La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Sur un air de jazz, la java des cœurs amoureux...

"La Surprise de l'Amour", Théâtre de Belleville, Paris

[Reprise] Pour sûr, en 1722, le jazz n'était pas là... mais la java oui ! La java des cœurs amoureux, ceux qui se dévoilent et ceux qui se voilent, d'où naissent les passions qui se disent ou celles encore indécises que l'on voudrait taire... C'est là toute "La Surprise de l'Amour" ! Aude Macé et la Cie le Fil a Tissé ne s'y sont pas trompées en s'emparant, avec une jubilation toute jazzy, du texte de Marivaux.



© Émilie Deligne.
© Émilie Deligne.
Ce qui préoccupe Marivaux, et qu'il nous donne à entendre dans cette pièce (comme dans de nombreuses autres), touche à la genèse du sentiment amoureux, à son éclosion fragile et à son évolution toujours sujette à l’incertitude. Comme une danse, une java des cœurs (qui avance puis recule et qui parfois piétine...) : ceux de Jacqueline et Pierre qui ont déjà cette presque certitude et revendique leur union, ceux de Colombine et Arlequin qui, au défi du jeu (de cache-cache), finiront (tout comme leurs "maître et maitresse" respectifs) par répondre présents et, enfin, ceux de Lélio et la Comtesse qui, déçu de leurs précédents engagements, peinent à laisser éclore leur "nouvel amour" naissant. Mais les sentiments de ces derniers, n'échappant dans un premier temps qu'à eux, ne seront pas invisibles aux autres qui, pour libérer les cœurs prisonniers, ne pourront s'empêcher d'en "jaser" (ou révéler ce que l'on aurait dû taire)... et d'en jazzer !

© Émilie Deligne.
© Émilie Deligne.
De ces variations amoureuses, Aude Macé va écrire une mise en scène - musicale partition – toute en finesse et en précision où l'improvisation ne peut s'exercer, comme sur une grille d'accords jazzy, sans la perfection et la maîtrise du jeu. De ce qui aurait pu paraître audacieux, elle (et la Cie) nous offre une création juste et précise, prenant soin d'effectuer des choix musicaux ne perturbant à aucun moment la dynamique et la musicalité de la langue de Marivaux : un texte qui, dans son rythme même, donne déjà le sens de l'action. Mais ce parti-pris n'aurait pas pu être une réussite sans le talent des comédiens de la compagnie. Chaque rôle étant parfaitement distribué, chacun prend possession, avec une énergie pleine de fraîcheur, de simplicité mais déjà d'un professionnalisme affirmé, de son personnage et l'emmène, entre humour et tension bouleversante, sur le fil chromatique des notes bleues d'un jazz majeur. Et le verbe de Marivaux, dans l'expression de leurs jeux respectifs, prend alors la légitimité d'un accord de septième augmentée ! Que ce soit la prestance du Baron (Édouard Michelon), rappelant Joel Grey (le maître de cérémonie) dans "Cabaret" de Bob Fosse, ou Jacqueline (Julie Duquenoÿ) nous laissant entendre quelques mélodiques notes vocales, ou encore Pierre (Mathieu Graham) à la trompette, l'ensemble est fluide, souple et coule sur la musique gracieusement... Et l'arrivée presque attendue de Glenn Miller soutient même le rythme parfois un peu "speedé" d'un Lelio (Mathieu Héridel) luttant désespérément une dernière fois contre son cœur. Sur une partition réputée difficile, l'adaptation moderne d'un classique, qui plus est en le collant à un style musical classifié, la Cie Le Fil a Tissé et Aude Macé à la mise en scène réussissent à ne commettre aucune fausse note... Décidément, le cours de théâtre Claude Mathieu nous réserve de bonnes surprises... Après la Savaneskise issue également de ses rangs, c'est au tour (et dans le même théâtre) de la Cie Le Fil a Tissé de nous proposer une pièce du répertoire, à la sauce jazzy cette fois-ci, adaptée et jouée par de jeunes comédiens "plus que prometteurs".

"La Surprise de l'Amour"

© Émilie Deligne.
© Émilie Deligne.
(Vu le 2 mars 2011)

Texte : Marivaux.
Mise en scène : Aude Macé.
Avec : Laura Chiche, Julie Duquenoÿ, Mathieu Graham, Mathieu Héribel, Édouard Michelon, Aurélie Noblesse, Clément Séjouré.
Création lumière : Julie Duquenoÿ.

A été joué du 4 janvier au 30 mars 2011, les mardis et mercredis à 21 h 15.
Théâtre du Marais, Paris 3e, 01 44 45 88 42.

Reprise les 3 et 4 juin 2012 à 21 h.
Théâtre de Belleville, Paris 11e, 01 48 06 72 34.
>> theatredebelleville.com

Gil Chauveau
Mercredi 30 Mars 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017