La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Plus belle la vie… aux côtés d'Élisabeth Vitali

La chronique d'Isa-belle L

Bien renseignée. À Paris, le 16 juillet 2015, à 23 h 30, la température était de 30 degrés. J'étais sur ma bicyclette, pédalant, lentement, du VIIIe au XIVe, aspirant l'air chaud après un bon jus de fruits presque frais, au prix étouffant comme cette canicule qui a sévi dans notre cher Pays.



Élisabeth Vitali, Sandrine Le Berre, Marie-Hélène Lentini et Léa François © Franck Harscouët.
Élisabeth Vitali, Sandrine Le Berre, Marie-Hélène Lentini et Léa François © Franck Harscouët.
Pour informer. Dans le VIIIe de Paname, il y a le Musée Jacquemart-André (que je conseille) mais aussi le Théâtre Michel. J'aurais une tendance spontanée à déconseiller le Théâtre Michel en plein été, contrainte et forcée d'avoir dû enfiler mon gilet, à l'entrée. Il semblerait que la chaleur ait perturbé la ventilation de la direction, qui, ce soir-là, s'est lâché sur la climatisation.

Assise et emmitouflée, flanquée d'un gilet et d'un foulard bien serré, j'attendais gentiment que le spectacle commence.

Sérieuse et curieuse, regardant autour de moi, j'attendais celle pour qui j'ai grimpé jusqu'ici.

Son nom : Élisabeth Vitali.

Pour vous remémorer. Élisabeth Vitali est la comédienne qui (entre beaucoup d'autres rôles) donne la réplique à Sophie Marceau dans le film de Claude Pinoteau : "L'Étudiante". Année de sortie : 1988. J'avais 12 ans et, évidemment, Vincent Lindon… mais surtout "Céline" (Élisabeth Vitali), amie nerveuse et angoissée, du personnage principal "Valentine" (Sophie Marceau).

Marie-Hélène Lentini, Élisabeth Vitali et Isabelle Tanakil © Franck Harscouët.
Marie-Hélène Lentini, Élisabeth Vitali et Isabelle Tanakil © Franck Harscouët.
Pour en rajouter. Élisabeth Vitali, dont le Figaro Magazine écrivait récemment : "une des meilleures comédiennes de sa génération. Grand talent, grosse personnalité. D'où sa rareté à l'écran et sur scène, où les caractères forts sont craints." Ce que j'ai ri ! Pour une fois, je n'ai pas blâmé le Figaro, car, en effet, cette comédienne se fait trop rare. Et pour le croire, il suffit d'aller l'applaudir dans cette pièce, "Coiffure et Confidences", adaptation française de la pièce "Steels Magnolia" (potins de femmes chez les ricains).

Souriante et émue, j'ai vu entrer une de mes actrices préférées, d'une rare simplicité, sur le plateau un tantinet trop décoré, et des yeux, je ne l'ai plus quittée. Elle a quelque chose de Streisand dans le regard, de Mery Streep dans l'engagement, de naturel et c'est bluffant. Une comédienne que j'imagine sans "chichi", ni à vanter le nouveau régime de truc à base d'algues ou de baies de goji ni à s'exprimer sur ses gosses parce que "c'est tellemiiiinnn çô lô vie" (petite pensée pour Céline Dion, désolée). Une comédienne authentique, qui fait son métier loin des dérives médiatiques, des paparazzis survoltés, dont on ne sait pas grand-chose, si ce n'est qu'elle est douée et qui, malgré cette soi-disant forte personnalité effrayant sérieusement les productions ciné ou TV, semble bien sympathique.

Marie-Hélène Lentini et Élisabeth Vitali © Franck Harscouët.
Marie-Hélène Lentini et Élisabeth Vitali © Franck Harscouët.
Concentrée et amusée, j'ai suivi le destin de ces femmes qui, sur fond de frange, de ciseaux et de tasse de thé, racontent leur vie, se confient, s'émeuvent, se fâchent et se réconcilient. Élisabeth Vitali n'est pas seule sur scène. Dans ce salon de coiffure, échoué à Paimpol dans l'adaptation de Didier Caron, elle est bien entourée : Marie Hélène Lentini (excellente), Sandrine Leberre (craquante), Isabelle Tanakil (épatante), entre autres, donnent du cœur à l'ouvrage et du corps à leur personnage.

Touchée et les yeux embués de larmes, par celle pour qui j'ai pris froid ce soir-là, j'ai applaudi. J'ai triplement applaudi Élisabeth Vitali. Rien que pour la scène finale, courez-y ! Pour celles et ceux qui l'ont découverte avec ses yeux bleus, brillants de larmes et flippant face au jury, lors de son oral pour l'agrégation, piquant au passage la vedette à Sophie Marceau, vous la retrouverez au talent identique, à la générosité débordante face au public.

Pour terminer. "Grand talent, grosse personnalité" c'est évident. Du moins pour le talent. Je ne l'imagine pas sans personnalité et c'est tant mieux ! Dommage que cela fasse flipper. Personnellement j'ai beaucoup d'admiration pour ce genre de femme au caractère bien trempé. Ce genre de femme qui n'a besoin ni d'attaché de communication pour parler, ni de fouler le tapis de rouge avec The robe du styliste en vogue pour se faire remarquer.

Ravie et presqu'intimidée, je lui ai glissé un "bravo" alors qu'elle rejoignait un couple d'amis à la table voisine du bar de quartier. Je l'ai observée quelques instants. Simple en effet. Confortée surtout dans l'idée qu'il ne faut pas passer à côté de cette comédienne, ni craindre la climatisation exagérée du Théâtre Michel, cet été.

"Coiffure et Confidences"

Léa François, Isabelle Tanakil, Brigitte Faure, Sandrine Le Berre, Élisabeth Vitali et Marie-Hélène Lentini © Franck Harscouët.
Léa François, Isabelle Tanakil, Brigitte Faure, Sandrine Le Berre, Élisabeth Vitali et Marie-Hélène Lentini © Franck Harscouët.
Texte : Robert Harling.
Mise en scène : Dominique Guillo.
Assistante mise en scène :Aryane Raynaud.
Adaptation : Didier Caron.
Avec : Marie-Hélène Lentini, Léa François, Élisabeth Vitali, Sandrine Le Berre, Isabelle Tanakil, Brigitte Faure (juin et août), Ariane Pirie (juillet).
Décor : Olivier Prost.
Musique : Raphaël Sanchez.
Costumes : Christine Chauvey.

Jusqu'au 29 août 2015.
Du mercredi au samedi à 21 h, samedi à 17 h.
Théâtre Michel, Paris 8e, 01 42 65 35 02.
>> theatre-michel.fr

Isabelle Lauriou
Samedi 15 Août 2015

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Shaman et Shadoc", une prose mélodieuse portée par un jeu riche de pleins et de déliés

"Shaman et Shadoc… Ou l'imposture des rats", Théâtre Essaïon, Paris

Deux hommes et une femme, l'un bien sapé, l'autre dépenaillé... et elle, surgissant, comme une ombre, chantonnant en vers, par intermèdes, la chronique des deux. En compagnons d'infortune : des rats, à destination de compagnie ou d'expériences. Assis sur un banc, les deux "s" - comme solitude - tentent le tête-à-tête…

En attendant la mort ou la résilience… Shaman et Shadoc dissertent, dans une forme de dualité où les rapports de force ne sont pas ce qu'ils paraissent être, où l'équilibre mental des êtres semble déterminer les règles ludiques de cet affrontement verbal ayant pour trame un passé commun volontairement oublié.

Entre eux, une femme, sœur de l'un, femme de l'autre, carbonisée, incinérée dans le feu des souvenirs, perdue dans les flammes de la mémoire, mais toujours brûlante de possibles règlements de comptes, de vengeance, d'absolution ou de renaissance… la fin en donnera la solution.

En attendant, dans un habit d'absurde faisant parfois songer à Godot, nos zigues, pas toujours débonnaires, usent de joutes oratoires et de convenances dînatoires. Dans une recherche de mainmise de l'un sur l'autre, et vice-versa, se jouent tentatives de manipulations ou de connivences. Au bout du compte, après l'épuration du cynisme et la révélation de la noire vérité se posera la question finale :
Shaman : Shadoc ! Et Dieu dans tout ça ?
Shadoc : Le brave homme.

Gil Chauveau
29/03/2017