La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Faites l'amour… pas des gosses

La chronique d'Isa-belle L

Madame Comédie "Bastille" - honneur à la femme - et Monsieur Théâtre "De la ville" ont un point commun : tous deux sont parisiens. Madame Comédie "Bastille" a 32 ans. En pleine force de l'âge. Monsieur "De la ville" est plus âgé. Il est né, paraît-il, au XIXe… Quelle santé !



© DR.
© DR.
Ils sont invités chez Hôtel "De ville", se retrouvent au buffet et un dialogue (imaginé) commence entre deux gorgées de pinard…

Scène 1
- Bonsoir Monsieur "De la ville", vous me reconnaissez ?
(Hésitation de "De la ville", puis moue, puis sourire pincé)
- Plus ou moins à vrai dire, ravivez-moi à votre souvenir ?
(Rire de "Bastille").
- Comme vous parlez bien "De la ville"!… Même après deux verres de vin. Nous nous sommes déjà croisés l'an passé. Je suis une admiratrice de votre théâtre, comme d’ailleurs ceux de tous vos copains ici présents, mais le temps me manque pour m'y rendre cette année. Malheureusement.
- Quel dommage ! En effet. À ce propos, avez-vous vu la dernière création de James Thierrée ? Au Rond-Point ? Un bijou. Nous la programmerons sûrement, qui sait ?
- C'est toujours mieux de programmer un spectacle quand on l'a vu…
(Silence gêné de "De la ville")
- C'est original la verrine avec tout un tas de petites choses dedans… (un temps) Et alors, le James Thierrée ?
- Je ne pouvais pas. (À elle-même) Il le fait exprès, je viens de le dire. (À "De la ville") : C'était la première semaine d'exploitation du spectacle "Faites l'amour… pas des gosses" avec le nouveau casting. Peut être en avez vous entendu parler ?
(Rires de "De la ville" puis légère toux).
- Pardon… Hum… Euh… Vous dites "On ne badine pas avec l'amour" ?
(Sourire de "Bastille")
- Non "De la ville" j'ai dit : "Faites l'amour… pas des gosses" de Sophie Depooter et Sacha Judaszko, avec Erwan Orain et Élodie Godart.
- "Jean-Luc Godard" a une fille alors ?
- Non, aucun lien de parenté, c'est "Godart" avec un "T". Ceci dit, ça se pourrait puisqu'elle est comédienne. Beaucoup de nos artistes "modernes" sont fils ou filles d'acteurs, de metteurs en scène…

© DR.
© DR.
- Oui ! Enfin… le talent n'est pas toujours héréditaire.
- Vous dites ça pour James Thierrée ?
- Vous plaisantez, j'espère ? Ce petit est un génie.
- Je blaguais "De la ville", détendez-vous ! Je me permets, entre nous, hein ? de vous dire que j'ai assisté au spectacle "Tabac rouge" et je n'ai rien compris. Bon ! L’avis de "Bastille" j'imagine que "De la ville s'en fout" mais je le dis.
- Quel succès pourtant ! Et très grand Denis Lavant.
- Il est plutôt petit, Denis, non ?
- Vous êtes une marrante ! Si vos troupes prennent l'assaut du plateau avec ce genre de vannes, vous frôlez la révolution, "Bastille". (De la ville s'esclaffe)
- Amusant ! Sachez Monsieur, que nous refusons du monde pour "Faites l'amour… pas des gosses". La pièce est plébiscitée par le public et se joue quasi chaque jour à guichets fermés. Même à Pâques, on a fait complet. Je dirai que le public est… comment vous dites, vous ? Dans votre monde. Ah ! Éclectique. Je suis très fière de cette pièce et nous continuons jusqu'en décembre… imaginez ! "De la ville", pareille pièce chez vous ? Vous ne seriez pas intéressé ? Ou votre associée "Abbesses", peut-être ?
(Étouffement foie gras de "De la ville")
- Et bien… Euh… Non ! C'est trop… Euh… Pas assez… Enfin ! Vous voyez ?
- Non ! Pas vraiment. Vous voulez dire pas assez… dansant ?
- Exactement ! Notre théâtre aime en effet programmer les ballets contemporains, les spectacles… Euh… La musique du monde… (Bastille le coupe)
- Et des personnes identifiées… Ah ! Si au nom "Godart" il y avait eu un "D"…
- Mais cela n'a rien à voir Madame "Bastille", on ne programme pas en fonction des lettres de l'alphabet… (De la ville ne comprend pas toujours ce qu'il dit) Et, euh… je suis persuadée qu'elle est bourrée de talent, Mélodie Godart, avec un "T" (Sourire pincé de "De la ville")
- Exactement. Avec un "T" comme Denis Lavant. Mademoiselle Godart - je me permets cette allusion à Mademoiselle Sarah Bernhardt - Élodie Godart est une jouisseuse de vie et la comédie est son adrénaline. Elle est perfectionniste, généreuse, drôle et vive. Jamais elle n'ennuie le spectateur. Personne ne quitte la salle ni ne baille - j'observe vous savez ! Je ne programme pas n'importe quoi. Une belle nature. Comme son acolyte : Erwan Orain. Du coffre, de l'énergie et un beau visage pour rester poli. À eux deux, ils unissent voix et énergie pour offrir au public ce qu'il est venu chercher : du plaisir. Et je vais vous surprendre mais le public de ma Comédie, cher Monsieur "De la ville", vient au théâtre et en redemande du plaisir.
- Chez nous aussi le public est ravi. Bien que notre sélection puisse vous sembler ciblée. Je crois juste que nos portes ne s'ouvrent pas sur les mêmes horizons. Je crains que le spectacle… là… euh "faites l'amour à Saragosse" se sente… moins à sa place sur notre ligne artistique, vous voyez ?

© DR.
© DR.
- Oui ! Et sans lunettes.
(De la ville sourit, pincé)
- Je sais que vous comprenez. Vous cherchez à me provoquer… Vous êtes une sacrée ! Madame "Bastille".
- Une sacrée ? … Coquine ?
- Du tout ! Enfin… tout de même ! Nous sommes à l'hôtel "De ville" Madame "Bastille" !
- Oui Monsieur "De la ville", et ici on n'aime pas trop la Comédie.
- Madame "Bastille", seriez-vous un tantinet en colère ?
- J'adore la question. Elle me rappelle cet homme, le frère de ce producteur là… bref ! Il m'a dit :"je n'ai rien contre vous et votre programmation, Bastille, mais les gens veulent du Racine, du Shakespeare, du Molière…et du Lagarce pour le contemporain. Du texte, du dramaturge français qui sait écrire le théâtre. Avec un grand T. Comme celui d'Élodie Godart, vous voyez ?
- Le public doit s’habituer…
- Bien sûr… et Shakespeare est français ! (Silence) "Apprends ce que tu ignores, c'est à dire tout"
- C'est de vous ?
- Non ! De Sarah Bernhardt. Bernhard-TE. (Un temps) Laissez-moi deviner Monsieur "De la ville", Sophie Depooter - l’auteure de la pièce - vous la connaissez ?
- Euh… Mumm, Depooter… un lien avec Harry ? (Il glousse)… Potter ? Vous avez saisi ?

- Quel humour ! Mettez vous au stand-up ! Je suis certaine que sur deux lignes vous serez déjà subventionné par Hôtel "De ville". (Silence) Bien. Sur ce, je vous salue monsieur "De la ville" et vais d'un pas rapide retrouver mes deux comédiens. À l'heure qu'il est, Élodie Godart et Erwan Orain, ont terminé. Ils méritent un baiser. Venez me voir à l'occasion, pour vous ce sera gratuit. Une place de la "Bastille" pour "De la ville", ça restera privé. Promis !

Fin de la première scène.

"Faites l'amour… pas des gosses"

© DR.
© DR.
Texte : Sophie Depooter et Sacha Judaszko.
Metteurs en scène : Sophie Depooter, Sacha Judaszko.
Avec en alternance : Aline Gaillot ou Elodie Godart, Sam Blaxter ou Erwan Orain.

Jusqu'à fin août 2017.
Du mardi au samedi à 19 h 30, samedi à 16 h et dimanche à 15 h et 19 h.
Comédie Bastille, Paris 11e, 01 48 07 52 07.
>> comedie-bastille.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 26 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020