La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le compositeur Fabien Touchard : l'écoute, le public et le sens

Fabien Touchard a gravé en 2018 une synthèse de ses créations avec le CD "Beauté de ce monde", en hommage aux poètes qu'il affectionne, et qui porte la marque d'un univers très personnel et inspiré. Rencontre avec un jeune compositeur aux goûts éclectiques et aux ambitions créatrices sans frontières.



© DR.
© DR.
Fabien Touchard, né en 1985, est un de ces prolifiques jeunes compositeurs en passe de révolutionner sereinement la création française, désireux d'ouvrir de nouvelles voies en créant des liens avec d'autres domaines artistiques. Après la parution de son superbe premier disque "Beauté de ce monde", révélant sa quête de styles variés, de techniques instrumentales sophistiquées, d'alliages de timbres inédits et sa passion pour la voix, le compositeur, lauréat de la Fondation Banque Populaire (entre autres prix) revient ici sur son parcours et son univers fortement marqué par la philosophie et la littérature. Et sur son désir de reconnecter la musique contemporaine avec un large public.

Christine Ducq - Dans votre œuvre l'auditeur a-t-il toute sa place ?

Fabien Touchard - Bien sûr, ma musique est faite pour être entendue et pas que par des spécialistes ! Le sens du récit est vital dans mes œuvres, la musique "raconte" quelque chose à l'auditeur. Par ailleurs, il convient de se poser la question du public : quel auditoire pour les musiques "contemporaines" ?

Je me souviens que tout un pan de la musique récente m'a beaucoup intéressé dès l'adolescence. J'ai alors découvert Berio, Ligeti, Messiaen… qui m'ont fasciné. Ce fut une ouverture formidable ainsi qu'une révélation : cela aussi, c'était de la musique, ces sonorités étranges, ce travail complexe sur le timbre, cette musique qu'on qualifie d'atonale (bien que cette expression recouvre beaucoup de choses différentes). Plus tard, je découvris d'autres compositeurs, plus consonants, qui me sont restés chers : Greif, Crumb, Goubaïdoulina, Schnittke…

Ce monde de la musique dite contemporaine est aujourd'hui toujours riche, foisonnant, diversifié. Malheureusement, d'un point de vue "sociologique", il est toujours divisé en deux : ceux qui écrivent pour les ensembles "spécialisés" et ceux qui écrivent pour les musiciens "classiques" (souvent plus consonants). L'auditoire, lui, rétrécit de plus en plus.
Nous avons des ensembles spécialisés capables de déchiffrer les partitions contemporaines les plus complexes. Je travaille moi-même avec des musiciens formidables et de très haut niveau. Pourtant lors des concerts, le public est souvent clairsemé, on a même parfois l'impression qu'il est principalement constitué de compositeurs… le grand public ne connaît pas du tout cet univers, la notion même de "musique contemporaine" n'évoque rien pour la plupart des gens.

© Jean-Baptiste Millot.
© Jean-Baptiste Millot.
Comment contribuer à améliorer cette situation ?

F. T. - Je pense que ce n'est pas démagogique de vouloir écrire une œuvre accessible. Personnellement cela ne m'empêche pas d'écrire exactement la musique que j'ai envie d'écrire. Le non-spécialiste est parfaitement capable d'apprécier une musique exigeante, écrite avec soin, cherchant dans des directions intéressantes. Parfois, les créateurs de l'après-guerre considéraient que si le public appréciait une œuvre, c'était que celle-ci était mauvaise : cette époque est bien révolue. J'aimerais vraiment que la musique qui s'écrit aujourd'hui, comme dans les siècles précédents, renoue avec son public.

Quant aux querelles d'école entre compositeurs, elles n'ont aujourd'hui plus lieu d'être. J'aimerais beaucoup que les compositeurs travaillent ensemble au-delà de leurs divergences esthétiques, j'espère d'ailleurs y contribuer prochainement.

D'un point de vue esthétique, je cherche une musique qui ne connaîtrait aucune "tabula rasa" qui pourrait prendre sa source aussi bien dans le romantisme que dans la musique ancienne ou dans des recherches instrumentales très récentes, et qui resterait ouverte à tous les styles, y compris, pop, rock, etc. Bref, dans mes recherches à venir j'aimerais ouvrir quelques fenêtres et continuer d'élargir les horizons esthétiques. Je pourrais très bien, si l'envie m'en prenait, écrire une pièce qui mélangerait les influences de la polyphonie de la Renaissance, le gospel ou l'électro-acoustique !

Faites-vous partie de ces compositeurs de la néo-tonalité ?

F. T. - Je compose une musique assez consonante, certes, mais je n'aime pas trop le terme de "néo-tonalité". Il faut comprendre qu'il est assez péjoratif, il a pu être utilisé comme synonyme de "passéiste". Même si je reste persuadé que le passé est une matière féconde du présent. J'aime d'ailleurs beaucoup le mot de Guillaume de Machaut : "Moi qui mes chants forge/en l'ancienne et nouvelle forge…". Plus généralement, je crois que nous sommes nombreux, parmi les jeunes compositeurs (ou plus âgés) à vouloir aller au-delà des querelles et des étiquettes. Nous n'avons de carte dans aucun parti !

Pouvons-nous dire que vous avez suivi un cursus classique de conservatoire pour un compositeur ?

F. T. - J'ai étudié l'écriture, l'accompagnement, l'improvisation, l'analyse, l'orchestration… et la composition au CNSMD de Paris. Ces classes ont été l'occasion de rencontrer des futurs collègues et des personnalités musicales aux parcours très variés. J'ai eu la chance de rencontrer dans les murs du conservatoire des musiciens très différents, comme Thierry Escaich, Gérard Pesson, Jean-François Zygel, Alain Louvier, Yan Maresz… J'ai profité de la classe de composition pour expérimenter des choses sur la notation ou le timbre. J'avais une idée déjà assez précise du style que je cherchais en y entrant. Les choses se sont affinées mais la base était déjà là : un désir d'univers harmoniques colorés, d'une écriture vocale simple et claire…

Comme dans la première pièce de votre CD "Beauté de ce monde" pour soprano et orchestre de cordes ?

F. T. - En effet, je voulais mêler dans cette pièce une écriture vocale plutôt opératique, assez "classique", et un travail sur des modes de jeux impossibles avant une époque très récente. Ce mélange des styles et ces passerelles m'intéressent, j'aime relier des univers musicaux différents.

Votre œuvre témoigne d'un intérêt fort pour la poésie. Le titre de votre CD n'est-il pas issu d'un beau poème d'un poète roumain, Ilarie Voronca ?

F. T. - C'est le titre d'un de ses poèmes, qui a été un vrai coup de cœur pour moi en 2016. Je m'intéresse depuis longtemps à la poésie et à la philosophie (Cf ses "Fragments d'après Marc-Aurèle" en 2014, NDLR). Le poème de Voronca que je mets en musique est très épuré, humaniste, touchant… tout simplement lumineux. Je mets également en musique dans le disque des poèmes d'Anne Perrier (une poétesse suisse formidable), de Philippe Jaccottet, Théophile de Viau, Du Bellay ou Yeats. Comme compositeur invité de l'Académie du Festival d'Aix en 2018, j'ai écrit un cycle de mélodies pour ténor et piano, "Ici même", sur des poèmes de Voronca.

Fabien Touchard à la chapelle de Ronchamp © DR.
Fabien Touchard à la chapelle de Ronchamp © DR.
La poésie permet de me spécialiser d'avantage sur le travail autour de la voix parlée ou chantée, avec des chanteurs ou des comédiens (je travaille aussi au Conservatoire National d'Art Dramatique). Je viens de terminer des "Nouveaux Blues", sur un texte de Virginia Woolf, pour l'Ensemble Méliades. On y trouve du blues mais aussi du gospel. La pièce sera créée à Isle le 18 mai. J'ai également achevé un mélodrame pour récitant et ensemble ("Yasilun, prière de la douceur") qui sera donné en septembre au Théâtre de l'Athénée, sur un texte de Mathias Enard, avec Didier Sandre et l'ensemble Les Apaches ; ainsi qu'un cycle sur des poèmes anglais ("The Waves" d'après Virginia Woolf toujours) pour mezzo et viole de gambe qui sera interprété par Anaïs Bertrand et Robin Pharo au Festival Radio-France à Montpellier en juillet 2019.

Dans votre processus créatif, est-ce le texte ou la composition musicale qui préexiste ?

F. T. - Je m'immerge d'abord pendant plusieurs jours dans le texte. Je me laisse porter par les images qu'il fait naître. Ces images deviennent des idées musicales. J'aime prendre le temps de chercher et de méditer sur ce que j'ai envie d'écrire. Le travail sur le rapport texte-musique et sur le sens du texte est sans fin, je suis plus sensible à ce travail dramaturgique qu'au travail sur les phonèmes (le timbre et la matière sonore des mots). Pour le reste, c'est assez simple, je me laisse porter par une "nécessité intérieure". C'est un terme de Kandinsky je crois, je le trouve très beau. Composer est un besoin. Je pense continuer encore longtemps.

Concert-lecture,
17 mars 2019 à 19 h,
au Studio Le Regard du Cygne à Paris (20e),
avec Marlène Goulard (récitante), Anaïs Bertrand (mezzo-soprano), Robin Pharo (viole de gambe).

>> fabientouchard.fr

Christine Ducq
Vendredi 15 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024