La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une quête marionnettique… comme un miroir de l'état du monde et de la pauvreté de nos actions

"Le Petit Théâtre du Bout du Monde", Théâtre La Criée, Marseille

Dans un univers proche du nôtre, à une date pas très déterminée et dans un lieu aux allures post-apocalyptiques, un humain manipulateur, accompagné d'un singe-taupe guide aux yeux phares, d'un administrateur, d'un appariteur, d'une vieille, d'un banquier, d'une femme en attente de bus, et autres sujets à l'artistique étrangeté invitent le spectateur à une réflexion poétique et décalée sur notre monde, son avenir… possible ou rêvé.



© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
À vue, une "scène" (avec trois-quatre marionnettes au repos) posée sur un espace souterrain, véritable abri ou tanière où la vie s'organise autour d'objets hétéroclites datant de l'avant "grande numérisation" : machine à écrire, téléphone à fil, télé à tube, vieux interrupteurs de lampe en céramique, etc.

D'entrée de jeu, les spectateurs sont invités à déambuler autour de ce dispositif scénique, les séquences narratives mettant en mouvement des personnages dont les actes peuvent survenir à différents endroits des deux plateaux superposés. Ainsi ceux-ci ont la possibilité d'aborder les différentes scènes sous des angles visuels plus ou moins pertinents, devenant scrutateurs de ces petites gens qui semblent tant nous ressembler.

Et cela tant sur le plateau du dessus, classique, que dans la "cave-refuge", mystérieuse, dont l'activité et les différents éléments qui la composent sont visibles de l'extérieur grâce à un grillage à fine trame, comme un tulle fin transparent dévoilant un univers curieux et miniature excitant l'observation et l'étude.

© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
Dans la création de Ezéquiel Garcia-Romeu, le public peut être actif. À trois-quatre moments répartis dans le spectacle, il est sollicité pour œuvrer en tant que machiniste pour descendre une ampoule à l'aide d'une cordelette, comme acteur involontaire et rejoindre le marionnettiste dans sa "boîte", ou pour porter une lettre, ou encore résoudre une panne d'électricité en pédalant sur un vélo dynamo d'appartement. La plupart des sollicitations émanent d'un appareil téléphonique à cadran circulaire datant d'un autre âge (époque XXe, début Ve République !) donnés en direct par le maître des lieux et du peuple des marionnettes.

Ces petits êtres étranges, singuliers, sont caractérisés par des actions quotidiennes et banales : attendre le bus, être sur les toilettes, regarder la télé, dormir, écrire, etc. Mais celles-ci sont comme figés dans des mouvements qui pourraient se renouveler perpétuellement, nous renvoyant comme un miroir nos attitudes routinières, interrogeant nos propres contraintes, notre inactivité, nos démissions par rapport aux problèmes cruciaux de notre planète : pollution des océans, réchauffement climatique, énergies renouvelables, traitements des déchets, guerres. Ces événements et catastrophes sont exprimés via la bande-son ou au travers de la télé (discours, déclarations, reportages…).

© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
Comme souvent lorsque le marionnettiste manipule à vue, se dégage, le temps où brûle la flamme de vie insufflée par le "créateur", une réelle humanité des marionnettes et une profonde relation complice entre le maître et ses sujets de bois, de résine, de tissu, de mousse; de chiffons ou de tout autres matériaux utiles à la conception de ce microcosme. Et dans la représentation allégorique de ce système où nous vivons, atelier expérimental de nos futures réalités, le spectateur peut s'interroger sur sa destinée, sur sa capacité à penser… Et les marionnettes, elles, pensent-elles ?

"Le Petit Théâtre du Bout du Monde"

© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
Mise en scène, scénographie et marionnettes : Ezéquiel Garcia-Romeu.
Dramaturgie et regard extérieur : Laurent Caillon.
Jeu et manipulation : Ezéquiel Garcia-Romeu et Issam Kadichi, en alternance.
Manipulation mécanismes : Thierry Hett.
Création sonore : Samuel Sérandour.
Costumes : Cidalia da Costa et Myriam Stadjic.
Peinture des décors : Claudia Andréa Mella Diaz.
Accessoires : Sabrina Anastasio.
Dessins et peintures : Ezéquiel Garcia-Romeu.
Durée : 1 h.

Du 4 au 13 mai 2017.
Mardi, jeudi, vendredi à 20 h, mercredi à 19 h, samedi à 16 et 20 h.
Scolaires : jeudi 4 et mardi 9 à 14 h 15, mercredi 10 et jeudi 11 à 9 h 30.
Théâtre La Criée, Petit Théâtre, Marseille 7e, 04 91 54 70 54.
>> theatre-lacriee.com

Gil Chauveau
Mardi 9 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017