La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une quête marionnettique… comme un miroir de l'état du monde et de la pauvreté de nos actions

"Le Petit Théâtre du Bout du Monde", Théâtre La Criée, Marseille

Dans un univers proche du nôtre, à une date pas très déterminée et dans un lieu aux allures post-apocalyptiques, un humain manipulateur, accompagné d'un singe-taupe guide aux yeux phares, d'un administrateur, d'un appariteur, d'une vieille, d'un banquier, d'une femme en attente de bus, et autres sujets à l'artistique étrangeté invitent le spectateur à une réflexion poétique et décalée sur notre monde, son avenir… possible ou rêvé.



© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
À vue, une "scène" (avec trois-quatre marionnettes au repos) posée sur un espace souterrain, véritable abri ou tanière où la vie s'organise autour d'objets hétéroclites datant de l'avant "grande numérisation" : machine à écrire, téléphone à fil, télé à tube, vieux interrupteurs de lampe en céramique, etc.

D'entrée de jeu, les spectateurs sont invités à déambuler autour de ce dispositif scénique, les séquences narratives mettant en mouvement des personnages dont les actes peuvent survenir à différents endroits des deux plateaux superposés. Ainsi ceux-ci ont la possibilité d'aborder les différentes scènes sous des angles visuels plus ou moins pertinents, devenant scrutateurs de ces petites gens qui semblent tant nous ressembler.

Et cela tant sur le plateau du dessus, classique, que dans la "cave-refuge", mystérieuse, dont l'activité et les différents éléments qui la composent sont visibles de l'extérieur grâce à un grillage à fine trame, comme un tulle fin transparent dévoilant un univers curieux et miniature excitant l'observation et l'étude.

© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
Dans la création de Ezéquiel Garcia-Romeu, le public peut être actif. À trois-quatre moments répartis dans le spectacle, il est sollicité pour œuvrer en tant que machiniste pour descendre une ampoule à l'aide d'une cordelette, comme acteur involontaire et rejoindre le marionnettiste dans sa "boîte", ou pour porter une lettre, ou encore résoudre une panne d'électricité en pédalant sur un vélo dynamo d'appartement. La plupart des sollicitations émanent d'un appareil téléphonique à cadran circulaire datant d'un autre âge (époque XXe, début Ve République !) donnés en direct par le maître des lieux et du peuple des marionnettes.

Ces petits êtres étranges, singuliers, sont caractérisés par des actions quotidiennes et banales : attendre le bus, être sur les toilettes, regarder la télé, dormir, écrire, etc. Mais celles-ci sont comme figés dans des mouvements qui pourraient se renouveler perpétuellement, nous renvoyant comme un miroir nos attitudes routinières, interrogeant nos propres contraintes, notre inactivité, nos démissions par rapport aux problèmes cruciaux de notre planète : pollution des océans, réchauffement climatique, énergies renouvelables, traitements des déchets, guerres. Ces événements et catastrophes sont exprimés via la bande-son ou au travers de la télé (discours, déclarations, reportages…).

© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
Comme souvent lorsque le marionnettiste manipule à vue, se dégage, le temps où brûle la flamme de vie insufflée par le "créateur", une réelle humanité des marionnettes et une profonde relation complice entre le maître et ses sujets de bois, de résine, de tissu, de mousse; de chiffons ou de tout autres matériaux utiles à la conception de ce microcosme. Et dans la représentation allégorique de ce système où nous vivons, atelier expérimental de nos futures réalités, le spectateur peut s'interroger sur sa destinée, sur sa capacité à penser… Et les marionnettes, elles, pensent-elles ?

"Le Petit Théâtre du Bout du Monde"

© Nathalie Sternalski.
© Nathalie Sternalski.
Mise en scène, scénographie et marionnettes : Ezéquiel Garcia-Romeu.
Dramaturgie et regard extérieur : Laurent Caillon.
Jeu et manipulation : Ezéquiel Garcia-Romeu et Issam Kadichi, en alternance.
Manipulation mécanismes : Thierry Hett.
Création sonore : Samuel Sérandour.
Costumes : Cidalia da Costa et Myriam Stadjic.
Peinture des décors : Claudia Andréa Mella Diaz.
Accessoires : Sabrina Anastasio.
Dessins et peintures : Ezéquiel Garcia-Romeu.
Durée : 1 h.

Du 4 au 13 mai 2017.
Mardi, jeudi, vendredi à 20 h, mercredi à 19 h, samedi à 16 et 20 h.
Scolaires : jeudi 4 et mardi 9 à 14 h 15, mercredi 10 et jeudi 11 à 9 h 30.
Théâtre La Criée, Petit Théâtre, Marseille 7e, 04 91 54 70 54.
>> theatre-lacriee.com

Gil Chauveau
Mardi 9 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Erich von Stroheim", une allégorie de la marchandisation des corps, de la standardisation de la médiocrité

"Erich von Stroheim", Théâtre du Rond-Point, Paris

Sur le plateau, dans la mise en scène de Stanislas Nordey, pour la pièce de Christophe Pellet "Erich von Stroheim", un paravent, ou plutôt un retable géant, s'ouvre et se ferme de manière répétitive. Lorsque le retable s'ouvre une femme et deux hommes apparaissent, dans une alternance de duos. Présentés dans une simplicité d'appareil. Elle est dominatrice. L'un est mûr et soumis et probable géniteur. L'autre a l'allure d'un éphèbe grec : c'est un apprenti.

À l'évidence du texte, la scène se situe au sein d'une entreprise de production de films X. Le dialogue renvoie aux métiers de la pornographie. Et le personnage masculin qui trouve très beau l'uniforme d'officier germanique qu'il endosse pour ses prestations ignore tout de la biographie du vrai comédien allemand Erich von Stroheim qu'il évoque pour annoncer sa journée de travail… (Au spectateur attentif d'apprécier la violence de l'allusion).

La pièce montre un trio, en recherche de couple. Le texte de Christophe Pellet, au langage simple et direct, joue les antagonismes, refuse tout signe d'échange, de symbiose. S'y discerne une difficulté manifeste à dire une impossible enfance, une impossible tendresse, d'impossibles sentiments.

Les personnages sont prisonniers d'une chair sans imaginaire. Objets du regard, les comédiens sont contraints à une dureté du jeu. Ils n'offrent que l'intensité de leur présence, leur corps en offrande, une tension de la voix. Quasi automates.

Jean Grapin
02/05/2017