Connectez-vous S'inscrire

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Pas de culture sans droits sociaux - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La chambre des merveilles… Acrobatie et humour en points d’orgue

"Wunderkammer - La chambre des merveilles", Parc de la Villette, Paris

"Wunderkammer" - qui signifie "chambre des merveilles" -, spectacle de la compagnie australienne Circa, allie force, adresse, beauté et humour dans des numéros acrobatiques de toute beauté, et réussit la fusion d'expressions artistiques différentes telles que danse, trapèze, théâtre, mât chinois et acrobaties, sur des mixes de musiques classique et électronique.



© Sean Young.
© Sean Young.
Le spectacle est découpé en scénettes aux aspects acrobatiques, physiques ou humoristiques, à caractère rapide ou lent, rythmé ou non, sensuel ou fort. Ce sont des jeux d’équilibres et de déséquilibres. Les mouvements physiques s’enchaînent dans des "lâchers prises" de toute beauté. Le physique s’associe aux mouvements artistiques qui sont à la fois courbes, tendus et relâchés.

Ce qui retient l’attention n’est pas forcément les acrobaties effectués, c’est aussi la beauté de chacune des figures, ainsi que cette "solidarité" où chaque interprète devient nécessaire, certes, pour la beauté du spectacle mais surtout pour la sécurité de chaque artiste. Un interprète retient un autre interprète, le met en exergue, met une touche de danger supplémentaire à son numéro tout en lui apportant une sérénité dans celui-ci. Il devient son pendant, son prolongement, une aide, un appui.

© Sean Young.
© Sean Young.
Ce sont des "lâchers prises", des corps qui s’escaladent parfois les uns sur les autres avec ce sentiment étrange que le corps de l’autre peut devenir une marche à écraser, un palier à franchir pour monter vers des sommets imaginaires bien que celui-ci devient aussi un allié, un appui pour y parvenir. Il n’y a pas de solo dans les acrobaties. Les seuls solos sont dans les numéros humoristiques où l’intimité est de mise.

Nous sommes dans une gymnastique de tous les instants où les corps deviennent agiles et forts avec deux versants opposés, celui du lancé et du relâché dans les mouvements. Tout est en opposition mais une opposition harmonieuse avec une musique très présente, à la fois Classique, Rock ou Pop Rock, qui donne au spectacle une atmosphère, un relief que l’on retrouve dans les acrobaties où cohabitent plusieurs tendances artistiques.

Le spectacle est beau, très bien mené dans chaque numéro acrobatique et l’étonnement tient lieu de compagnon de chaise du spectateur.

"Wunderkammer"

© Sean Young.
© Sean Young.
Spectacle créé par Yaron Lifschitz, The Circa Ensemble.
Mise en scène : Yaron Lifschitz.
Avec : Lewis West, Freyja Edney, Scott Grove, Valérie Doucet, Jarred Dewey, Todd Kilby, Alice Muntz.
Création lumières : Jason Organ.
Création costumes : Libby Mc Donnell.
Durée : 1 h 25.

Du 27 novembre au 30 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h 30, le jeudi à 19 h 30, dimanche à 16 h.
Relâches exceptionnelles les mardis 4 et 25 décembre.
Parc de la Villette, Grande Halle, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> villette.com

© Sean Young.
© Sean Young.

© Sean Young.
© Sean Young.

Safidine Alouache
Mardi 11 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives | Concerts & Lyrique




S'identifier

Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





Publicité



À découvrir

Avec fougue et générosité, Maggiani fait voyager le spectateur dans la "selve obscure" de Dante

"Nous n'irons pas ce soir au paradis", Théâtre des Abbesses, Paris

Reprise Serge Maggiani continue dans une manière très personnelle un voyage littéraire passionnant amorcé en 2008 à Avignon avec Romeo Castellucci. Le comédien, soutenu dans son aventure par Valérie Dréville, porte la parole d’un célébrissime poète, trop célèbre pour n’être point méconnu. Dante.

Avec fougue et générosité, Maggiani fait voyager le spectateur dans la
Le comédien est enthousiaste et érudit. La découverte de Dante Alighieri, monument de la littérature, se fait en toute simplicité.
Entrer dans la forêt profonde… de ce texte, aller à la rencontre de ses obscurités, bénéficier de ses clairières. Écouter dans la pénombre d’une salle de théâtre. Voir le comédien sur scène. Suivre les rais de lumière. Écouter, rêver par la médiation simple et directe du comédien plein de tact et d’humour. Accompagner le parcours, entreprendre le voyage. Le spectateur suit le cheminement de "l'Alighieri" sans aucune réticence… Le guide est hors pair.

Il mêle citations, explications, commentaires et anecdotes. Et le spectateur regarde l’acteur attentionné, plein de fougue. Et de cette parole, de ces gestes généreux et retenus, naît un art de la conversation et de l’écoute. Délicieux .

Jean Grapin
25/03/2014
Spectacle à la Une

"Lilith", à la manière d’un concept album rock, est une coulée d’énergie

"Lilith", Maison des métallos, Paris

Reprise Damned ! Et Dieu créa Adam… Créature étrange à la fois mâle et femelle, du moins si on suit à la lettre le poème de la Genèse. Ce détail inaugural et essentiel est contredit quelques vers plus loin par l'apparition d’Ève…

Le lecteur attentif reste étourdi, interloqué, interdit, rêveur de cette contradiction que gomment les traditions (presque toutes) qui ont conclu qu'Adam était homme et que ce dernier avait finalement choisi Ève (qui apparait quelque temps plus tard sous ses côtes) et délaissé sa moitié égale à lui en toute chose, liberté et désir…

Le texte de Hédi de Clermont Tonnerre, fort bien documenté, donne voix (dans sa pièce éponyme) à Lilith. Ainsi se nommerait-elle celle qui, dépitée, aurait préféré se rapprocher de Samaël diaboliquement séduisant, autre personnage lui aussi oublié…

Le texte plein d’humour alterne connaissances et imaginations, commentaires et dialogues. Psalmodié tout autant que chanté et parlé, "Lilith", à la manière d’un concept album rock, est une coulée d’énergie. Julie Recoing comme lave en fusion donne corps à Lilith, à toutes les Lilith qui hantent depuis la genèse les rêves et les existences de ses descendants et descendantes. Faciles à repérer dans leurs avatars historiques de déesses et démones, amoureuses de chair, aux têtes d'anges heureuses.

Le spectateur et sa compagne en sortent tout chose. On l’aime bien Lilith.

Vu en avant-première.

Jean Grapin
31/03/2015
Sortie à la Une

Un hommage aux femmes résistantes qui ont surmonté la guerre et ses atrocités

"De tant d’horreurs mon cœur devint immense", Salle Pablo Neruda (93)

"De tant d’horreurs mon cœur devint immense"… un spectacle bien vivant qui revient sur le parcours de deux femmes - deux résistantes - devenues amies pour toute une vie… un spectacle utile, nécessaire et beau.

Un hommage aux femmes résistantes qui ont surmonté la guerre et ses atrocités
Au départ, il y a une femme : Gisèle Giraudeau. Arrêtée en 1944 pour faits de résistance à Nantes, complice de son frère - Joseph Fraud, grande figure de la résistance et ami de Libertaire Rutigliano. Elle a écrit un témoignage bouleversant en 2000 qui relate son parcours du jour de son arrestation à la Libération. Elle y raconte sa jeunesse (elle a 20 ans quand elle est arrêtée), son entrée en résistance et l’amitié immense qu’elle a tissée avec celle qui deviendra sa "meilleure amie de déportation" : Marcelle Baron.

Et puis il y a Marcelle baron, déjà arrêtée, jetée dans un placard dans les bureaux de la Gestapo où Gisèle va la rejoindre quelques heures plus tard.

Dans les pires conditions, après des coups et l’humiliation, naîtra une histoire intense, incroyable entre ces deux femmes. Une amitié scellée de la prison au convoi, de la déportation aux camps de Ravensbrück puis Zwodau, jusqu’à la Libération.

En 2013, une nouvelle rencontre avec Isabelle Lauriou, une auteure, une plume, qui a pris ce témoignage comme un cadeau. Elle en fait une adaptation bouleversante et ce titre, "De tant d’horreurs mon cœur devint immense", suffit à nous rappeler que, dans l’horreur, l’amitié et la solidarité, plus que tout, ont permis à beaucoup, à ces deux femmes en particulier, de survivre au pire.

À ne pas manquer où que vous soyez !

La Rédaction
25/02/2015