La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Avignon Off 2015 La Revue des Pitchouns

Avignon Off 2015 pour les enfants !

Beaucoup de spectacles pour enfants sont présentés dans le festival Off d’Avignon cette année (contre 3 dans le In). À partir de 2-3 ans, le choix ne manque pas. Si vous êtes en famille, c’est donc l’occasion d’en profiter et de découvrir de belles créations.



"Petit-Bleu et Petit-Jaune"

© Yohann Cordelle.
© Yohann Cordelle.
Un premier coup de cœur se porte sur "Petit-Bleu et Petit-Jaune". L’histoire est extraite d’un merveilleux petit texte de Leo Lionni qui permet de faire découvrir aux plus petits le monde des couleurs. Ce livre très simple, raconte l’histoire de Petit-Bleu et Petit-Jaune, deux amis inséparables et qui, à force de s’embrasser, deviennent… tout vert. Mais le plus surprenant, je crois, est l’interdiction qui vient d’être posée par le Maire de Venise, Luigi Brugnaro, sur la diffusion de cette œuvre pour la littérature jeunesse avec 48 autres ouvrages .

La Cie Le Théâtre de la vallée est consternée d’apprendre une telle décision : "Depuis 20 ans, nous créons des spectacles qui résistent aux dogmes, à l’oubli, à la raison des puissants… En créant Petit-Bleu et Petit-Jaune, en 2014, nous n’aurions jamais imaginé que ce chef d’œuvre de la littérature enfantine, appel à la tolérance et au respect des différences, puisse être censuré".

"Il est en effet difficile de voir un message subversif dans cette étreinte chromatique."
La Republicca.

L’histoire a été quelque peu augmentée par deux artistes qui ont su mettre en voix et en images ce si joli récit de rencontres où chacun cherche sa place et finit par la trouver. Charlotte Schumann (en alternance avec Charlotte Plasse) métamorphose les sons et les mots en chant lyrique. Bruno Bianchi (instrumentiste) installe avec humour et imagination un métissage d’objets et d’instruments en tout genre qui recrée un univers sonore plein de fantaisie et de jeu. L’ensemble est savoureux pour le bonheur des petits comme des grands.

"Petit-Bleu et Petit-Jaune".
Théâtre musical. À partir de 3 ans.
De : Léo Lionni (édition École des Loisirs).
Mise en scène : Gerold Schumann.
Avec : Charlotte Plasse, Charlotte Schumann (au chant, en alternance), Bruno Bianchi (multi-instrumentiste).
Musique : Bruno Bianchi.
Scénographie : Bruno Bianchi et Gerold Schumann.
Lumières : Uwe Backhaus.
Durée : 30 minutes.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 9 h 45 et à 11 h.
Collège de La Salle, salle de Classe, 04 32 76 20 43.

"Chapeau, Perrault !"

© Dominique Chauvin.
© Dominique Chauvin.
Encore un spectacle tout public pendant lequel petits et grands sont captivés car les textes de Perrault ne sont ni simplifiés ni ringardisés. Il faut en revanche que l’enfant ne soit pas trop jeune et connaisse les contes, car les onze contes choisis sont narrés de manière succincte et rapide (en 1 heure !).

En revanche, les costumes très visuels (surtout l’ogre, impressionnant !) et le recours à un joli théâtre d’ombres chinoises prennent largement le relais et illustrent les saynètes avec parfois beaucoup d’humour. Un bel échange des comédiens avec son jeune public qui, sans en faire trop, le fait largement réagir. Le tout est efficace et proche de la farce.

"Chapeau, Perrault !".
À partir de 5 ans.
D’après les contes de ma mère l’Oye.
Textes : Charles Perrault.
Adaptation : Anne-Marie Petitjean.
Mise en scène : Jean Bonnet.
Avec : Sara Lepage, Soufian Khalil et en alternance Karen Garoutte et Loïc Tréhin.
Costumes : Béatrice Boursier.
Lumières : Marc Cixous.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 11 h 45.
Collège de La Salle, Salle de Classe, 04 32 76 20 43.

"Le Petit Monde"

© D.R.
© D.R.
Sa Tuo Qi est considérée comme l’une des compagnies les plus réputées du théâtre corporel chinois. Dans ce spectacle pour enfants, les objets prennent vie et sont sources de poésie et de sagesse taoïste. Toutefois, si cette pensée nous est imperméable, il devient alors difficile d’entrer dans la compréhension profonde de l’ensemble pour lequel nous avons du mal à trouver un sens global. Ce sont là de très jolis tableaux ponctués par une bande de joyeux lurons, souvent proches de la farce.

Chaque scène est très visuelle, mais jamais reliée les unes aux autres. Si la gestuelle y est très belle, le passage à l’humour est moins accessible. On voit là que leurs codes et les nôtres ne sont pas les mêmes… En revanche, les enfants quant à eux, ne semblent pas se soucier de ces considérations et entrent beaucoup mieux dans le jeu que les adultes ! N’est-ce pas finalement l’essentiel ?


"Le petit Monde".
Marionnette-objet. À partir de 3 ans.
Texte : Tchouang Tseu.
Mise en scène : Miao Zhao.
Interprètes : Erchuan Wu, Di Wu, Jiawen Zhang, Ting Shi, Ni Zhen, Mengting Yuan, Lingpeng Kong, Song Wu, Shuaiqiang Du.
Scénographe : Cao Lu.
Costumes : Wang Xiaoxiao.
Lumières : Gao Jie.
Son : Miao Chunyu.
Dramaturge : Jian He.
Conseiller artistique : Xiang Wei.
Durée : 50 minutes.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h 30.
Théâtre de l'Étincelle, 04 90 85 43 91.

"Peau d'Âne"

© Jean Reverdito.
© Jean Reverdito.
La Compagnie Boni and Prod présente quatre comédiens au plateau, ce qui est très honorable pour un spectacle jeune public. De très belles idées, dont une utilisation de la vidéo pour les costumes très astucieuse (la projection sur une très belle robe fait apparaître tour à tour les quatre saisons réclamées par la jeune fille). En revanche, nous avons été moins convaincus pas la réécriture du conte qui est ici proposée. Dans sa fuite, Peau d’Âne rencontre son Prince (au look très rock avec sa veste en daim et à franges) dans un cirque minable tenu par une sorte de "Ténardier". Pourquoi pas ! Mais plus de sobriété ne nuirait peut-être pas dans le jeu...

Ce spectacle est assez inégal dans son ensemble. Il y a beaucoup de bonnes volontés et le public semble en sortir plutôt content. Mais il y manque aussi un peu de nouveauté. Peau d’Âne a une jolie voix, mais les chansons du film mythique de Jaques Demy sont entièrement reprises. N'est-ce pas un peu périlleux quand on connaît le chef-d’œuvre cinématographique ?

Nous avons vraiment trouvé dommage que la compagnie n’aille pas plus loin dans cette adaptation du récit sans avoir à osciller entre un Jacques Demy et des touches plus contemporaines. Cela rend l’ensemble un peu bancale. C’est d’autant plus dommage que ce spectacle est néanmoins bourré de qualités.

"Peau d'âne".
Théâtre musical. À partir de 6 ans.
Texte : Charles Perrault.
Ecriture : C. Perrault - B. Giambattista - J. Asselin - C. Gaya - C. Ruiz.
Chansons : Michel Legrand.
Mise en scène : Caroline Ruiz.
Avec : Julien Asselin, Christine Gaya, Jean-Louis Kamoun, Cathy Ruiz.
Scénographie, lumières : Franck Bourgeois.
Costumes : Inès Martini Plançon.
La Peau de l'Ane : Cécile Besson.
Conseiller musical : Laurent Bernard.
Vidéo : Olivier Durand.
Décors : Atelier du petit chantier.
Compagnie : Hangar Palace.
Durée : 1 h 10.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h.
Collège de La Salle, Théâtre du Préau, 04 32 76 20 43.

Sheila Louinet
Mardi 14 Juillet 2015


1.Posté par Pierre le 15/07/2015 10:51
J'ai pu voir en famille un autre Peau d'Ane à l'Espace Alya.. une superbe prestation remplie d'émotion, de rires et de couleurs.
Ma femme y est retournée avec les enfants..

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019