Connectez-vous S'inscrire

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

La chambre des merveilles… Acrobatie et humour en points d’orgue

"Wunderkammer - La chambre des merveilles", Parc de la Villette, Paris

"Wunderkammer" - qui signifie "chambre des merveilles" -, spectacle de la compagnie australienne Circa, allie force, adresse, beauté et humour dans des numéros acrobatiques de toute beauté, et réussit la fusion d'expressions artistiques différentes telles que danse, trapèze, théâtre, mât chinois et acrobaties, sur des mixes de musiques classique et électronique.



© Sean Young.
© Sean Young.
Le spectacle est découpé en scénettes aux aspects acrobatiques, physiques ou humoristiques, à caractère rapide ou lent, rythmé ou non, sensuel ou fort. Ce sont des jeux d’équilibres et de déséquilibres. Les mouvements physiques s’enchaînent dans des "lâchers prises" de toute beauté. Le physique s’associe aux mouvements artistiques qui sont à la fois courbes, tendus et relâchés.

Ce qui retient l’attention n’est pas forcément les acrobaties effectués, c’est aussi la beauté de chacune des figures, ainsi que cette "solidarité" où chaque interprète devient nécessaire, certes, pour la beauté du spectacle mais surtout pour la sécurité de chaque artiste. Un interprète retient un autre interprète, le met en exergue, met une touche de danger supplémentaire à son numéro tout en lui apportant une sérénité dans celui-ci. Il devient son pendant, son prolongement, une aide, un appui.

© Sean Young.
© Sean Young.
Ce sont des "lâchers prises", des corps qui s’escaladent parfois les uns sur les autres avec ce sentiment étrange que le corps de l’autre peut devenir une marche à écraser, un palier à franchir pour monter vers des sommets imaginaires bien que celui-ci devient aussi un allié, un appui pour y parvenir. Il n’y a pas de solo dans les acrobaties. Les seuls solos sont dans les numéros humoristiques où l’intimité est de mise.

Nous sommes dans une gymnastique de tous les instants où les corps deviennent agiles et forts avec deux versants opposés, celui du lancé et du relâché dans les mouvements. Tout est en opposition mais une opposition harmonieuse avec une musique très présente, à la fois Classique, Rock ou Pop Rock, qui donne au spectacle une atmosphère, un relief que l’on retrouve dans les acrobaties où cohabitent plusieurs tendances artistiques.

Le spectacle est beau, très bien mené dans chaque numéro acrobatique et l’étonnement tient lieu de compagnon de chaise du spectateur.

"Wunderkammer"

© Sean Young.
© Sean Young.
Spectacle créé par Yaron Lifschitz, The Circa Ensemble.
Mise en scène : Yaron Lifschitz.
Avec : Lewis West, Freyja Edney, Scott Grove, Valérie Doucet, Jarred Dewey, Todd Kilby, Alice Muntz.
Création lumières : Jason Organ.
Création costumes : Libby Mc Donnell.
Durée : 1 h 25.

Du 27 novembre au 30 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h 30, le jeudi à 19 h 30, dimanche à 16 h.
Relâches exceptionnelles les mardis 4 et 25 décembre.
Parc de la Villette, Grande Halle, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> villette.com

© Sean Young.
© Sean Young.

© Sean Young.
© Sean Young.

Safidine Alouache
Mardi 11 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Trib'Une | Archives | Concerts & Lyrique





Dans la boutique

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





Publicité



À découvrir

Avignon Off 2015 "Réparations en cours..."

Un spectacle qui ouvre le débat et l’appétit ! Tout en préparant une ratatouille qu’elles partageront à la fin de la pièce avec le public, deux féministes très différentes se repassent la patate chaude : ça va chauffer, bouillir, fumer, brûler, saigner pour que, finalement, un jour peut-être, tout soit aux petits oignons.

Avignon Off 2015
Nous avons rassemblé des écrits de femmes, des interviews, des extraits de film, nous nous sommes inspirées aussi de ce qui circule sur Internet et nous tentons de "réparer". Reconstruire notre histoire, nous réchauffer après nombre de mésaventures, panser nos plaies avec des mots vifs, intelligents, subversifs, drôles…

Il nous paraît urgent de donner une visibilité à des femmes libres et de talents, et d’imaginer une forme originale et créative pour veiller, débattre sur des thématiques qui intéressent en premier lieu les femmes : droit à l’avortement et à disposer de son corps, égalité femmes/hommes pour les responsabilités politiques, professionnelles et domestiques, égalité de salaires et de retraites…

Ce n'est pas du théâtre militant, quoique… Mais une chose est sûre c'est que c'est du théâtre ! Et ça vous renvoie tous les clichés du féminisme mal ficelé à la poubelle tout en convoquant Gisèle Halimi (extraordinaire plaidoirie de 1972), Virginie Despentes, Benoîte Groult et d'autres.

NON ce n'est pas vintage, ça remet juste les pendules à l'heure sur la place des femmes… et des hommes et de leurs relations. C'est saignant, drôle, sobre et efficace.

Annonce Publicitaire
23/06/2015
Spectacle à la Une

Avignon Off 2015 "L’affamée" d’après Violette Leduc

À la croisée du théâtre, de la danse et de la poésie, ce spectacle révèle les résonances intemporelles du texte qui traversent les affres du désir et de la passion. Un monologue intérieur d’une femme qui attend chacun de ses rendez-vous avec l’être qu’elle aime d’une passion sans retour.

Avignon Off 2015
Seule chez elle, une femme se met en scène, devant un mannequin, image figée de son amour.
Elle rejoue ses attentes de rendez-vous, son désespoir de n'être pas aimée en retour, ses désirs de passion.
Elle se met à nu devant "elle", son idole.
Elle ose lui dire avec pudeur et poésie tout ce qu'elle ne lui dira jamais, ce qu'elle aimerait lui dire, ce qu'elle s'accuse de ne pas lui dire…

"Cet appel, ces cris, ces strophes en prose, cet espoir, ce désespoir sont de toute beauté." Gilles Costaz.
"Le texte de Violette Leduc est merveilleusement interprété. Une heure de poésie à savourer." L'Étudiant Autonome.
"Tantôt dans l'onirisme le plus charmant tantôt dans la folie mystique la plus troublante." Froggy's Delight.

Pour la première fois adaptée au théâtre, on redécouvre aujourd'hui la poésie et la puissance de la langue singulière de Violette Leduc.
"L'Affamée" est une longue déclaration poétique, offrant un regard profond et émouvant sur l'amour, l'espoir d'être aimé et sur nos solitudes.
À la croisée du théâtre, de la danse et de la poésie, ce spectacle révèle les résonances intemporelles du texte qui traversent les affres du désir et de la passion.

Annonce Publicitaire
12/06/2015
Sortie à la Une

Dans la savane exquise... De jeunes précieuses se perdent... au son d'un vieux rock 'n' roll !

"Les Précieuses Ridicules", Le Lucernaire, Paris

La Cie La Sanavaskise créa en 2010 une version très rock 'n' roll et éminemment rafraîchissante des "Précieuses Ridicules" de Molière. Après quelques années de tournées et quelques nouvelles créations sur les sentiers de l'exquise savane, la Cie revient passer l'été sur la scène du Lucernaire où elle connut ses premiers succès.

Dans la savane exquise... De jeunes précieuses se perdent... au son d'un vieux rock 'n' roll !
Cette farce que Molière écrivit et représenta en 1659 (son premier succès) fut la première d'une longue série que le "protégé" du roi consacrera aux excès et aux travers de ses contemporains. Ici, c'est la mode et ses maux, les jeux d'esprit et leurs outrances qui sont l'objet de ses flèches assassines... C'est dans la démonstration faite de la domination du paraître que la compagnie et sa jeune metteuse en scène, Pénélope Lucbert, ont puisé la substantifique moelle de la modernisation et son côté excessif... ici rythmée en mode binaire.

Cette mise en exergue de la prédominance du superficiel, toujours présente aujourd'hui et agrémentée d'excès d'ego réalisés par égoportrait (ou selfie !), colle parfaitement au traitement dynamique choisi, parfois endiablé et séquencé par de chaleureux riffs électriques (compositions originales d'Oscar Clark ou références à Paul McCartney, The Doors notamment). Le verbe et le phrasé propre à Molière se glissent alors sans aucun anachronisme sur une situation où deux provinciales fraichement arrivées "à la capitale" se rêvent déjà en jeunes filles "branchouilles" fréquentant plus les nuits parisiennes ambiance strass et paillettes que les rendez-vous littéraires de la Sorbonne.

Gil Chauveau
16/06/2015