La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

La Jeanne d'Arc de Honegger et le spectateur au bûcher

Jusqu'au 3 février 2017, le public peut découvrir la nouvelle production de "Jeanne d'Arc au bûcher", l'oratorio d'Arthur Honegger, à l'Opéra de Lyon dans la mise en scène radicale de Romeo Castellucci. Une lecture en forme de refus de la dimension spirituelle de l'œuvre que transcendent avec talent chanteurs et orchestre sous la direction de Kazushi Ono.



© Stofleth.
© Stofleth.
En décembre 1935, Arthur Honegger, membre à sa façon affranchie du Groupe des Six, termine la partition d'un oratorio qui lui a été commandé par Ida Rubinstein - éminente figure de l'avant-garde de l'époque - sur un sujet qu'elle lui a suggéré. Ce sera Jeanne d'Arc, un personnage inspirant pour celle qui vient de découvrir le genre du mystère médiéval.

Honegger s'est donc adressé à Paul Claudel - une évidence - pour le livret. Malgré son refus initial de s'emparer d'un tel personnage et de sa légende dorée, le poète écrit le livret en onze jours, en versets où respire le fameux "spiritus" : cet esprit et ce souffle divins qui se communiquent à l'acteur dans son théâtre. Le sujet en sera l'avènement de la grâce après l'acceptation du martyre.

Claudel choisit d'évoquer la Passion de Jeanne en onze tableaux (le prologue sera rajouté en 1945) ; Jeanne d'Arc sur le bûcher (en 1431) en voit défiler les stations et des épisodes de sa vie dans un ordre chronologique inversé, du procès à l'enfance. C'est sur le livre que tient Frère Dominique (un saint qui a vécu au XIIIe siècle) et au rythme des voix des acteurs de son procès comme des saints, que se fait cette récapitulation jusqu'à la mort de celle qui sera canonisée au début du XXe siècle.

© Stofleth.
© Stofleth.
Honegger développe dans son "oratorio dramatique" (qui peut donc être mis en scène) sa formule rêvée d'un renouveau lyrique mêlant rôles parlés, danseurs, chanteurs, chœurs et un orchestre dominé par les vents et les bois (dont deux saxophones) et l'usage du piano, du célesta, des ondes Martenot.

La partition fait coexister (et parfois marie) musique populaire, carnavalesque même et un lyrisme mystique ou grandiose (Honegger, ce grand admirateur de Bach). Mêlant tous les arts, cette fresque digne d'un peintre primitif interroge ainsi chaque metteur en scène sur les places respectives du chant et du jeu, dans la tradition du souffle poétique claudélien. Auteur, metteur en scène et quasi plasticien, on comprend ce qui a pu plaire à Romeo Castellucci dans ce nouveau défi.

Las, si l'interprétation musicale, tant vocale qu'instrumentale, se révèle envoûtante dans ses jeux de lumières et d'ombres, équilibrée entre parodie et tragédie, la proposition du metteur en scène italien se révèle plus risquée, pour ne pas dire décalée quant aux enjeux de l'œuvre.

© Stofleth.
© Stofleth.
Dans cette radicale et implacable destruction du plateau (une salle de classe sous la IIIe République) sur lequel un homme de peine entend des voix et se défait, le temps d'endosser les oripeaux du personnage de Jeanne, le spectateur est invité à oublier tout ce qu'il croit savoir sur la sainte - que cette lecture s'ingénie à déconstruire sous nos yeux avec rage mais aussi pas mal de naïveté. De là un prologue avant le prologue, interminable, où (l'extraordinaire) Audrey Bonnet déguisée en homme de ménage déménage tables et chaises de ladite classe avec force han(s) - et grincements hideux. Le spectacle rallonge d'ailleurs l'œuvre d'une bonne demi-heure.

Quelques tableaux émergent, d'une beauté indéniable, mais la parodie recouvre tout, non sans autocitations et tics de Castellucci. Son pouvoir corrosif nous entraînant avec une réelle efficacité dans les limbes de la déréliction jusqu'à cette scène où l'actrice (qui subit plus qu'on ne saurait dire d'assez horribles épreuves) après avoir arraché plusieurs revêtements de la scène, s'enterre. Aucune grâce ici, et pas d'esprit divin (ou non). Pourquoi pas ? Mais à quoi bon ? Sauf à se dire que travailler contre l'œuvre est un art en soi… mais ô combien dépassé ? Plus performance que mise en scène lyrique, ce travail, qui fonctionnait très bien avec Schoenberg*, est assez décevant ici.

*Romeo Castellucci a mis en scène brillamment "Moïse et Aaron" à l'Opéra de Paris en 2015.

© Stofleth.
© Stofleth.
Prochaines dates
Mardi 31 janvier, jeudi 2 février, vendredi 3 février 2017 à 20 h.
Opéra de Lyon.
Place de la Comédie, Lyon.
Tél. : 04 69 85 54 54.
>> opera-lyon.com

"Jeanne d’Arc au bûcher" (1938).
Oratorio dramatique en 11 scènes avec prologue.
Musique d'Arthur Honegger.
Livret de Paul Claudel.
En français.
Durée : 1 h 30 environ.

Direction musicale : Kazushi Ono.

© Stofleth.
© Stofleth.
Mise en scène, décors, costumes et lumières : Romeo Castellucci.
Dramaturgie : Piersandra Di Matteo.
Collaboratrice artistique : Silvia Costa.

Audrey Bonnet, Jeanne d'Arc.
Denis Podalydès, Frère Dominique.
Ilse Eerens, La Vierge.
Valentine Lemercier, Marguerite.
Marie Karall, Catherine.
Jean-Noël Briend, ténor solo (une voix, Porcus, 1er Héraut, Le Clerc).
Sophie Lou, Pécus.
Didier Laval, récitant.
Louka Petit-Taborelli, récitant.
Participation de Istvan Zimmermann et Giovanna Amoroso, Plastikart Studio.

Orchestre, Chœurs et Maîtrise de l’Opéra de Lyon.
Philip White, Chef des chœurs.
Karine Locatelli, Chef de chœur de la Maîtrise.

Christine Ducq
Mardi 31 Janvier 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017