La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Les 62e Nuits de la Citadelle, un festival en mode majeur

Du 19 juillet au 12 août, le festival le plus ancien de France avec les Chorégies d'Orange rouvre ses portes à Sisteron pour une programmation très variée placée sous les auspices des muses de la danse, du théâtre, de la musique et des arts plastiques. Un éclectisme qui est la marque de fabrique des Nuits de la Citadelle.



Les Violoncelles Français © Nuits de la Citadelle.
Les Violoncelles Français © Nuits de la Citadelle.
La passion, qui anime les promoteurs de la culture à Sisteron - cette Porte de la Provence dominant la vallée de la Durance - depuis le début du XXe siècle, ne s'est jamais démentie. Force est de le constater quand on rencontre Édith Robert, la pétillante présidente de l'association ATM (Art Théâtre Monuments). La charmante sexagénaire, qui préside aux destinées des Nuits de la Citadelle depuis dix-huit ans (après en avoir été de nombreuses années la vice-présidente), non contente d'être une des plus fines connaisseuses de la vie musicale, est aussi intarissable sur l'histoire de la ville et bien-sûr du festival. Elle est même l'auteur d'un livre sur ce sujet - qui se vend plutôt bien à la sortie des concerts, avoue-t-elle dans un petit rire.

L'histoire du festival sisteronnais raconte ainsi les raisons de son succès actuel. Éclectisme et innovation, curiosité et excellence en sont les maîtres mots depuis qu'en 1956, un des Chorèges d'Orange, Marcel Provence, a l'idée de refonder un festival dans la Citadelle datant de Henri IV. C'est cette forteresse des Comtes de Provence qui abrite un théâtre de verdure depuis 1928 permettant aux sociétaires de la Comédie Française (sous l'impulsion d'Antoine Balpétré) de jouer tous les étés jusqu'en 1939. Après la guerre, l'ancien bâtiment militaire et ses dix hectares de muraille devenu écrin de théâtre doit être restauré à nouveau.

Orchestre Symphonique Budapest, Pavel Sporcl au violon © Nuits de la Citadelle.
Orchestre Symphonique Budapest, Pavel Sporcl au violon © Nuits de la Citadelle.
L'association ATM enfourchera ses deux chevaux de bataille : la restauration patrimoniale, l'entretien des nombreux monuments classés de la ville et la possibilité d'offrir la culture à tous dans cette partie de la région des Alpes de Haute-Provence (au nord du Lubéron) aussi jolie qu'avare en offre culturelle justement.

Et l'offre s'étoffera avec les années et le succès, en même temps que les sites se multiplieront dans la ville pour accueillir de la musique sacrée dans la Cathédrale romane de Notre-Dame des Pommiers, de la musique de chambre dans le Cloître Saint-Dominique (datant du XIIIe siècle), de la musique symphonique et de la danse sur le plateau agrandi du théâtre de verdure (à l'excellente acoustique), du théâtre toujours et une exposition d'art dans la Citadelle. De deux spectacles donnés aux origines de la manifestation, les Nuits de la Citadelle présentent désormais dix soirées en été - plus deux concerts hors-saison à Pâques et en décembre.

Quand on lui demande si sa programmation se fait autour d'un thème particulier chaque année, Édith Robert s'exclame qu'il n'en est pas question : ses choix sont toujours motivés par une offre pensée comme la plus large possible, car susceptible de plaire au plus grand nombre. Plus de six mille spectateurs l'an dernier sont venus confirmer la pertinence de sa vision.

Étoiles du Théâtre Mariinsky © Nuits de la Citadelle.
Étoiles du Théâtre Mariinsky © Nuits de la Citadelle.
Les Nuits ont vu défiler les stars (tels Yehudin Menuhin, Georges Cziffra, France Clidat ou Barbara Hendricks entre nombreux autres), mais la présidente sait aussi repérer les futurs grands pour les inviter aussi - à la faveur des jurys de concours, des auditions parisiennes auxquels elle participe et des spectacles qu'elle voit toute l'année.

Pour cette édition 2017, la jeunesse et l'excellence sont encore au rendez-vous. Jean-François Zygel et Hugues Leclère ouvriront cette session pour une "Bachmania". Suivront le Malandain Ballet Biarritz avec Jean-Paul Gasparian au piano, l'Orchestre Symphonique Ose ! avec Adam Laloum au piano, le non moins talentueux Quatuor Modigliani jouant pour la première fois avec Till Fellner (un pianiste autrichien qui est peut-être le nouveau Alfred Brendel) ou encore l'Orchestre de Chambre de Genève accompagné du guitariste Emmanuel Rossfelder.

Après avoir découvert les sculptures monumentales de Marino di Teana, le public pourra écouter dans la cathédrale la mezzo Vivica Genaux accompagnée du Concerto Köln ou le groupe de jazz Mare Nostrum (emmené par Richard Galliano) dans le cloître.

Richard Galliano Sextet © Nuits de la Citadelle.
Richard Galliano Sextet © Nuits de la Citadelle.
Il ne ratera pas l'ex-sociétaire de la Comédie Française Béatrice Agenin dans "La Louve", une pièce historique de Daniel Colas consacrée à la difficile accession de François Ier au trône de France. Ce même roi n'avait-il pas donné rendez-vous à sa mère Louise de Savoie (la fameuse "Louve"), à son épouse Claude et à sa sœur la duchesse d'Alençon dans cette bonne ville de Sisteron après son retour d'Italie et la victoire de Marignan ? Juste retour des choses.


Du 19 juillet au 12 août 2017.
Nuits de la Citadelle
Réservation et programmation complète :
>> nuitsdelacitadelle.fr
Pavillon ATM.
1, Allée de Verdun, 04200 Sisteron.
Tél. : 04 92 61 06 00.

Christine Ducq
Lundi 19 Juin 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Publicité



À découvrir

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre

"Michael Kohlhaas, l'homme révolté", Théâtre Essaïon, Paris

Reprise Il caracole à la tête de son troupeau de chevaux qu'il va vendre, béat à la pensée de son futur bénéfice. Michael Kohlhaas, héros du roman éponyme de Henrich von Kleist, aime les chevaux, la liberté et l'aisance.

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre
Un mauvaise douane, mauvaise farce, loi privée improvisée et vraie confiscation, le prive de sa liberté de circuler et de ses plus beaux chevaux. Perdant sa joie et raison de vivre, d'avanies en déconvenues, l'homme va demander justice, implorer, s'emporter, poursuivre les méchants, ignorer les pondérés, proclamer son droit, réclamer son dû, se faire justice.

Brûlant, détruisant, pillant les villes. Bientôt à la tête d'une bande de sacripants, de sacs et de cordes, bandits de grands chemins, défiant l'empereur. Michael le pacifique est devenu Michael le révolté. Michael Kohlhaas, pendu haut et court, est un héros, une légende. Dans la bataille finale, il se révèle même frère en vaillance du prince de Hombourg*.

Gilbert Ponté est seul en scène. Dans son adaptation du récit, il est rayonnant, scintillant de tous les états d'âme du personnage. Il est aussi, tour à tour, tous les personnages, tous les paysages, tous les rythmes et sensations, dans l'immédiateté du geste.

Jean Grapin
13/10/2017
Spectacle à la Une

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple

"F(l)ammes", Maison des Métallos, Paris, puis tournée

Reprise Dans "F(l)ammes", Ahmed Madani met en scène les véridiques récits de la vie contemporaine portés par dix jeunes femmes, fruits de l'Histoire des peuplements successifs du territoire français. Autant de témoignages que les bonnes fées du théâtre ont sublimé.

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple
Les comédiennes ont sculpté de vrais personnages contemporains hauts en couleur qu'elles évoquent sans fard et qu'elles expriment avec une grande de joie de vivre et ce, en dépit du contenu des propos d'un quotidien souvent difficile.

Ces jeunes femmes sont typées, à certains égards extravagantes. Elles appartiennent d'évidence à la vitalité de la ville. La parole est dégagée. Elles expliquent comment elles sont dans la nécessité de quitter les rôles attribués par les traditions familiales, qui les enferment dans un filet de violence et de brutalité ; et combien elles sont mises à l'épreuve pour s'inventer, se forger, se libérer des fidélités. Elles émeuvent. Elles racontent avec aisance leur itinéraire qui cherche à se démarquer de leurs mères qui ont attendu, attendu, tricotant, détricotant les jours comme Pénélope en attente d'un Ulysse providentiel.

Et dans la description des difficultés nées de l'opposition multi séculaire qui oppose les barbares et les urbains, elles font rire, non par le sarcasme ou l'autodérision mais par le partage. L'imaginaire est riche. Le verbe et le geste sont au service d'une métamorphose. Sur la scène c'est une forme de courage qui s'exprime : celui de la fuite qui vous sauve. Au risque du déchirement. Sans jamais perdre le sens de la vie et de l'amour. En conservant la dynamique de retrouvailles. Dans la lucidité.

Jean Grapin
15/10/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016