La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Grande Marée" Une quête allégorique pour redécouvrir cette Atlantide en chacun de nous

En 1989, un petit groupe de philosophes de la Freie Universität de Berlin, mené par le philosophe Ulrich Sonneman et l'anthropologue Dietrich Kamper, prévoit d'organiser une ambitieuse expédition maritime à la recherche de l'Atlantide, convaincu que l'engloutissement de la cité mythique se trouve à l'origine de notre fascination inconsciente pour la fin du monde. L'enjeu est moins de retrouver les traces de la civilisation atlante que de revenir sur les lieux de ce qui serait le traumatisme inaugural de la civilisation occidentale (l'engloutissement de l'Atlantide) et, ce faisant, réconcilier l'humanité avec la fin du monde qui la hante.



© Louise Quignon.
© Louise Quignon.
Ce voyage n'aura finalement pas lieu, faute de financement, mais aussi à cause de la chute du mur de Berlin. Cette quête avortée emportera pourtant l'auteur Martin Mongin et il décide de partir à la recherche de ses anciens membres et d'en faire un objet d'enquête. Plus de trente ans après, Simon Gauchet, ses autrices et auteurs partent sur les traces de cette expédition. Ils et elles parcourent aussi bien le réel que le temps et les rêves… Leur quête les rapproche inexorablement de la cité engloutie.

J'étais impatiente de retrouver sur scène les comédiens et comédiennes de l'École Parallèle Imaginaire (EPI) tant leur spectacle précédent, le Beau Monde, m'avait séduite. Il y était question de redécouvrir la beauté de notre XXIe siècle, de sonder sa mémoire sans oublier l'oubli qui y est nécessairement attenant. Ce nouveau spectacle, quant à lui, est un véritable voyage métaphysique au cœur de l'intime, de l'inconscient collectif et de ce qui est enfoui en nous et hors de nous, le tout, à travers le mystère de l'Atlantide et, tout compte fait, de l'idée de mémoire surtout… Au terme de la représentation, il se pourrait bien que le propos de cette dernière se poursuive longtemps dans les rêves des spectatrices et spectateurs…

© Louise Quignon.
© Louise Quignon.
"La création "La Grande Marée" est constituée de deux spectacles : le premier a lieu sur la scène avec des actrices et des acteurs bien réels(elles). Le deuxième, le vrai, a lieu la nuit qui suit, dans les rêves du public", EPI.

Pour bâtir ce spectacle, les comédiennes et comédiens ont œuvré à mettre en place sept "immersions" entre janvier 2022 et septembre 2023. Temps de "dramaturgie incarnée", ces immersions résidences ont fait naître des expériences et des souvenirs communs, mais, surtout, une façon d'écrire du théâtre en marchant sur les rochers entre le Cap Fréhel, la baie du Mont-Saint-Michel, le site mégalithique de Saint-Just, la caldeira de Santorin, la barre d'Etel, la grotte de Cougnac ou encore la plaine de Crau.

Un projet ambitieux, à n'en point douter, mais rien ne semble pouvoir arrêter les initiatives de l'EPI dont le processus singulier de création questionne nos capacités d'imagination, nos rituels communs et nos territoires mentaux "géographiques", en faisant s'entrechoquer de façon subtile et hautement créatrice réalité et fiction.

C'est la grande créativité présente dans le spectacle précédent, "Le Beau Monde", qui m'avait déjà séduite et ce nouveau spectacle n'est pas en reste. Il commence par l'évocation de rêves que la troupe aurait fait la nuit précédant le spectacle et dont l'évocation, avant chaque répétition, était devenue un rituel… à moins que ce ne soit ceux de quelques membres du public, car un numéro de téléphone disponible sur le programme permet d'appeler et de les raconter. Démarche originale, s'il en est, mais, encore une fois, avec ces amis de l'EPI, tout est décidément possible dès lors qu'il s'agit de transmission et de partage !

© Louise Quignon.
© Louise Quignon.
Puis, dans un second temps, le spectacle va se centrer sur le mythe de l'Atlantide de façon fragmentée et hautement jouissive pour le public qui prend un plaisir notoire à l'évocation de ce dernier. La scénographie offre des manipulations à vue, fluides et ingénieuses, orchestrées par les quatre comédiennes et comédiens, épaulés(es) aussi par un régisseur machiniste, notamment celles des toiles de décors immenses, hissées telles des voiles de bateaux et flottant de manière très harmonieuses au-dessus du plateau.

C'est exceptionnellement beau et rien n'interrompt le récit pourtant morcelé dans lequel le public pourrait se perdre. Cela aurait pu être le cas tant le spectacle vogue ici et là, à la fois entre cette évocation de la disparition de l'Atlantide, la rencontre entre Dietrich Kamper et la journaliste Brigitte Salino qui aurait écrit un article dans Le Monde autour de l'expédition, le passage interprété avec grande poésie par la comédienne Cléa Laizé dans la plaine de Crau, la bien jolie imagerie d'une exploration souterraine, casques et lampes frontales sur la tête ou, encore, celle hautement remarquable des animaux aquatiques.

Notons ici, la prouesse toute particulière de Rémi Fortin dont j'avais déjà repéré le talent dans les pantomimes des animaux de la jungle du Beau Monde. Ce comédien vit littéralement son art corps et âme, jusqu'au bout des ongles. C'en est impressionnant, mais tellement naturel.

© Louise Quignon.
© Louise Quignon.
Au terme du spectacle, comme déjà mentionné plus haut, "La Grande Marée" ne quitte pas la mémoire du spectateur ni de la spectatrice, tant il soulève, par l'écriture brillante de Martin Mongin, la force inébranlable de notre inconscient collectif, notre besoin paradoxal de penser la fin du monde via indirectement le mythe de l'Atlantide, ou encore notre besoin d'imaginaire. "L'Art, c'est l'imaginaire (…). Le Voyage, on peut le faire en deçà, il faut aller le chercher ailleurs et il peut engendrer les rêves. Il y a les livres pour se souvenir et si notre mémoire en disait davantage ?". Ce à quoi, nous pourrions rajouter : "et notre capacité d'oublier ?".

En tout cas, je ne suis pas prête d'oublier cette expédition théâtrale programmée au Théâtre de la Bastille jusqu'au 24 novembre, admirablement pensée et mise en scène par Simon Gauchet. Parions que ses origines bretonnes et son passage au TNB et les Beaux-Arts de Rennes lui ont insufflé un mental de granit et une foi bien assise dans l'idée que nous avons sans doute toutes et tous une Atlantide en nous et que, peut-être, vivre notre petite vie, c'est précisément tenter de le découvrir.

La Grande Marée est, à bien y regarder, une virevoltante allégorie de ce qui peut être enfoui en chacun d'entre nous et "s'il y a des choses qu'on fait dans la vie qui n'ont aucun écho", gageons que ce spectacle exceptionnel à plusieurs niveaux aura de nombreux échos pendant longtemps auprès de ceux et celles qui auront eu la chance de pouvoir y assister !

"La Grande Marée"

Création 2023.
Texte : Martin Mongin.
Conception : Simon Gauchet.
Assistante à la mise en scène : Nathanaëlle Le Pors.
Avec : Gaël Baron, Yann Boudeau, Rémi Fortin et Cléa Laizé
Collaboration artistique : Éric Didry.
Musique : Joachim Pavy
Scénographie: Olivier Brichet et Simon Gauchet.
Conseil scientifique : Constantin Rauer.
Lumières : Claire Gondrexon
Costumes : Léa Gadbois Lamer.
Accompagnement et conseil : Frédérique Payn.
Par l'École Parallèle Imaginaire.
Durée : environ 2 h.

Du 9 au 24 novembre 2023.
Du lundi au vendredi à 20 h, samedi 18 h.
Théâtre de la Bastille, Paris 11e, 01 43 57 42 14.
>> theatre-bastille.com

Tournées
Du 28 novembre au 1er décembre 2023 : TU (en collaboration avec le Grand T), Nantes (44).
13 et 14 décembre 2023 : La Passerelle, Saint-Brieuc (22).
18 mai 2024 : Le Tangram, Évreux-Louviers (27).

Brigitte Corrigou
Vendredi 17 Novembre 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024