La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

"Zenzile et le Cabinet du Docteur Caligari"

Figure emblématique de la scène dub française et reconnu internationalement pour sa créativité, le groupe angevin Zenzile, voulant s'interroger sur son processus de création, réalise une nouvelle production artistique liant intimement les univers musical et visuel.



"Zenzile et le Cabinet du Docteur Caligari"
Dans la lignée du mythique Art Zoyd (1), Zenzile s'est essayé au difficile exercice du ciné-concert. Répondant à une commande émanant à la fois du festival "Premiers Plans" et de la salle "Le Chabada" (Scène de musiques actuelles) d'Angers où le groupe fut en résidence à cette occasion en janvier 2010, Zenzile a créé de nouvelles compositions pour le film muet "Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Weine (1919). "Il ne s’agit plus ici de chercher à composer les meilleurs morceaux à jouer ensemble, mais d’illustrer de manière sonore une trame et un timing qui ne sont pas de notre fait. Le film est d’un esthétisme saisissant et l’intrigue est vraiment bien ficelée. On doit juste accompagner ce climat".

Fans de cinéma et devant respecter le thème imposé par le festival, "la peur au cinéma", les cinq membres du groupe choisissent ce film culte du mouvement expressionniste allemand. Construit comme un thriller psychologique, "Le Cabinet du docteur Caligari" est considéré comme un film fondateur et précurseur de l'expressionnisme, avant même que naissent les premières œuvres maîtresses de Fritz Lang ("Docteur Mabuse" en 1922, "Métropolis" en 27 et "M le Maudit" en 31) et de F. W. Murnau ("Nosferatu" en 1921).

À la différence de leurs concerts habituels, Zenzile est ici dans une situation "d'accompagnement" impliquant plus de retenue. Sublimant leur penchant musical cinématique, entre rock planant, dub minimal ou électro, ils tissent une musique vivante fusionnant avec les images esthétisantes et l'intrigue, les rendant ainsi extrêmement contemporaines.

Une œuvre originale à découvrir tant sont rares les groupes déjà "installés" qui osent ainsi explorer des horizons aussi novateurs et mettre leurs talents au service d'une œuvre déjà existante.

(1) Créé en 1969, Art Zoyd (41 ans au compteur !) compose, entre autres, pour le théâtre, la danse et s'est fait remarquer ces dernières années par des créations de musiques (ciné-concert) de films emblématiques de l'expressionnisme allemand : "La chute de la maison Usher" de Jean Epstein (1928), "Nosferatu" (1921) et "Faust" de Murnau (1926), "Häxan" de Benjamin Christensen (1922) et "Metropolis" (1927) de Fritz Lang.

Zenzile en ciné-concert

● 18 novembre 2010 : Le Café de la danse, Paris (75), dans le cadre du Télérama Dub Festival.
● 26 novembre 2010 : Le Fil, Saint-Étienne (42), Télérama Dub Festival.
● 2 décembre 2010 : Salle Le Ciel, Grenoble (38), Festival le Tympan dans l'œil.
● 7 avril 2011 : Le Fresnoy - Tourcoing (59).
● 19 avril 2011 : Garajistanbul - Istanbul - Turquie.
● 4 mai 2011: Printemps du Ciné-Concert, Bordeaux (33).
● 20 mai 2011 : L’atelier, Cluses (74).
● 1 juillet 2011 : Festival Campagn'Art, Saint-Maurice-lès-Châteauneuf (71).
● 2 juillet 2011 : Festival "La Tour prend l’air", Voisins-le- Bretonneux (78).


www.zenzile.com

05_fire_eater.mp3 05-fire-eater.mp3  (5.19 Mo)


1_enter_caligari.mp3 1.enter_caligari.mp3  (4.43 Mo)


Gil Chauveau
Vendredi 15 Avril 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Shaman et Shadoc", une prose mélodieuse portée par un jeu riche de pleins et de déliés

"Shaman et Shadoc… Ou l'imposture des rats", Théâtre Essaïon, Paris

Deux hommes et une femme, l'un bien sapé, l'autre dépenaillé... et elle, surgissant, comme une ombre, chantonnant en vers, par intermèdes, la chronique des deux. En compagnons d'infortune : des rats, à destination de compagnie ou d'expériences. Assis sur un banc, les deux "s" - comme solitude - tentent le tête-à-tête…

En attendant la mort ou la résilience… Shaman et Shadoc dissertent, dans une forme de dualité où les rapports de force ne sont pas ce qu'ils paraissent être, où l'équilibre mental des êtres semble déterminer les règles ludiques de cet affrontement verbal ayant pour trame un passé commun volontairement oublié.

Entre eux, une femme, sœur de l'un, femme de l'autre, carbonisée, incinérée dans le feu des souvenirs, perdue dans les flammes de la mémoire, mais toujours brûlante de possibles règlements de comptes, de vengeance, d'absolution ou de renaissance… la fin en donnera la solution.

En attendant, dans un habit d'absurde faisant parfois songer à Godot, nos zigues, pas toujours débonnaires, usent de joutes oratoires et de convenances dînatoires. Dans une recherche de mainmise de l'un sur l'autre, et vice-versa, se jouent tentatives de manipulations ou de connivences. Au bout du compte, après l'épuration du cynisme et la révélation de la noire vérité se posera la question finale :
Shaman : Shadoc ! Et Dieu dans tout ça ?
Shadoc : Le brave homme.

Gil Chauveau
29/03/2017