La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Sinfonia en Périgord, un festival en toute liberté

Du 26 août au 2 septembre 2017, la 27e édition du festival baroque implanté à Périgueux et alentours programme jeunes talents prometteurs et artistes de poids avec son habituel esprit de liberté. Rencontre avec David Théodoridès, un directeur qui voit loin.



"Vespres", Cie La Tempête © DR.
"Vespres", Cie La Tempête © DR.
Pour David Théodoridès, directeur et programmateur de Sinfonia en Périgord, "le festival est une histoire d'amour", celle d'une "mélomanie héritée" au service d'une manifestation créée il y a quasiment trente ans. Alors qu'il suit un cursus au Conservatoire de Toulouse, David Théodoridès devient l'assistant de son père à la tête du festival avant de lui succéder en 2002.

Pour ce passionné, qui se voyait chef d'orchestre dans sa jeunesse, rien ne compte plus que la relation de confiance établie avec les artistes et le public avec les années. À chaque édition de Sinfonia, fidèles et petits nouveaux répondent présents pour le plus grand bonheur d'un homme qui n'aime rien tant que d'accompagner projets et artistes sur le chemin de l'excellence et de la nouveauté. Aujourd'hui une trentaine de concerts gratuits ou payants sont proposés à Périgueux et dans onze communes avoisinantes.

Christine Ducq - Quels sont les points forts de cette nouvelle édition ?

Ensemble Pulcinella © DR.
Ensemble Pulcinella © DR.
David Théodoridès - Parmi tant de beaux rendez-vous pour cette édition 2017, je pense au concert d'ouverture en plein air au Parc Gamenson qui donnera à entendre "Le Messie" de Haendel le 26 août avec l'ensemble Les Nouveaux Caractères et les cinquante cinq chanteurs du chœur Accentus - suivi d'un feu d'artifice.

Citons aussi le "Magical Baroque Tour" du chœur Dordogne en Sinfonia qui regroupe des amateurs et des professionnels dirigés par Michel Laplénie - un chœur qui a bénéficié de quatre-vingt-quatorze heures de formation. Ce travail va être repris l'an prochain par Simon-Pierre Bestion, qui entame une résidence au festival avec sa compagnie La Tempête. Cette compagnie représente un gros coup de cœur pour moi car nous partageons les mêmes idées sur ce que doit être le concert d'aujourd'hui.

Enfin, Hervé Niquet et son Concert Spirituel vont fêter ici leurs trente années d'existence alors qu'ils viennent de terminer leurs trois années de résidence à Sinfonia en Périgord. Ce sera avec leur opéra-ballet comique "Don Quichotte chez la Duchesse de Boismortier" mis en scène par Shirley et Dino.

Ensemble Aedes © DR.
Ensemble Aedes © DR.
Qu'est-ce que doit être le concert moderne selon Simon-Pierre Bestion et vous-même ?

David Théodoridès - Nous sommes d'accord sur le fait qu'il doit produire un imaginaire sonore - c'est d'ailleurs le credo du festival. Pour attirer de nouveaux publics, il faut travailler un langage sonore et visuel rénové, casser les codes du concert classique et sortir des répertoires balisés. Ainsi la compagnie va donner un spectacle très attendu "2001, l'Odyssée de la voix" le premier septembre. Un concert où est pensée l'importance des corps et des lumières par exemple - et conçu comme un hommage au Septième art avec un programme Ligeti, Strauss, Mahler et Prokofiev, entre autres. Des compositeurs dont les œuvres ont été popularisées grâce à des chefs-d'œuvre tels que ceux de Kubrick, Visconti ou Eisenstein.

Il s'agit dans tous nos concerts programmés au Sinfonia de défriser, dégriser le rituel. C'est possible avec le répertoire baroque et au-delà. Je veux un festival de l'intuition, du plaisir des rencontres avec les artistes et les œuvres et ce, avec des émotions visuelles.

Ceci est permis selon vous avec le répertoire baroque ?

Ensemble Sagittarius © DR.
Ensemble Sagittarius © DR.
David Théodoridès - Tout à fait. Le répertoire baroque est moins codifié que les autres. Les musiciens sont souvent très jeunes - ou ils en ont l'air ! (rires). D'ailleurs je trouve que nous avons au XXIe siècle les mêmes problématiques musicales, sociétales, métaphysiques qu'au XVIIe. Ces deux périodes se ressemblent car elles donnent à vivre également la fin d'un monde qu'il faut changer : repenser les relations humaines après des désastres, les relations de l'homme avec la nature. Bref, les deux époques ont en commun de tenter de reconstruire une humanité bienveillante. Dans la création musicale contemporaine comme dans la pensée philosophique les questions de la mystique et de la notion du sens se posent à nouveau avec acuité.

Vous avez d'ailleurs initié un projet mêlant ces deux époques, n'est-ce pas ?

David Théodoridès - En effet. Le festival et Patrick Cohën Akénine ont passé commande d'une œuvre au jeune compositeur argentin Juan-Marcos Antonio autour des "Quatre Saisons" de Vivaldi. Les sonnets qui ont inspiré Vivaldi, des madrigaux et des poèmes contemporains sont au cœur de cette création appelée "Paesaggi corporei". Ce qui permettra de confronter musiques ancienne et contemporaine puisque ces "Paesaggi" s'insèrent entre chaque "Saison". C'est la superbe soprano Maïlys de Villoutreys qui les interprétera accompagnée des Folies Françoises.

Trio Dauphine et Maïlys de Villoutreys © DR.
Trio Dauphine et Maïlys de Villoutreys © DR.
Pouvez-nous parler du cycle "Jeunes Talents" ?

David Théodoridès - Outre les musiciens désormais reconnus tels le claveciniste Justin Taylor, l'Ensemble Desmarets ou Les Surprises (pour ne citer qu'eux), le festival souhaite favoriser l'émergence artistique et susciter de nouvelles dynamiques en accueillant six ensembles et solistes à découvrir. Le public votera et celui ou celle qui sera son coup de cœur sera réinvité en 2018. C'est par ce dispositif que Justin Taylor revient cette année - alors même que son talent s'est désormais imposé sur la scène musicale baroque.

Sinfonia en Périgord,
du 26 août au 2 septembre 2017.
Programme complet et réservations :
CLAP, 11, place du Coderc, Périgueux (24).
Tél. : 05 53 08 69 81.
>> sinfonia-en-perigord.com
>> clap-perigueux.com

Christine Ducq
Samedi 19 Août 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

"La Cantatrice chauve"… Une merveilleuse et brève histoire du temps*

"La Cantatrice chauve", Théâtre de Belleville, Paris

En réponse à la Seconde Guerre mondiale, un nouveau courant littéraire émerge : celui de l'absurde. Des dramaturges, tels Ionesco et Beckett pour ne citer que les plus connus, s'interrogent sur le non-sens de la vie qui conduit inéluctablement à la mort. "La Cantatrice chauve" est la première pièce se réclamant de ce genre. Ionesco la définit même comme une "anti-pièce", c'est de l'"antithéâtre".

Une pièce où le "a" privatif prime. Une trame atemporelle. Le décor est constitué de rideaux d'horloges indiquant toutes un horaire différent. Les Smith affirment qu'ils n'ont pas l'heure. On ne sait pas à quel moment de la journée se déroulent les faits, ni combien de temps il s'écoule. L'action défile, s'arrête, s'accélère, décélère, se rembobine, se répète, se multiplie… Le temps se distord, se crée, se rompt, se réinvente.

Des personnages sans visage, qui sont interchangeables. Les hommes parlent d'une voix de femme, les femmes d'une voix d'homme. Le couple des Smith devient le couple des Martin et le couple des Martin devient le couple des Smith. La famille de Bobby Watson se compose uniquement d'individus portant le même nom de Bobby Watson.

Des dialogues sans logique, sans contenu, sans échange. Ce n'est plus du langage, c'est de la langue dans la forme la plus pure qui soit. C'est une association de mots, une suite de syllabes, de sonorités, un assemblage d'images... Le concret laisse place à l'abstrait. Le sens n'a plus sa place. L'esthétique le remplace.

Ludivine Picot
25/08/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent

"Liberté ! (Avec un point d'exclamation)", La Manufacture des Abbesses, Paris

Voilà la question. Liberté ! Au singulier et avec un point d'exclamation. Et avant tout, la liberté de choisir. C'est ce qui vient immédiatement à l'esprit face aux propositions de nos sociétés surconsommatrice, et pas seulement consommatrices en denrées, en produits manufacturés mais aussi en pensées, en pensées prêt-à-porter, en gens, en relations. En humains.

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent
Alors voilà le personnage hurluberlu de Gauthier Fourcade qui vient comme un chien dans un ballet réglé comme une machine à sous, se jeter cœur en avant avec son indécision maladive dans un monde si bien fait pour dire que les choix ont un sens. Impossible de choisir pour lui, ni la droite, ni la gauche, ni ceci, cela, rien.

Sous allures de savant fou, surgissant d'un coffre et y retournant comme on se niche dans un lit, entouré d'un dispositif presque scolaire, la déferlante de l'humour verbal du comédien va bientôt emporter toute la réalité dans une vision à perdre le souffle.

Usant de défi à l'esprit, à la logique, à l'imaginaire, avec une verve utilisant toutes les possibilités drolatiques du langage, comme assistant à l'exposition du monde intérieur de ce savant au regard aigu, le spectacle devient une aventure parcourant le monde et le temps.

Pour ce spectacle intelligent qui est, à part égale, culturel et comique, Gauthier Fourcade a fait appel à William Mesguich comme metteur en scène. Et c'est un plus. L'univers du premier et le sens du rythme et de la dramaturgie du second se combinent pour transformer ce seul en scène en spectacle multiple où chanson, magies, manipulations et marionnettes concourent tous à créer du rêve et du rire.

Bruno Fougniès
30/08/2017