La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Plus belle la vie… aux côtés d'Élisabeth Vitali

La chronique d'Isa-belle L

Bien renseignée. À Paris, le 16 juillet 2015, à 23 h 30, la température était de 30 degrés. J'étais sur ma bicyclette, pédalant, lentement, du VIIIe au XIVe, aspirant l'air chaud après un bon jus de fruits presque frais, au prix étouffant comme cette canicule qui a sévi dans notre cher Pays.



Élisabeth Vitali, Sandrine Le Berre, Marie-Hélène Lentini et Léa François © Franck Harscouët.
Élisabeth Vitali, Sandrine Le Berre, Marie-Hélène Lentini et Léa François © Franck Harscouët.
Pour informer. Dans le VIIIe de Paname, il y a le Musée Jacquemart-André (que je conseille) mais aussi le Théâtre Michel. J'aurais une tendance spontanée à déconseiller le Théâtre Michel en plein été, contrainte et forcée d'avoir dû enfiler mon gilet, à l'entrée. Il semblerait que la chaleur ait perturbé la ventilation de la direction, qui, ce soir-là, s'est lâché sur la climatisation.

Assise et emmitouflée, flanquée d'un gilet et d'un foulard bien serré, j'attendais gentiment que le spectacle commence.

Sérieuse et curieuse, regardant autour de moi, j'attendais celle pour qui j'ai grimpé jusqu'ici.

Son nom : Élisabeth Vitali.

Pour vous remémorer. Élisabeth Vitali est la comédienne qui (entre beaucoup d'autres rôles) donne la réplique à Sophie Marceau dans le film de Claude Pinoteau : "L'Étudiante". Année de sortie : 1988. J'avais 12 ans et, évidemment, Vincent Lindon… mais surtout "Céline" (Élisabeth Vitali), amie nerveuse et angoissée, du personnage principal "Valentine" (Sophie Marceau).

Marie-Hélène Lentini, Élisabeth Vitali et Isabelle Tanakil © Franck Harscouët.
Marie-Hélène Lentini, Élisabeth Vitali et Isabelle Tanakil © Franck Harscouët.
Pour en rajouter. Élisabeth Vitali, dont le Figaro Magazine écrivait récemment : "une des meilleures comédiennes de sa génération. Grand talent, grosse personnalité. D'où sa rareté à l'écran et sur scène, où les caractères forts sont craints." Ce que j'ai ri ! Pour une fois, je n'ai pas blâmé le Figaro, car, en effet, cette comédienne se fait trop rare. Et pour le croire, il suffit d'aller l'applaudir dans cette pièce, "Coiffure et Confidences", adaptation française de la pièce "Steels Magnolia" (potins de femmes chez les ricains).

Souriante et émue, j'ai vu entrer une de mes actrices préférées, d'une rare simplicité, sur le plateau un tantinet trop décoré, et des yeux, je ne l'ai plus quittée. Elle a quelque chose de Streisand dans le regard, de Mery Streep dans l'engagement, de naturel et c'est bluffant. Une comédienne que j'imagine sans "chichi", ni à vanter le nouveau régime de truc à base d'algues ou de baies de goji ni à s'exprimer sur ses gosses parce que "c'est tellemiiiinnn çô lô vie" (petite pensée pour Céline Dion, désolée). Une comédienne authentique, qui fait son métier loin des dérives médiatiques, des paparazzis survoltés, dont on ne sait pas grand-chose, si ce n'est qu'elle est douée et qui, malgré cette soi-disant forte personnalité effrayant sérieusement les productions ciné ou TV, semble bien sympathique.

Marie-Hélène Lentini et Élisabeth Vitali © Franck Harscouët.
Marie-Hélène Lentini et Élisabeth Vitali © Franck Harscouët.
Concentrée et amusée, j'ai suivi le destin de ces femmes qui, sur fond de frange, de ciseaux et de tasse de thé, racontent leur vie, se confient, s'émeuvent, se fâchent et se réconcilient. Élisabeth Vitali n'est pas seule sur scène. Dans ce salon de coiffure, échoué à Paimpol dans l'adaptation de Didier Caron, elle est bien entourée : Marie Hélène Lentini (excellente), Sandrine Leberre (craquante), Isabelle Tanakil (épatante), entre autres, donnent du cœur à l'ouvrage et du corps à leur personnage.

Touchée et les yeux embués de larmes, par celle pour qui j'ai pris froid ce soir-là, j'ai applaudi. J'ai triplement applaudi Élisabeth Vitali. Rien que pour la scène finale, courez-y ! Pour celles et ceux qui l'ont découverte avec ses yeux bleus, brillants de larmes et flippant face au jury, lors de son oral pour l'agrégation, piquant au passage la vedette à Sophie Marceau, vous la retrouverez au talent identique, à la générosité débordante face au public.

Pour terminer. "Grand talent, grosse personnalité" c'est évident. Du moins pour le talent. Je ne l'imagine pas sans personnalité et c'est tant mieux ! Dommage que cela fasse flipper. Personnellement j'ai beaucoup d'admiration pour ce genre de femme au caractère bien trempé. Ce genre de femme qui n'a besoin ni d'attaché de communication pour parler, ni de fouler le tapis de rouge avec The robe du styliste en vogue pour se faire remarquer.

Ravie et presqu'intimidée, je lui ai glissé un "bravo" alors qu'elle rejoignait un couple d'amis à la table voisine du bar de quartier. Je l'ai observée quelques instants. Simple en effet. Confortée surtout dans l'idée qu'il ne faut pas passer à côté de cette comédienne, ni craindre la climatisation exagérée du Théâtre Michel, cet été.

"Coiffure et Confidences"

Léa François, Isabelle Tanakil, Brigitte Faure, Sandrine Le Berre, Élisabeth Vitali et Marie-Hélène Lentini © Franck Harscouët.
Léa François, Isabelle Tanakil, Brigitte Faure, Sandrine Le Berre, Élisabeth Vitali et Marie-Hélène Lentini © Franck Harscouët.
Texte : Robert Harling.
Mise en scène : Dominique Guillo.
Assistante mise en scène :Aryane Raynaud.
Adaptation : Didier Caron.
Avec : Marie-Hélène Lentini, Léa François, Élisabeth Vitali, Sandrine Le Berre, Isabelle Tanakil, Brigitte Faure (juin et août), Ariane Pirie (juillet).
Décor : Olivier Prost.
Musique : Raphaël Sanchez.
Costumes : Christine Chauvey.

Jusqu'au 29 août 2015.
Du mercredi au samedi à 21 h, samedi à 17 h.
Théâtre Michel, Paris 8e, 01 42 65 35 02.
>> theatre-michel.fr

Isabelle Lauriou
Samedi 15 Août 2015

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017