La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Journal d'un corps" Mémoires d'outre-corps, là où l'homme prend racine…

Alors qu'une litanie de dates, scandant les âges de l'existence d'un homme passé le plus naturellement du monde de vie à trépas, s'affichent sur un panneau médian, l'acteur - Jean-Marie Broucaret, lui au mieux de sa forme - parcourt avec envie ce marathon à haute intensité romanesque. Adapter à la scène l'œuvre éponyme de Daniel Pennac (quelque quatre cents pages) n'est en effet pas mince épreuve… surtout lorsque l'on sait que la metteure en scène, Catherine Mouriec, a pour charge de diriger au plateau son mentor susnommé du Théâtre des Chimères dont elle assure désormais la direction artistique.



© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Marquant un temps d'arrêt, chaussant ostensiblement ses lunettes, le comédien - mine réjouie - adresse un regard complice vers la salle. Ce rite introduira immanquablement chacun des six épisodes, créant d'emblée le lien entre les personnages qu'il s'emploie à faire vivre et nous, spectateurs d'un drame (au sens théâtral d'action se déroulant jusqu'à un dénouement) existentiel émaillé de saillies picaresques qui ne sont pas sans nous parler intimement… Liasse du journal en main - celui du défunt dont il a fait "cadeau post mortem" à sa fille -, le narrateur incarné par l'acteur va ainsi allègrement parcourir aventures et mésaventures, toutes contées - y compris les plus tragiques - avec un humour distancié rendant savoureux et vivifiants les incidents et accidents de vie.

Septembre 1936. 12 ans, bientôt 13. L'événement fondateur, le nœud gordien aux origines de ce journal, la scène primitive ancrée en lui… Une peur sacrilège ressentie alors que, attaché à un arbre par ses coreligionnaires lors d'un jeu scout, sa raison perd pied à la vue d'une fourmilière prête - s'imagine-t-il - à dévorer ses entrailles. L'humiliation causée alors par ses sphincters lâchant prise sous l'effet de la terreur. Le renvoi honteux du camp scout… Autant de traumatismes à expurger en décrétant que le corps ne sera plus jamais soumis à l'emprise de l'imagination via la tenue d'un journal assurant les frontières entre corps et esprit.

29 octobre 2010. 87 ans, 19 jours. L'annonce de la fin imminente. La peur enfin vaincue.

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Entre ces deux dates, vivra couchée sur le papier et debout devant nous une saga familière, peuplée de personnes aimantes et aimées, à part la mère revêche et peu amène. Il y aura Dodo, le petit frère imaginaire, avec lequel il dialogue jusqu'à ses derniers mots. Violette, sa Nounou qui lui "a donné corps" et à qui il voue une passion filiale. Son père complice, rentré gazé de la Grande Guerre, disparu à ses dix ans, secondé par l'Oncle Georges qui prendra soin de lui. Mona, "la femme majuscule" mère de ses enfants, Bruno et Lison l'héritière de ce journal. Suzanne la Québécoise libérée, à l'accent chaleureux et auteure de sa première expérience sexuelle. Fanche, l'amie résistante. Tijo, le neveu truculent de Violette, personnage brûlant sa vie et ami de cœur. Sans oublier son cher petit-fils, Grégoire, dont il a déterminé - aux rires de ce dernier - sa double vocation : celle de médecin, pour sauver son grand-père, et celle d'homosexuel, pour enfant être allé voir en sa compagnie un film avec un acteur beau mec…

Toutes et tous constituent le combustible hautement inflammable de cette épopée irradiant l'espace-temps de quelque soixante-quinze années. Interprétés avec humour - et un amour palpable - par le comédien les incarnant tour à tour avec gourmandise, les personnages grandissent, trébuchent, se relèvent, exultent et meurent pour certains. Ainsi va la vie qu'à la fin, on meurt. Mais la mort, lorsqu'elle clôt une existence vécue avec envie, n'est en rien tragique, elle est à vivre comme une ponctuation de ce qui a été.

"Tu ne ressembles absolument à rien !" avait crié la mère, très colère après le renvoi de son rejeton du camp scout. Ce à quoi le père, s'il avait été encore de ce monde, lui aurait répondu : "Un garçon qui ne ressemble absolument à rien, c'est très intéressant ça !". L'écorché vif (sic) du Petit Larousse devint illico le modèle identificatoire du héros de cette histoire. Après l'expérience fondatrice de l'éjaculation nocturne, il expérimentera celle du "passage de l'équilibriste", ce moment hautement jouissif au bord du cratère, juste avant l'apothéose de l'éruption. De ces exploits naîtra un jeu de l'oie érotique, avec un pot commun destiné à financer le dépucelage de cette confrérie en quête de féminin. Plus tard, ce jeu de l'oie sera remis à Grégoire, le petit-fils, le consolant d'avoir été surpris "se prenant en main".

Ainsi en va-t-il des transmissions éducatives vécues sans tabou ni tromperie. Et lorsque devenu jeune homme, en lisant "Le Contrat social" (sic), il constate un raidissement soudain de son sexe, c'est pour souligner la surprise qu'aurait été celle de Jean-Jacques Rousseau s'il avait pu voir l'effet produit par son ouvrage savant. L'humour à fleur de peau… De même, lorsque tétanisé par une jeune fille dénudée s'offrant à lui, son sexe pointe aux abonnés absents, c'est pour déplorer qu'entre les jambes de l'écorché de Monsieur Larousse, il n'y ait rien, une absence abyssale de réponse à ses interrogations existentielles.

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Changeant de siège lorsqu'il s'adresse à Lison, le narrateur-acteur dans les épisodes consacrés à la maturité et à la vieillesse accumulera - avec le même humour malicieux - les penchants hypocondriaques démesurés du héros dont il se fait le porte-parole mimétique. Un moment d'exception, celui de l'ablation du polype obstruant sa narine gauche, à se tordre… de rire, tant les mimiques du comédien relèvent d'un art expressionniste élaboré. Quand viendront les atteintes du corps se faisant pour de vrai défaillant, le bail signé avec lui s'achevant, la surabondance un brin complaisante des détails fournis généreusement pourrait apparaître superfétatoire… sauf que l'humour, omniprésent, aide fabuleusement à faire passer la pilule.

À roman-fleuve, feuilleton théâtral idoine. Le spectateur téméraire avait le choix entre la version intégrale de sept heures de représentation, agrémentées de quelques respirations, et la formule "light" de trois soirées complètes regroupant chacune deux épisodes d'une heure dix minutes. À notre connaissance, aucun de ceux ayant eu la curiosité de pousser les portes du charmant petit Théâtre des Beaux-Arts n'a succombé à ce déluge de mots articulés à un corps vibrant de ces vies minuscules transcendées.

Tout au contraire, porté non sans bonheur par la verve des péripéties s'enchainant au rythme des événements tramant une existence "extra-ordinaire" bornée par les pertes inéluctables et les ravissements extrêmes, le spectateur devient personnage auto-proclamé de cette saga sortie de l'imaginaire fécond de l'auteur de "Terminus Malaussène". Une sorte d'incorporation vivifiante à portée de main.

Vu les mercredi 12 (épisodes 1 et 2), jeudi 13 (épisodes 3 et 4) et vendredi 14 avril 2023 (épisodes 5 et 6) au Théâtre des Beaux-Arts de Bordeaux.

"Journal d'un corps"

© Guy Labadens.
© Guy Labadens.
Texte : Daniel Pennac.
Mise en scène : Catherine Mouriec.
Avec : Jean-Marie Broucaret.
Création lumière : Laurent Davaille.
Par le Théâtre des Chimères.
Durée : 7 h dans sa version intégrale et en trois soirées de 2 h 20 chacune.

A été représenté du mercredi 5 au samedi 8 avril et du mercredi 12 au samedi 15 avril 2023, comme suit : le mercredi à 20 h (épisodes 1 et 2), le jeudi à 20 h (épisodes 3 et 4), le vendredi à 20 h (épisodes 5 et 6) et l'intégrale le samedi de 15 h à 23 h 30.

Tournée
2 décembre 2023 : épisodes 3, 4, 5 et 6 à la Médiathèque de Pey (40)

Yves Kafka
Mardi 25 Avril 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
14/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024