Connectez-vous S'inscrire

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La chambre des merveilles… Acrobatie et humour en points d’orgue

"Wunderkammer - La chambre des merveilles", Parc de la Villette, Paris

"Wunderkammer" - qui signifie "chambre des merveilles" -, spectacle de la compagnie australienne Circa, allie force, adresse, beauté et humour dans des numéros acrobatiques de toute beauté, et réussit la fusion d'expressions artistiques différentes telles que danse, trapèze, théâtre, mât chinois et acrobaties, sur des mixes de musiques classique et électronique.



© Sean Young.
© Sean Young.
Le spectacle est découpé en scénettes aux aspects acrobatiques, physiques ou humoristiques, à caractère rapide ou lent, rythmé ou non, sensuel ou fort. Ce sont des jeux d’équilibres et de déséquilibres. Les mouvements physiques s’enchaînent dans des "lâchers prises" de toute beauté. Le physique s’associe aux mouvements artistiques qui sont à la fois courbes, tendus et relâchés.

Ce qui retient l’attention n’est pas forcément les acrobaties effectués, c’est aussi la beauté de chacune des figures, ainsi que cette "solidarité" où chaque interprète devient nécessaire, certes, pour la beauté du spectacle mais surtout pour la sécurité de chaque artiste. Un interprète retient un autre interprète, le met en exergue, met une touche de danger supplémentaire à son numéro tout en lui apportant une sérénité dans celui-ci. Il devient son pendant, son prolongement, une aide, un appui.

© Sean Young.
© Sean Young.
Ce sont des "lâchers prises", des corps qui s’escaladent parfois les uns sur les autres avec ce sentiment étrange que le corps de l’autre peut devenir une marche à écraser, un palier à franchir pour monter vers des sommets imaginaires bien que celui-ci devient aussi un allié, un appui pour y parvenir. Il n’y a pas de solo dans les acrobaties. Les seuls solos sont dans les numéros humoristiques où l’intimité est de mise.

Nous sommes dans une gymnastique de tous les instants où les corps deviennent agiles et forts avec deux versants opposés, celui du lancé et du relâché dans les mouvements. Tout est en opposition mais une opposition harmonieuse avec une musique très présente, à la fois Classique, Rock ou Pop Rock, qui donne au spectacle une atmosphère, un relief que l’on retrouve dans les acrobaties où cohabitent plusieurs tendances artistiques.

Le spectacle est beau, très bien mené dans chaque numéro acrobatique et l’étonnement tient lieu de compagnon de chaise du spectateur.

"Wunderkammer"

© Sean Young.
© Sean Young.
Spectacle créé par Yaron Lifschitz, The Circa Ensemble.
Mise en scène : Yaron Lifschitz.
Avec : Lewis West, Freyja Edney, Scott Grove, Valérie Doucet, Jarred Dewey, Todd Kilby, Alice Muntz.
Création lumières : Jason Organ.
Création costumes : Libby Mc Donnell.
Durée : 1 h 25.

Du 27 novembre au 30 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h 30, le jeudi à 19 h 30, dimanche à 16 h.
Relâches exceptionnelles les mardis 4 et 25 décembre.
Parc de la Villette, Grande Halle, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> villette.com

© Sean Young.
© Sean Young.

© Sean Young.
© Sean Young.

Safidine Alouache
Mardi 11 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives | Concerts & Lyrique




S'identifier

Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





Publicité



À découvrir

Un Marivaux porté avec naturel et élégance par Isabelle Huppert et Bulle Ogier dans la mise en scène de Bondy

"Les Fausses Confidences", Théâtre de l'Odéon, Paris

La machine théâtrale de Marivaux est réglée comme une horlogerie de précision. Dans "Les Fausses Confidences", l’histoire est présentée de manière néo-contemporaine avec simplicité, naturel et, osons le dire, élégance, par Luc Bondy, sans frivolités, marivaudages ou coquetteries.

Un Marivaux porté avec naturel et élégance par Isabelle Huppert et Bulle Ogier dans la mise en scène de Bondy
C’est l’histoire d'Araminte, veuve et richissime, assiégée par tous les membres de son entourage qui veulent asseoir, grâce à elle, chacun, sans vergogne, leur bonne fortune. Dans ce monde mouvant parti à la quête de la marchandisation des apparences, là où ni la confiance ni le cœur n’ont leur place, les valets et servantes, les intendants, les nobles à la recherche d’aisance, la mère autoritaire à la recherche de titre de noblesse, tous sont atteints de fébrilité accapareuse. Araminte cherche à échapper aux filets qui sont lancés sur elle.

C’est aussi l’histoire (traditionnelle au théâtre) de Dorante, jeune homme pauvre, amoureux, qui, pour approcher le cœur de sa belle, ne pouvant prétendre à mariage du fait de l’écart des conditions sociales, use de stratagèmes, de ruses avec la complicité d’un valet, d’un entremetteur. Et qui n’a comme seule force l’affichage de sa probité pour convaincre. Au risque du paradoxe, du mensonge des apparences.

Jean Grapin
03/02/2014
Spectacle à la Une

L'univers affreux, bête et méchant mais terriblement drôle de Bénédicte Vidal

"Bénédicte Vidal sort les griffes", Théâtre Le Bout (Paris) + Tournée

Elle a du talent… et une véritable écriture qu'elle a déjà mise au service des autres (Arthur, Marc-Olivier Fogiel, Nagui, etc.). Elle a une voix - qui lui permet de personnaliser et d'habiller ses différents personnages -, une vraie présence scénique et un humour caustique, terriblement actuel et d'une méchanceté jouissive qui n'est pas sans nous rappeler l'envergure comique d'une Zouc. Elle se nomme Bénédicte Vidal, se produit à la fois sur une scène parisienne et dans différentes villes de France.

L'univers affreux, bête et méchant mais terriblement drôle de Bénédicte Vidal
Bénédicte Vidal a du mordant, du chien et ne s'en laisse pas conter... Créant des personnages qu'on imagine proches cousins des affreux, sales et méchants de la grande époque de la comédie à l'italienne, elle bouscule avec énergie certains tabous, ose une légère mais taquine cruauté ("Jackette et le chat") et pose des questions essentielles mais politiquement totalement incorrects comme : Devient -on forcément raciste quand on est élevé en région PACA par un père CRS ? ; Doit-on annoncer à un enfant qu'il est adopté ? ; Le parrainage d'enfant africain est-il un pari sur l'avenir ? ; Peut-on nourrir l'enfant que l'on garde au Space-cake pour avoir enfin la paix ? Est-il raisonnable de s'appeler Cohen dans une cité où votre voisine est celle de la première question ?

Bénédicte Vidal a le sens de la structure comique et chacun de ses sketchs (indissociable d'un personnage) est construit sur une trame serrée, sans creux ni rupture involontaire, tout silence étant opportun. Les effets visuels ou verbaux se succèdent, s'enchaînent sans temps morts, et établissent sans excès le champ caricatural des divers rôles interprétés (de la baby-sitter à la sycophante marseillaise en passant la déjantée et cruelle Jackette ou l'admiratrice allumée mais perfide).

Gil Chauveau
04/04/2015
Sortie à la Une

Le stand-up caustique, trash mais hilarant de la mutine et espiègle Blanche Gardin

"Il faut que je vous parle", La Nouvelle Seine, Paris

Âmes sensibles s'abstenir, spectacle interdit au moins de seize ans... Ne vous attendez pas au pire, ça va être encore pire... Car Blanche Gardin dépasse les bornes, les limites, fait valdinguer les tabous... Et tout ça, avec une frimousse de séraphine et surtout un insolent talent. Bref c'est jouissif, hilarant et réveille nos neurones façon chaise électrique !

Le stand-up caustique, trash mais hilarant de la mutine et espiègle Blanche Gardin
Rarement stand-up aura été aussi délectable... et trash ! Blanche manie le vitriol avec une dextérité remarquable et harponne de ses fourches Caudines tant les télescopages involontaires de l'actualité ("éclipse solaire + crash A320 = éclipse d'avion !", par exemple) que les lapalissades masculines sur la vie de couple ou les effets de ses propres échecs et de ses remises en question sur sa féminité et ses capacités à dépasser le cap "meetic.fr" à 38 ans.

Plantée fermement sur ces deux jambes, ce trentenaire petit bout de femme au dessin d'ange, quasi immobile, en composition inébranlable façon John Cleese, dont le visage ne trahit aucune émotion, ni expression nous convainc très vite que tout ce qui est petit n'est pas forcément mignon et que derrière un ange se trouve souvent le démon, voire nos démons.

Sans jamais perdre sa posture "stand-up" - droite et rigide dans ses bottes", la douce et mutine Blanche assène, avec une délectation non feinte - lisible dans son regard aux pétillements sagaces -, des vérités dont les évidences font frissonner la salle (comble) et doivent quelque peu ébranler certains cerveaux mous nourris à la Blédina consensuel. Parmi celles-ci sont passées en revue : les états d'âme du terroriste moyen, les avantages de l'alcool pour briser la solitude, la cruauté de se faire larguer au moment où l'horloge biologique s'affole, le vivre ensemble (compliqué en ce moment !), la recherche de l'âme seule (et non plus de l'âme sœur), la naturalité de l'homosexualité féminine, la fragilité des croyances, la congélation des ovocytes façon Picard, les arnaques philosophiques de Socrate à Jésus, etc.

Gil Chauveau
29/04/2015