La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Un Quatuor Modigliani captivant à La Folle Journée de Nantes

Depuis sa création en 2003, le Quatuor Modigliani - formé de Philippe Bernhard, Loïc Rio (violons), Laurent Marfaing (alto) et François Kieffer (violoncelle) - a rallié tous les suffrages critique et public. C'est en habitués que les quatre jeunes musiciens se produisent à Nantes et, en cette 21e édition, ils ont encore magnifiquement impressionné les festivaliers. La Revue du Spectacle a voulu les rencontrer.



© Carole Bellaiche.
© Carole Bellaiche.
Parmi les mille huit cents artistes invités à cette Folle Journée 2015, "les Modi" (comme on dit) font partie des artistes qu'on veut écouter à tout prix. Leurs prestations ont confirmé le bien-fondé du très grand respect qui entoure déjà le jeune ensemble - avec douze ans d'une riche carrière derrière lui quand même. Une soirée consacrée aux "Sept dernières paroles du Christ" - version pour quatuor - de Joseph Haydn donne le ton. On a souvent mis l'accent sur la fougue juvénile et la virtuosité du quatuor, on découvre de surcroît l'incroyable maîtrise des atmosphères. Tour à tour déchirante, méditative, douloureuse puis baignée de la lumière des vérités éternelles, l'œuvre trace son chemin entre ténèbres et transcendance grâce à une interprétation qui envoûte, électrise et bouleverse.

Maîtres des passions de l‘âme - thème de cette Folle Journée - mais aussi des passions du cœur le lendemain, alors que ces artistes forment un sextuor plus qu'inspiré avec le violoncelliste Henri Demarquette et l'altiste Gérard Caussé. Leur version de "La Nuit transfigurée" d'Arnold Schönberg, un chef-d'œuvre de jeunesse encore sous influence straussienne et wagnérienne, nous plonge aux tréfonds du lyrisme fiévreux du compositeur autrichien dans une salle quasi obscure (la salle Nietzsche au Lieu Unique à l'acoustique un tantinet moins chaleureuse que la veille). Les acclamant à juste titre, le public en ressort ému au delà des mots. Du grand art.

Rarement avons-nous rencontré formation si homogène, si unie, si solidaire. Ces jeunes artistes se sont rencontrés au CNSM de Paris et ne se sont plus quittés. En fin de répétition, François Kieffer et Laurent Marfaing sont nos interlocuteurs ce samedi 31 janvier, trois heures avant le concert Schönberg, mais les violonistes Philippe Bernhard et Loïc Rio ne tardent pas à arriver. On ne saurait les séparer même pour une demi-heure ! À l'occasion, ils interviendront aussi pour préciser un mot ou une date. Une telle qualité d'entente fait plaisir à voir et à entendre sur scène et dans la vie.

© DR.
© DR.
Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment s'est formé le Quatuor Modigliani ?

Laurent Marfaing, François Kieffer - Nous sommes quatre amis de conservatoire qui apprécions déjà à l'époque de passer du temps ensemble et tous amoureux du répertoire du quatuor à cordes. Un répertoire que nous voulions vivre intensément sur le plan humain. Nous nous sommes choisis pour vivre cette aventure.

Une aventure qui a douze ans maintenant...

Laurent Marfaing, François Kieffer - Oui. Nous sommes toujours heureux de vivre cette amitié qui nous lie et avons toujours la même envie de partager de nouveaux projets. Nous ouvrons une nouvelle page, par exemple depuis que nous avons repris la direction artistique des Rencontres Musicales d'Évian (depuis 2014 NDLR). Nous avons l'occasion de mettre au point une programmation qui nous ressemble, ce qui constitue un ciment très fort pour nous.

Le concert d'hier soir (vendredi 30 janvier) était magnifique. Qu'est-ce que représente la version quatuor des "Sept dernières paroles du Christ" de Joseph Haydn pour vous ?

Laurent Marfaing, François Kieffer - Nous avons enregistré deux CD d'autres quatuors de Haydn, un compositeur référent pour nous. Nous avons commencé à le travailler très tôt et nous sommes construits avec lui. Nous l'aimons beaucoup ! La version quatuor des "Sept dernières paroles du Christ" est cependant une œuvre à part qui dégage une énergie assez forte. Nous avons l'habitude de l'humour de Haydn dans ses autres quatuors, celui-ci est beaucoup plus profond. Hier, nous avons eu de la chance de l'interpréter dans une belle ambiance avec une très bonne acoustique (salle Hume à la Cité des Congrès). C'est une musique méditative qu'on ne saurait jouer n'importe où. Nous étions heureux aussi de lire le très beau texte des Écritures - même si nous aimons, bien sûr, être accompagnés d'un vrai récitant ! Mais nous étions heureux, nous sentions le public recueilli.

© Carole Bellaiche.
© Carole Bellaiche.
Et comment passe-t-on de Haydn à Schönberg et sa "Nuit transfigurée" ?

Laurent Marfaing, François Kieffer - Bizarrement, il n'y a pas le fossé qu'on imagine entre les deux œuvres malgré l'écart dans le temps. Elles sont toutes deux très intenses. Il faut retrouver l'esprit du poème d'amour de Richard Dehmel qui a inspiré l‘œuvre de Schönberg. Nous devrons aussi en recréer les harmonies et les ambiances hautement spirituelles. Cette "Nuit transfigurée", signant la toute fin du Romantisme, représente un sommet pour un sextuor. Elle exige qu'on oublie la complexité technique de son écriture pour en livrer l'essence. En un seul mouvement de trente minutes, les climats se succèdent entre déchirement tragique et rêve d'amour. Nous en ressortons à chaque fois totalement bouleversés.

Que représente La Folle Journée de Nantes pour vous ?

Laurent Marfaing, François Kieffer - Elle est liée à nos débuts. Nous sommes venus très tôt ici. C'est un des grands festivals impressionnants que nous avons pu faire. Au fil des années, nous constatons que son esprit est toujours identique - celui de la découverte en toute simplicité de la musique. Pour nous, musiciens, c'est un rythme fou puisque nous enchaînons les concerts presque toutes les heures ! Mais nous avons ce précieux retour du public et c'est notre raison première de faire de la musique.
Son directeur artistique, René Martin, est un modèle d'humilité et de générosité. Il organise des concerts hors les murs. Hier, nous avons été jouer pour des personnes en fin de vie au CHU de Nantes. Cette dimension humaine de partage du festival est primordiale.

© DR.
© DR.
Parlez-nous de votre direction artistique des Rencontres Musicales d'Évian...

Laurent Marfaing, François Kieffer - Nous avons beaucoup de chance d'être partie prenante de cette manifestation qui a connu ses grandes heures dans les années Rostropovitch (Directeur artistique de 1985 à 1991 NDLR). Après quelques années d'éclipse du festival, on nous a fait confiance et nous avons repris ce projet pour lequel nous avons obtenu carte blanche. Nous organisons quinze concerts en une semaine. L'idée de ces Rencontres est de mélanger de jeunes talents, des artistes confirmés et de faire jouer ensemble des musiciens qui peut-être n'auraient pu le faire ailleurs. À nos débuts, nous avons nous-mêmes pu nous produire avec de grands solistes comme le violoncelliste Gary Hoffman, Michel Dalberto et Gérard Caussé. Nous avons voulu offrir cette chance à notre tour à d'autres. Et c'est l'occasion d'inviter ceux que nous rêvons de rencontrer. Lors de la dernière édition, ce fut Grigory Sokolov. Cette année, c'est Maxime Vengerov qui se produira à la Grange au Lac, un endroit qui sonne magnifiquement bien au bord de l'eau !

Quels sont les prochains rendez-vous qui vous tiennent particulièrement à cœur ?

Laurent Marfaing, François Kieffer - Nous revenons jouer le 14 avril à New York, à Carnegie Hall, dans le Weill Hall où nous avons débuté en 2006 quand nous avons remporté le concours Young Concerts Artists. Un beau souvenir.
Et peut-être un autre concert totalement atypique et mythique le 29 août sur le site historique de Baalbeck au Liban, dans un des temples. Y sont venus avant nous des quatuors légendaires comme le Quatuor Amadeus. Faire découvrir le classique à un autre public en favorisant la rencontre de cultures différentes est une idée qui nous plaît beaucoup.

Deux dates de la tournée 2015 :
Musicora - 8 février 2015.
Grande Halle de la Villette, Paris 19e.

Festival de Pâques - 2 avril 2015.
Aix-en-Provence (13).

>> modiglianiquartet.com

Christine Ducq
Vendredi 6 Février 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022