La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Livane, un tourbillon doux et enchanteur, un bel oiseau qui se pose et repose notre esprit

La chronique d'Isa-belle L

Les temps sont difficiles et, parfois, m'inquiètent. Je regarde autour de moi, j'observe ce monde. Les écouteurs, les téléphones, les ordinateurs. Les transports en commun où chacun est rivé sur son écran. Aucun regard, personne ne se parle. Dans leur bulle… vont et viennent les gens.



© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Les bulles sont parfois impénétrables. La bulle "power-bling-bling", par exemple, est pour moi insipide. Trop répandue malheureusement. Le nerf de "l'apéro-bulle-power-bling-bling" consiste à étaler sa richesse. Pas celle de l'esprit. Celle du portefeuille ou de l'attaché-case. Lui : se pavane. Elle : rit aux éclats : Co "h" Opte par-ci oh oh oh ! Co "h" Opte par-là" ah ah ah ! : Sorte de rire d'Oie… apanage des becs élevés à la cuillère argentée. Dans cette bulle, on trinque aux capitaux, on valse sur les acquis sociaux et on se saoule au Ruinart… quand d'autres se saoulent au Ricard.

Dans la bulle de Livane - l'artiste que je suis allée voir hier soir* - son concept "bullesque" est fascinant, vous allez voir. Le public arrive à l'heure dans ce lieu réputé (La Manufacture Chanson), installé avenue de la République. Ponctualité. Au guichet, une charmante dame sourit et donne les billets. Nous souhaitant à tous une bonne soirée. Civilité. Puis, les spectateurs attendent, discutent, se regardent et valsent ensemble sur des "blablablas". Pas de rire exagéré. Une bulle pétillante de simplicité à laquelle on aimerait se réhabituer…

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Dans la bulle de Livane, l'ambiance est à l'intimité. Sur scène, de petites guirlandes sont allumées et, soudain, telle une (très jolie) chauve-souris à la robe colorée, Livane apparaît. Souriante et radieuse. Quelques notes, une guitare, un texte… Et voilà que des larmes, sur ma joue, se mettent à couler. Pleurer en début de spectacle n'est-il pas un signe d'originalité ? Plus la soirée avance, plus son répertoire s'élargit et plus la chanteuse devient délicieuse. Espiègle, drôle et excellant dans la comédie. Livane est aussi comédienne. Ça se sent. Et avec elle, on rit aussi.

Dans la bulle de Livane, on y écoute des histoires. D'amour, très souvent. L'homme, la grand-mère, l'enfant, la vie finalement. On découvre aussi un univers. Une boîte magique dont elle seule a le secret. Si, comme elle le chante si bien, elle "s'auto-saoule", je lui prédis, tel un magicien, qu'un tube de sa boîte, que j'appellerai moi : "machin", en sortira, c'est certain.

Dans la bulle de Livane, on est touché, ému, transporté. En voiture, à pieds ou en camping-car. Avec elle, on cuisine, on ricane, et on boit du Ricard. Livane aime la rime, moi aussi. Dans la bulle de Livane, d'autres femmes l'accompagnent. Barbara pour la citer. Une autre sacrée, une autre diva, longiligne et ornée de simplicité.

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
Dans la bulle de Livane, qu'un public nombreux a investi, on applaudit, on sourit et à la fin de spectacle : miracle ! Ou effet magique de sa boîte à musique ? Les gens se parlent sans sortir de gadgets électroniques.

Dans sa boîte magique que seules ses longues mains de magicienne peuvent frotter, Livane doit avoir quelques secrets. D'un monde virtuel déconcertant, elle a su, quelques instants, reconnecter la vie et les gens. Les bulles parfois sont impénétrables. Dans celle de Livane, tout y est fort agréable et le temps m'est apparu soudain plus clément.

Sur la pochette de son album, il y a une guitare, des dessins d'enfants et un "Te t'aime", je crois. Pas "Je" mais "Te". Le public, hier, venu nombreux avenue de la République, l'aime aussi et ça se voit.

"Chacun pour soi est reparti, dans le tourbillon de la vie", surtout ici, à Paris, mais si vous croisez Livane, dans le métro où avec sa guitare et son joli tapis - magicienne je vous dis ! - arrêtez-vous pour reposer un peu votre esprit.

© Paul Evrard.
© Paul Evrard.
* Ce spectacle avait lieu le vendredi 25 mars aux ACP Manufacture Chanson, Espace Christian Dente, à Paris.

Autres dates :
10 avril 2016 : 1ère partie de Flo Zink, Forum Léo Ferré, Ivry-sur-Seine (94).
21 mai 2016 : Médiathèque, Souvignargues (30).
15 juillet 2016 : Aux Halles, dans le cadre des "Vendredis des Halles", Calvisson (30).
14 octobre 2016 : Médiathèque, Saint-Jean-du-Pin (30).

Isabelle Lauriou
Jeudi 31 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017