La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

La "Résurrection" ou les souffrances du jeune Mahler à la Philharmonie

Pour clore sa saison parisienne, Daniel Harding, le nouveau directeur musical de l'Orchestre de Paris, a programmé pour deux concerts, les 24 et 25 mai, la deuxième symphonie de Gustav Mahler, dite "Résurrection". Mobilisant un effectif énorme et le chœur maison, le chef-d'œuvre du compositeur allemand a trouvé les interprètes transcendants qu'il mérite.



© DR.
© DR.
Essentiellement composée entre 1892 et 1894, mais avec des emprunts à son œuvre dès 1888, Gustav Mahler poursuit avec sa deuxième symphonie sa quête de révolution musicale dans une "ère nouvelle", celle qu'a ouverte le génie beethovénien. Après la "Titan", la "Résurrection" pose les bases d'une trilogie qui définira la symphonie de l'avenir. Celle qui doit exprimer "les conflits intérieurs, la nature qui nous entoure et l'effet qu'elle a sur nous, l'humour et les idées poétiques" (1).

Après quasiment cinq ans de luttes, Mahler ébauche à l'été 1893 les deuxième et troisième mouvements, réécrit sa "Totenfeier" (Marche funèbre) pour une symphonie-monde qui en comportera cinq. Il pense avoir réussi enfin à exister après le climax beethovénien et sa Neuvième symphonie. Mahler envisage donc un effectif orchestral inédit alors (avec sept percussions, un orgue et tous les pupitres renforcés), le recours à la voix de deux solistes (alto et soprano) et un chœur. Dans les salles modernes de concerts, le compositeur sait qu'"il (lui) faut faire un grand bruit" (2).

© DR.
© DR.
Il utilisera ainsi certains de ses lieder des "Knaben Wunderhorn" dont les saisissants "Urlicht" et "Fischpredigt", en attendant de découvrir un poème de Friedrich Klopstock en 1894 "Auferstehung" (Résurrection) qui sera utilisé dans l'impressionnant final de la symphonie d'une durée inédite (entre 1 h 10 et 1 h 20).

La version qu'a livrée cette semaine l'Orchestre de Paris et son chœur dirigés par un Daniel Harding vif-argent fera date. Le chef anglais colore chaque épisode de cette fresque grandiose et déchirante avec une intelligence rare et un sens dramatique qui engage l'être entier (musiciens et auditeurs) minute après minute. La quête existentielle du compositeur se dessine en coupes claires avec des entrées mordantes pour le premier mouvement et son avertissement solennel. Un silence d'une minute dans le noir (demandée par Mahler) renvoie l'auditeur aux ténèbres de sa conscience.

Du tableau joyeux de la vie facile aux accents caressants - le deuxième mouvement Andante moderato - aux sarcasmes du troisième, puis l'explosion désespérée du quatrième se dissolvant dans les réminiscences de la Bohême natale de Mahler, l'orchestre reconstruit magnifiquement ce monument édifié au génie musical de son auteur (3). Et c'est passionnant. Quand l'entrée de l'alto Wiebke Lehmkuhl retouche de lumière originelle ("Urlicht") ce sombre tableau, le moment est tout simplement sublime (tel le "O Mensch" de la Troisième symphonie) comme l'entrée pianissimo du chœur dans le Finale - un cinquième mouvement magistral.

© DR.
© DR.
Fanfares, apocalypse, appel divin (et son deuxième orchestre derrière la scène), certitude d'une "Résurrection" qu'assure la création, cet "acte essentiellement mystique" pour Mahler qui commente au-dessus de Klopstock "Je mourrai pour vivre !". Le chœur, doté d'une cohésion remarquable avec ses entrées toutes saisissantes, se lève pour un tutti orchestral et vocal final à couper le souffle.

(1) Lettre à Gisela Tolney-Witt.
(2) Lettre à une amie.
(3) "Mes deux symphonies expriment ma vie toute entière. J'y ai versé tout ce que j'ai vécu et souffert, elles sont vérité et poésie devenues musique." (ib.)


Concert entendu le 24 mai 2017.

À réécouter sur le site de la Philharmonie :
>> philharmoniedeparis.fr

Symphonie n°2 "Résurrection" en ut mineur pour soprano, alto, chœur et orchestre (1895).
De Gustav Mahler (1860 - 1911).

Daniel Harding, direction.
Christiane Karg, soprano.
Wiebke Lehmkuhl, alto.
Chœur de l'Orchestre de Paris.
Lionel Sow, chef de chœur.
Orchestre de Paris.
Roland Daugareil, violon solo. Concert entendu le 24 mai 2017.

Christine Ducq
Lundi 29 Mai 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

"La Cantatrice chauve"… Une merveilleuse et brève histoire du temps*

"La Cantatrice chauve", Théâtre de Belleville, Paris

En réponse à la Seconde Guerre mondiale, un nouveau courant littéraire émerge : celui de l'absurde. Des dramaturges, tels Ionesco et Beckett pour ne citer que les plus connus, s'interrogent sur le non-sens de la vie qui conduit inéluctablement à la mort. "La Cantatrice chauve" est la première pièce se réclamant de ce genre. Ionesco la définit même comme une "anti-pièce", c'est de l'"antithéâtre".

Une pièce où le "a" privatif prime. Une trame atemporelle. Le décor est constitué de rideaux d'horloges indiquant toutes un horaire différent. Les Smith affirment qu'ils n'ont pas l'heure. On ne sait pas à quel moment de la journée se déroulent les faits, ni combien de temps il s'écoule. L'action défile, s'arrête, s'accélère, décélère, se rembobine, se répète, se multiplie… Le temps se distord, se crée, se rompt, se réinvente.

Des personnages sans visage, qui sont interchangeables. Les hommes parlent d'une voix de femme, les femmes d'une voix d'homme. Le couple des Smith devient le couple des Martin et le couple des Martin devient le couple des Smith. La famille de Bobby Watson se compose uniquement d'individus portant le même nom de Bobby Watson.

Des dialogues sans logique, sans contenu, sans échange. Ce n'est plus du langage, c'est de la langue dans la forme la plus pure qui soit. C'est une association de mots, une suite de syllabes, de sonorités, un assemblage d'images... Le concret laisse place à l'abstrait. Le sens n'a plus sa place. L'esthétique le remplace.

Ludivine Picot
25/08/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent

"Liberté ! (Avec un point d'exclamation)", La Manufacture des Abbesses, Paris

Voilà la question. Liberté ! Au singulier et avec un point d'exclamation. Et avant tout, la liberté de choisir. C'est ce qui vient immédiatement à l'esprit face aux propositions de nos sociétés surconsommatrice, et pas seulement consommatrices en denrées, en produits manufacturés mais aussi en pensées, en pensées prêt-à-porter, en gens, en relations. En humains.

Gauthier Fourcade charge à la Don Quichotte le réalisme, le déterminisme et la logique d'un monde idiot comme un moulin à vent
Alors voilà le personnage hurluberlu de Gauthier Fourcade qui vient comme un chien dans un ballet réglé comme une machine à sous, se jeter cœur en avant avec son indécision maladive dans un monde si bien fait pour dire que les choix ont un sens. Impossible de choisir pour lui, ni la droite, ni la gauche, ni ceci, cela, rien.

Sous allures de savant fou, surgissant d'un coffre et y retournant comme on se niche dans un lit, entouré d'un dispositif presque scolaire, la déferlante de l'humour verbal du comédien va bientôt emporter toute la réalité dans une vision à perdre le souffle.

Usant de défi à l'esprit, à la logique, à l'imaginaire, avec une verve utilisant toutes les possibilités drolatiques du langage, comme assistant à l'exposition du monde intérieur de ce savant au regard aigu, le spectacle devient une aventure parcourant le monde et le temps.

Pour ce spectacle intelligent qui est, à part égale, culturel et comique, Gauthier Fourcade a fait appel à William Mesguich comme metteur en scène. Et c'est un plus. L'univers du premier et le sens du rythme et de la dramaturgie du second se combinent pour transformer ce seul en scène en spectacle multiple où chanson, magies, manipulations et marionnettes concourent tous à créer du rêve et du rire.

Bruno Fougniès
30/08/2017