La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La "Résurrection" ou les souffrances du jeune Mahler à la Philharmonie

Pour clore sa saison parisienne, Daniel Harding, le nouveau directeur musical de l'Orchestre de Paris, a programmé pour deux concerts, les 24 et 25 mai, la deuxième symphonie de Gustav Mahler, dite "Résurrection". Mobilisant un effectif énorme et le chœur maison, le chef-d'œuvre du compositeur allemand a trouvé les interprètes transcendants qu'il mérite.



© DR.
© DR.
Essentiellement composée entre 1892 et 1894, mais avec des emprunts à son œuvre dès 1888, Gustav Mahler poursuit avec sa deuxième symphonie sa quête de révolution musicale dans une "ère nouvelle", celle qu'a ouverte le génie beethovénien. Après la "Titan", la "Résurrection" pose les bases d'une trilogie qui définira la symphonie de l'avenir. Celle qui doit exprimer "les conflits intérieurs, la nature qui nous entoure et l'effet qu'elle a sur nous, l'humour et les idées poétiques" (1).

Après quasiment cinq ans de luttes, Mahler ébauche à l'été 1893 les deuxième et troisième mouvements, réécrit sa "Totenfeier" (Marche funèbre) pour une symphonie-monde qui en comportera cinq. Il pense avoir réussi enfin à exister après le climax beethovénien et sa Neuvième symphonie. Mahler envisage donc un effectif orchestral inédit alors (avec sept percussions, un orgue et tous les pupitres renforcés), le recours à la voix de deux solistes (alto et soprano) et un chœur. Dans les salles modernes de concerts, le compositeur sait qu'"il (lui) faut faire un grand bruit" (2).

© DR.
© DR.
Il utilisera ainsi certains de ses lieder des "Knaben Wunderhorn" dont les saisissants "Urlicht" et "Fischpredigt", en attendant de découvrir un poème de Friedrich Klopstock en 1894 "Auferstehung" (Résurrection) qui sera utilisé dans l'impressionnant final de la symphonie d'une durée inédite (entre 1 h 10 et 1 h 20).

La version qu'a livrée cette semaine l'Orchestre de Paris et son chœur dirigés par un Daniel Harding vif-argent fera date. Le chef anglais colore chaque épisode de cette fresque grandiose et déchirante avec une intelligence rare et un sens dramatique qui engage l'être entier (musiciens et auditeurs) minute après minute. La quête existentielle du compositeur se dessine en coupes claires avec des entrées mordantes pour le premier mouvement et son avertissement solennel. Un silence d'une minute dans le noir (demandée par Mahler) renvoie l'auditeur aux ténèbres de sa conscience.

Du tableau joyeux de la vie facile aux accents caressants - le deuxième mouvement Andante moderato - aux sarcasmes du troisième, puis l'explosion désespérée du quatrième se dissolvant dans les réminiscences de la Bohême natale de Mahler, l'orchestre reconstruit magnifiquement ce monument édifié au génie musical de son auteur (3). Et c'est passionnant. Quand l'entrée de l'alto Wiebke Lehmkuhl retouche de lumière originelle ("Urlicht") ce sombre tableau, le moment est tout simplement sublime (tel le "O Mensch" de la Troisième symphonie) comme l'entrée pianissimo du chœur dans le Finale - un cinquième mouvement magistral.

© DR.
© DR.
Fanfares, apocalypse, appel divin (et son deuxième orchestre derrière la scène), certitude d'une "Résurrection" qu'assure la création, cet "acte essentiellement mystique" pour Mahler qui commente au-dessus de Klopstock "Je mourrai pour vivre !". Le chœur, doté d'une cohésion remarquable avec ses entrées toutes saisissantes, se lève pour un tutti orchestral et vocal final à couper le souffle.

(1) Lettre à Gisela Tolney-Witt.
(2) Lettre à une amie.
(3) "Mes deux symphonies expriment ma vie toute entière. J'y ai versé tout ce que j'ai vécu et souffert, elles sont vérité et poésie devenues musique." (ib.)


Concert entendu le 24 mai 2017.

À réécouter sur le site de la Philharmonie :
>> philharmoniedeparis.fr

Symphonie n°2 "Résurrection" en ut mineur pour soprano, alto, chœur et orchestre (1895).
De Gustav Mahler (1860 - 1911).

Daniel Harding, direction.
Christiane Karg, soprano.
Wiebke Lehmkuhl, alto.
Chœur de l'Orchestre de Paris.
Lionel Sow, chef de chœur.
Orchestre de Paris.
Roland Daugareil, violon solo. Concert entendu le 24 mai 2017.

Christine Ducq
Lundi 29 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Suivre les Morts - Théâtre et sciences sociales" par la Cie banquet d'avril

En complicité avec les sociologues nantaises Anne Bossé et Elisabeth Pasquier, banquet d'avril s'empare d'un matériau scientifique pour offrir au théâtre un sujet sensible : ce que les morts font faire aux vivants.

● Avignon Off 2017 ●
Suivre les morts pour découvrir les routes qu'ils empruntent.
Fils et filles de migrants racontent le rapatriement de leurs morts.
Entre ici et là-bas, ces morts qui circulent plus que les autres continuent à écrire une page de l'histoire de l'immigration.
Professionnels du funéraire et du fret aérien nous renseignent sur le côtoiement de la mort au quotidien, les moyens techniques et juridiques mis au service du souhait des familles, l'invention de nouveaux rituels dans le contexte transnational.
Une fresque d'une humanité à lever les appréhensions, à renouveler les représentations sur les questions migratoires, trop souvent limitées aux deux bornes du communautarisme et de l'intégration.

Annonce
17/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Mission Neige" par la Compagnie Si & seulement La

Rien ne va plus, la neige a disparu !
On dit qu’il existe une horloge du temps, quelque part dans le monde. Une simple horloge qui permettrait aux saisons de débuter.

● Avignon Off 2017 ●
On dit aussi que le printemps commencerait par le bourgeonnement des arbres et des fleurs, que le soleil amènerait l’été, que la pluie serait maître en automne et que Dame Neige serait en charge de lancer les premiers flocons de neige pour annoncer l’hiver et surtout Noël.

Or, cette année, la neige a été volée…
Qui ? Comment ? Pourquoi ?
Tout reste un mystère.

Dans cette aventure où la pluie et le beau temps sont au cœur de l’histoire, partez avec Dame Neige, le lutin Gloopy et leurs amis pour sauver l’avenir de Noël et de l’hiver…
Si la fraîcheur vous manque en ce mois de juillet, sous le soleil d’Avignon, n’hésitez plus et courez à la recherche de la neige !

Annonce
27/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "2h14" de David Paquet, par la Compagnie Luce

Mention spéciale du jury du Prix Théâtre 13/Jeunes Metteurs en Scène 2016

"2:14" est une pièce qui explore l’adolescence, ce moment charnière où l’on cherche sa place dans le monde des adultes, en tentant de ne pas leur ressembler. Il y est question de la jeunesse surtout mais pas seulement.

● Avignon Off 2017 ●
Chaque personnage, à sa manière, cherche le bien-être et chacun y arrive comme il peut : en avalant des vers, en s’inventant un handicap, en se faisant tatouer, en ouvrant des portes par milliers… Ce kaléidoscope cru et poétique culmine en un dénouement abrupt et déchirant où toutes les pièces du puzzle s’assemblent et volent en éclat à "2:14".

"2:14" exprime aussi le mal être profond, indéfinissable et incompréhensible de chacun ; la nécessité de trouver un sens à son existence, le questionnement identitaire et le souvenir.

Annonce
24/06/2017