La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Matière(s) Première(s)" Six personnages en quête de leur vérité

Leur identité, ils l'ont exaltée par des noms de scène – Barro Dancer, Mademoiselle Do', Willy Kazzama, Black Woman, Salifus, Esther –, ces six superbes danseurs (trois filles et trois garçons) portant fièrement, sur eux et en eux, leurs origines africaines. Comme si, pour raconter l'histoire tourmentée de leur continent, ils éprouvaient le besoin de revêtir une dimension dépassant celle de leur propre personne. Et, effectivement, ce que nous montrent ces "personnages" est une traversée fulgurante, un voyage tous azimuts au bout de l'Afrique. Des performances époustouflantes, expressives à l'envi, sous-tendues par des tensions à vif… Tensions et intentions parfois, à notre goût, un peu trop soulignées.



© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Porteurs des cultures du Congo, du Cameroun, du Gabon, du Burkina Faso, ou encore de Côte d'Ivoire, et riches de toutes les ethnies que ces différents pays accueillent, ils partagent en commun un goût profond pour les cultures traditionnelles et urbaines africaines qui les font vibrer jusqu'au bout de la nuit. Ce sont eux qui constituent les "matières premières" à haute charge explosive de ces chorégraphies mises en jeu par Anne Nguyen et son assistant, Pascal Luce.

Qu'ils soient seuls, en couples ou ne faisant qu'un bloc, c'est la même détermination qui les anime, une énergie dont le désir à fleur de peau constitue le combustible inflammable. Ainsi de l'ouverture où une danseuse à l'engagement organique apparaît dans un faisceau de lumière tombé des cintres, rejointe bientôt par un danseur, le couple enlacé esquissant alors une figure de slow… avant d'être rejoint par leurs complices enchainant ensemble les rythmes connectés aux musiques afro, rap et soul déferlant sur le plateau. Violences et tendresses, unies dans les mêmes corps, à l'image de ce continent africain, réservoir d'amours contrariées par les appétits coloniaux voyant en ses terres une mine de profits à tombeau ouvert.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Figures des violences post-coloniales héritées et dont leurs mimiques sont les porte-paroles, tout comme leurs corps traversés par des convulsions irrépressibles. Ainsi du tableau saisissant de vérité brute, où, groupés en cercle, on les voit se briser l'échine pour extraire le minerai qui profitera à d'autres qu'eux. Figures des désirs revendiqués qui éclairent les visages paysages de la vie plus forte que ce qui pourrait avoir encore la prétention de les enchainer. Des battles dont ils sortent vainqueurs, même épuisés, grâce à leur force créative que rien ni personne ne semble pouvoir endiguer.

Figures aussi de cette jeunesse africaine soumise à un autre prédateur, souriant celui-là, celui des portables fondant la réalité et l'image dans le même magma afin de mieux modeler l'humain selon les lois du marché. Visages hilares d'une jeunesse qui n'échappe aucunement aux travers de la jeunesse des pays nantis, la recherche du profit n'ayant là que faire des frontières.

Les forces en jeu "transpirent" magnifiquement des corps mis au travail par les histoires dont ils sont les héritiers. Et si les tableaux ancrés aux musiques africaines se succèdent plus qu'ils ne ménagent une véritable progression, c'est peut-être pour nous faire ressentir de l'intérieur que les boucles redondantes font partie de tout itinéraire d'émancipation, les lignes droites étant en la matière un leurre à l'usage des romans de gare.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Un regret cependant… Pourquoi avoir cru bon – tant ces "matières premières" sont fortes et se suffisent amplement à elles-mêmes pour exprimer l'essence des non-dits – de surligner les jeux d'oppression (biftons réclamés au public, clins d'œil appuyés à son adresse, doigts joints en forme de colt mettant en joue la foule, geste coupe-gorge, etc.) pour dire les violences vécues en les rejouant dans des pantomimes si caricaturales qu'elles peuvent apparaître maladroites. En effet, la pantomime – dans son premier sens – est un art en soi, une discipline exigeante où l'expression de sentiments, voire d'idées complexes, ne peut souffrir d'un trait trop épais.

Ceci dit, ce que nous retiendrons de ces performances chorégraphiées, c'est l'extrême qualité de ces danseuses et danseurs dotés d'une énergie galvanisante mise, avec grande générosité, au service d'une cause que l'on ne peut que partager sans réserve aucune : l'irrésistible désir de vivre libre, affranchi de tout assujettissement.

Vu le mardi 28 novembre 2023 à la Manufacture CDCN de Bordeaux, lors de son unique représentation.

"Matière(s) première(s)"

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Ballet de danses africaines urbaines.
Création mars 2023.
Chorégraphie : Anne Nguyen.
Assistant chorégraphe : Pascal Luce.
Conseil artistique : Didier Boko.
Avec : Ted Barro Boumba alias "Barro Dancer", Dominique Elenga alias "Mademoiselle Do'", Mark-Wilfried Kouadio alias "Willy Kazzama", Grâce Tala, Nahoua Traore alias "Black Woman", Seïbany Salif Traore alias "Salifus".
Interprète saison 2023-2024 : Jeanne D'Arc Niando alias "Esther".
Lumière : Matthieu Marques, Marie Ducatez.
Costumes : Simon Huet.
Régisseurs de tournée (en alternance) : Flora Lastouillat, Matthieu Marques.
Par la Compagnie par Terre.
Durée : 55 minutes.

Dans le cadre du dispositif artiste associée en partenariat avec la Cité Cirque - CRÉAC de Bègles.

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Tournée
18 janvier 2024 : Théâtre Molière - Scène nationale archipel de Thau, Sète (34).
24 et 25 janvier 2024 : La Maison des Métallos, Paris (75).
27 janvier 2024 : Théâtre Gérard-Philipe, Champigny-sur-Marne (94).
30 janvier 2024 : Le Figuier Blanc, Argenteuil (95).
8 mars 2024 : Festival Groove'N'Move, Théâtre Forum Meyrin, Genève (Suisse).
4 mai 2024 : Theater im Pfalzbau, Ludwigshafen (Allemagne).
15 mai 2024 : Théâtre Cinéma, Choisy-le-Roi (94).
31 mai 2024 : Le ZEF, Marseille (13).

Yves Kafka
Mardi 5 Décembre 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024