La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Carte blanche à Sirba Octet pour L'Autre Saison des Dissonances

Pour le 52e concert de L'Autre Saison des Dissonances, l'ensemble Sirba Octet a offert dans l'Église Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris un florilège de son répertoire plongeant "Au cœur de l'âme yiddish", au profit des sans-abris. Un moment de convivialité et de fraternité bercé par la joie et la nostalgie des traditions klezmer et tsigane de l'Europe orientale, revisitées par des musiciens classiques.



Sirba Octet © Bernard Martinez.
Sirba Octet © Bernard Martinez.
Rompre l'exclusion sociale et culturelle des sans-abris, c'est le projet de L'Autre Saison des Dissonances, cet orchestre sans chef - dont nous avions interviewé dans cette même rubrique le directeur artistique et violoniste David Grimal (1). Chaque mois depuis 2003, Les Dissonances et l'association Les Margéniaux (2) donnent carte blanche à des artistes et ensembles, partageant les mêmes valeurs de solidarité et de fraternité, pour jouer (gracieusement) devant un public varié. La participation est libre, les sommes ainsi récoltées permettant de financer des projets de réinsertion.

Dans l'Église Saint-Leu-Saint-Gilles, connue pour ses nombreuses actions sociales en faveur d'une population en très grande précarité, Sirba Octet était l'invité de ce mois de novembre. L'ensemble, créé en 2003 (lui aussi) par le violoniste Richard Schmoucler avec quelques amis de l'Orchestre de Paris, nous invitait à la danse en reprenant largement le programme de son dernier CD "Tantz !", paru en 2015.

Un concert tout aussi vivifiant que leur cinquième enregistrement, témoignant d'un projet aussi original que détonant pour ces musiciens presque tous issus de nos conservatoires et orchestres classiques : proposer de nouveaux arrangements propres à la musique dite savante des répertoires yiddish et tsigane - dont une large partie animait les réunions familiales de son fondateur. Rien moins que l'invention d'un genre, le "Classic World", selon Richard Schmoucler, qui a sélectionné quatorze morceaux, après en avoir écouté plus de huit mille issus des traditions tsigane, roumaine, hongroise et russe.

Renaud Guy-Rousseau, clarinette © Christine Ducq.
Renaud Guy-Rousseau, clarinette © Christine Ducq.
Rien de tel pour réchauffer cette soirée maussade et pluvieuse d'automne que l'énergie débordante de vie de ces danses, inspirées des làutari roumains ou moldaves et des klezmorim des shetls d'Europe de l'Est, entre rires et larmes, nostalgie de l'errance et joie des fêtes de la communauté. Si le violon était l'instrument par excellence du ghetto, facile à emporter pour fuir les pogroms (nous rappelait le grand Ivry Gitlis - qui dédicace le CD "Tantz !" - dans un "Grand Échiquier" de Jacques Chancel il y a longtemps) - les deux de l'ensemble (avec celui de Christian Brière) se marient depuis plus de dix ans à six autres instruments pour créer l'identité de Sirba Octet (3), avec ses mélodies souvent familières, ses couleurs évoquant le voyage et ses rythmes diaboliques ou déchirants.

Avec l'alto vif-argent de David Gaillard, le violoncelle de Claude Giron, la contrebasse de Bernard Cazauran, les sonorités piquantes du cymbalum de Iurie Morar, se joignent pour ce concert le piano de Christophe Henry (à la place de Yann Ollivo, un des arrangeurs du groupe avec Cyrille Lehn) et la clarinette épatante de Renaud Guy-Rousseau (4). Alors qu'ils jouent depuis une heure avec un bonheur collectif communicatif, quelques sans-abris s'approchent presque timidement, restés jusque-là un peu à l'écart. On se dit alors que certaines soirées sont plus précieuses que tout.

Sirba Octet © Bernard Martinez.
Sirba Octet © Bernard Martinez.
(1) Articles des 9 et 25 mai 2016.
(2) Les Margéniaux fonctionnent avec des bénévoles et des personnes en réinsertion en faveur de personnes marginalisées.
(3) Le "sirba" est une danse traditionnelle roumaine.
(4) Pour quelques concerts, le jeune clarinettiste de l'Orchestre national de France (et du groupe manouche "Les Tzingarelli") remplace Philippe Berrod.


● "Tantz ! Klezmer & Gipsy music".
Sirba Octet.
Label : La dolce Volta.
Distribution : harmonia mundi.
Sortie : septembre 2015.

Prochains concerts :
>> sirbaoctet.com

Richard Schmoucler, Christian Brière © Christine Ducq.
Richard Schmoucler, Christian Brière © Christine Ducq.
L'Autre Saison des Dissonances :
Église Saint-Leu-Saint-Gilles.
92 rue Saint-Denis, Paris (1er).

Prochain concert "Off de l'Orchestre de Paris, Concert de Noël",
16 décembre 2016 à 20 h.
Programme complet :
Tél. : 01 43 15 34 71.
>> les-dissonances.eu

Christine Ducq
Mardi 8 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.

Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2017 ● "Ici/Là-bas" de et par Christine Gandois

Le déménagement de l'appartement de sa mère plonge Hermine dans un questionnement sur sa propre quête. À travers la découverte d'une correspondance qui ne lui appartient pas, elle va faire revivre une histoire d'amour impossible sur fond de guerre d'Algérie.

● Avignon Off 2017 ●
Toute une vie dans deux valises…
Cette réflexion poétique autour de l'exil est inspirée librement du roman de Yasmina Khadra, "Ce que le jour doit à la nuit" (Éditions Julliard).
Portée et souvent transmise de génération en génération, la fêlure de la séparation peut engendrer une nouvelle force intérieure.

Au-delà de cette histoire, transparaissent les thèmes universels du conflit entre l'honneur et l'amour, des identités multiples, du déracinement et de la solitude ; complexité du monde tel qu'il est, riche, fort et insaisissable.

Annonce
10/06/2017
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2017 ● "Jeu de piste", fantaisie philosophico-onirique

Cet homme qui cherche son chemin dans le noir, est-il le seul survivant d’un cataclysme, ou a-t-il émergé du cliquetis de la machine à écrire entendu auparavant ? Voilà que, dans la lumière, c’est sous l’aspect de l’écrivain au travail qu’il paraît.

● Avignon Off 2017 ●
Très vite, pourtant, le récit qu’il compose fait place à ses propres interrogations existentielles. La figure féminine qui vient, qui va, est-elle réelle ou fantasmée ? Allez savoir ! Mais alors, celui qui plonge dans ses rêves, tout en interprétant des bribes de l’ouvrage en gestation, est-il le créateur, ou sa création ? Quand, submergé par son imaginaire, l’écrivain se confondra ouvertement avec ses personnages, les spectateurs auront la réponse, et fabriqueront l’histoire selon leur ressenti.

A la lecture des romans de Jean Rigaud, "Cavaliers Seuls", ce qui m'a frappé, c'est la puissance de l'écriture. Jean Rigaud nous propose une expérience à plusieurs niveaux : Nous ancrer le corps dans le réel de notre vie, et la tête dans un monde parallèle qui oscille entre onirisme et conte philosophique millénaire. Ce qui au premier abord peut être très déroutant pour le lecteur ; mais au fil des romans, on se rend compte qu'il nous propose une autre lecture, de l'ordre de l'expérience mystique et chamanique.
Ce que j'ai voulu garder dans ma mise en scène de "Jeu de Piste", c'est cette expérience sensorielle.
David Le Roch.

Annonce
06/06/2017
Sortie à la Une

● Avignon Off 2017 ● "JAZ" par la Compagnie La Camara Oscura

Avec "JAZ", Koffi Kwahulé nous conduit au coeur de ses intuitions et glisse vers le poème musical choc. "JAZ" est le récit d'un viol, où la parole devient un exutoire, l'acte nécessaire à une certaine forme de libération ; un chant tragique où toute la violence du monde vient frapper la beauté et l'innocence de l'être.

● Avignon Off 2017 ●
Le chant de JAZ, c'est le corps musical qui bat de l'intérieur, une réappropriation de soi par la force de la création.

JAZ est un solo rythmé par des changements de vitesse constants, des bifurcations, des contradictions, comme dans une partition musicale, d'où une certaine sensation de déséquilibre permanent.

La fonction des motifs participe également à la création du swing propre au jazz, ce qui laisse planer la sensation d'un "danger", d'une menace latente. L'évidence du jazz apparaît dans leur libre circulation. Mais leur fonction ne se limite pas à la pure recherche sonore puisque ces motifs permettent de créer : "un horizon d'attente, pour devenir bientôt sans qu'on s'en aperçoive vraiment, à la fois des sonorités aussi familières qu'inquiétantes et les seuls enjeux narratifs de la pièce" (Koffi Kwahulé).

Annonce
28/06/2017