son héros préféré Cyrano avec les moyens du bord que l’on bouscule. Les éviers de laboratoire, les tabourets et les tables en pied chromés, les plateaux repas que l’on gloutonne, le juke-box qui permet de choisir la chanson que l’on entonne en chœur, le lit que l’on pousse pour faire de la place, le micro-ordinateur pour communiquer*. On s’y croirait. C’est une bande de copains comme on en a tous rencontré : le rire aux visages, les larmes au cœur.

La méthode est efficace. Le gars se transmute, vaille que vaille, en Cyrano de Bergerac et la pièce d'Edmond Rostand défile, scène après scène, dans une vivacité pleine de joies franches et d’émotions pleines de tact. Comme un enfant qui joue avec un bâton qui sait bien qu'il est de bois tout autant qu’il est épée, Dominique Pitoiset conduit sa fable d’une manière éblouissante de simplicité. Les scènes, les mots de la pièce s'insèrent sans heurts au dispositif qui fonctionne de bout en bout dans la vraisemblance. Celle qui appartient à des patients perturbés que l'imagination de leurs personnages vient percuter.

© Brigitte Enguérand.
© Brigitte Enguérand.
Cohérent avec la lettre du texte et la distribution des caractères de la pièce d'Edmond Rostand, le jeu sait créer le cercle d’amour qui entoure Cyrano, de Roxane aux cadets, de l’auteur à l’acteur… et au spectateur.

La mise en scène met au présent de la représentation théâtrale tous les registres de la réalité et de l’imaginaire que le texte suscite. Démonstration est faite que ce n’est pas dans le costume ni le décor, ni les images que réside la fidélité à l’auteur mais dans la justesse des mots, des rythmes, des modulations qui recouvrent l’intention reliant le texte et le jeu. Et quand Christian (Patrice Costa) dit son amour à Roxane (Maud Wyler), dont les mots lui sont soufflés par Cyrano, le transport amoureux transmis en webcam apparaît en gros plan de cinéma, l’artifice technique est oublié. C’est bien, dans toutes les nuances de l’émotion, d’abandon à l’amour dont il s’agit.

À la fin de la pièce, le protagoniste entièrement pénétré du personnage peut enfin, dans une ultime scène, endosser le pourpoint à basques, le large chapeau de feutre, les bottes à chaudron. Enfin beau dans son habit Louis XIII, il combat à la fois la mort qui vient et toujours et encore l'ignorance et le fanatisme.

Philippe Toretton raconte l’histoire d’un gars qui fut tout et ne fut rien, et dans cet art de l’éphémère qu’est le théâtre, dans sa puissance d’acteur, il monte à l’avant-scène, tient l’épée avec la force d’un sabreur, fléchit, se reprend, soldat de bronze face aux éléments provoquant les sots, mettant au défi les mille prétendants à le vaincre en duel, il est Hercule (Savinien) (de Cyrano) (de Bergerac).

© Brigitte Enguérand.
© Brigitte Enguérand.
Ce théâtre du réel recouvert des habits du rêve développe l’aisance d’un Savoir mentir vrai. Le propre des comédiens et des amants et des mourants.

Et le spectateur s’aperçoit que sa présence a éclairé les différents états et empires de la scène et du jeu théâtral et que, dans un monde de métamorphoses, il a côtoyé les estats et empires de la lune et du soleil du vrai Cyrano de Bergerac sans le savoir vraiment...

Les enfants sont en joie, les parents aussi. C’est là que réside la beauté et la justesse de la mise en scène de Dominique Pitoiset.

*Le personnage de Cyrano de Bergerac est inspiré par un authentique auteur du XVIIe siècle et, dans ses "voyages extraordinaires", Cyrano(le vrai) décrit dans la lune un appareil acoustique d’enregistrement et de diffusion du savoir qui n’attendra que le XXe siècle et le XXIe pour être élaboré. La scène de la déclaration d’amour de Christian à Roxane par ordinateur interposée n’est donc pas une gratuité moderniste de la mise en scène.

Le spectateur peut découvrir les œuvres complètes de Cyrano de Bergerac chez Honoré Champion et lire "les entretiens pointus", recueil de mots d’esprit et de calembours, ses pièces dont "Le pédant joué", cité dans la pièce d’Edmond Rostand qu’a repris Molière pour "Les fourberies de Scapin", ainsi que ses lettres "Pour les sorciers, contre les sorciers" remarquables dans leur efficacité contre l’ignorance et le fanatisme.

"Cyrano de Bergerac"

Texte : Edmond Rostand.
Mise en scène : Dominique Pitoiset.
Assistants à la mise en scène : Marie Favre, Stephen Taylor.
Dramaturgie : Daniel Loayza.
Avec : Jean-Michel Balthazar, Adrien Cauchetier, Antoine Cholet, Nicolas Chupin, Patrice Costa, Gilles Fisseau, Jean-François Lapalus, Daniel Martin, Bruno Ouzeau, Philippe Torreton, Martine Vandeville, Maud Wyler.
Distribution Porte Saint-Martin : Philippe Torreton, Hervé Briaux, Adrien Cauchetier, Antoine Cholet, Tristan Robin, Patrice Costa, Gilles Fisseau, Yveline Hamon, Jean-François Lapalus, Bruno Ouzeau, Julie-Anne Roth, Luc Tremblais, Martine Vandeville.
Scénographie et costumes : Kattrin Michel.
Lumière : Christophe Pitoiset.
Travail vocal : Anne Fischer.
Durée : 2 h 40.

Du 7 mai au 28 juin 2014.
Du Mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Odéon Théâtre de l'Europe, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Reprise du 2 février 2016 au 17 avril 2016.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi 20 h 30, dimanche 17 h. Relâche un mardi sur deux.
Théâtre de la Porte Saint-Martin, Paris 10e, 01 42 08 00 32.
>> portestmartin.com

Jean Grapin
Mercredi 21 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021