Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Panthéon de l’histoire"*... laboratoire de notre modernité !

"La Mort de Danton", MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis

Un grand moment de théâtre samedi à la MC 93. La pièce "La Mort de Danton" de Georg Büchner, grand dramaturge allemand du début du XIXe siècle, nous parle encore en 2012, par son propos et sa modernité. Ce "théâtre de l’histoire", comme l’appelle son metteur en scène Georges Lavaudant, est tout simplement le laboratoire de notre modernité. Avec une grande efficacité.



© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
C’est bien la mission du théâtre, et certains devraient toujours l’avoir à l’esprit (auteurs et metteurs en scène…). Ce spectacle coproduit par la compagnie de Georges Lavaudant et par la Maison de la Culture de Bobigny est passionnant. Il s’inscrit dans nos interrogations politiques et philosophiques du moment - une année d’élections. La traduction de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil était déjà celle adoptée à l’Odéon-théâtre de l’Europe en 2002 par Lavaudant pour sa première mise en scène. Un texte qui impose qu’on le remette à l’honneur dans les grands moments de la vie nationale.

"La Mort de Danton" expose, analyse, rêve deux moments de la Révolution française : le duel terrible entre Robespierre et Danton au printemps 1794 (l’an II de la Révolution), quelques mois après la mise en place du Comité de Salut Public avec sa politique de la Terreur, et ensuite la marche à la mort de Danton avec ses compagnons.

Si la pièce reprend quelque peu (comme le faisait aussi le "Danton" du film d'Andrzej Wajda en 1983) les grandes scènes anthologiques de "l’Histoire de la Révolution française" d'Adolphe Thiers parue au début du XIXe siècle, beaucoup de scènes sont très originales. Produits du cerveau d’un jeune génie précocement disparu (avant ses 24 ans). Qu’on repense aux scènes à la dimension cosmique où les personnages soliloquent et hallucinent le néant de leur condition : le monologue de Robespierre à l’acte I, scène 6. Ou les dernières scènes de l’acte IV, à la Conciergerie, qui voient Danton et ses amis méditer ou s’affoler devant la perspective concrète d’une mort trop proche.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Ecrite à peine quarante ans après les événements racontés (la pièce date de 1835), l’œuvre témoigne de la noblesse et de la nécessité d’un théâtre politique qui s’efforce de rattraper les faits dans un style fait de rapidité et de simplicité. Une écriture, un langage dramatique qui ringardisent instantanément – comme me le faisait remarquer un ami avec son brio habituel !– tous les auteurs français de la même période, les soi-disants révolutionnaires romantiques à la Hugo ou Musset (en exceptant Lorenzaccio peut-être).

Sur les ruines du Romantisme allemand et des Lumières, Georg Büchner jette les bases du théâtre moderne en posant un regard très neuf sur le monde. Mais ce théâtre ne sera ni lu ni joué avant longtemps (la République de Weimar à la fin du XIXe siècle seulement) : imaginez que le jeune homme originaire de la Hesse est le créateur de "Woyzeck", pièce inachevée devenue un opéra d’Alban Berg au XXe siècle, sur la déréliction métaphysique d’un soldat ordinaire. La condition nouvelle du prolétaire !

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Réfugié à Strasbourg, militant révolutionnaire poursuivi par la police de son "pays", dans "La Mort de Danton", Büchner médite sur l’histoire, l’action politique et ses conséquences, et sur la place de l’homme dans le monde. Influencé par Shakespeare, il récuse par une scénographie d’avant-garde (et le refus de la rhétorique en usage) Schiller et tous ses devanciers. Il mêle les registres burlesque et tragique, et la réflexion philosophique alterne avec les scènes cruelles ou oniriques. Les scènes d’intérieur succèdent aux scènes d’extérieur (redoutable défi pour le metteur en scène !) dans une technique déjà cinématographique.

Le génie de Georg Büchner réside dans la manière dont il nous intéresse aux destins des frères ennemis, Danton et Robespierre. Comment il nous passionne et nous bouleverse en exposant les affres, les motivations des actions, des pensées de tous les personnages célèbres ou non. Près d’un siècle avant Freud, le médecin Büchner (car il l’était aussi) épie et révèle les grands mouvements psychiques des hommes : la fascination du néant sous les appétits, le doute et la culpabilité sous les habits de la vertu.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Et quand la décision d’arrêter Danton et ses amis est arrachée à un Robespierre pris de vertige, par Saint-Just l’ange sévère de la "régénération", tous les protagonistes prennent conscience de la vanité, de l’inconséquence et des impasses de l’action politique, même menée au nom du bonheur des hommes. Prophétisant les grandes catastrophes du XXe siècle, "La Mort de Danton" clame comme jamais le danger des idées, des systèmes, et celui, extrême, des grands discours.

Georges Lavaudant et ses acteurs sont à la hauteur des enjeux de la pièce. Chapeau à Patrick Pineau, un Danton, qui fait oublier (et oui !) le prodigieux Gérard Depardieu dans le même rôle (au cinéma). Il restitue par son jeu toute la complexité du personnage et son émouvante humanité. Et quel tribun au Tribunal révolutionnaire ! Enfin un acteur avec un vrai charisme.

Frédéric Borie en Saint-Just est beau et effrayant à souhait. On goûte fort Frédéric Constant en Lacroix, escroc séduisant et plaisant. On est toujours heureux de retrouver sur scène le talentueux François Caron dans le rôle d’Hérault de Seychelle, comme Philippe Morier-Genoud.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Une réserve cependant quant à Gilles Arbona dans le rôle de "l’Incorruptible" : son jeu monolithique, raide, sa diction et son âge ne servent guère les nuances de caractère du personnage. C’est la tragédie d’hommes jeunes qu’on nous raconte, et un débat intérieur authentiquement büchnérien.

La mise en scène, les lumières sont précises, les solutions pertinentes pour les innombrables changements de lieux. Elle atteint au sublime dans les scènes finales avec la projection sur voile d’extraits du "Napoléon" d’Abel Gance (sur le Comité révolutionnaire), et les choix judicieux quant à la représentation des exécutions. Les costumes de Brigitte Tribouilloy confondent subtilement époques et pays (tout en restant jolis), nous rappelant l’universalité du propos. À voir d’urgence !

* Acte I (Danton).

"La Mort de Danton"

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Texte : Georg Büchner.
Traduction : Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil.
Dramaturgie : Daniel Loayza.
Mise en scène : Georges Lavaudant.
Assistante à la mise en scène : Fani Carenco.
Avec : Gilles Arbona, Astrid Bas, Louiza Bentoumi, Frédéric Borie, Patrice Bornand, Jean-Michel Cannone, François Caron, Frédéric Constant, Camille de Sablet, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Émilien Marion, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne.
Décor et costumes : Jean-Pierre Vergier.
Réalisation costumes : Brigitte Tribouilloy.
Son : Jean-Louis Imbert.
Lumières : Georges Lavaudant.

Pièce créée à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, le 25 avril 2002.
Nouvelle production MC93 Bobigny, MC2: (Grenoble) et LG théâtre.
Durée : 3 h et entracte 20 min.

Du 9 mars au 1er avril 2012.
Lundi, vendredi et samedi à 20 h, le mardi à 19 h 30 et le dimanche à 15 h 30.
Relâche mercredi et jeudi.
Théâtre MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis, 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Christine Ducq
Mercredi 14 Mars 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021