La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Exode et Muage"… Quand Le Printemps des Marches s'invite en automne, on ne sait plus sur quel pied danser…

L'Atelier des Marches, lieu créatif et multidisciplinaire de Jean-Luc Terrade (directeur artistique du Festival international Trente-Trente), s'emploie à promouvoir des compagnies émergentes ou confirmées en leur offrant un lieu à nul autre pareil. Pour ces deux soirées inaugurales consacrées à la danse, la Cie Les Parcheminiers et la Cie FluO ont présenté, tour à tour, leur création inspirée chacune par un visage de l'exil.



"Exode" © Dorian Fos.
"Exode" © Dorian Fos.
"Exode" s'attaque à un sujet traversant les époques et collant à notre peau comme un érythème chronique migrant. Que ce soit l'exode vécu par les ressortissants des pays en guerre ou celui auquel sont immanquablement confrontés les naufragés économiques, les mêmes objets balisent ces itinéraires de l'errance en quête d'un ailleurs plus hospitalier.

Sur le plateau à hauteur de salle, émergeant de la pénombre qui les recouvrait, des vêtements disparates s'entassent pêle-mêle. Sont-ce les hardes des errants ou leurs pauvres dépouilles réincarnées ? Au centre du cercle qu'elles délimitent, un danseur, assis en tailleur, trône en majesté dérisoire. En arrière-plan, des valises en carton bouilli complètent le décor de l'exode.

Accompagné d'une musique live et de la voix aux accents vibrants d'émotions palpables d'Émilie Caumont, Thomas Queyrens va "jouer" les figures chorégraphiées de la lutte pour la survie. Un surplace épuisant, réclamant de son corps élans vers le ciel et retombées fracassantes au sol. Faisant montre d'une énergie décuplée menant jusqu'au réel épuisement, l'angoisse distordant son visage dans des effets cinématographiques avérés, celui qui se débat devant nous… reste à l'extérieur de notre zone de confort sans la mettre en aucun cas à mal.

"Exode" © Dorian Fos.
"Exode" © Dorian Fos.
Pourtant, les gestes impeccables répondent aux canons de la chorégraphie et sont effectués "sans frémir"… de l'intérieur. C'est là, précisément, dans cette "(dé) monstration" aux effets ostentatoires, que réside le point d'achoppement. La profusion de gestes techniques enchaînés sans relâche, donne l'impression d'une gesticulation vidée de "sens". Un peu comme ces illustrations manquées de livres d'enfants où le dessinateur s'applique à coller au texte pour "mieux faire comprendre", sans offrir aucunement la possibilité d'une ouverture qui mettrait en branle l'imaginaire créatif du regardeur.

À trop vouloir en faire, "Exode" - animé de bonnes intentions certes mais cousu de fil blanc, un comble… eu égard à la quantité de vêtements étalés - manque son louable objectif, nous laissant sur la rive de l'exil sans avoir pu le rejoindre. À suivre…

"Muage", sur une musique originale de Bastien Fréjaville, nous conte une autre face de l'exil : celle de deux êtres, exilés hors de leurs frontières mais aussi en eux-mêmes (double peine), pour avoir subi dans leur corps les violences réservées à ceux qui refusent d'être assignés de par leur naissance à un genre qui les déterminerait ipso facto.

"Muage" © J.-P. Marcon.
"Muage" © J.-P. Marcon.
L'un est d'origine libanaise, Élie Nassar, que l'homosexualité et l'athéisme ont contraint à la fuite pour pouvoir exercer son métier de danseur. L'une est d'origine russe, Nadia Larina, qui, en tant que femme, ne pouvait trouver dans le pays de Poutine les conditions requises pour exercer en liberté son art chorégraphié. Tous deux vont se livrer à un parcours initiatique susceptible de renverser la donne de départ.

Cet aphorisme de Nietzsche, "C'est en déconstruisant que l'on découvre les mécanismes de la construction", la chorégraphe et danseuse Nadia Larina semble l'avoir fait sien, elle qui s'emploie dès le premier tableau, à afficher lui et elle (?), elle et lui (?), deux êtres nus de dos en train de déconstruire avec une extrême application les postures attachées traditionnellement au masculin et au féminin. En donnant à voir, surgissant de l'obscurité des âges, l'héritage inconscient d'une société patriarcale dont les codes ont été intégrés à l'insu de chacun(e), elle met littéralement à nu les gestes de pantins programmés par un démiurge phallocrate.

Au rythme de coups de sifflet délivrés par une instance surmoïque invisible, il et elle vont parcourir frénétiquement, en sautant en l'air, tombant au sol, courant sur place, les étapes éreintantes d'un chemin de croix païen émancipateur. Ce faisant, ils vont rejouer un autre précepte du philosophe allemand - "La liberté, c'est d'apprendre à danser avec ses chaînes" - pour recouvrer la liberté d'être (homme et/ou femme) qui leur avait été d'emblée confisquée.

"Muage" © J.-P. Marcon.
"Muage" © J.-P. Marcon.
En effet, la liberté (tant humaine qu'artistique) ne pouvant se confondre avec l'ignorance des traditions et blessures ancrées dans leur chair, il et elle vont (re)jouer à l'envi avec elles, mus l'un(e) et l'autre par la pulsion de construire leur identité par-delà les conventions et traumatismes remis à plat.

Des blessures à jamais à vif vont se rouvrir, comme des éclats d'obus venant fourailler leur passé violenté que seul l'effort physique répété en boucle (cf. la symbolique de la corde à sauter) peut épuiser. Et, ensuite, il et elle pourront prendre soin l'un(e) de l'autre pour jouir ensemble de leur re-naissance. Ils s'associent alors au-delà de leurs différences qui, loin de les dissocier, les réunissent dans l'unité qui les fonde : l'humain.

Outre la beauté plastique des corps cagoulés (masques bigarrés) en mouvement et mis à nu, "Muage" (beau titre-valise alliant la fluidité des nuages à celle d'une mue) dégage, au-delà de quelques séquences répétitives, un bel engagement humain offrant "sur un plateau" (celui de l'Atelier des Marches) une version chorégraphiée de l'anti-paradis originel. Adam et Ève n'en sont plus chassés par un Dieu phallocrate mais, au terme de leur folle épopée dansée, ils construisent leur propre aire de "je".

Le Printemps des Marches…

"Muage" © J.-P. Marcon.
"Muage" © J.-P. Marcon.
3e édition (reprogrammée à l'automne),
les 1er et 2 octobre à 20 h.

L'Atelier des Marches/Cie Les Marches de l'Été, Le Bouscat (33),
05 56 17 05 77.
>> marchesdelete.com

"Exode"
Compagnie Les Parcheminiers

Chorégraphie et interprétation : Thomas Queyrens.
Création musicale t performance live : Émilie Caumont.

"Muage"
Compagnie FluO/Nadia Larina

Pièce pour une danseuse et un danseur.
Idée originale, chorégraphie et danse : Nadia Larina.
Danse et collaboration artistique : Elie Nassar.
Musique originale et régie son : Bastien Fréjaville.



Yves Kafka
Mardi 6 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021