Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Le Panthéon de l’histoire"*... laboratoire de notre modernité !

"La Mort de Danton", MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis

Un grand moment de théâtre samedi à la MC 93. La pièce "La Mort de Danton" de Georg Büchner, grand dramaturge allemand du début du XIXe siècle, nous parle encore en 2012, par son propos et sa modernité. Ce "théâtre de l’histoire", comme l’appelle son metteur en scène Georges Lavaudant, est tout simplement le laboratoire de notre modernité. Avec une grande efficacité.



© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
C’est bien la mission du théâtre, et certains devraient toujours l’avoir à l’esprit (auteurs et metteurs en scène…). Ce spectacle coproduit par la compagnie de Georges Lavaudant et par la Maison de la Culture de Bobigny est passionnant. Il s’inscrit dans nos interrogations politiques et philosophiques du moment - une année d’élections. La traduction de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil était déjà celle adoptée à l’Odéon-théâtre de l’Europe en 2002 par Lavaudant pour sa première mise en scène. Un texte qui impose qu’on le remette à l’honneur dans les grands moments de la vie nationale.

"La Mort de Danton" expose, analyse, rêve deux moments de la Révolution française : le duel terrible entre Robespierre et Danton au printemps 1794 (l’an II de la Révolution), quelques mois après la mise en place du Comité de Salut Public avec sa politique de la Terreur, et ensuite la marche à la mort de Danton avec ses compagnons.

Si la pièce reprend quelque peu (comme le faisait aussi le "Danton" du film d'Andrzej Wajda en 1983) les grandes scènes anthologiques de "l’Histoire de la Révolution française" d'Adolphe Thiers parue au début du XIXe siècle, beaucoup de scènes sont très originales. Produits du cerveau d’un jeune génie précocement disparu (avant ses 24 ans). Qu’on repense aux scènes à la dimension cosmique où les personnages soliloquent et hallucinent le néant de leur condition : le monologue de Robespierre à l’acte I, scène 6. Ou les dernières scènes de l’acte IV, à la Conciergerie, qui voient Danton et ses amis méditer ou s’affoler devant la perspective concrète d’une mort trop proche.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Ecrite à peine quarante ans après les événements racontés (la pièce date de 1835), l’œuvre témoigne de la noblesse et de la nécessité d’un théâtre politique qui s’efforce de rattraper les faits dans un style fait de rapidité et de simplicité. Une écriture, un langage dramatique qui ringardisent instantanément – comme me le faisait remarquer un ami avec son brio habituel !– tous les auteurs français de la même période, les soi-disants révolutionnaires romantiques à la Hugo ou Musset (en exceptant Lorenzaccio peut-être).

Sur les ruines du Romantisme allemand et des Lumières, Georg Büchner jette les bases du théâtre moderne en posant un regard très neuf sur le monde. Mais ce théâtre ne sera ni lu ni joué avant longtemps (la République de Weimar à la fin du XIXe siècle seulement) : imaginez que le jeune homme originaire de la Hesse est le créateur de "Woyzeck", pièce inachevée devenue un opéra d’Alban Berg au XXe siècle, sur la déréliction métaphysique d’un soldat ordinaire. La condition nouvelle du prolétaire !

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Réfugié à Strasbourg, militant révolutionnaire poursuivi par la police de son "pays", dans "La Mort de Danton", Büchner médite sur l’histoire, l’action politique et ses conséquences, et sur la place de l’homme dans le monde. Influencé par Shakespeare, il récuse par une scénographie d’avant-garde (et le refus de la rhétorique en usage) Schiller et tous ses devanciers. Il mêle les registres burlesque et tragique, et la réflexion philosophique alterne avec les scènes cruelles ou oniriques. Les scènes d’intérieur succèdent aux scènes d’extérieur (redoutable défi pour le metteur en scène !) dans une technique déjà cinématographique.

Le génie de Georg Büchner réside dans la manière dont il nous intéresse aux destins des frères ennemis, Danton et Robespierre. Comment il nous passionne et nous bouleverse en exposant les affres, les motivations des actions, des pensées de tous les personnages célèbres ou non. Près d’un siècle avant Freud, le médecin Büchner (car il l’était aussi) épie et révèle les grands mouvements psychiques des hommes : la fascination du néant sous les appétits, le doute et la culpabilité sous les habits de la vertu.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Et quand la décision d’arrêter Danton et ses amis est arrachée à un Robespierre pris de vertige, par Saint-Just l’ange sévère de la "régénération", tous les protagonistes prennent conscience de la vanité, de l’inconséquence et des impasses de l’action politique, même menée au nom du bonheur des hommes. Prophétisant les grandes catastrophes du XXe siècle, "La Mort de Danton" clame comme jamais le danger des idées, des systèmes, et celui, extrême, des grands discours.

Georges Lavaudant et ses acteurs sont à la hauteur des enjeux de la pièce. Chapeau à Patrick Pineau, un Danton, qui fait oublier (et oui !) le prodigieux Gérard Depardieu dans le même rôle (au cinéma). Il restitue par son jeu toute la complexité du personnage et son émouvante humanité. Et quel tribun au Tribunal révolutionnaire ! Enfin un acteur avec un vrai charisme.

Frédéric Borie en Saint-Just est beau et effrayant à souhait. On goûte fort Frédéric Constant en Lacroix, escroc séduisant et plaisant. On est toujours heureux de retrouver sur scène le talentueux François Caron dans le rôle d’Hérault de Seychelle, comme Philippe Morier-Genoud.

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Une réserve cependant quant à Gilles Arbona dans le rôle de "l’Incorruptible" : son jeu monolithique, raide, sa diction et son âge ne servent guère les nuances de caractère du personnage. C’est la tragédie d’hommes jeunes qu’on nous raconte, et un débat intérieur authentiquement büchnérien.

La mise en scène, les lumières sont précises, les solutions pertinentes pour les innombrables changements de lieux. Elle atteint au sublime dans les scènes finales avec la projection sur voile d’extraits du "Napoléon" d’Abel Gance (sur le Comité révolutionnaire), et les choix judicieux quant à la représentation des exécutions. Les costumes de Brigitte Tribouilloy confondent subtilement époques et pays (tout en restant jolis), nous rappelant l’universalité du propos. À voir d’urgence !

* Acte I (Danton).

"La Mort de Danton"

© Victor Tonnelli/ArtComArt.
© Victor Tonnelli/ArtComArt.
Texte : Georg Büchner.
Traduction : Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil.
Dramaturgie : Daniel Loayza.
Mise en scène : Georges Lavaudant.
Assistante à la mise en scène : Fani Carenco.
Avec : Gilles Arbona, Astrid Bas, Louiza Bentoumi, Frédéric Borie, Patrice Bornand, Jean-Michel Cannone, François Caron, Frédéric Constant, Camille de Sablet, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Émilien Marion, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne.
Décor et costumes : Jean-Pierre Vergier.
Réalisation costumes : Brigitte Tribouilloy.
Son : Jean-Louis Imbert.
Lumières : Georges Lavaudant.

Pièce créée à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, le 25 avril 2002.
Nouvelle production MC93 Bobigny, MC2: (Grenoble) et LG théâtre.
Durée : 3 h et entracte 20 min.

Du 9 mars au 1er avril 2012.
Lundi, vendredi et samedi à 20 h, le mardi à 19 h 30 et le dimanche à 15 h 30.
Relâche mercredi et jeudi.
Théâtre MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis, 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Christine Ducq
Mercredi 14 Mars 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020