La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Christophe Botti, un soleil mauricien en plein hiver

La chronique d'Isa-belle L

Il y a des artistes que l'on aime à défendre parce que, peut-être l'ignorent-ils (et donc vont l'apprendre), ils nous ressemblent. Christophe Botti fait partie de ceux-là.
Pas uniquement parce qu'il a pris ce soir, à l'issue de la représentation de sa nouvelle création, la défense d'un lieu de diffusion : le Vingtième Théâtre, qui risque de partir en fumée comme d'autres espaces dédiés à la création. Non. Pas seulement.



© Élodie Lhomme.
© Élodie Lhomme.
Christophe Botti fait partie de ces artistes engagés. Pas un justicier qui croit encore qu'au XXIe siècle, muni d'une cape et d'une épée, il va sauver par ses mots, la planète. Non plus.

Il est artiste engagé dans sa passion. Le théâtre. Le théâtre contemporain qui, par son écriture moderne, revient sur des histoires du passé. Que beaucoup aimeraient ensevelir mais qui finissent toujours par resurgir.

Ce soir, au Vingtième Théâtre, il présentait son nouveau bébé. Avec talent et humanité. C'est un travailleur du spectacle. Un homme qui se bat pour monter ses projets. Qui prend le temps mais qui réussit, à l'arrivée.

Et ça fait des années que cela dure. Dans le "milieu", on le connaît. Normal, il a reçu des prix. Mais on ne le connaît pas assez. Il ne fait pas encore partie de la famille affichée sur les colonnes. Son nom ne brille pas au-dessus des salles prestigieuses où le beau monde aime se retrouver ; savourant au passage quelques coupettes et deux trois cacahuètes.

© Élodie Lhomme.
© Élodie Lhomme.
Christophe Botti respire, vit et parcourt le théâtre. C'est un curieux, un lecteur, un passionné et un voyageur.

Ce soir, il nous a embarqués, nous les très nombreux spectateurs, à Maurice. Une salle comble, un mercredi de décembre, dans cette période électorale, un brin déprimante et un tantinet hivernale, il est bien normal que j'en parle.

Christophe Botti est auteur, metteur en scène, comédien aussi. Puis, chargé de production, diffuseur, communiquant. Si les réseaux sociaux filaient des centimes d'euros au nombre de lignes que les artistes postaient pour attirer le public dans les salles, nous n'aurions pas besoin de passer par le "crowfunding".

Christophe Botti est un "bon" homme à tout faire, qui sait faire. Maîtrisant l'outil narratif avec subtilité et talent.

"Sous la Varangue" est une création qui pourrait très bien se regarder à la télévision. Ce genre de saga familiale qu'on a tous regardée. Tous. Je ne sais pas. Moi, oui, en tout cas. L'été. Avec Mireille Darc. Des non-dits, de l'amour, de la cruauté, de l'argent… une propriété.

De ma plume, ce n'est pas méchant, c'est ce à quoi j'ai pensé en suivant l'histoire de cette famille "blanche" installée à Maurice. Non-dits, amour, argent, cruauté, propriété. Il y a tous ces éléments. Mais une fin beaucoup mieux amenée et une musique originale composée par un excellent musicien.

Dans "Sous la Varangue" il y a des acteurs aussi, évidemment.

Comme cet artiste nous ressemble, libre à lui de se fier au seul défaut que je lui ai trouvé. Pas à lui personnellement, c'est un chic type au sens premier du mot. Un seul défaut à cette pièce de théâtre. Son casting, inégal à mon goût.

Chacun les siens justement. J'ai regardé la salle, écouté les spectateurs comme souvent en m'échappant. Chacun d'entre eux semblait ravi. Une femme a dit : "un bijou".

Il y a des artistes qu'on aime à défendre parce qu'ils nous ressemblent. Qu'on leur donne notre avis ou non, rien ne les arrêtera. Il prendra ou pas, écoutera ou pas. Libre artiste quoi !

La passion de Christophe Botti c'est le théâtre. Son métier, c'est le théâtre. Son talent se construit depuis des années autour du théâtre.

L'île Maurice à Paris en plein hiver c'est plaisant. Voir un jour, son visage avec au-devant sa nouvelle création, affichée sur les colonnes Morris, c'est ce que je lui souhaite vivement.

"Sous la Varangue"
Une histoire mauricienne.
Texte et mise en scène : Christophe Botti.
Marionnettiste : Stéphane Botti.
Avec : Vinaya Burrel, Bertrand D'Unienville, David Furlong, Benjamin Gilot.
Musique : Richard Beaugendre.
Scénographie : Julien O.
Lumières : Nicolas Laprun.
Coréalisation : Vingtième Théâtre et Compagnie des Hommes Papillons
>> souslavarangue.canalblog.com

Isabelle Lauriou
Jeudi 7 Janvier 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017