La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Faites l'amour… pas des gosses

La chronique d'Isa-belle L

Madame Comédie "Bastille" - honneur à la femme - et Monsieur Théâtre "De la ville" ont un point commun : tous deux sont parisiens. Madame Comédie "Bastille" a 32 ans. En pleine force de l'âge. Monsieur "De la ville" est plus âgé. Il est né, paraît-il, au XIXe… Quelle santé !



© DR.
© DR.
Ils sont invités chez Hôtel "De ville", se retrouvent au buffet et un dialogue (imaginé) commence entre deux gorgées de pinard…

Scène 1
- Bonsoir Monsieur "De la ville", vous me reconnaissez ?
(Hésitation de "De la ville", puis moue, puis sourire pincé)
- Plus ou moins à vrai dire, ravivez-moi à votre souvenir ?
(Rire de "Bastille").
- Comme vous parlez bien "De la ville"!… Même après deux verres de vin. Nous nous sommes déjà croisés l'an passé. Je suis une admiratrice de votre théâtre, comme d’ailleurs ceux de tous vos copains ici présents, mais le temps me manque pour m'y rendre cette année. Malheureusement.
- Quel dommage ! En effet. À ce propos, avez-vous vu la dernière création de James Thierrée ? Au Rond-Point ? Un bijou. Nous la programmerons sûrement, qui sait ?
- C'est toujours mieux de programmer un spectacle quand on l'a vu…
(Silence gêné de "De la ville")
- C'est original la verrine avec tout un tas de petites choses dedans… (un temps) Et alors, le James Thierrée ?
- Je ne pouvais pas. (À elle-même) Il le fait exprès, je viens de le dire. (À "De la ville") : C'était la première semaine d'exploitation du spectacle "Faites l'amour… pas des gosses" avec le nouveau casting. Peut être en avez vous entendu parler ?
(Rires de "De la ville" puis légère toux).
- Pardon… Hum… Euh… Vous dites "On ne badine pas avec l'amour" ?
(Sourire de "Bastille")
- Non "De la ville" j'ai dit : "Faites l'amour… pas des gosses" de Sophie Depooter et Sacha Judaszko, avec Erwan Orain et Élodie Godart.
- "Jean-Luc Godard" a une fille alors ?
- Non, aucun lien de parenté, c'est "Godart" avec un "T". Ceci dit, ça se pourrait puisqu'elle est comédienne. Beaucoup de nos artistes "modernes" sont fils ou filles d'acteurs, de metteurs en scène…

© DR.
© DR.
- Oui ! Enfin… le talent n'est pas toujours héréditaire.
- Vous dites ça pour James Thierrée ?
- Vous plaisantez, j'espère ? Ce petit est un génie.
- Je blaguais "De la ville", détendez-vous ! Je me permets, entre nous, hein ? de vous dire que j'ai assisté au spectacle "Tabac rouge" et je n'ai rien compris. Bon ! L’avis de "Bastille" j'imagine que "De la ville s'en fout" mais je le dis.
- Quel succès pourtant ! Et très grand Denis Lavant.
- Il est plutôt petit, Denis, non ?
- Vous êtes une marrante ! Si vos troupes prennent l'assaut du plateau avec ce genre de vannes, vous frôlez la révolution, "Bastille". (De la ville s'esclaffe)
- Amusant ! Sachez Monsieur, que nous refusons du monde pour "Faites l'amour… pas des gosses". La pièce est plébiscitée par le public et se joue quasi chaque jour à guichets fermés. Même à Pâques, on a fait complet. Je dirai que le public est… comment vous dites, vous ? Dans votre monde. Ah ! Éclectique. Je suis très fière de cette pièce et nous continuons jusqu'en décembre… imaginez ! "De la ville", pareille pièce chez vous ? Vous ne seriez pas intéressé ? Ou votre associée "Abbesses", peut-être ?
(Étouffement foie gras de "De la ville")
- Et bien… Euh… Non ! C'est trop… Euh… Pas assez… Enfin ! Vous voyez ?
- Non ! Pas vraiment. Vous voulez dire pas assez… dansant ?
- Exactement ! Notre théâtre aime en effet programmer les ballets contemporains, les spectacles… Euh… La musique du monde… (Bastille le coupe)
- Et des personnes identifiées… Ah ! Si au nom "Godart" il y avait eu un "D"…
- Mais cela n'a rien à voir Madame "Bastille", on ne programme pas en fonction des lettres de l'alphabet… (De la ville ne comprend pas toujours ce qu'il dit) Et, euh… je suis persuadée qu'elle est bourrée de talent, Mélodie Godart, avec un "T" (Sourire pincé de "De la ville")
- Exactement. Avec un "T" comme Denis Lavant. Mademoiselle Godart - je me permets cette allusion à Mademoiselle Sarah Bernhardt - Élodie Godart est une jouisseuse de vie et la comédie est son adrénaline. Elle est perfectionniste, généreuse, drôle et vive. Jamais elle n'ennuie le spectateur. Personne ne quitte la salle ni ne baille - j'observe vous savez ! Je ne programme pas n'importe quoi. Une belle nature. Comme son acolyte : Erwan Orain. Du coffre, de l'énergie et un beau visage pour rester poli. À eux deux, ils unissent voix et énergie pour offrir au public ce qu'il est venu chercher : du plaisir. Et je vais vous surprendre mais le public de ma Comédie, cher Monsieur "De la ville", vient au théâtre et en redemande du plaisir.
- Chez nous aussi le public est ravi. Bien que notre sélection puisse vous sembler ciblée. Je crois juste que nos portes ne s'ouvrent pas sur les mêmes horizons. Je crains que le spectacle… là… euh "faites l'amour à Saragosse" se sente… moins à sa place sur notre ligne artistique, vous voyez ?

© DR.
© DR.
- Oui ! Et sans lunettes.
(De la ville sourit, pincé)
- Je sais que vous comprenez. Vous cherchez à me provoquer… Vous êtes une sacrée ! Madame "Bastille".
- Une sacrée ? … Coquine ?
- Du tout ! Enfin… tout de même ! Nous sommes à l'hôtel "De ville" Madame "Bastille" !
- Oui Monsieur "De la ville", et ici on n'aime pas trop la Comédie.
- Madame "Bastille", seriez-vous un tantinet en colère ?
- J'adore la question. Elle me rappelle cet homme, le frère de ce producteur là… bref ! Il m'a dit :"je n'ai rien contre vous et votre programmation, Bastille, mais les gens veulent du Racine, du Shakespeare, du Molière…et du Lagarce pour le contemporain. Du texte, du dramaturge français qui sait écrire le théâtre. Avec un grand T. Comme celui d'Élodie Godart, vous voyez ?
- Le public doit s’habituer…
- Bien sûr… et Shakespeare est français ! (Silence) "Apprends ce que tu ignores, c'est à dire tout"
- C'est de vous ?
- Non ! De Sarah Bernhardt. Bernhard-TE. (Un temps) Laissez-moi deviner Monsieur "De la ville", Sophie Depooter - l’auteure de la pièce - vous la connaissez ?
- Euh… Mumm, Depooter… un lien avec Harry ? (Il glousse)… Potter ? Vous avez saisi ?

- Quel humour ! Mettez vous au stand-up ! Je suis certaine que sur deux lignes vous serez déjà subventionné par Hôtel "De ville". (Silence) Bien. Sur ce, je vous salue monsieur "De la ville" et vais d'un pas rapide retrouver mes deux comédiens. À l'heure qu'il est, Élodie Godart et Erwan Orain, ont terminé. Ils méritent un baiser. Venez me voir à l'occasion, pour vous ce sera gratuit. Une place de la "Bastille" pour "De la ville", ça restera privé. Promis !

Fin de la première scène.

"Faites l'amour… pas des gosses"

© DR.
© DR.
Texte : Sophie Depooter et Sacha Judaszko.
Metteurs en scène : Sophie Depooter, Sacha Judaszko.
Avec en alternance : Aline Gaillot ou Elodie Godart, Sam Blaxter ou Erwan Orain.

Jusqu'à fin août 2017.
Du mardi au samedi à 19 h 30, samedi à 16 h et dimanche à 15 h et 19 h.
Comédie Bastille, Paris 11e, 01 48 07 52 07.
>> comedie-bastille.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 26 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

Le retour en grâce des "Huguenots" à Paris

Le retour des "Huguenots" de Meyerbeer sur la scène de l'Opéra de Paris est un des événements marquants de la commémoration des 350 ans de la noble maison. En dépit de contrariétés dues à des défections de dernière minute, le spectacle tient son rang et fait sonner de nouveau (à juste titre) les trompettes de la notoriété d'un compositeur longtemps oublié.

Le retour en grâce des
Le grand opéra à la française - un genre à la charnière de deux styles, celui du Bel Canto et du Romantisme - a fait les délices du public de la Monarchie de Juillet et bien au delà. Les opéras de la période française de Giacomo Meyerbeer ont en effet été parmi les plus joués et acclamés au XIXe et au début du XXe siècle.

Ouvrant la voie aux triomphes des Verdi, Offenbach, Gounod et autres Wagner, l'œuvre du compositeur allemand a par la suite subi un effacement presque total des scènes - nonobstant quelques rares reprises dont celle des "Huguenots" à l'Opéra national du Rhin (1), il y a un peu plus de cinq ans. On peut s'interroger à l'infini sur les raisons d'une telle désaffection (coût des productions, difficultés à trouver les chanteurs compétents, entre autres), mais on peut être assuré d'une chose : le nouveau spectacle de l'Opéra de Paris redonne aujourd'hui ses lettres de noblesse à une œuvre qui n'est pas sans attraits.

D'abord l'opéra lui-même est une sorte de super production d'avant l'invention du cinéma avec ses quatre heures de musique dédiées à un sujet historique (La Nuit de la Saint-Barthélémy en août 1572), une intrigue implexe trahissant sans vergogne la grande Histoire, avec ses chœurs impressionnants et ses sept rôles principaux nécessitant de solides chanteurs - sans oublier les nombreux figurants et un ballet ornant des tableaux qui doivent impressionner ou charmer. Et les bonnes surprises ne manquent pas à la (re)découverte de ces "Huguenots", qui furent le deuxième triomphe parisien d'un compositeur qui régna de son vivant sur Paris sans partage (2).

Christine Ducq
08/10/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018