La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Il a bon dos le Dodo de Yannick !

Il a si bon dos que 50 ans après sa découverte, il avait déjà disparu... Oups ! Au départ, il y avait Dodo le pataud et Momo le badaud... l'un oiseau sur l'île Maurice, l'autre oisif sur l'île aux bons mots. Si l'un a complétement disparu et depuis longtemps (1681), l'autre, personnage de conte (de légendes ?) est en voix d'extinction.. Car, au travers de ces histoires de Dodo, de patois, de québécois, de boxeurs, de parleurs, etc., c'est d'inadaptation dont nous parle Yannick Jaulin...



Yannick Jaulin © Hervé Jolly.
Yannick Jaulin © Hervé Jolly.
Inadaptation à l'évolution du monde, qui, aujourd'hui, se construit sur la mondialisation, l'uniformisation, les inégalités... et à la disparition de nos capacités aux rêves, à l'utopie. Même les légendes sont en voie de disparition ! Mais tout cela n'est pas qu'une pénétrante argutie artistique, c'est aussi, que l'on soit Mapuche au fin fond de la forêt amazonienne ou SDF à l'angle d'un couloir de RER, un triste constat... le cœur même du monde d'aujourd'hui : si t'es différent, tu meurs, sinon tu te fond dans la masse...

Du Dodo, parure plumée et symbolique de la biodiversité, au conte moderne sur la diversité culturelle, il n'y a qu'un pas... de clown que Jaulin franchit avec une énergie et une densité peu commune. Après une entrée en fanfare... comme l'arrivée d'un gladiateur dans le stade de nos erreurs passées et à venir, immédiatement, il prend le Dodo à bras-le-corps, l'imaginant sur son île à tourner en rond... sous les yeux imbéciles du colonisateur de base (portugais puis hollandais). Yannick Jaulin "s'imprègne" du Dodo, l'habite littéralement... Cette incarnation va initier le conte, le burlesque où rentrent en scène les personnages qui construiront (ou déconstruiront) le verbe, parfois en colère, parfois plus doux de Jaulin. Du Dodo naît la question de l'artiste : ne suis-je pas, moi aussi, en voie de disparition ?

Il a bon dos le Dodo de Yannick !
La question entraîne judicieusement la schizophrénie du conteur, mise en scène grâce à deux personnages : Japiaud, le conteur patoisant, lutteur sans combat dans un monde qui oublie ses racines en nous parlant d'avenir ; et Joslin, fruit du même arbre séculaire, mais refusant ses origines pour aller plus avant, vers les promesses de ce grand jeu planétaire où l'individu, en gage de réussite, perd sa personnalité.

Et le Dodo devient un fil conducteur à haute tension : de diatribes clownesques aux énumérations glaçantes (énumérations des espèces disparues, associations références : Dodo/ado violé... ouvrier licencié... roumain expulsé... employé suicidé... écologie bafoué), Yannick Jaulin nous embarque sans ménagement de glissades humoristiques en poignantes montées dramatiques. Avec une présence charismatique, une occupation impressionnante de l'espace scénique, il s'empare avec passion et générosité de son histoire et nous captive par l'incroyable maîtrise de son "sujet".

Si le Dodo a disparu, Yannick Jaulin a pris, lui, la dimension de la "survivance"... Il a remis les conteurs à zéro et vient de faire de son art, l'air de rien, un art militant... ni passéiste, ni muséographique mais résolument moderne ! Un nouvel art à découvrir, riche, dense et bourré de biodiversité ! Yannick Jaulin est devenu sans conteste un grand comédien/conteur et son spectacle est l'aboutissement d'un travail visant à faire du conte une expression artistique engagée et inscrite dans la réalité de nos préoccupations universelles. A voir sans hésiter, actuellement en tournée.

"Le Dodo"

(Vu le 23 janvier 2011)

De et par Yannick Jaulin.
Mise en scène : Laurent Brethome.
Musique : Camille Rocailleux.

11 mars 2011 : Chinon (Centre culturel).
15 mars : Cusset (Théâtre de Cusset).
16 mars : Cébazat (Le Sémaphore).
23 mars : Machecoul (Espace de Retz).
24 mars : Châteaubriant (Théâtre de Verre).
25 mars : Ancenis (Quartier Libre).
5 avril : Saint-Etienne-du-Rouvray (Le Rive Gauche).
6 avril : Saint-Valéry-en-Caux (Le Rayon Vert).
7 avril : Montargis (Le Tivoli).
12 avril : Pornichet (Quai des Arts).
13 et 14 avril : Nantes (Le Grand T).
15 avril : Vallet (Le Champilambart).
19 avril : Vénissieux (Théâtre).
Du 17 au 20 mai : Grenoble (MC2).
24 mai : Libourne (Théâtre Le Liburnia).
25 mai : Aubusson (Théâtre Jean Lurçat).
27 mai : Civray (La Margelle).
28 mai : Conflans-Sainte-Honorine (Théâtre Simone Signoret).

Gil Chauveau
Mercredi 26 Janvier 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017