La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.


Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle


Paroles & Musique

"Ivo Livi ou le destin d'Yves Montand"… du petiot au papet - 24/02/2017

Dans une mise en scène, précise et enlevée, tout en couleur, où l'on découvre un Montand sous ses différentes facettes, les comédiens font une belle prestation dans des registres variés où la figure de l'artiste apparaît pleine de vitalité et de vérité. C'est l'histoire d'un homme, chanteur, comédien, acteur et par-dessus tout engagé. Yves Montand (1921-1991) a marqué son époque. La pièce retrace...  

Les Divalala… Délicieusement féminines, un rien féministe et surtout très "Femmes" - 28/01/2017

Elles sont ravissantes, taquines mais surtout leur art virtuose tient plus aux capacités de leur voix, à celle de réaliser des harmonisations réussies, le tout associées à l'espièglerie et au sérieux de leurs interprétations qu'à une quelconque fonction de cruches chantantes sur plateau télé ! C'est un trio au chœur féminin qui, durant une heure vingt, dans un univers aux reflets parfois...  

Nouveau spectacle Chanson Plus Bifluorée : Une cuvée spéciale... à fredonner sans modération - 06/01/2017

Issue de la fusion artistique du Gong du Balayeur et du Mécanophone (1985), le quatuor Chanson Plus Bifluorée poursuit depuis 1997* sa belle aventure vocale et musicale en trio. Ainsi, depuis plus de vingt-cinq ans, ils pratiquent à merveille l'art du détournement (qui fut l'apanage à la Belle Époque de nombreux chansonniers), les reprises de classiques et la création de compositions...  

Barber Shop Quartet… L'art sublimé et tellement désopilant de la chansonnette a cappella - 06/10/2016

Reprise ! C'est frais, joyeusement impertinent et gaiement irrespectueux… À la quintessence de l'humour, de l'harmonie vocale et de la gestuelle burlesque. Comme un doux et délicieux nectar, cela se déguste lentement, les oreilles grandes ouvertes, les zygomatiques en parfait état de fonctionnement et le cerveau disponible aux intelligentes mélodies et autres chansonnettes… Le nez est fleuri,...  

Concert exceptionnel et unique des Yeux Noirs pour l'Association Coline en Ré - 30/09/2016

La musique sauve des enfants, tel est la baseline de Coline en Ré. Pour cela, l'association sollicite la musique au plus haut niveau pour sauver des enfants en danger. C'est en soutien aux actions menées que le groupe "Les Yeux Noirs" se produira le 10 octobre aux Folies Bergère pour une soirée caritative. Créé par Éric et Olivier Slabiak en 1992, Les Yeux Noirs associe, depuis le début, un...  

● Avignon Off 2016 ● Petit voyage musical, à la fois festif et intime, dans l'univers de Brel - 27/07/2016

Après avoir connu un joli succès l'année dernière à Avignon, Jef, ses amis Jacky et Pierre, personnages échappés des chansons de Jacques Brel, sont de retour pour cette nouvelle édition du Off. Création de Sebastião Saramago, "J'vous ai apporté des bonbons" est un voyage original et surprenant au pays du poète bruxellois pour une rencontre musicale et théâtrale avec trois "amis" typiquement...  

Voyage au bout de la nuit avec Rodolphe Burger - 17/02/2016

Dans le silence vespéral de la nuit des marécages de Whitefish Lake, un cerf nous regarde majestueux. Ses yeux sont troubles comme l'eau de cette maudite rivière, dans laquelle nous allons peut-être y laisser la peau. "Kid tu sais? The river wants to trap me!". Mon appareil est prêt et moi aussi. Billy surveille les alentours pâteux de la barque. Il y a sûrement des crocodiles dans cette garbure...  

Sanseverino prend un nouvel envol du côté du bluegrass, façon "Papillon"… - 11/01/2016

"Papillon", tel est le titre du nouvel album de Sanseverino et de sa tournée. Un spectacle musical tout droit inspiré de ses souvenirs d'enfance en matière de lecture. En effet, "Papillon", alias Henri Charrière, est le surnom d'un forçat du bagne de Cayenne, né en 1906 en Ardèche. Son récit d'aventures et d'évasion autobiographique fut un best-seller en librairie en 1969. Sanseverino, après...  

Barcella : Entre chansons intimistes mélodiques et titres slamés poétiques - 21/11/2015

Barcella joue à 20 h 30 ce vendredi 13 novembre 2015 à Saint-Lô, dans la Manche, dans le cadre du festival "Les Rendez-Vous Soniques". C'est sous de vifs sourires que le public ressort de la salle arborant un bonheur partagé suite à la très réussie prestation de l'artiste. Cette bouffée d'humanité, de plaisir musical et partage culturel, hélas, ne sera que de courte durée. À peine sortis dans le...  

Le Toulouse Con Tour : Art Mengo, Magyd Cherfi et Yvan Cujious… L’histoire d’un trio improbable ! - 30/10/2015

Pour monter ce répertoire, les trois chanteurs Toulousains ont mis en place une trame et sélectionné en priorité des artistes avant les titres. Parmi ces artistes repris : Carlos Gardel, Francis Cabrel, Pierre Perret, Nino Ferrer, Pierre Vassiliu, Les Fabulous trobadors, sans oublier Claude Nougaro et bien d’autres… L’idée initiale était également qu’ils soient accompagnés uniquement par...  
1 2 3 4 5



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Monsieur de Pourceaugnac", un travail d'archéologie expérimentale ne sombrant pas dans la reconstitution académique

"Monsieur de Pourceaugnac", Théâtre de l'Épée de Bois, Paris

Sbriganti, brillant filou napolitain a, de son jeune maître Eraste, reçu mission de faire déguerpir un provincial nouvellement arrivé, un ridicule venu pour épouser la toute belle Julie, et qui contrarie sans le savoir les sentiments amoureux. Tous les recours sont mis en œuvre pour faire échec au projet de mariage de ce Pourceau… gnac.

Farces, mensonges partent en rafales. Vrais médecins, fausses épouses, juges et policiers. Tout est bon, dans une succession de tableaux, pour faire basculer et éjecter le personnage central.

Créée à partir de trames italiennes, encadrée par la musique de Lully et entrecoupée d'intermèdes de danse, cette comédie de Molière a une telle tenue que le public ne peut que rire aux dépens du bonhomme.

La mise en scène de Raphaël de Angelis se montre attentive aux indications d'origine. En s'appuyant sur des passionnés de l'univers baroque et carnavalesque, elle met en valeur dans une forme épurée de tréteau la richesse des jeux.

Minutieux, les effets sont gradués et précis. La musique, la pantomime, la danse, les masques italiens et de carnaval présentent même un côté un peu ritualisé qui n'est pas sans évoquer quelques brins de No et de Kyogen discrètement injectés.

C'est un travail authentique d'archéologie expérimentale qui ne sombre pas dans une reconstitution académique. Mais qui propose une restitution en manière contemporaine. Sa progressivité atteint la justesse par la beauté.

Jean Grapin
14/06/2017