La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Avignon Off 2015 La Revue des Pitchouns

Avignon Off 2015 pour les enfants !

Beaucoup de spectacles pour enfants sont présentés dans le festival Off d’Avignon cette année (contre 3 dans le In). À partir de 2-3 ans, le choix ne manque pas. Si vous êtes en famille, c’est donc l’occasion d’en profiter et de découvrir de belles créations.



"Petit-Bleu et Petit-Jaune"

© Yohann Cordelle.
© Yohann Cordelle.
Un premier coup de cœur se porte sur "Petit-Bleu et Petit-Jaune". L’histoire est extraite d’un merveilleux petit texte de Leo Lionni qui permet de faire découvrir aux plus petits le monde des couleurs. Ce livre très simple, raconte l’histoire de Petit-Bleu et Petit-Jaune, deux amis inséparables et qui, à force de s’embrasser, deviennent… tout vert. Mais le plus surprenant, je crois, est l’interdiction qui vient d’être posée par le Maire de Venise, Luigi Brugnaro, sur la diffusion de cette œuvre pour la littérature jeunesse avec 48 autres ouvrages .

La Cie Le Théâtre de la vallée est consternée d’apprendre une telle décision : "Depuis 20 ans, nous créons des spectacles qui résistent aux dogmes, à l’oubli, à la raison des puissants… En créant Petit-Bleu et Petit-Jaune, en 2014, nous n’aurions jamais imaginé que ce chef d’œuvre de la littérature enfantine, appel à la tolérance et au respect des différences, puisse être censuré".

"Il est en effet difficile de voir un message subversif dans cette étreinte chromatique."
La Republicca.

L’histoire a été quelque peu augmentée par deux artistes qui ont su mettre en voix et en images ce si joli récit de rencontres où chacun cherche sa place et finit par la trouver. Charlotte Schumann (en alternance avec Charlotte Plasse) métamorphose les sons et les mots en chant lyrique. Bruno Bianchi (instrumentiste) installe avec humour et imagination un métissage d’objets et d’instruments en tout genre qui recrée un univers sonore plein de fantaisie et de jeu. L’ensemble est savoureux pour le bonheur des petits comme des grands.

"Petit-Bleu et Petit-Jaune".
Théâtre musical. À partir de 3 ans.
De : Léo Lionni (édition École des Loisirs).
Mise en scène : Gerold Schumann.
Avec : Charlotte Plasse, Charlotte Schumann (au chant, en alternance), Bruno Bianchi (multi-instrumentiste).
Musique : Bruno Bianchi.
Scénographie : Bruno Bianchi et Gerold Schumann.
Lumières : Uwe Backhaus.
Durée : 30 minutes.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 9 h 45 et à 11 h.
Collège de La Salle, salle de Classe, 04 32 76 20 43.

"Chapeau, Perrault !"

© Dominique Chauvin.
© Dominique Chauvin.
Encore un spectacle tout public pendant lequel petits et grands sont captivés car les textes de Perrault ne sont ni simplifiés ni ringardisés. Il faut en revanche que l’enfant ne soit pas trop jeune et connaisse les contes, car les onze contes choisis sont narrés de manière succincte et rapide (en 1 heure !).

En revanche, les costumes très visuels (surtout l’ogre, impressionnant !) et le recours à un joli théâtre d’ombres chinoises prennent largement le relais et illustrent les saynètes avec parfois beaucoup d’humour. Un bel échange des comédiens avec son jeune public qui, sans en faire trop, le fait largement réagir. Le tout est efficace et proche de la farce.

"Chapeau, Perrault !".
À partir de 5 ans.
D’après les contes de ma mère l’Oye.
Textes : Charles Perrault.
Adaptation : Anne-Marie Petitjean.
Mise en scène : Jean Bonnet.
Avec : Sara Lepage, Soufian Khalil et en alternance Karen Garoutte et Loïc Tréhin.
Costumes : Béatrice Boursier.
Lumières : Marc Cixous.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 11 h 45.
Collège de La Salle, Salle de Classe, 04 32 76 20 43.

"Le Petit Monde"

© D.R.
© D.R.
Sa Tuo Qi est considérée comme l’une des compagnies les plus réputées du théâtre corporel chinois. Dans ce spectacle pour enfants, les objets prennent vie et sont sources de poésie et de sagesse taoïste. Toutefois, si cette pensée nous est imperméable, il devient alors difficile d’entrer dans la compréhension profonde de l’ensemble pour lequel nous avons du mal à trouver un sens global. Ce sont là de très jolis tableaux ponctués par une bande de joyeux lurons, souvent proches de la farce.

Chaque scène est très visuelle, mais jamais reliée les unes aux autres. Si la gestuelle y est très belle, le passage à l’humour est moins accessible. On voit là que leurs codes et les nôtres ne sont pas les mêmes… En revanche, les enfants quant à eux, ne semblent pas se soucier de ces considérations et entrent beaucoup mieux dans le jeu que les adultes ! N’est-ce pas finalement l’essentiel ?


"Le petit Monde".
Marionnette-objet. À partir de 3 ans.
Texte : Tchouang Tseu.
Mise en scène : Miao Zhao.
Interprètes : Erchuan Wu, Di Wu, Jiawen Zhang, Ting Shi, Ni Zhen, Mengting Yuan, Lingpeng Kong, Song Wu, Shuaiqiang Du.
Scénographe : Cao Lu.
Costumes : Wang Xiaoxiao.
Lumières : Gao Jie.
Son : Miao Chunyu.
Dramaturge : Jian He.
Conseiller artistique : Xiang Wei.
Durée : 50 minutes.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h 30.
Théâtre de l'Étincelle, 04 90 85 43 91.

"Peau d'Âne"

© Jean Reverdito.
© Jean Reverdito.
La Compagnie Boni and Prod présente quatre comédiens au plateau, ce qui est très honorable pour un spectacle jeune public. De très belles idées, dont une utilisation de la vidéo pour les costumes très astucieuse (la projection sur une très belle robe fait apparaître tour à tour les quatre saisons réclamées par la jeune fille). En revanche, nous avons été moins convaincus pas la réécriture du conte qui est ici proposée. Dans sa fuite, Peau d’Âne rencontre son Prince (au look très rock avec sa veste en daim et à franges) dans un cirque minable tenu par une sorte de "Ténardier". Pourquoi pas ! Mais plus de sobriété ne nuirait peut-être pas dans le jeu...

Ce spectacle est assez inégal dans son ensemble. Il y a beaucoup de bonnes volontés et le public semble en sortir plutôt content. Mais il y manque aussi un peu de nouveauté. Peau d’Âne a une jolie voix, mais les chansons du film mythique de Jaques Demy sont entièrement reprises. N'est-ce pas un peu périlleux quand on connaît le chef-d’œuvre cinématographique ?

Nous avons vraiment trouvé dommage que la compagnie n’aille pas plus loin dans cette adaptation du récit sans avoir à osciller entre un Jacques Demy et des touches plus contemporaines. Cela rend l’ensemble un peu bancale. C’est d’autant plus dommage que ce spectacle est néanmoins bourré de qualités.

"Peau d'âne".
Théâtre musical. À partir de 6 ans.
Texte : Charles Perrault.
Ecriture : C. Perrault - B. Giambattista - J. Asselin - C. Gaya - C. Ruiz.
Chansons : Michel Legrand.
Mise en scène : Caroline Ruiz.
Avec : Julien Asselin, Christine Gaya, Jean-Louis Kamoun, Cathy Ruiz.
Scénographie, lumières : Franck Bourgeois.
Costumes : Inès Martini Plançon.
La Peau de l'Ane : Cécile Besson.
Conseiller musical : Laurent Bernard.
Vidéo : Olivier Durand.
Décors : Atelier du petit chantier.
Compagnie : Hangar Palace.
Durée : 1 h 10.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h.
Collège de La Salle, Théâtre du Préau, 04 32 76 20 43.

Mardi 14 Juillet 2015


1.Posté par Pierre le 15/07/2015 10:51
J'ai pu voir en famille un autre Peau d'Ane à l'Espace Alya.. une superbe prestation remplie d'émotion, de rires et de couleurs.
Ma femme y est retournée avec les enfants..

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022