La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

Avignon Off 2015 La Revue des Pitchouns

Avignon Off 2015 pour les enfants !

Beaucoup de spectacles pour enfants sont présentés dans le festival Off d’Avignon cette année (contre 3 dans le In). À partir de 2-3 ans, le choix ne manque pas. Si vous êtes en famille, c’est donc l’occasion d’en profiter et de découvrir de belles créations.



"Petit-Bleu et Petit-Jaune"

© Yohann Cordelle.
© Yohann Cordelle.
Un premier coup de cœur se porte sur "Petit-Bleu et Petit-Jaune". L’histoire est extraite d’un merveilleux petit texte de Leo Lionni qui permet de faire découvrir aux plus petits le monde des couleurs. Ce livre très simple, raconte l’histoire de Petit-Bleu et Petit-Jaune, deux amis inséparables et qui, à force de s’embrasser, deviennent… tout vert. Mais le plus surprenant, je crois, est l’interdiction qui vient d’être posée par le Maire de Venise, Luigi Brugnaro, sur la diffusion de cette œuvre pour la littérature jeunesse avec 48 autres ouvrages .

La Cie Le Théâtre de la vallée est consternée d’apprendre une telle décision : "Depuis 20 ans, nous créons des spectacles qui résistent aux dogmes, à l’oubli, à la raison des puissants… En créant Petit-Bleu et Petit-Jaune, en 2014, nous n’aurions jamais imaginé que ce chef d’œuvre de la littérature enfantine, appel à la tolérance et au respect des différences, puisse être censuré".

"Il est en effet difficile de voir un message subversif dans cette étreinte chromatique."
La Republicca.

L’histoire a été quelque peu augmentée par deux artistes qui ont su mettre en voix et en images ce si joli récit de rencontres où chacun cherche sa place et finit par la trouver. Charlotte Schumann (en alternance avec Charlotte Plasse) métamorphose les sons et les mots en chant lyrique. Bruno Bianchi (instrumentiste) installe avec humour et imagination un métissage d’objets et d’instruments en tout genre qui recrée un univers sonore plein de fantaisie et de jeu. L’ensemble est savoureux pour le bonheur des petits comme des grands.

"Petit-Bleu et Petit-Jaune".
Théâtre musical. À partir de 3 ans.
De : Léo Lionni (édition École des Loisirs).
Mise en scène : Gerold Schumann.
Avec : Charlotte Plasse, Charlotte Schumann (au chant, en alternance), Bruno Bianchi (multi-instrumentiste).
Musique : Bruno Bianchi.
Scénographie : Bruno Bianchi et Gerold Schumann.
Lumières : Uwe Backhaus.
Durée : 30 minutes.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 9 h 45 et à 11 h.
Collège de La Salle, salle de Classe, 04 32 76 20 43.

"Chapeau, Perrault !"

© Dominique Chauvin.
© Dominique Chauvin.
Encore un spectacle tout public pendant lequel petits et grands sont captivés car les textes de Perrault ne sont ni simplifiés ni ringardisés. Il faut en revanche que l’enfant ne soit pas trop jeune et connaisse les contes, car les onze contes choisis sont narrés de manière succincte et rapide (en 1 heure !).

En revanche, les costumes très visuels (surtout l’ogre, impressionnant !) et le recours à un joli théâtre d’ombres chinoises prennent largement le relais et illustrent les saynètes avec parfois beaucoup d’humour. Un bel échange des comédiens avec son jeune public qui, sans en faire trop, le fait largement réagir. Le tout est efficace et proche de la farce.

"Chapeau, Perrault !".
À partir de 5 ans.
D’après les contes de ma mère l’Oye.
Textes : Charles Perrault.
Adaptation : Anne-Marie Petitjean.
Mise en scène : Jean Bonnet.
Avec : Sara Lepage, Soufian Khalil et en alternance Karen Garoutte et Loïc Tréhin.
Costumes : Béatrice Boursier.
Lumières : Marc Cixous.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 11 h 45.
Collège de La Salle, Salle de Classe, 04 32 76 20 43.

"Le Petit Monde"

© D.R.
© D.R.
Sa Tuo Qi est considérée comme l’une des compagnies les plus réputées du théâtre corporel chinois. Dans ce spectacle pour enfants, les objets prennent vie et sont sources de poésie et de sagesse taoïste. Toutefois, si cette pensée nous est imperméable, il devient alors difficile d’entrer dans la compréhension profonde de l’ensemble pour lequel nous avons du mal à trouver un sens global. Ce sont là de très jolis tableaux ponctués par une bande de joyeux lurons, souvent proches de la farce.

Chaque scène est très visuelle, mais jamais reliée les unes aux autres. Si la gestuelle y est très belle, le passage à l’humour est moins accessible. On voit là que leurs codes et les nôtres ne sont pas les mêmes… En revanche, les enfants quant à eux, ne semblent pas se soucier de ces considérations et entrent beaucoup mieux dans le jeu que les adultes ! N’est-ce pas finalement l’essentiel ?


"Le petit Monde".
Marionnette-objet. À partir de 3 ans.
Texte : Tchouang Tseu.
Mise en scène : Miao Zhao.
Interprètes : Erchuan Wu, Di Wu, Jiawen Zhang, Ting Shi, Ni Zhen, Mengting Yuan, Lingpeng Kong, Song Wu, Shuaiqiang Du.
Scénographe : Cao Lu.
Costumes : Wang Xiaoxiao.
Lumières : Gao Jie.
Son : Miao Chunyu.
Dramaturge : Jian He.
Conseiller artistique : Xiang Wei.
Durée : 50 minutes.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h 30.
Théâtre de l'Étincelle, 04 90 85 43 91.

"Peau d'Âne"

© Jean Reverdito.
© Jean Reverdito.
La Compagnie Boni and Prod présente quatre comédiens au plateau, ce qui est très honorable pour un spectacle jeune public. De très belles idées, dont une utilisation de la vidéo pour les costumes très astucieuse (la projection sur une très belle robe fait apparaître tour à tour les quatre saisons réclamées par la jeune fille). En revanche, nous avons été moins convaincus pas la réécriture du conte qui est ici proposée. Dans sa fuite, Peau d’Âne rencontre son Prince (au look très rock avec sa veste en daim et à franges) dans un cirque minable tenu par une sorte de "Ténardier". Pourquoi pas ! Mais plus de sobriété ne nuirait peut-être pas dans le jeu...

Ce spectacle est assez inégal dans son ensemble. Il y a beaucoup de bonnes volontés et le public semble en sortir plutôt content. Mais il y manque aussi un peu de nouveauté. Peau d’Âne a une jolie voix, mais les chansons du film mythique de Jaques Demy sont entièrement reprises. N'est-ce pas un peu périlleux quand on connaît le chef-d’œuvre cinématographique ?

Nous avons vraiment trouvé dommage que la compagnie n’aille pas plus loin dans cette adaptation du récit sans avoir à osciller entre un Jacques Demy et des touches plus contemporaines. Cela rend l’ensemble un peu bancale. C’est d’autant plus dommage que ce spectacle est néanmoins bourré de qualités.

"Peau d'âne".
Théâtre musical. À partir de 6 ans.
Texte : Charles Perrault.
Ecriture : C. Perrault - B. Giambattista - J. Asselin - C. Gaya - C. Ruiz.
Chansons : Michel Legrand.
Mise en scène : Caroline Ruiz.
Avec : Julien Asselin, Christine Gaya, Jean-Louis Kamoun, Cathy Ruiz.
Scénographie, lumières : Franck Bourgeois.
Costumes : Inès Martini Plançon.
La Peau de l'Ane : Cécile Besson.
Conseiller musical : Laurent Bernard.
Vidéo : Olivier Durand.
Décors : Atelier du petit chantier.
Compagnie : Hangar Palace.
Durée : 1 h 10.

Avignon Off Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 10 h.
Collège de La Salle, Théâtre du Préau, 04 32 76 20 43.

Sheila Louinet
Mardi 14 Juillet 2015


1.Posté par Pierre le 15/07/2015 10:51
J'ai pu voir en famille un autre Peau d'Ane à l'Espace Alya.. une superbe prestation remplie d'émotion, de rires et de couleurs.
Ma femme y est retournée avec les enfants..

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019