La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Faites l'amour… pas des gosses

La chronique d'Isa-belle L

Madame Comédie "Bastille" - honneur à la femme - et Monsieur Théâtre "De la ville" ont un point commun : tous deux sont parisiens. Madame Comédie "Bastille" a 32 ans. En pleine force de l'âge. Monsieur "De la ville" est plus âgé. Il est né, paraît-il, au XIXe… Quelle santé !



© DR.
© DR.
Ils sont invités chez Hôtel "De ville", se retrouvent au buffet et un dialogue (imaginé) commence entre deux gorgées de pinard…

Scène 1
- Bonsoir Monsieur "De la ville", vous me reconnaissez ?
(Hésitation de "De la ville", puis moue, puis sourire pincé)
- Plus ou moins à vrai dire, ravivez-moi à votre souvenir ?
(Rire de "Bastille").
- Comme vous parlez bien "De la ville"!… Même après deux verres de vin. Nous nous sommes déjà croisés l'an passé. Je suis une admiratrice de votre théâtre, comme d’ailleurs ceux de tous vos copains ici présents, mais le temps me manque pour m'y rendre cette année. Malheureusement.
- Quel dommage ! En effet. À ce propos, avez-vous vu la dernière création de James Thierrée ? Au Rond-Point ? Un bijou. Nous la programmerons sûrement, qui sait ?
- C'est toujours mieux de programmer un spectacle quand on l'a vu…
(Silence gêné de "De la ville")
- C'est original la verrine avec tout un tas de petites choses dedans… (un temps) Et alors, le James Thierrée ?
- Je ne pouvais pas. (À elle-même) Il le fait exprès, je viens de le dire. (À "De la ville") : C'était la première semaine d'exploitation du spectacle "Faites l'amour… pas des gosses" avec le nouveau casting. Peut être en avez vous entendu parler ?
(Rires de "De la ville" puis légère toux).
- Pardon… Hum… Euh… Vous dites "On ne badine pas avec l'amour" ?
(Sourire de "Bastille")
- Non "De la ville" j'ai dit : "Faites l'amour… pas des gosses" de Sophie Depooter et Sacha Judaszko, avec Erwan Orain et Élodie Godart.
- "Jean-Luc Godard" a une fille alors ?
- Non, aucun lien de parenté, c'est "Godart" avec un "T". Ceci dit, ça se pourrait puisqu'elle est comédienne. Beaucoup de nos artistes "modernes" sont fils ou filles d'acteurs, de metteurs en scène…

© DR.
© DR.
- Oui ! Enfin… le talent n'est pas toujours héréditaire.
- Vous dites ça pour James Thierrée ?
- Vous plaisantez, j'espère ? Ce petit est un génie.
- Je blaguais "De la ville", détendez-vous ! Je me permets, entre nous, hein ? de vous dire que j'ai assisté au spectacle "Tabac rouge" et je n'ai rien compris. Bon ! L’avis de "Bastille" j'imagine que "De la ville s'en fout" mais je le dis.
- Quel succès pourtant ! Et très grand Denis Lavant.
- Il est plutôt petit, Denis, non ?
- Vous êtes une marrante ! Si vos troupes prennent l'assaut du plateau avec ce genre de vannes, vous frôlez la révolution, "Bastille". (De la ville s'esclaffe)
- Amusant ! Sachez Monsieur, que nous refusons du monde pour "Faites l'amour… pas des gosses". La pièce est plébiscitée par le public et se joue quasi chaque jour à guichets fermés. Même à Pâques, on a fait complet. Je dirai que le public est… comment vous dites, vous ? Dans votre monde. Ah ! Éclectique. Je suis très fière de cette pièce et nous continuons jusqu'en décembre… imaginez ! "De la ville", pareille pièce chez vous ? Vous ne seriez pas intéressé ? Ou votre associée "Abbesses", peut-être ?
(Étouffement foie gras de "De la ville")
- Et bien… Euh… Non ! C'est trop… Euh… Pas assez… Enfin ! Vous voyez ?
- Non ! Pas vraiment. Vous voulez dire pas assez… dansant ?
- Exactement ! Notre théâtre aime en effet programmer les ballets contemporains, les spectacles… Euh… La musique du monde… (Bastille le coupe)
- Et des personnes identifiées… Ah ! Si au nom "Godart" il y avait eu un "D"…
- Mais cela n'a rien à voir Madame "Bastille", on ne programme pas en fonction des lettres de l'alphabet… (De la ville ne comprend pas toujours ce qu'il dit) Et, euh… je suis persuadée qu'elle est bourrée de talent, Mélodie Godart, avec un "T" (Sourire pincé de "De la ville")
- Exactement. Avec un "T" comme Denis Lavant. Mademoiselle Godart - je me permets cette allusion à Mademoiselle Sarah Bernhardt - Élodie Godart est une jouisseuse de vie et la comédie est son adrénaline. Elle est perfectionniste, généreuse, drôle et vive. Jamais elle n'ennuie le spectateur. Personne ne quitte la salle ni ne baille - j'observe vous savez ! Je ne programme pas n'importe quoi. Une belle nature. Comme son acolyte : Erwan Orain. Du coffre, de l'énergie et un beau visage pour rester poli. À eux deux, ils unissent voix et énergie pour offrir au public ce qu'il est venu chercher : du plaisir. Et je vais vous surprendre mais le public de ma Comédie, cher Monsieur "De la ville", vient au théâtre et en redemande du plaisir.
- Chez nous aussi le public est ravi. Bien que notre sélection puisse vous sembler ciblée. Je crois juste que nos portes ne s'ouvrent pas sur les mêmes horizons. Je crains que le spectacle… là… euh "faites l'amour à Saragosse" se sente… moins à sa place sur notre ligne artistique, vous voyez ?

© DR.
© DR.
- Oui ! Et sans lunettes.
(De la ville sourit, pincé)
- Je sais que vous comprenez. Vous cherchez à me provoquer… Vous êtes une sacrée ! Madame "Bastille".
- Une sacrée ? … Coquine ?
- Du tout ! Enfin… tout de même ! Nous sommes à l'hôtel "De ville" Madame "Bastille" !
- Oui Monsieur "De la ville", et ici on n'aime pas trop la Comédie.
- Madame "Bastille", seriez-vous un tantinet en colère ?
- J'adore la question. Elle me rappelle cet homme, le frère de ce producteur là… bref ! Il m'a dit :"je n'ai rien contre vous et votre programmation, Bastille, mais les gens veulent du Racine, du Shakespeare, du Molière…et du Lagarce pour le contemporain. Du texte, du dramaturge français qui sait écrire le théâtre. Avec un grand T. Comme celui d'Élodie Godart, vous voyez ?
- Le public doit s’habituer…
- Bien sûr… et Shakespeare est français ! (Silence) "Apprends ce que tu ignores, c'est à dire tout"
- C'est de vous ?
- Non ! De Sarah Bernhardt. Bernhard-TE. (Un temps) Laissez-moi deviner Monsieur "De la ville", Sophie Depooter - l’auteure de la pièce - vous la connaissez ?
- Euh… Mumm, Depooter… un lien avec Harry ? (Il glousse)… Potter ? Vous avez saisi ?

- Quel humour ! Mettez vous au stand-up ! Je suis certaine que sur deux lignes vous serez déjà subventionné par Hôtel "De ville". (Silence) Bien. Sur ce, je vous salue monsieur "De la ville" et vais d'un pas rapide retrouver mes deux comédiens. À l'heure qu'il est, Élodie Godart et Erwan Orain, ont terminé. Ils méritent un baiser. Venez me voir à l'occasion, pour vous ce sera gratuit. Une place de la "Bastille" pour "De la ville", ça restera privé. Promis !

Fin de la première scène.

"Faites l'amour… pas des gosses"

© DR.
© DR.
Texte : Sophie Depooter et Sacha Judaszko.
Metteurs en scène : Sophie Depooter, Sacha Judaszko.
Avec en alternance : Aline Gaillot ou Elodie Godart, Sam Blaxter ou Erwan Orain.

Jusqu'à fin août 2017.
Du mardi au samedi à 19 h 30, samedi à 16 h et dimanche à 15 h et 19 h.
Comédie Bastille, Paris 11e, 01 48 07 52 07.
>> comedie-bastille.com

Isabelle Lauriou
Mercredi 26 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019