La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Balcon ressuscite magistralement "Dracula" à l'Athénée

Début juin, l'ensemble Le Balcon dirigé par son fondateur Maxime Pascal faisait redécouvrir, pour trois soirées, le "Dracula" de Pierre Henry, au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet, dans une version pour orchestre sonorisé et un orchestre de hauts-parleurs. Un concert spectaculaire qui donnait chair et frissons aux "paysages oniriques" voulus par le compositeur à partir de pages du Ring wagnérien.



© Meng Phu.
© Meng Phu.
Quand Pierre Henry crée son "Dracula, ou la musique troue le ciel" en 2002, le compositeur - né en 1927 et père de la musique concrète avec Pierre Schaeffer dans les années cinquante - est déjà revenu à une forme de classicisme en revisitant notamment Beethoven. Dans cette œuvre électroacoustique, il veut donner à entendre un "Wagner bruitiste et rythmicien" en mixant deux bandes : l'une jouant à coup de ralentissement, d'accélération et de transposition les pages symphoniques de la tétralogie (1), l'autre créant un large spectre sonore comme enfanté par la première.

Pierre Henry, célèbre pour sa "Messe pour le temps présent" chorégraphiée par Maurice Béjart, entend créer un objet sonore complexe capable de susciter dans l'imagination de l'auditeur les images d'un théâtre horrifique et jouissif centré sur un personnage qui l'a fasciné dans les films de Murnau et Fisher, Dracula. Voyant dans la créature de Bram Stoker résumé le mythe de la musique elle-même, il ajoute : "L'œuvre s'est bâtie selon ses exigences propres : mélange de sons électroniques entendus comme une sorte de science-fiction intime". Dracula, c'est aussi Richard Wagner, "cet extraordinaire investigateur de sensations abyssales".

© Meng Phu.
© Meng Phu.
Les membres de l'ensemble Le Balcon, qui ont mis la réécriture, la sonorisation et la spatialisation de chefs-d'œuvre d'un très large répertoire au cœur de leur projet artistique, ne pouvaient que désirer se saisir de cet OMNI, par ailleurs remarquable. Pour ce collectif comprenant des musiciens, des compositeurs, des arrangeurs, des réalisateurs en informatique musicale entre autres, en proposer une nouvelle version - avec un orchestre d'une vingtaine de musiciens formé de cuivres, de bois, de percussions et d'un piano - pour redonner vie aux pages wagnériennes tout en confiant à une trentaine de hauts-parleurs, disséminés dans la grande salle de l'Athénée, la fresque quasi bruitiste imaginée par P. Henry relevait d'une évidence.

Et le résultat s'est révélé enthousiasmant. Aux leitmotivs du Ring, réarrangés dans un continuum sonore jouissif dans l'interprétation scénique qu'en livrent les musiciens du Balcon dirigé par leur chef Maxime Pascal (comme possédé lui aussi), les rires sataniques, les galops de chevaux, les cris d'oiseaux, les bruits de talons précipités, les orages et les sirènes créés électroniquement (par distorsions de sons) apportent leur dimension cinématographique faite de jubilation et de terreur, soulignée par les effets de dynamique dus aux micros et un jeu d'éclairage diabolique.

© Meng Phu.
© Meng Phu.
Quand, au disque (2), l'œuvre semble faire la part belle à la dimension concrète (légèrement) au détriment de la wagnérienne, l'orchestre redonne épaisseur à un théâtre moins abstrait, riche de beaux fantômes et de "strideurs étranges" (3). Un spectacle donc pour les yeux et une fête pour les oreilles rappelant au public le pouvoir des sortilèges wagnériens comme ceux de cette musique électroacoustique, vrai démon annonciateur de la modernité.

(1) Avec des extraits purement symphoniques (arrangés) de "L'Or du Rhin", "La Walkyrie", "Siegfried" et "Le Crépuscule des Dieux".
(2) "Dracula" de Pierre Henry. CD paru chez Philips Classics en 2003.
(3) "Voyelles" A. Rimbaud.


Spectacle vu en avant-première le 1er juin 2017.

"Dracula" (2002).
Musique de Pierre Henry d'après Richard Wagner.
Libre adaptation pour orchestre sonorisé et orchestre de hauts-parleurs par Augustin Muller et Othman Louati.
Durée : 50 minutes environ.

Maxime Pascal, direction.
Augustin Muller, informatique musicale.
Florent Derex, projection sonore.
Ensemble Le Balcon.

Christine Ducq
Mardi 13 Juin 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Publicité



À découvrir

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre

"Michael Kohlhaas, l'homme révolté", Théâtre Essaïon, Paris

Reprise Il caracole à la tête de son troupeau de chevaux qu'il va vendre, béat à la pensée de son futur bénéfice. Michael Kohlhaas, héros du roman éponyme de Henrich von Kleist, aime les chevaux, la liberté et l'aisance.

Gilbert Ponté nous offre un seul en scène rare, une forme de narration-théâtre
Un mauvaise douane, mauvaise farce, loi privée improvisée et vraie confiscation, le prive de sa liberté de circuler et de ses plus beaux chevaux. Perdant sa joie et raison de vivre, d'avanies en déconvenues, l'homme va demander justice, implorer, s'emporter, poursuivre les méchants, ignorer les pondérés, proclamer son droit, réclamer son dû, se faire justice.

Brûlant, détruisant, pillant les villes. Bientôt à la tête d'une bande de sacripants, de sacs et de cordes, bandits de grands chemins, défiant l'empereur. Michael le pacifique est devenu Michael le révolté. Michael Kohlhaas, pendu haut et court, est un héros, une légende. Dans la bataille finale, il se révèle même frère en vaillance du prince de Hombourg*.

Gilbert Ponté est seul en scène. Dans son adaptation du récit, il est rayonnant, scintillant de tous les états d'âme du personnage. Il est aussi, tour à tour, tous les personnages, tous les paysages, tous les rythmes et sensations, dans l'immédiateté du geste.

Jean Grapin
13/10/2017
Spectacle à la Une

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple

"F(l)ammes", Maison des Métallos, Paris, puis tournée

Reprise Dans "F(l)ammes", Ahmed Madani met en scène les véridiques récits de la vie contemporaine portés par dix jeunes femmes, fruits de l'Histoire des peuplements successifs du territoire français. Autant de témoignages que les bonnes fées du théâtre ont sublimé.

Ne pas être pas considérées comme issues des quartiers populaires mais comme appartenant au Peuple
Les comédiennes ont sculpté de vrais personnages contemporains hauts en couleur qu'elles évoquent sans fard et qu'elles expriment avec une grande de joie de vivre et ce, en dépit du contenu des propos d'un quotidien souvent difficile.

Ces jeunes femmes sont typées, à certains égards extravagantes. Elles appartiennent d'évidence à la vitalité de la ville. La parole est dégagée. Elles expliquent comment elles sont dans la nécessité de quitter les rôles attribués par les traditions familiales, qui les enferment dans un filet de violence et de brutalité ; et combien elles sont mises à l'épreuve pour s'inventer, se forger, se libérer des fidélités. Elles émeuvent. Elles racontent avec aisance leur itinéraire qui cherche à se démarquer de leurs mères qui ont attendu, attendu, tricotant, détricotant les jours comme Pénélope en attente d'un Ulysse providentiel.

Et dans la description des difficultés nées de l'opposition multi séculaire qui oppose les barbares et les urbains, elles font rire, non par le sarcasme ou l'autodérision mais par le partage. L'imaginaire est riche. Le verbe et le geste sont au service d'une métamorphose. Sur la scène c'est une forme de courage qui s'exprime : celui de la fuite qui vous sauve. Au risque du déchirement. Sans jamais perdre le sens de la vie et de l'amour. En conservant la dynamique de retrouvailles. Dans la lucidité.

Jean Grapin
15/10/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016