La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.



© DR.
© DR.
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

© DR.
© DR.
Dans "Tous les passants", le premier titre, la ligne de basse de Julien Aellion est omniprésence, donnant la cadence d'un pas aux sources du primitif. Viennent en parallèle, comme en une liaison mélodique, les ornements presque liturgiques de l'orgue, les frappes sèches et précises des percussions, le phrasé jazzy du piano imprimé avec précision et talent par Fred Casa. Marc Casa pose, sur quelques bouffées venteuses en arrière-plan, une respiration mélodieuse propice aux souvenirs et aux fantômes du texte de Françoise Lo.

Les arabesques harmoniques viennent ensuite naturellement "Sur la place" où les scénettes décrites par Jacques Brel (auteur de ce beau texte allégorique) s'égrainent au son de l'orgue aigre-doux et des riffs parfois déchirants, parfois enjoués du piano. Le chant est sensible, avec des tonalités très masculines… Avec des contours, sur certaines inspirations profondes et intériorisées, étrangement féminines. Souvent, notamment sur le très délicat et charnel "Le bel âge", la voix peut se faire traînante, posant un phrasé élégant et pénétrant sur la portée des émotions.

© DR.
© DR.
Cet EP 6 titres se clôt sur "J'entends sonner le clairon", champ de bataille des amours finis, là où les êtres qui se sont tant aimés, se déchirent et se sont perdus. Un final aux frontières du désespoir mais qui donne l'occasion à Lou Casa de finir sur une magnifique ligne de basse et une interprétation enlevée, presque enflammée sur le chant des amours mortes…

"À ce jour" est une proposition originale et réussie, abordant six chansons qui ne sont pas forcément les plus connues (hormis "Perlimpinpin") du répertoire de Barbara, faite par Lou Casa, un trio qui aborde la musique et les textes de manière très personnelle, voire parfois expérimentales. Sortant du champ habituel des productions souvent trop formatées, voilà un album à écouter d'urgence pour ouvrir nos oreilles à des univers sonores régénérés.

(1) "Perlimpinpin", "Le bel âge" et "J'entends sonner les clairons" : paroles et musique de Barbara.
(2) "Sur la place" : paroles et musique de Brel.
(3) "Tous les passants" : paroles de Françoise Lo et musique de Barbara.
(4) "La belle amour" : paroles de Georges Bérard et musique de Charles Algarra/Barbara.


● Lou Casa "À ce jour".
Label : SPPF les labels indépendants.
Production : Collectif Lou Casa.
Distribution : Musicast Distribution.
Sortie : 15 janvier 2016.

Tournée 2016/2017

30 mars 2016.
Mercredi à 20 h.
1ère partie : Contrebassens & Michael Wookey.
Cafè de la Dance, Paris 11e, réservation en ligne.
>> loucasa-barbara.com

16 avril 2016 : Atelier Ostréicole et musical de Christian de Longcamp, Lestre (50)
22 avril 2016 : Espace Multiculturel, Grâces (22).
24 avril 2016 : Salle des Fêtes, Clohars-Carnoët (29).
26 mai 2016 : ]cyChez Servane, Chouzé-sur-Loire (37).
27 mai 2016 : CFA de Tours (37).
28 mai 2016 : La Bonne Dame, Champigny-Sur-Veude (37).
31 mai 2016 : L'Auguste Théâtre, Paris 11e.
18 juin 2016 : Festival Broc'Music, Le Belvédère, Champigny-sur-Marne (94).              
2 juillet 2016 : Kiosque du Parc, Malo-Les-Bains (59).
19 juillet 2016 : Festival Les Estivases, Théâtre de l'Ardoise (soirée avec Titi Robin et Medhi Nassouli), Île d'Oléron (17).
20 juillet 2016 : Salle des Fêtes, Saint-Front-d'Alemps (24).
21 juillet 2016 : Place de la Vertu (extérieur, annulation en cas de pluie), Périgueux (24).
22 juillet 2016 : La Casa Casedevant (uniquement sur réservation/renseignements : 06 87 03 81 92), Pau (64).

Tournée 2017/2018

© Déborah Galopin.
© Déborah Galopin.
21 janvier 2017 : Auditorium médiathèque Luxembourg, Meaux (77).
26 janvier 2017 : Saumur (37).
27 janvier 2017 : Salle des fêtes, La Guerche (37).
28 janvier 2017 : La Teinturerie, Richelieu (37).
28 février 2017 : L'Auguste Théâtre, Paris (75).

Mardi 5 décembre 2017 : L'Auguste Théâtre, Pris 11e.
10 février 2018 : Café de la Danse, Paris 11e.
13 février 2018 : Café de la Danse, Paris 11e.
23 février au 3 mars : Atelier Dantza, résidence création et concerts 2 et 3 mars, Pau (64).
8 mars 2018 : Centre culturel, La Nouaille (24).
9 mars 2018 : Centre culturel, Montignac (24).
10 mars 2018 : Le Baz’art, Libourne (33).

Au Café de la Danse à Paris © DR.
Au Café de la Danse à Paris © DR.
11 mars 2018 (date supplémentaire à confirmer) : Le Baz’art, Libourne (33).
23 mars 2018 : Mouscron (Belgique).
24 mars 2018 : Bruxelles (Belgique).
26 avril 2018 : Centre culturel, Sailles (33).
27 avril 2018 à 21h : Julie Lagarrigue invite Lou Casa/Chansons de Barbara, Comptoir Éphémère, Bordeaux (33).
28 avril 2018 : Centre culturel, Lège Cap Ferret (33).

Première publication : 1er février 2016.

Gil Chauveau
Samedi 17 Février 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018