La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Panthéon de l’histoire"*... laboratoire de notre modernité !

"La Mort de Danton", MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis

Un grand moment de théâtre samedi à la MC 93. La pièce "La Mort de Danton" de Georg Büchner, grand dramaturge allemand du début du XIXe siècle, nous parle encore en 2012, par son propos et sa modernité. Ce "théâtre de l’histoire", comme l’appelle son metteur en scène Georges Lavaudant, est tout simplement le laboratoire de notre modernité. Avec une grande efficacité.



© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
C’est bien la mission du théâtre, et certains devraient toujours l’avoir à l’esprit (auteurs et metteurs en scène…). Ce spectacle coproduit par la compagnie de Georges Lavaudant et par la Maison de la Culture de Bobigny est passionnant. Il s’inscrit dans nos interrogations politiques et philosophiques du moment - une année d’élections. La traduction de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil était déjà celle adoptée à l’Odéon-théâtre de l’Europe en 2002 par Lavaudant pour sa première mise en scène. Un texte qui impose qu’on le remette à l’honneur dans les grands moments de la vie nationale.

"La Mort de Danton" expose, analyse, rêve deux moments de la Révolution française : le duel terrible entre Robespierre et Danton au printemps 1794 (l’an II de la Révolution), quelques mois après la mise en place du Comité de Salut Public avec sa politique de la Terreur, et ensuite la marche à la mort de Danton avec ses compagnons.

Si la pièce reprend quelque peu (comme le faisait aussi le "Danton" du film d'Andrzej Wajda en 1983) les grandes scènes anthologiques de "l’Histoire de la Révolution française" d'Adolphe Thiers parue au début du XIXe siècle, beaucoup de scènes sont très originales. Produits du cerveau d’un jeune génie précocement disparu (avant ses 24 ans). Qu’on repense aux scènes à la dimension cosmique où les personnages soliloquent et hallucinent le néant de leur condition : le monologue de Robespierre à l’acte I, scène 6. Ou les dernières scènes de l’acte IV, à la Conciergerie, qui voient Danton et ses amis méditer ou s’affoler devant la perspective concrète d’une mort trop proche.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Ecrite à peine quarante ans après les événements racontés (la pièce date de 1835), l’œuvre témoigne de la noblesse et de la nécessité d’un théâtre politique qui s’efforce de rattraper les faits dans un style fait de rapidité et de simplicité. Une écriture, un langage dramatique qui ringardisent instantanément – comme me le faisait remarquer un ami avec son brio habituel !– tous les auteurs français de la même période, les soi-disants révolutionnaires romantiques à la Hugo ou Musset (en exceptant Lorenzaccio peut-être).

Sur les ruines du Romantisme allemand et des Lumières, Georg Büchner jette les bases du théâtre moderne en posant un regard très neuf sur le monde. Mais ce théâtre ne sera ni lu ni joué avant longtemps (la République de Weimar à la fin du XIXe siècle seulement) : imaginez que le jeune homme originaire de la Hesse est le créateur de "Woyzeck", pièce inachevée devenue un opéra d’Alban Berg au XXe siècle, sur la déréliction métaphysique d’un soldat ordinaire. La condition nouvelle du prolétaire !

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Réfugié à Strasbourg, militant révolutionnaire poursuivi par la police de son "pays", dans "La Mort de Danton", Büchner médite sur l’histoire, l’action politique et ses conséquences, et sur la place de l’homme dans le monde. Influencé par Shakespeare, il récuse par une scénographie d’avant-garde (et le refus de la rhétorique en usage) Schiller et tous ses devanciers. Il mêle les registres burlesque et tragique, et la réflexion philosophique alterne avec les scènes cruelles ou oniriques. Les scènes d’intérieur succèdent aux scènes d’extérieur (redoutable défi pour le metteur en scène !) dans une technique déjà cinématographique.

Le génie de Georg Büchner réside dans la manière dont il nous intéresse aux destins des frères ennemis, Danton et Robespierre. Comment il nous passionne et nous bouleverse en exposant les affres, les motivations des actions, des pensées de tous les personnages célèbres ou non. Près d’un siècle avant Freud, le médecin Büchner (car il l’était aussi) épie et révèle les grands mouvements psychiques des hommes : la fascination du néant sous les appétits, le doute et la culpabilité sous les habits de la vertu.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Et quand la décision d’arrêter Danton et ses amis est arrachée à un Robespierre pris de vertige, par Saint-Just l’ange sévère de la "régénération", tous les protagonistes prennent conscience de la vanité, de l’inconséquence et des impasses de l’action politique, même menée au nom du bonheur des hommes. Prophétisant les grandes catastrophes du XXe siècle, "La Mort de Danton" clame comme jamais le danger des idées, des systèmes, et celui, extrême, des grands discours.

Georges Lavaudant et ses acteurs sont à la hauteur des enjeux de la pièce. Chapeau à Patrick Pineau, un Danton, qui fait oublier (et oui !) le prodigieux Gérard Depardieu dans le même rôle (au cinéma). Il restitue par son jeu toute la complexité du personnage et son émouvante humanité. Et quel tribun au Tribunal révolutionnaire ! Enfin un acteur avec un vrai charisme.

Frédéric Borie en Saint-Just est beau et effrayant à souhait. On goûte fort Frédéric Constant en Lacroix, escroc séduisant et plaisant. On est toujours heureux de retrouver sur scène le talentueux François Caron dans le rôle d’Hérault de Seychelle, comme Philippe Morier-Genoud.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Une réserve cependant quant à Gilles Arbona dans le rôle de "l’Incorruptible" : son jeu monolithique, raide, sa diction et son âge ne servent guère les nuances de caractère du personnage. C’est la tragédie d’hommes jeunes qu’on nous raconte, et un débat intérieur authentiquement büchnérien.

La mise en scène, les lumières sont précises, les solutions pertinentes pour les innombrables changements de lieux. Elle atteint au sublime dans les scènes finales avec la projection sur voile d’extraits du "Napoléon" d’Abel Gance (sur le Comité révolutionnaire), et les choix judicieux quant à la représentation des exécutions. Les costumes de Brigitte Tribouilloy confondent subtilement époques et pays (tout en restant jolis), nous rappelant l’universalité du propos. À voir d’urgence !

* Acte I (Danton).

"La Mort de Danton"

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Texte : Georg Büchner.
Traduction : Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil.
Dramaturgie : Daniel Loayza.
Mise en scène : Georges Lavaudant.
Assistante à la mise en scène : Fani Carenco.
Avec : Gilles Arbona, Astrid Bas, Louiza Bentoumi, Frédéric Borie, Patrice Bornand, Jean-Michel Cannone, François Caron, Frédéric Constant, Camille de Sablet, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Émilien Marion, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne.
Décor et costumes : Jean-Pierre Vergier.
Réalisation costumes : Brigitte Tribouilloy.
Son : Jean-Louis Imbert.
Lumières : Georges Lavaudant.

Pièce créée à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, le 25 avril 2002.
Nouvelle production MC93 Bobigny, MC2: (Grenoble) et LG théâtre.
Durée : 3 h et entracte 20 min.

Du 9 mars au 1er avril 2012.
Lundi, vendredi et samedi à 20 h, le mardi à 19 h 30 et le dimanche à 15 h 30.
Relâche mercredi et jeudi.
Théâtre MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis, 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Christine Ducq
Mercredi 14 Mars 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019