La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.


Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle


Concerts

Les 62e Nuits de la Citadelle, un festival en mode majeur - 19/06/2017

Du 19 juillet au 12 août, le festival le plus ancien de France avec les Chorégies d'Orange rouvre ses portes à Sisteron pour une programmation très variée placée sous les auspices des muses de la danse, du théâtre, de la musique et des arts plastiques. Un éclectisme qui est la marque de fabrique des Nuits de la Citadelle. La passion, qui anime les promoteurs de la culture à Sisteron - cette Porte...  

Le Balcon ressuscite magistralement "Dracula" à l'Athénée - 13/06/2017

Début juin, l'ensemble Le Balcon dirigé par son fondateur Maxime Pascal faisait redécouvrir, pour trois soirées, le "Dracula" de Pierre Henry, au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet, dans une version pour orchestre sonorisé et un orchestre de hauts-parleurs. Un concert spectaculaire qui donnait chair et frissons aux "paysages oniriques" voulus par le compositeur à partir de pages du Ring wagnérien....  

La "Résurrection" ou les souffrances du jeune Mahler à la Philharmonie - 29/05/2017

Pour clore sa saison parisienne, Daniel Harding, le nouveau directeur musical de l'Orchestre de Paris, a programmé pour deux concerts, les 24 et 25 mai, la deuxième symphonie de Gustav Mahler, dite "Résurrection". Mobilisant un effectif énorme et le chœur maison, le chef-d'œuvre du compositeur allemand a trouvé les interprètes transcendants qu'il mérite. Essentiellement composée entre 1892 et...  

Du bonheur musical tout en "Contraste" - 23/03/2017

L'ensemble Contraste est un collectif d'artistes qui entend exploser les cadres et abolir les frontières, tant pour les formats de concerts que pour les répertoires abordés. Cette "bande de copains prêts à toutes les aventures", selon les mots de son directeur artistique Arnaud Thorette, se pose à Paris quelques semaines, l'occasion pour le public de goûter cet éclectisme joyeux. Musique savante...  

Carte blanche à Sirba Octet pour L'Autre Saison des Dissonances - 08/11/2016

Pour le 52e concert de L'Autre Saison des Dissonances, l'ensemble Sirba Octet a offert dans l'Église Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris un florilège de son répertoire plongeant "Au cœur de l'âme yiddish", au profit des sans-abris. Un moment de convivialité et de fraternité bercé par la joie et la nostalgie des traditions klezmer et tsigane de l'Europe orientale, revisitées par des musiciens...  

Intronisation réussie pour Thomas Hengelbrock, nouveau chef associé de l’Orchestre de Paris - 31/10/2016

Un premier concert, remarquable aussi par son programme et ses artistes invités, signe une prise de fonction réussie pour le nouveau chef associé de l’Orchestre de Paris. Le chef allemand, Prix Herbert von Karajan 2016, a magistralement emmené l’orchestre sur des chemins inusités avec trois œuvres entrant au répertoire de ce dernier. Des sublimes ombres et lumières de Jean-Sébastien Bach à la...  

Le Théâtre Grévin s'ouvre à nouveau à la musique classique - 25/10/2016

Si Paris n'attire plus autant de touristes en cette période délicate, son offre en matière de beaux lieux dédiés au concert classique ne cesse cependant de s'enrichir. Outre les grandes salles réputées telle la Philharmonie, le public plébiscite aussi de belles scènes plus confidentielles, pensées pour des formats de concerts plus intimistes. Rencontre avec Philippe Maillard, artisan du retour du...  

Le Concert de la Loge en forme Olympique - 21/10/2016

Le 7 octobre dernier, l'ensemble emmené par le violoniste Julien Chauvin et la soprano Sandrine Piau formaient une équipe idéale à l'Auditorium du Louvre. Retour sur un beau concert disponible en replay gratuit sur la chaîne Medici, avant le retour de Julien Chauvin avec le Quatuor Cambini le 18 novembre sur cette même scène. On se souvient sans doute des démêlés stupides imposés par le Comité...  

Pierre Thilloy, compositeur voyageur - 28/09/2016

Alors que la seconde édition de son festival Les 2 Mondes s'achevait par une soirée intitulée "Voyage symphonique" où était créée la nouvelle version de son œuvre controversée "Khojaly 613", nous avons rencontré le compositeur pour un entretien sans tabous. Pour la première fois depuis son éviction de la direction artistique de l'Orchestre Lamoureux, Pierre Thilloy est sorti de son silence pour...  

Tempêtes d’amour au Festival de Sablé - 06/09/2016

Le Festival de Sablé-sur-Sarthe vient de se terminer. Avec un succès indéniable de fréquentation grâce à sa programmation de très grande qualité, ses événements originaux (tels les "Déjeuners sur l’herbe" en musique) et son académie internationale de référence (avec le contre-ténor Andreas Scholl pour cette édition). Parmi tant de beaux concerts à l’affiche, celui de la mezzo Anna Reinhold avec...  
1 2 3 4 5 » ... 13



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Monsieur de Pourceaugnac", un travail d'archéologie expérimentale ne sombrant pas dans la reconstitution académique

"Monsieur de Pourceaugnac", Théâtre de l'Épée de Bois, Paris

Sbriganti, brillant filou napolitain a, de son jeune maître Eraste, reçu mission de faire déguerpir un provincial nouvellement arrivé, un ridicule venu pour épouser la toute belle Julie, et qui contrarie sans le savoir les sentiments amoureux. Tous les recours sont mis en œuvre pour faire échec au projet de mariage de ce Pourceau… gnac.

Farces, mensonges partent en rafales. Vrais médecins, fausses épouses, juges et policiers. Tout est bon, dans une succession de tableaux, pour faire basculer et éjecter le personnage central.

Créée à partir de trames italiennes, encadrée par la musique de Lully et entrecoupée d'intermèdes de danse, cette comédie de Molière a une telle tenue que le public ne peut que rire aux dépens du bonhomme.

La mise en scène de Raphaël de Angelis se montre attentive aux indications d'origine. En s'appuyant sur des passionnés de l'univers baroque et carnavalesque, elle met en valeur dans une forme épurée de tréteau la richesse des jeux.

Minutieux, les effets sont gradués et précis. La musique, la pantomime, la danse, les masques italiens et de carnaval présentent même un côté un peu ritualisé qui n'est pas sans évoquer quelques brins de No et de Kyogen discrètement injectés.

C'est un travail authentique d'archéologie expérimentale qui ne sombre pas dans une reconstitution académique. Mais qui propose une restitution en manière contemporaine. Sa progressivité atteint la justesse par la beauté.

Jean Grapin
14/06/2017