La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.



© DR.
© DR.
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

© DR.
© DR.
Dans "Tous les passants", le premier titre, la ligne de basse de Julien Aellion est omniprésence, donnant la cadence d'un pas aux sources du primitif. Viennent en parallèle, comme en une liaison mélodique, les ornements presque liturgiques de l'orgue, les frappes sèches et précises des percussions, le phrasé jazzy du piano imprimé avec précision et talent par Fred Casa. Marc Casa pose, sur quelques bouffées venteuses en arrière-plan, une respiration mélodieuse propice aux souvenirs et aux fantômes du texte de Françoise Lo.

Les arabesques harmoniques viennent ensuite naturellement "Sur la place" où les scénettes décrites par Jacques Brel (auteur de ce beau texte allégorique) s'égrainent au son de l'orgue aigre-doux et des riffs parfois déchirants, parfois enjoués du piano. Le chant est sensible, avec des tonalités très masculines… Avec des contours, sur certaines inspirations profondes et intériorisées, étrangement féminines. Souvent, notamment sur le très délicat et charnel "Le bel âge", la voix peut se faire traînante, posant un phrasé élégant et pénétrant sur la portée des émotions.

© DR.
© DR.
Cet EP 6 titres se clôt sur "J'entends sonner le clairon", champ de bataille des amours finis, là où les êtres qui se sont tant aimés, se déchirent et se sont perdus. Un final aux frontières du désespoir mais qui donne l'occasion à Lou Casa de finir sur une magnifique ligne de basse et une interprétation enlevée, presque enflammée sur le chant des amours mortes…

"À ce jour" est une proposition originale et réussie, abordant six chansons qui ne sont pas forcément les plus connues (hormis "Perlimpinpin") du répertoire de Barbara, faite par Lou Casa, un trio qui aborde la musique et les textes de manière très personnelle, voire parfois expérimentales. Sortant du champ habituel des productions souvent trop formatées, voilà un album à écouter d'urgence pour ouvrir nos oreilles à des univers sonores régénérés.

(1) "Perlimpinpin", "Le bel âge" et "J'entends sonner les clairons" : paroles et musique de Barbara.
(2) "Sur la place" : paroles et musique de Brel.
(3) "Tous les passants" : paroles de Françoise Lo et musique de Barbara.
(4) "La belle amour" : paroles de Georges Bérard et musique de Charles Algarra/Barbara.


● Lou Casa "À ce jour".
Label : SPPF les labels indépendants.
Production : Collectif Lou Casa.
Distribution : Musicast Distribution.
Sortie : 15 janvier 2016.

Tournée 2016/2017

30 mars 2016.
Mercredi à 20 h.
1ère partie : Contrebassens & Michael Wookey.
Cafè de la Dance, Paris 11e, réservation en ligne.
>> loucasa-barbara.com

16 avril 2016 : Atelier Ostréicole et musical de Christian de Longcamp, Lestre (50)
22 avril 2016 : Espace Multiculturel, Grâces (22).
24 avril 2016 : Salle des Fêtes, Clohars-Carnoët (29).
26 mai 2016 : ]cyChez Servane, Chouzé-sur-Loire (37).
27 mai 2016 : CFA de Tours (37).
28 mai 2016 : La Bonne Dame, Champigny-Sur-Veude (37).
31 mai 2016 : L'Auguste Théâtre, Paris 11e.
18 juin 2016 : Festival Broc'Music, Le Belvédère, Champigny-sur-Marne (94).              
2 juillet 2016 : Kiosque du Parc, Malo-Les-Bains (59).
19 juillet 2016 : Festival Les Estivases, Théâtre de l'Ardoise (soirée avec Titi Robin et Medhi Nassouli), Île d'Oléron (17).
20 juillet 2016 : Salle des Fêtes, Saint-Front-d'Alemps (24).
21 juillet 2016 : Place de la Vertu (extérieur, annulation en cas de pluie), Périgueux (24).
22 juillet 2016 : La Casa Casedevant (uniquement sur réservation/renseignements : 06 87 03 81 92), Pau (64).

Tournée 2017/2018

© Déborah Galopin.
© Déborah Galopin.
21 janvier 2017 : Auditorium médiathèque Luxembourg, Meaux (77).
26 janvier 2017 : Saumur (37).
27 janvier 2017 : Salle des fêtes, La Guerche (37).
28 janvier 2017 : La Teinturerie, Richelieu (37).
28 février 2017 : L'Auguste Théâtre, Paris (75).

Mardi 5 décembre 2017 : L'Auguste Théâtre, Pris 11e.
10 février 2018 : Café de la Danse, Paris 11e.
13 février 2018 : Café de la Danse, Paris 11e.
23 février au 3 mars : Atelier Dantza, résidence création et concerts 2 et 3 mars, Pau (64).
8 mars 2018 : Centre culturel, La Nouaille (24).
9 mars 2018 : Centre culturel, Montignac (24).
10 mars 2018 : Le Baz’art, Libourne (33).

Au Café de la Danse à Paris © DR.
Au Café de la Danse à Paris © DR.
11 mars 2018 (date supplémentaire à confirmer) : Le Baz’art, Libourne (33).
23 mars 2018 : Mouscron (Belgique).
24 mars 2018 : Bruxelles (Belgique).
26 avril 2018 : Centre culturel, Sailles (33).
27 avril 2018 à 21h : Julie Lagarrigue invite Lou Casa/Chansons de Barbara, Comptoir Éphémère, Bordeaux (33).
28 avril 2018 : Centre culturel, Lège Cap Ferret (33).

Première publication : 1er février 2016.

Gil Chauveau
Samedi 17 Février 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB


Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2018 ● "Gueule d'Amour - Gainsbourg for ever" de Myriam Grélard

Le parcours d'un Dom juan pas comme les autres à travers le regard de sa sœur jumelle.
De Lucien à Serge, de Juliette à Charlotte… des destinées se croisent, s'aiment, s'enrichissent, se déchirent… pour donner vie à une légende.
L'inspiration que Serge Gainsbourg a trouvée en ces femmes a fait de lui un personnage éternel.

● Avignon Off 2018 ●
"Gueule d'Amour" pour évoquer Serge Gainsbourg semble bien paradoxale, si l'on se souvient qu'il s'identifiait plutôt à un "homme à tête de chou". Et si ce personnage cynique et arrogant qu'il laissait paraître était au fond qu'un être sensible et vulnérable ? Un homme généreux et attachant ? Chéri par sa mère, entouré de deux sœurs, dont une jumelle, Lucien Ginsburg (de son vrai nom) a été dès son plus jeune âge fasciné par les femmes. Complexé par son physique et doté d'une timidité maladive, ses relations avec la gente féminine s'annonçaient compliquées.

Mais voilà que l'homme a hérité d'une culture musicale très riche… et voilà que l'homme a du talent, de l'esprit, qu'il vénère la poésie. Et le voilà avec un charme fou.

J'ai choisi de donner à Liliane, sa sœur jumelle, le rôle de narratrice. Méconnue du grand public et malgré la grande distance qui les séparait, elle ressentait de près ce que vivait son frère. Le but étant de livrer aux spectateurs l'intimité de Serge Gainsbourg d'une façon tendre et fraternelle. Mon fil conducteur est le rapport avec les femmes de sa vie, qu'il soit amical, amoureux ou paternel. Toutes ayant un point commun : l'inspiration qu'elles lui procuraient et qui a fait naître une légende de son vivant… La légende que nous connaissons tous.

Annonce
26/05/2018
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot "L'Occitanie fait son cirque en Avignon"

Pastille 96 du journal du Off

12e édition de ce rendez-vous avec le cirque contemporain dans le off d'Avignon. "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" présente cette année 11 compagnies venues d'Occitanie, de France et d'Europe (Belgique et Catalogne).
En salle, sous chapiteau (climatisés) ou en plein air, un slow festival dans l'effervescence avignonnaise !

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot
Depuis plus de 10 ans, "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" crée l'événement et permet à des compagnies émergentes ou renommées de donner à voir l'ingéniosité et la diversité de la création circassienne d'aujourd'hui.

Pour cette 12e édition, un chapiteau, un dôme et une salle de spectacle (tous climatisés) recréent un véritable village de cirque pour découvrir 11 spectacles d'Occitanie et d'ailleurs.
Un simple pont à traverser depuis la ville intra-muros pour s'offrir une respiration dans l'effervescence du festival, profiter d'une programmation de qualité et se restaurer au bar restaurant à l'ombre du chapiteau d'accueil.

Une opération impulsée par la Région Occitanie avec le soutien de la ville de Toulouse, d'Alès Agglomération, du Grand Auch Cœur de Gascogne et coordonnée par quatre structures représentatives de la filière circassienne en Occitanie : La Verrerie d'Alès, producteur délégué, La Grainerie, Le Lido et CIRCa.

Annonce
06/06/2018
Sortie à la Une

Lili Cros et Thierry Chazelle… Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes

"Peau neuve", Ciné XIII Théâtre, Paris et en tournée

Avec la bonne humeur accrochée en bandoulière et le sourire affiché comme une signature, Lili Cros et Thierry Chazelle, dans une harmonie en habit de duettiste, font "Peau neuve" pour unir leur poétique et charmeuse fraîcheur en un vocal et musical duo de music-hall.

Lili Cros et Thierry Chazelle…  Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes
Dès le début, le ton est donné. On sait qu'on va passer un bon moment, que des éclairs de poésie vont illuminer ce spectacle-concert et que des traits d'humour dessineront des sourires sur nos visages, mais aussi que les textes de chansons et les répliques échangées auront parfois une teneur plus sérieuse, abordant la vieillesse ("Le vieux chien"), la mort d'un ami ("L'éclaireur") - tout en tristesse et tendre beauté, où la voix de Lili bouleverse -, la séparation ("L'anneau"), les problèmes sociaux ("Les petits attributs"), l'enfance meurtrie ("Le petit soldat")…

Mais "Le rythme est amour" et l'harmonisation des voix de Lili Cros et Thierry Chazelle régale, telle une douce friandise, nos pavillons auditifs qui hissent haut… et naviguent - entre acoustique et électrique, entre rire et émotion - sur des musiques au groove chaloupé et sur des phrasés limpides et volubiles, voire aériens et riches en couleurs tonales.

Et l'une des particularités de leur approche artistique de la composition est une pratique bien particulière de la cadence avec des appuis marqués de la voix sur les syllabes accentuées, marquant la répartition rythmique des éléments d'une phrase et créant un système de percussions vocales bâti spécifiquement pour chaque chanson où le procédé est utilisé.

Gil Chauveau
16/04/2018