La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Saison (ou)verte" au Carré-Colonnes : côté jardin et côté cour, la mise en scène d'un même art de vivre

Nature et Culture, indéfectiblement liées l'une à l'autre, sont au cœur de ce mois d'arpentage tous azimuts décliné en balades "spectaculaires" et causeries philosophiques sur le territoire irrigué artistiquement par le Théâtre du Carré-Colonnes. Si Jean-Jacques Rousseau au Siècle (dit) des Lumières proférait sans ambages "L'état de réflexion est un état contre nature, l'homme qui médite est un animal dépravé", nos contemporains, sur une autre planète certes, s'accordent à reconnaître que les diversités biologique et culturelle sont étroitement interconnectées au point de s'étayer mutuellement pour fonder le creuset du vivre ensemble.



Balade Engagée © Pierre Planchenault.
Balade Engagée © Pierre Planchenault.
Ainsi Opéra Pagaï et la Scène nationale Carré-Colonnes, unis dans le même trip, ont créé un Jardin Secret (Jardin d'Épicure accueillant les causeries philosophiques) où les habitants, conviés en avril à semer des graines de poésie dans un pot à leur nom, découvrent - le printemps venu et avec lui la réouverture des théâtres - l'œuvre féconde de la terre au travail, prodige de fertilité naturelle elle-même transcendée par le récit décalé des numéros de Newslaitue, une feuille de chou abreuvant les boîtes mails. Côté jardin et côté cour, on ne pouvait rêver mieux pour célébrer un retour à la vraie vie… naturelle et culturelle.

Dans ce droit fil écolo-artistique, plusieurs week-ends d'affilée, cinq balades à thème (engagée, sauvage, habitée, animale et immobile) sont proposées aux curieux de tous horizons appâtés par la découverte des mondes sensibles. La première - Balade engagée - a eu lieu ce dimanche, à "La Vacherie", ferme urbaine et culturelle proposant, entre autres, de succulents fromages… de brebis. Après lecture par Sylvie Violan d'un morceau choisi emprunté à Christian Bobin, "Le plâtrier siffleur" - court récit porteur de la question existentielle "comment habiter poétiquement le monde ?" et résonnant comme une invitation au voyage -, on chemine dans des sous-bois ombragés débouchant sur une esplanade.

"Ce qui m'est dû" © Pierre Planchenault.
"Ce qui m'est dû" © Pierre Planchenault.
Première escale artistique… "Ce qui m'est dû", création de la bien nommée Débordante Compagnie, propose une décoiffante épopée matinée d'humour sur le monde comme il va… ou ne va pas, plus exactement. Partant de la petite histoire remastérisée pour la circonstance de la danseuse, chorégraphe et coauteure, la performance parlée et dansée remet en jeu le cheminement intimiste d'une jeune femme née au début des années quatre-vingt et ayant arpenté - d'abord en victime consentante puis en citoyenne critique - les stations du chemin de croix néolibéraliste.

Conçu comme un haletant récit d'apprentissage, on suit les évolutions de cette trajectoire personnelle entrelacée de références empruntées entre autres à Christophe Boltanski ("Minerais de sang"), à Jean-Marc Jancovici ("L'Avenir climatique"), ou encore à Hervé Kempf ("Notre-Dame-des-Landes"). Le ton n'est jamais didactique ou même militant, le contenu étant toujours incarné au travers de situations "théâtrales" où excellent les talents chorégraphiés des deux acteurs donnant chair aux mots dansés.

Participant de plain-pied à l'économie "spectaculaire" de moyens – cf. le "Théâtre pauvre" prôné par Jerzy Grotowski -, le décor constitué de deux chaises exalte "la fête des corps", corps porte-parole des désirs se cognant aux violences faites par la marche du monde.

"Solo Cheval" © Pierre Planchenault.
"Solo Cheval" © Pierre Planchenault.
La mise en jeu, faisant alterner voix et danse, crée elle aussi un effet d'écho troublant (il parle, elle parle, quand il prend la parole, elle danse) introduisant une distanciation dont s'empare à son insu le regardeur pour y accorder son histoire. Ainsi, happé par ce thriller qui voit une petite fille passer du Quartier Latin aux barres de Vitry-sur-Seine, et dont l'itinéraire va croiser les sirènes de la consommation avant de déciller les yeux sur ce qu'elle recouvre - une exploitation sans scrupules des ressources planétaires et des esclaves modernes qui produisent "les biens de consommation" -, le spectateur devient acteur de la performance. Quant au final, un tango plein d'allant, il fait résonner en chacun cette phrase d'Emma Goldman : i["si je ne peux pas danser, je ne ferai pas partie de votre révolution"]. Alors on danse ?

La deuxième escale, un solo dansé, nous attend de retour au bercail (où veille le somptueux paon du domaine)… "Le Cheval" de Seydou Boro, "l'homme-cheval", est à vivre comme un bluffant pas de deux entre lui et l'animal qu'il incarne. Aux accents de son corps puissant épousant les pas scandés d'un cheval, il s'approprie les mouvements élégants et fiers de sa monture fantasmée. Son corps entier - le port de tête, la nuque, les épaules, le torse, le bassin et les jambes, jusqu'à l'eau ressortant par les naseaux - vibre au rythme de son mentor, le cheval. Il devient, il est, la bête plus humaine que l'humain.

"Le printemps est inexorable", Pablo Neruda l'avait pressenti, la saison(ou)verte le confirme.

Découverts dans le cadre de la Saison (ou)verte du Carré-Colonnes, "Balade engagée" du dimanche 6 juin 2021 à La Vacherie à Blanquefort (33).

"Ce qui m'est dû" et "Le Cheval"

"Ce qui m'est dû" © Pierre Planchenault.
"Ce qui m'est dû" © Pierre Planchenault.
"Ce qui m'est dû"
Chorégraphie : Héloïse Desfarges.
Écriture : Héloïse Desfarges, Antoine Raimondi et Jérémie Bergerac.
Mise en scène : Jérémie Bergerac.
Avec : Héloïse Desfarges et Antoine Raimondi.

"Le Cheval", solo chorégraphié
Chorégraphie et interprétation : Seydou Boro.
Musique : Seydou Boro.
Régie son : Mickaël Françoise.

4 autres balades sont programmées
Réservation sur >> carrecolonnes.fr

Dimanche 13 juin 2021 : Balade sauvage, Bois de Tanaïs à Blanquefort, avec Thomas Ferrand, artiste botaniste, et Emanuele Coccia, philosophe maître de conférences à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales.

"Solo Cheval" © Pierre Planchenault.
"Solo Cheval" © Pierre Planchenault.
Dimanche 20 juin 2021 : Balade habitée, Station orbitale - Bois des Sources à Saint-Médard, avec Marlène Rubinelli-Giordano, artiste acrobate, et Mazarine Pingeot, écrivaine et professeure agrégée en philosophie à l'université Paris 8.

Dimanche 27 juin 2021 : Balade animale, Bois d'Isssac à Saint-Médard, avec David Wahl, comédien-conférencier, et Sophie Geoffrion, philosophe de terrain et fondatrice de Philoland.

Vendredi 2 et samedi 3 juillet 2021 : Balade immobile, Forêt du Parc de Majolan à Blanquefort, dans le cadre des Nuits des Forêts, avec Julien Fournet et sa performance "Amis, il faut faire une pause".

Balades complétées par les Causeries Philo "Faire fleurir les idées", dans le Jardin Secret du Carré à Saint-Médard, les 7, 18, 19 et 28 juin 2021, animées par Sophie Geoffrion, philosophe de terrain, fondatrice de Philoland et du Cabinet de Philosophie, et auteure de l'Éloge de la pratique philosophique.

Gratuit sur réservation sur >> carrecolonnes.fr

Yves Kafka
Vendredi 11 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021